Pouvoirs publics

  • N61 Travaux Chaudfontaine 10 décembre 2016 603ème jour

    PERSONNE NE PASSE

    Je pense que tous les lecteurs de ce blog connaissent à présent les difficultés inhérentes aux travaux effectués sur la N61 à  Chaudfontaine, depuis aujourd'hui, 603 jours/calendrier.

    Un des points négatifs qui a souvent été mis en évidence est soit l'absence de signalisation soit la signalisation bâclée voire peu efficace non seulement sur le chantier en tant que tel mais aussi sur les axes qui permettent de traverser Chaudfontaine pour se rendre à Trooz. Bien sûr, tous les utilisateurs réguliers des trajets "bis" sont habitués, mais les autres ? Oui, les autres, ceux qui viennent de l'étranger ou d'une autre province, sont-ils correctement informés des voies (parfois impénétrables) à emprunter pour traverser la commune de Chaudfontaine ? Poser cette question devrait au moins faire rire ceux qui cherchent la réponse.

    A la fin de la rue des Grands-Prés à Chênée, au carrefour avec la rue Beaufraipont, c'est assurément un endroit clef qui mérite une signalisation efficiente.

    Bin, à cet endroit presque désert puisqu'il n'y passe que quelques milliers de véhicules par jour, depuis maintenant plus de trois semaines, un panneau indiquant la déviation est tombé par terre, en plein milieu du terre-plein au carrefour "Hubo".

    Apparemment, personne ne semble s'en inquiéter. Il est vrai qu'à cet endroit désert, pas un policier que la chose aurait pu intriguer ne passe, pas un des nombreux ouvriers actifs sur le chantier ne passe, pas un employé du MET (SPW) ne passe, pas un des responsables du chantier ne passe, pas un membre éminent parmi les décideurs publics ne passe.

    Il est vrai qu'à cet endroit désert, presque personne ne passe.

    2016 11 26 (72).JPG

    Le 26 novembre 2016, ce panneau était tombé depuis environ une semaine...

    2016 12 10 (15).JPG

      

  • Le thème de "La photo du jour" repris par la rédaction

    Neussonvaux commune invisible (36).JPG

    Le thème publié par la rubrique "La photo du jour" ce 19 septembre 2016 sur votre blog (voir ici) a été repris et complété par la rédaction ce 21 septembre.

    2016 09 21 neussonvaux.jpg

    Ce qui est certain, c'est qu'on va très rapidement trouver à qui ce n'est pas la faute par contre, trouver le ou les responsables, c'est une autre paire de manches.

    Un indice quand même : rien que dans la région de Trooz-Chaudfontaine, il y a (ou avait) SIX panneaux comportant une faute d'orthographe.

    Pery pour Péry, à Trooz et à Beaufays,

    Fonds-de-Forêts pour Fonds-de-Forêt

    Vaux-sous-Chévremont pour Vaux-sous-Chèvremont sur trois panneaux différents.  

    Assurément un problème de vérification du produit fourni, de compétence et/ou de manque de conscience professionnelle quelque part, à votre choix...

    Quelques exemples ci-dessous

    DSC_0002.JPG

    L'accent a été corrigé avec du ruban adhésif

    pery 1.jpg

    Le manque d'accent a été corrigé avec du ruban adhésif à Trooz mais, à Beaufays, la plaque Pery existe toujours.

    ROMZEE 2885483017_14.jpg

    La plaque a été retirée... On se demande pourquoi

    acchen (1).JPG

    Voilà qui a dû, en son temps, faire plaisir aux touristes allemands...

    et ce ne sont que quelques exemples parmi tant d'autres.

    Des détails me direz-vous ! Peut-être, mais quand on ne sait pas gérer les détails, qu'Est-ce qui prouve qu'on peut gérer le reste quand c'est plus important ?

     La preuve par certains chantiers...

    "Evidemment quand depuis plusieurs dizaines d'années, la carte de parti est l'élément essentiel pour recruter", rugiront les mauvaises langues...

  • Pery ? Non, Péry !

    Relevons cependant que cette plaque devrait avoir été posée par le MET.

    La même existe au rond-point de la gare à Trooz, avec la même faute d'accent mais elle a été corrigée avec un petit bout de toile adhésive.

    Lors de l'article précédent, un lecteur attentif s'était offusqué en parlant de détail.

    Bien d'accord avec lui mais si "ON" ne sait pas gérer un détail, qu'est-ce qui nous permet de croire qu' "ON" sait gérer le reste ?

    Lire la suite

  • Trooz...le néant

    DSC_0032.JPGNon, on ne va en rien discuter de la pertinence ou non des travaux en cours un peu partout dans la commune.

    Ce qu'il convient de souligner avec un gros crayon noir, c'est l'absence totale de communication à ce sujet. Que ce soit de la part des pouvoirs publics, des entrepreneurs, des pouvoirs locaux (qui disposent pourtant d'un site Internet performant), RIEN.

    Des feux à La Brouck : aucune info;

    des feux au carrefour près de l'ancien Broadway : aucune info (feux invisibles lorsque le soleil donne -sens Verviers-Liège);

    et maintenant des feux au Rys-de-Mosbeux : aucune info.

    Encore une fois, si les travaux doivent être faits, eh bien qu'ils se fassent mais la moindre des choses, n'est-ce pas d'informer les gens afin que, s'ils en ont la possibilité, ils évitent de tomber dans le piège ?

    Oui, l'information sur Trooz au sujet de tous ces travaux, c'est le néant absolu.

    Il y a pourtant bien quelqu'un qui reçoit quelque part des informations qui disent qu'une voirie va être coupée. Non ? 

    Et tout un chacun de probablement bientôt répondre... mais c'est pas moi qui dois prévenir, c'est lui...

    L'impression que cela donne, c'est que les gens, on s'en f...; c'est que les commerces, on s'en f...

    Et pourtant, il paraît qu'Internet est un outil de communication performant et qui ne coûte pas cher mais encore faut-il y penser.

     

  • La plaque mystérieuse

    Bouny (1).JPG

    Du fait des travaux à Chaudfontaine, nous sommes amenés à emprunter d'autres parcours et donc de découvrir d'autres paysages.

    Nous reviendrons bientôt dans le détail sur le dépôt d'ordures à Chaudfontaine dont personne ne semble vouloir s'occuper mais avant cela, partons à la découverte de cette plaque mystérieuse.

    Vous la trouverez dans la descente de Bouny, un peu avant le rond-pont. Bien que camouflée par les feuilles, elle attire inévitablement votre attention avec le risque de vous distraire. Les automobilistes ne sont-ils pas tenus de prendre connaissance des panneaux posés sur la voie publique et d'en tenir compte ?

    Pour ce qui est de cette plaque, en imaginant que vous désiriez vraiment savoir ce qu'elle signifie et que vous décidiez de vous arrêter, vous découvririez qu'il y a quelque chose à 1 km mais comme il n'y a plus de panneau au-dessus, libre à vous de supposer qu'il s'agit de heu... ce que vous voulez. Une traversée de la chaussée par les escargots tous les samedis de 8h20 à 10h43 par exemple.

     

    C'est pas grave en soi mais encore une fois, il n'y a personne qui remarque la chose, il n'y a personne qui remarque qu'une plaque de signalisation a perdu la partie supérieure. Non, personne. Jamais personne du MET, jamais personne des services de police, jamais personne de la commune de Chaudfontaine. Non, dans la descente de Fléron à Chaudfontaine par Bouny, il ne passe jamais personne. Alors, à quoi bon laisser cette demi-plaque de signalisation puisqu'il ne passe jamais personne et que personne ne la voit ? 

     

    2015 05 12 (1).JPG

    Bouny (2).JPG

  • La borne squatteuse

    La borne 2015 01 03 (8).JPGC’est aux abords du carrefour de la N61 et de la rue du pont que vous pouviez voir son petit corps couché sur la chaussée qu’elle squattait depuis plus d’un mois. Sa présence, parfois dangereuse n’a pu échapper à personne. En effet, des ouvriers ont effectué des travaux de maçonnerie pendant une semaine à cet endroit mais ce n’était pas leur problème. Des ouvriers du MET (je préfère conserver cet archaïsme plutôt qu’utiliser le pompeux SPW) ont également oeuvré à cet endroit puisque non seulement la chaussée a été balayée dans les deux sens mais en plus, un des poteaux de l’îlot directionnel qui avait été couché, sans doute par le vent, a été remplacé. Des représentants des diverses autorités publiques, qu’elles soient communales, policières ou autres passent également très régulièrement par là.La borne 2015 01 03 (1).jpg

    Moi aussi.

    Et pourtant, bien que toutes ces personnes potentiellement concernées soient passées par là, rien n’a bougé. La borne squatteuse était toujours là, couchée sur le sol. Parfois sur le trottoir, parfois sur l’îlot, parfois sur la chaussée, parfois un peu plus loin, mais toujours elle revient.

    Hier soir, c’est un simple citoyen, inquiet de la dangerosité provoquée par l’objet couché en travers de la chaussée qui a alerté votre blog préféré (considérez ces deux derniers mots comme un brin d’humour).

    Oui, ce citoyen, désirant conserver un anonymat bien compréhensible m’a contacté. « J’en ai marre de prendre le bus à l’arrêt de La Brouck », a-t-il dit. « Chaque fois qu’il pleut, une grande flaque se forme et lorsque les voitures passent, les personnes à l’arrêt sont aspergées. En plus, il y a cette borne qui voyage sur la chaussée et qui pourrait provoquer un accident. La commune a été prévenue mais on me répond que c’est le MET… »

    Ce qui est juste mais, le fait que ce soit de la responsabilité du MET ne doit pas empêcher toute personne, un brin soucieuse de la sécurité d’agir. C’est pourquoi, hier soir, j’ai décidé d’enlever l’objet litigieux de l’espace public.

    La borne 2015 01 03 (14).JPG

    Rassurez-vous, loin de moi l’idée de me l’approprier. Je le tiens donc à la disposition du MET, chez moi, bien à l’abri et ce pendant un mois. Le MET va en être averti par courrier. S’ils ne sont pas venus le rechercher endéans ce mois de janvier 2015, début février, l’objet leur sera renvoyé par voie postale, port payé par le destinataire évidemment.securite routiere.jpg

    Force est une nouvelle fois de constater que quelque part, des personnes ne font pas correctement le travail pour lequel la collectivité les rémunère. A vous de voir lesquelles. Au moins, cette borne squatteuse et voyageuse ne risquera plus de causer un accident, surtout par temps de pluie ou de brouillard.

    Autres photos sur la page Facebook de ce blog Sudinfo de Trooz.

     

    La borne 2015 01 03 (11).JPG

     

  • La N61 à Chaudfontaine, c'est pour très bientôt

     

    chaudfontaine n61 7.jpg

    Les travaux sont annoncés.

    La partie délicate entre le pont du casino de Chaudfontaine et le pont sur la Vesdre près de la piscine va être bientôt rénovée puisque le début des travaux est prévu pour le printemps 2015.

    La nécessité de ces travaux n'est bien évidemment pas remise en cause MAIS, il est évident qu’en plus de Chaudfontaine, les habitants de Trooz ainsi que les commerçants sont concernés par ce futur chantier.

    En effet, nous nous souvenons tous que lors de travaux effectués sur cette N61, non seulement deux commerces avaient fait faillite mais également les habitants avaient été contraints d’organiser une marche en mai 2009 (photos ici) pour obtenir le placement de feux lumineux permettant le passage alternatif des véhicules.2009 05 04 Manifestation travaux N61 DSC03812 (19).JPG

    Nous nous souvenons également que ce chantier avait suscité pas mal d’interrogations quant à son organisation, quant à la signalisation, etc.

    Il est permis d’espérer que les leçons du passé serviront pour la gestion du futur.

    Selon l’article publié dans La Meuse ce 20 décembre 2014 dans lequel vous pouvez prendre connaissance de quelques détails, les pouvoirs publics ont débloqué des fonds et le chantier couvrirait une zone de 2km7.

    Soit.

     

    2014 12 20 chaudfontaine travaux.png

     

    De notre point de vue, il est impératif qu’une communication fiable et précise soit transmise aux habitants proches de ce chantier.

    C’est pourquoi, puisque Trooz n’est pas directement concerné mais l’est bien évidemment indirectement au premier chef et en particulier les commerces dont le chiffre d’affaires dépend pour certains du passage des véhicules sur la N61, un courrier a été adressé à monsieur Abdurrahamn Aydogdu, Responsable de la Direction des Routes afin d’obtenir des précisions quant au calendrier prévu ainsi que par rapport aux modalités d’organisation de ce chantier.

     

    La N61 sera-t-elle fermée ? Des feux alternatifs permettront-ils le passage ?

     

    Vous serez bien entendu tenus informés sur ce blog de la réponse (ou non) de monsieur Aydogdu.

    2009 07 04 signalisation Trooz2.jpgQuelques photos de la gestion calamiteuse du chantier de 2009 en cliquant ici.

    chaudfontaine n61 1.jpg

     

     

  • Le travail bien fait, yaksa

    Comme vous le saviez, sur l'îlot directionnel au carrefour de la rue du Pont et de la N61, à hauteur de La Brouck, depuis un certain temps, pour ne pas dire un temps certain puisqu'il y a environ un mois, un poteau avait été plié -sans doute par le vent violent- et présentait un danger potentiel en cas de nouvel accident à cet endroit.

    epee 2 433858073_9.jpg

    début novembre

    Le SPW (ou le MET) a effectué la réparation.

    C'est une bonne chose. Mais, pourquoi avoir laissé traîner un autre poteau qui avait lui aussi été arraché, sur ce même îlot. Ah oui, "ils" ne l'ont pas vu qu'un machin traînait...

    Epee DSC_0038 (1)bis.JPG

    le panneau (en arrière-plan) a été réparé mais...

    "Le meilleur moyen de préserver ton emploi, c'est de bien faire ton travail", disait le sage (mais il est mort il y a bien longtemps). 

  • Alyson Chacon face à la Justice *vidéo

    Alyson Chacon face à la Justice (2).JPG

    Pour votre confort de lecture, l'entretien en vidéo est posté ci-dessous. L'article précédent est posté ici.

  • Alyson Chacon face à la Justice

    Alyson Chacon face à la Justice (1).JPGAlyson Chacon, charmante jeune femme de vingt-cinq ans habitant Trooz,  nous raconte ses déboires avec la Justice qu’en ce cas précis il conviendrait plutôt de rebaptiser Injustice...

     

     « J’ai été convoquée comme assesseur pour les dernières élections », explique-t-elle, plus en colère et étonnée qu'inquiète. « Je me suis donc rendue quelques instants avant l’heure prévue au bureau de vote concerné. Là il y avait un peu de retard dans l’organisation car deux groupes devaient être constitués mais, apparemment, il manquait des personnes d’un côté. Un groupe devait officier au bureau A et un autre au B. Moi, j’étais convoquée pour le bureau A. Je me présente et on me dit d’attendre. J’attends donc, dans le local mais toujours devant le bureau (la table). Arrive mon tour, la dame me demande ce que je veux. Je lui réponds que je viens comme assesseur et elle me répond qu’on n’a plus besoin de moi. »

     

    Après avoir voté, Alyson quitte le bureau et s’en va, l’esprit tranquille car elle est en possession d’un document (voir ci-dessous) attestant qu’elle s’est présentée dans les délais et n’a pas été retenue. 

    Alyson Chacon face à la Justice (6)bis.JPG

    Tout aurait pu être bien qui finit bien, MAIS… pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

    Quelques temps plus tard, Alyson reçoit la visite d’un policier qui vient l’auditionner. Elle lui fournit explications et document probant à l’appui, elle pense en terminer avec cet épisode.

    Pas du tout, la lourde machine judiciaire s’est mise en branle mais, apparemment, quelques rouages semblent un rien grippés par une certaine forme d’incompétence. C'est alors qu’Alyson va se retrouver non plus face à la Justice mais à l’injustice et l’incompréhension. La stupide et ici, le mot prend tout son sens, lourdeur administrative. Le service public dans ses meilleurs errements.

    L’affaire poursuit son chemin et voilà à présent Alyson convoquée au Tribunal par un huissier, exposée à des frais divers et à des ennuis dont elle aurait pu se passer.

    Que la Justice fasse respecter la Loi est bien entendu normal et naturel mais une lecture même pas attentive des documents qu’Alyson m’a présentés aurait pu mettre fin à cette affaire avant qu’elle n’éclate.

    Il y a quand même un fameux problème d’incompétence quelque part.

    Quand on voit comme a été (mal ?)traité ce cas relevant de la compréhension de lecture d'un niveau moyen de troisième primaire, il est permis d’avoir toutes les craintes quant au déroulement d’affaires plus graves voire plus complexes.

     

    Alyson Chacon face à la Justice (4)bis.JPG

     

    Le jeu des trois (au moins) erreurs :

    Première erreur : Alyson s’étant présentée dans les délais requis n’aurait pas dû être renseignée comme personne en défaut. Mais imaginons que cela puisse arriver, ce qui nous conduit à la

    deuxième erreur : le policier ayant auditionné Alyson et ayant vu le papier attestant qu’elle s’était présentée et n’avait pas été acceptée, a, supposons-le, rendu un rapport en ce sens. Mais, alors pourquoi la

    troisième erreur :

    cette convocation que rien ne justifie devant le Tribunal Correctionnel ?

    "Ils" cherchent de l'argent, d'accord mais il y a des limites. Bien évidemment tout le monde peut faire une erreur mais, à ce point-là, c'est élever les manquements et l'absence de discernement au niveau de la Médaille Olympique.

    Que penser aussi du conseil prodigué par l'huissier de prendre un avocat... Est-ce bien nécessaire ? L'huissier n'a-t-il pas confiance ou foi en un jugement qui ne peut qu'être "de plates excuses présentées à l'accusée" ? Difficile d'imaginer que le Juge soit au même niveau que ceux qui ont fait qu'Alyson soit convoquée...

    EDITO Charles Clessens

     

    video3.jpgPour le confort de votre lecture, l'entretien vidéo avec Alyson est posté ici. 

  • Le LIDAR à Chênée

    CSC_0010.JPGDepuis quelques jours, le LIDAR est installé à Chênée, rue de Beaufraipont, quelques dizaines de mètres avant l’accès à l’autoroute.

    Il est vraiment imposant, comme cela, tout beau, tout gris.

    Selon certaines voix, ces appareils sont surtout préventifs. Selon d’autres voix, ils sont répressifs. Empruntons une voie parallèle et analysons les lieux.

    Imaginons que ce gros DADAR soit préventif. C’est bien de faire de la prévention. Mais ne conviendrait-il pas d’être un peu plus vigilant avec les panneaux de signalisation et de commencer par ceux-ci ?

    En effet, peu avant le gros DADAR, il y a une plaque de signalisation (B14 ?) qui indique que la vitesse est limitée à 50 km/h. Ce qui, soit dit en passant permet de prendre de magnifiques photos.

    DSC_0002.JPG

    Petit bémol, celle-ci (pas la vitesse hein, la plaque) est superbement cachée, voire même camouflée. Si vous êtes un rien attentif, vous remarquerez que, non seulement cette plaque (B14) invitant les automobilistes à ne pas dépasser les 50 km/h est masquée par la végétation mais encore le panneau 50 est-il planté juste derrière un grand panneau bleu indiquant les directions à prendre.

    Voilà la bonne organisation et la collaboration efficace des différents services publics chargés de veiller, pour le cas présent, à notre sécurité. Et je peux, sans crainte de me tromper, avancer que des endroits tendancieux comme celui-là ou plus exactement mal agencés, il y en a des centaines en Wallonie.

    Et puis, sait-on jamais, si vous avez été flashé à cet endroit, il me semble que vous disposez de solides arguments pour inciter un Juge à vous acquitter. 

    DSC_0004.JPGDSC_0005.JPG

    CSC_0008.JPGCSC_0009.JPG

    DSC_0006.JPGDSC_0007.JPG

  • Balayeuse municipale...mon amour

     

    Balayeuse.jpgPhoto prétexte

    ACTE 1

     

    Ce lundi 25 août 2014, je me suis rendu à Herstal. Rien de très original me direz-vous. C’est juste. Passant par le quai Mativa à Liège, je me suis retrouvé derrière une balayeuse dûment mandatée par les services chargés de la propreté, ou plus exactement, les services de la saleté créatrice d’emplois, de la Ville de Liège (si à tout le moins, cela permettait d'en créer dans le domaine de l'éducation mais ça, c'est un autre problème). Il devait être un peu plus de 11 heures. Cette balayeuse avançait à pas d’homme pas du tout pressé, ce qui est rare de nos jours où la course permanente est devenue la règle de base en notre société. Je la suivais sans problème et sans énervement, espérant savourer le fruit du travail bien fait. J’ai de suite aperçu les grandes touffes de végétaux qui sortaient des avaloirs reconvertis en habitacles végétatifs et, curieux de voir comment les choses allaient se passer, je me suis dit que les  plantes allaient résister. Ce qu’elles firent admirablement. Ben oui, c’est toujours la nature qui gagne. Si bien qu’après le passage de la balayeuse municipale, de grandes touffes surgissaient des avaloirs, comme plantées dans des vases, défiant le paysage de béton. « Peut-être que Liège veut se mettre au vert ? » pensai-je naïvement. Et, en souriant intérieurement, je poursuivis ma route.

     

    ACTE 2

     

    Le lendemain, par le plus grand des hasards, je me suis à nouveau rendu à Herstal, en empruntant le même chemin, il était un peu plus de 10 heures. Et devinez quoi, je me suis retrouvé au même endroit, à l’entrée du quai Mativa avec la même balayeuse qui entretenait son champ de plantes diverses en tous genres. Vérifiant la composante de la file derrière moi, tout comme les ouvriers occupés à la tâche, « ils » étaient bien plus nombreux. Ce qui me passionnera toujours c’est la  capacité des "souffleurs de feuilles" à faire vrombir leurs engins sur l’entièreté de la route et non sur l’unique bande qu’emprunte l’aspirateur infernal sur roues ainsi que sur la berme centrale. Pourquoi ne pas les balayer et les envoyer directement sous l’avaleur roulant au lieu de les expulser au quatre « coins » de la route ? C’est une intrigue digne de Simenon que nous découvrons là. Il paraît qu’il est mort donc il ne nous sera d’aucun secours.

     

    QUESTIONS ORGANISATIONNELLES

     

    A-t-on vérifié le « chantier » comme il se doit avant d’envoyer la balayeuse effectuer son travail ? Auquel cas, même un novice amateur, ces lignes en sont la preuve, se serait rendu compte que le problème des plantes ne serait pas solutionné par la balayeuse. Bref, pourquoi ne pas avoir procédé dans l’ordre inverse ou mieux encore, les deux en même temps ? Ne me répondez pas, la réponse risquerait de m'étonner très fort... 

     

  • Gestion scandaleuse d'un chantier à Trooz

    Travaux (1).jpgLAXISME et/ou INCOMPETENCES DIVERSES, à vous de choisir.

    Nous sommes jeudi 19 juin 2014. Il est 17h.

    Le chantier des travaux effectués sous le pont près de la gare de Trooz est une honte, un hymne à l'incompétence et au manque de réaction des pouvoirs publics, locaux ou autres, quels qu'ils soient.

    En effet, ce chantier qui permet, via les feux lumineux à 7-8 voitures de passer à la fois, provoque, en ce moment, une file en direction de Verviers qui s'étend du Château de Prayon au rond-point de la gare, soit environ 2 km. Dans l'autre sens, vous passez comme une fleur. Ben oui, il y a des heures où les flux de trafic sont fréquents dans un sens et inversement. 

    Aucune initiative, aucune contrainte, rien, pas la moindre mesure n'a été prise.

    Penser installer des panneaux d'information ou obliger l'entrepreneur à au moins signaler ces travaux à l'entrée de Trooz, de façon à inviter les automobilistes à éventuellement prendre la route vers Fléron ou Forêt dépasse apparemment le niveau de compétence des gestionnaires, QUELS QU'ILS SOIENT.

    Ce problème se manifeste évidemment presque tous les jours aux mêmes heures mais personne ne s'est encore posé la question de savoir s'il n'y a pas moyen de faire quelque chose.

    Pousser une gueulante, c'est bien.

    Proposer des solutions, c'est mieux :

    1 Imposer aux gestionnaires du chantier de placer des panneaux indiquant les travaux aux deux entrées de Trooz en suggérant les déviations.

    2 Régler les feux selon le moment puisque les flux sont eux aussi "alternatifs".

    3 Faire régler la circulation par la police aux heures de pointe.

    4 Ou, à défaut, interdire l'ouverture de ce chantier aux heures de pointe.

    Deux témoignages reçus :

    Didier "Hier, j'ai mis 35 minutes pour aller du Carrefour à la gare".

    Marcel "Ce jeudi, j'ai mis 45 minutes du Château de Prayon au Ry de Mosbeux"

    Travaux (2).jpgTravaux.jpg

  • Moi j'ai gardé l'accent...disait Mireille Mathieu

    Foret sans accent 001.jpgLes accents, parfois nos vigoureux pouvoirs publics chargés de la signalisation, les enlèvent, les modifient, les perdent... Parfois aussi ils ajoutent indûment un trait d'union comme par exemple à Sart Tilman qui, bien évidemment n'en prend pas. Bref, ils cafouillent plus que de raison.

    Ici, sur la N61, à l'entrée de notre commune, Forêt a perdu son accent pour devenir Foret. Quelques km plus loin, Péry l'avait aussi perdu mais ça a été corrigé avec du scotch et Pery est redevenu Péry. A Chaudfontaine, c'est Vaux-sous-Chèvremont qui était avait pris l'accent pour devenir Chêvremont. La aussi, ça été corrigé avec du scotch. Chênée, quant à lui l'avait perdu pour devenir Chenée tandis que le quai Borguet a perdu son U.

    Y aurait pas un problème quelque part ?  

    Pourquoi ils s'en foutent comme cela ?

    Bien sûr, tout le monde peut faire une erreur, mais, pourquoi y a personne qui voit ? Il y a quand même quelqu'un qui a signé un bon de commande, quelqu'un qui a réceptionné, quelqu'un qui a effectué le travail, quelqu'un qui a vérifié si le travail a été effectué correctement... Doit-on imaginer que parmi tous ces intervenants le manque de conscience professionnelle existe ? Non, n'est-ce pas. Alors, pourquoi toutes ces erreurs ?

    Pas grave n'est-ce pas un petit panneau mal rédigé... comme, par exemple, souvenez-vous, celui du pont de La Brouck pour lequel les citoyens payent de leurs deniers les dégâts causés par les manquements des pouvoirs publics où, on le sait, il n'y a jamais de responsable.

    Foret sans accent 002.jpg

     

  • Marre de ces plaques erronées.

    Cela peut paraître anecdotique mais cela peut aussi ne pas l'être et amener, dans certains cas, des conséquences importantes.

    Derniers exemples en date :

    les plaques indiquant Forêt, à la limite d'Olne qui comportaient une faute d'orthographe (Foret au lieu de Forêt). Récemment, Péry nous était revenu sans accent. Quelques km plus loin, c'est Chênée qui a perdu son accent circonflexe.

    Recypark 001.jpg

    Revenons à Trooz, plus bas, recyparK au lieu de recyparc. Influence néerlandophone ?

    Et que dire de la plaque qui indique le sens prioritaire, une flèche noire sur fond blanc.

    Comment est-il possible de relever autant d'erreurs ou de manquements dans les plaques de signalisation sur la voie publique ?

    Je-m'en-foutisme ? Absence de conscience professionnelle ? Incompétence ?

    Bien sûr, parfois les conséquences sont minimes, voire inexistantes mais parfois elles peuvent s'avérer singulièrement catastrophiques.

    La preuve par le pont de La Brouck et son aberrante signalisation qui ne voulait strictement rien dire ni surtout rien interdire.

    Les habitants de Trooz payent cette incurie des pouvoirs publics et la payeront encore de nombreuses années. Ben oui, le pont, c'est pas gratuit.

    plaque signalisation erronée DSCF6030.JPG

     Plus près dans le temps, le pont de la Fenderie et sa plaque mystérieuse (cachée).

    Plaque pont Fenderie (1).jpg

     Et que dire des experts qui ont calculé la pose du nouveau pont de La Brouck...

    Quelques autres exemples vécus dans la région sont sur la page Facebook de ce blog Sudinfo de Trooz.

     

    Plaque pont Fenderie (2).jpg