Politique

  • Denise Laurent, le retour ?

    2017 10 09 (2).JPGAlors qu'elle n'y était plus venue depuis très longtemps, l'ancienne bourgmestre de Trooz, Denise Laurent, est revenue assister à une séance du Conseil communal.

    Hasard ou volonté, qui plus est en ce début d'année électorale ?

    Autant le lui demander, à la sortie de ce Conseil, dès la fin de la séance publique.

    Madame Laurent, dites-moi : votre retour au Conseil communal ? 

    "Non, non. Pas du tout. Je revenais de Liège, d'une réunion. Alors, je me suis dit, c'est le Conseil donc je vais y aller. Mais je n'imagine pas que je suis restée 24 ans sur la chaise."

    Alors on reverra Denise Laurent sur les listes ?

    "Les provinciales, ils voudraient bien. Enfin, les provinciaux, les députés et tout ça hein. Parce qu'à la Province, naturellement je fais beaucoup de voix. J'ai fait le deuxième score la dernière fois."

    Pas sur la liste communale alors ?

    "Ils ne m'ont pas voulue la dernière fois. Ils ne m'ont pas voulue alors pourquoi est-ce qu'ils me voudraient maintenant ? La dernière fois je leur avais dit hein. Moi je veux bien aller en fin de liste. Je fais beaucoup de voix et on aura une majorité absolue. Ils n'ont pas voulu, alors ? Je ne vais pas insister à moins qu'il n'y aurait vraiment un couac. Je crois qu'il y en a qui ne se remettront pas sur la liste. Et puis maintenant, je n'ai plus l'âge non plus hein. Mais on verra bien. S'il fallait vraiment, je le ferais parce que ça ne me dérangerait pas encore, mais..."

    Est-ce que ce sera une liste PS ?

    "Je ne sais pas? J'ai déjà demandé mais je ne sais pas. Il y en a qui font des listes "progrès" ou alors peut-être une liste autour du bourgmestre. Je ne sais pas."

  • La démocratie participative…

    Baltus Olivier.jpgComme vous le savez, le blog Sudinfo de Trooz se veut ouvert, aussi bien aux candidats politiques à titre individuel qu'au plan collectif (partis) et bien entendu aux citoyens qui souhaitent s'exprimer et ce, sans restriction si ce n'est de respecter les règles élémentaires de la bienséance. 

    La démocratie participative est un sujet qui tient Olivier Baltus beaucoup à cœur.

    "J'essaie de voir ce que font les communes wallonnes afin d'encourager ma propre commune à progresser dans cette voie", explique-t-il. "Comme Dorian Kempeneers, Premier Echevin à Olne, je suis persuadé que l'avenir de la politique et de notre communauté sociale passe par une participation accrue des citoyens dans la gestion communale..."

     

    Lire la suite

  • Trooz : lettre ouverte d'un conseiller communal au bourgmestre

    baltus ol1.JPGOlivier Baltus, conseiller communal de l'opposition à Trooz, a envoyé une lettre Beltran Bourgmestre2.jpgouverte au bourgmestre, Fabien Beltran.

     

    Il nous a transmis copie (voir ci-dessous)

    Lire la suite

  • Eaux usées en Wallonie... VEGA dénonce un gros mensonge par omission !

    Taux d’épuration des eaux usées en Wallonie 

    VEGA dénonce un gros mensonge par omission !

    116255721.jpg400 millions d’euros : c’est le montant du nouveau programme d’investissements 2017-2021 de la Société Publique de Gestion de l'Eau (SPGE) que vient d’approuver le Gouvernement wallon. Cette somme s’ajoute aux presque 4 milliards d'euros déjà investis dans l'assainissement des eaux usées domestiques depuis la création de la SPGE en 1999, dont 539 millions pour l’égouttage.

    La Wallonie va-t-elle ainsi enfin se conformer aux obligations européennes de la Directive 91/271/CEE qui fixent au 31 décembre… 2005 l’échéance pour l’assainissement des 213 agglomérations wallonnes d’au moins 2.000 équivalents-habitants (EH) ? La Wallonie va-t-elle ainsi atteindre l’objectif du « bon état » des 354 masses d’eau de surface et 33 ME souterraines wallonnes, comme l’impose pour le 22 décembre… 2015 la Directive Cadre 2000/60/CE ?

    Ces investissements y contribueront assurément mais cela risque fort de ne pas suffire !

    La construction de dizaines de nouvelles stations d’épuration collective et de stations de pompage et la pose de kilomètres de collecteurs vont compléter les équipements situés à l’aval de la filière d’assainissement. Mais c’est aussi et surtout au niveau de la partie amont que le bas blesse ! En effet, les réseaux d’égouttage communaux sont bien souvent vétustes, non étanches, ou incomplets, et les raccordements particuliers des habitations défectueux, avec pour conséquence le rejet sans traitement d’une partie des eaux usées domestiques directement dans la nature. La situation est la plus défavorable dans le centre des villes et des villages qui n’ont pas fait l’objet d’investissements de modernisation et où subsistent de très vielles canalisations, d’une capacité pas toujours suffisante, et parfois même posées sans joints afin d’être drainantes.

    Malgré le système de financement de l’égouttage prioritaire mis en place par la SPGE depuis fin 2002, qui permet la réduction de la quote-part communale dans les projets de pose ou de rénovation d'égouts qu'elles souhaitent réaliser (préfinancement et exemption de la TVA), les investissements demeurent largement insuffisants. En 2016, 39 millions d’euros ont ainsi été adjugés pour 140 chantiers d’égouttage en Wallonie. Il en faudrait au moins le double !

    Deux exemples concrets, parmi d’autres, permettent de comprendre pourquoi le chemin à parcourir sera encore long et coûteux, du fait notamment de l’étalement urbain.

    -     L’agglomération de Fraipont-Nessonvaux-Trasenster (Commune de Trooz), d’une taille de 1.700 équivalents-habitants (EH), ne dispose pratiquement d’aucun égout digne de ce nom ; des km de canalisations d’égout devront être posés et des millions d’euros dépensés pour acheminer les eaux usées aux points de reprise par un futur collecteur de la SPGE. Or, la Commune peine déjà à rénover et compléter le réseau dans son autre agglomération de La Brouck-Prayon, équipée depuis 2010 d’une station d’épuration de 13.600 EH, et qui couvre aussi une partie des territoires de Fléron et Chaudfontaine.

    -     La longue Rue de Jupille / des Moulins / de Fléron qui relie Fléron à Beyne-Heusay puis Liège dans l’étroit vallon urbanisé du ruisseau des Moulins. Malgré la construction d’égouts et de collecteurs, les eaux usées provenant des centaines de maisons des quartiers traversés sont mélangées aux eaux du ruisseau ; trop diluées, ces eaux usées ne peuvent être traitées dans la station d’épuration de Liège-Oupeye, plus grande centrale de Wallonie, et sont donc directement rejetées en Meuse au niveau de la station de pompage de Jupille

    Le taux d'épuration des eaux usées domestiques en Wallonie est en réalité bien inférieur aux 91% régulièrement avancés par les autorités, chiffre qui n’est rien d’autre que l’addition des capacités théoriques de traitement des stations existantes. Or, tant que les réseaux d’égouts ne seront pas réhabilités et complétés, des dizaines de ces stations d’épuration collective resteront largement sous-alimentées.

    Ce chiffre ne tient pas non plus compte des 11 % de la population wallonne soumise au régime d’ « assainissement autonome ».

    Le travail de la SPGE qui coordonne et favorise les investissements en matière d’assainissement et d’égouttage, et des 8 organismes d’assainissement agréés qui opèrent sur le terrain, doit être salué.

    Mais les communes doivent également poursuivre leurs efforts en rénovant et complétant les réseaux d’égouttage, en privilégiant les investissements ramenant de la charge dans les stations d’épuration existantes, en cadastrant leurs égouts, en obligeant les propriétaires à se raccorder leur maison à l’égout… et en informant la population par rapport à cette question de l’épuration des eaux usées.

    103201641.jpg

    Olivier Baltus, pour

    logo Vega.jpg

  • VEGA salue le retrait de la demande de permis au Ry-Ponnet

    vega.pngRy-Ponet : une victoire citoyenne et une bonne nouvelle pour le développement territorial liégeois

    Communiqué, 6 septembre 2017

    Le retrait de la demande de permis du projet immobilier «Haïsses-Piedroux» est une très bonne nouvelle pour l’urbanisme liégeois.

    «Haïsses-Piedroux» était en effet la caricature de ce qu’il ne faut plus faire en matière d’urbanisme : monofonctionnalité, faible densité, urbanisation de terres utilisées par l'agriculture et éloignement du transport public. «Haïsses-Piedroux», c’était la garantir de voir des centaines de voitures supplémentaires venir accroître l’engorgement du réseau routier. «Haïsses-Piedroux», c’était une nouvelle fuite en avant et la fragilisation de projets plus difficiles à monter mais essentiels pour la qualité de la vie des urbains.

    Le retrait de ce projet est en phase avec le mouvement de planification territoriale qui est en cours, notamment à travers le Schéma de développement territorial d’arrondissement (SDT) ou le Schéma provincial de développement territorial (SPDT) qui prévoient clairement — et nous nous réjouissons qu’un consensus puisse se former à ce propos — de localiser les nouveaux développements immobiliers à proximité des gares, existantes ou à rouvrir. Ce principe est salutaire. Pour la première fois, une perspective concrète est sur la table pour mettre fin à l’étalement urbain.

    VEGA salue une victoire importante des mouvements associatifs et citoyens qui se sont fortement mobilisés pour faire barrage à ce projet destructeur. Loin du «Nimby» auquel d’aucuns cherchent à les ramener, leur combat a de toute évidence servi l’intérêt général. Nous les en remercions.

    Face au risque de voir le projet «Haïsses-Piedroux» revenir sur la table après les élections communales, nous appelons tous les groupes politiques liégeois à se positionner sans ambages en faveur de la sauvegarde du site exceptionnel du vallon du Ry-Ponet.

    Nous appelons aussi la Ville de Liège à veiller à ce que la dépollution du site «LBP» soit suffisante pour y installer un nouveau quartier mixte, associant, autour de la gare de Chênée, logements, bureaux, activité artisanale, espaces verts et commerce de proximité.

    François Schreuer, conseiller communal de la Ville de Liège

     

  • Commission d'enquête parlementaire : le rapport

    Même si nous, citoyens de Trooz, n'avons malheureusement pas eu l'opportunité d'entendre Madame Laurent s'exprimer devant la Commission parce que malade lors de sa convocation, c'est avec un vif intérêt que nous avons pu suivre ces débats.

    Ci-dessous, le Rapport de la Commission d’enquête parlementaire  chargée d’examiner la transparence et le  fonctionnement du Groupe PUBLIFIN dans sa totalité : cliquez ici

    Voici également une synthèse réalisée par un des membres de la Commission, Stéphane Hazée

    "Il y a eu des jours, il y a eu des nuits. Du temps sans compter.
    Il y avait et il y a toujours de la colère et de l'écoeurement.
    Aujourd'hui, le Parlement a adopté les conclusions de la Commission d'enquête.
    Aujourd'hui, c'est la fin et c'est en même temps
    le début",
    conclut-il.

    Lire la suite

  • L'opposition à Trooz ne lâche rien

    baltus3.JPGPeu nombreuse à Trooz puisque seuls deux Conseillers communaux (Olivier Baltus et Jean-Pierre Larose) en font partie, l'opposition se signale surtout par sa réactivité.

    Ci-dessous, un courrier transmis par Olivier Baltus.

    Lire la suite

  • Louis Maraite... l'homme transparent

    maraite car wash.jpgLouis Maraite (MR), l'homme qui n'a pas peur de se mouiller pas seulement au car-wash mais aussi pour afficher ses convictions, publie ses mandats.

     A l'heure où, poussés par les nombreuses affaires qui ne cessent d'éroder la confiance du citoyen à l'adresse du politique, les partis politiques dits traditionnels se déchirent pour savoir jusqu'à quelS pointS ils pourront ou pas cumuler, un Conseiller communal bien connu pour ses nombreuses et diverses actions, Louis Maraite, n'hésite pas à publier non seulement ses mandats mais aussi ce qu'ils rapportent.

    TRANSPARENCE.

    "Mes mandats ? 7.093,2 € bruts en 2016 !
    Pour le 30 juin, les élus doivent rentrer au Service public de Wallonie, Direction générale opérationnelle des Pouvoirs locaux et de l'Action sociale, Direction du contrôle des mandats locaux, leur déclaration de mandats et de rémunérations.

    J'ai donc fait l'exercice que j'enverrai par recommandé demain, l'envoi par internet n'étant pas considéré comme sécurisé.

    J'ai donc précisé mon mandat d'origine (conseiller communal) - qui m'a rapporté, en 2016, 4.555,86 € bruts (11 séances du Conseil communal et au moins 30 commissions), mon mandat dérivé au Port autonome de Liège (2.537,13 € bruts - une séance du Conseil d'Administration par mois) et tous mes mandats dans les asbl où je représente la Ville de Liège. Il y en a 9 : Liège-Patrimoine, Ecetia, CIAC, les Musées de Liège, RTC, Liège-Sports, Angleur-Sports (ACSA), Grivegnées -Sports ( Sports et Santé) et le Tennis Club de Cointe. Tous sont exercés à titre bénévole. A cela s'ajoutent mes mandats dans des asbl qui n'ont rien à voir avec la Ville et qui étaient antérieurs à mon engagement communal : Europa Nostra Belgium, RFC Liégeois 120-125, également non rémunérés. Puis j'ai déclaré ma fonction de Consul honoraire d'Allemagne (toujours sans honoraires) et mon activité professionnelle au CHU de Liège. Ajoutez à cela le GASP de Cointe, le Chemin de Fer des Trois Frontières et SOS Agriculteurs en détresse (trois activités évidemment non rémunérées) où je retrouve et implique mes amis et vous aurez le relevé complet de mes activités "politiques" que je préfère appeler "sociales". Je vous rassure, je ne fais pas cela pour l'argent mais pour le plaisir de faire plaisir et de rendre service.
    7093,02 € bruts par an.

    Vous comprendrez dès lors que les propos "tous les politiques sont des pourris" ne m'énervent pas : ils me désolent. Autant que d'apprendre, par la presse, qu'il y a des mandats autrement plus rémunérés qui s'attribuent "par le fait du prince", "par copinage", dans tous les partis, y compris le mien. Ce n'est pas tout de réclamer la transparence, il faut en appliquer le principe. Je fais ce que je dis, je dis ce que je fais ! Et si les jeunes membres du Conseil communal des Enfants n'ont qu'une maxime à retenir, n'est-ce pas celle-là ?", explique Louis Maraite, jamais en retard d'une initiative.

  • Olivier Baltus répond au MR et invite à débattre

    Jamagne Marc 2017 04 24 (3).JPGJe réponds oui…

    … à l’invitation du MR de débattre publiquement de la gestion communale à Trooz.

    Les Politiques ne doivent pas craindre la critique et expliquer leur action… et ses limites. La confiance entre les citoyens et leurs représentants est précieuse et doit sans cesse être entretenue… lorsqu’elle existe encore. Malheureusement, les incertitudes liées à notre époque et les excès du capitalisme fragilisent une part croissante de la population alors que les frasques et le manque d’éthique de quelques politiques et représentants d’institutions publiques portent préjudice à l’ensemble des élus et à la démocratie représentative. « Faire de la politique autrement », n’est-ce pas avant tout remettre les citoyens au centre du jeu ?

    Membres de l’opposition et de la majorité ne peuvent se limiter à échanger quelques propos et avis lors des conseils communaux ou dans les médias ! Les discussions informelles avec la population lors des événements culturels, commémoratifs et autres, aussi amicaux et agréables soient-ils, ne suffisent pas. Une information précise et une communication efficace, si elles sont attendues de longue date à Trooz, ne sont que 2 actions parmi bien d’autres à mettre en place.

    Les attributions de Christophe Marck, 1er échevin MR, sont le développement rural, l’urbanisme et l’aménagement du territoire, les affaires économiques et la mobilité (d’après le site de l’UVCW). Autant de sujets importants qui concernent des projets concrets à Trooz : le PCDR, les projets de lotissements, le commerce et sa promotion, la voie lente…

    De mon côté, j’ai beaucoup travaillé depuis près de 5 ans sur les questions de gestion citoyenne et de démocratie participative, d’aménagement du territoire et de respect du caractère rural de notre entité, de patrimoine, du tourisme diffus, d’espaces publics conviviaux et de qualité, de communication, de politique des déchets et de prévention, toujours dans une optique d’intérêt général. Ceci avec une cohérence qui ne souffre aucune exception, mais sans hésiter à pointer les points positifs comme négatifs de l’action du Collège, conformément à ma volonté annoncée sur mon blog « Le Passeur (d’Idées) » de mener une opposition critique mais constructive. Je n’attaque jamais les gens mais je ne me gène par pour m’exprimer quant à leur (in)action, vertement si nécessaire.

    Majorité et opposition, parlons ensemble et franchement de ces sujets, et de tous les autres ! Invitons les citoyens à en débattre avec nous. Allons à leur rencontre et écoutons-les. La majorité PS-MR-EcoVa a la main ; à elle d’organiser un débat ouvert en présence de toutes les forces politiques en présence à Trooz. Profitons du fait que les élections communales ne sont pas pour tout de suite pour éviter les caricatures et les postures.

    Je réponds oui à la discussion.

    Olivier Baltus Conseiller (opposition)

  • Le Président du MR réagit à l'adresse d'Olivier Baltus

    DSC_0010 (1).JPGCi-dessous, le document transmis par Marc Jamagne en réaction aux articles précédents relatifs aux échanges qui ont opposé l'échevin Christophe Marck au conseiller Olivier Baltus.

     

    Mot du Président de la section MR de Trooz : Marc Jamagne

    2017 06 26 jamagne 1.jpg

    2017 06 26 jamagne 2.jpg

  • Trooz (et environs) ce 22 juin 2017...

    20170622.jpg

    1 TEMPERATURES

    Il est à peine 8 h15 et les températures avoisinent déjà les 25 degrés. Cette journée est annoncée comme la plus chaude de la semaine. Prenez vos précautions et ne manquez pas de vous hydrater. Pensez aussi aux animaux. Des orages sont attendus dès midi.

    2 POLITIQUE

    Furlan Laurent DSC_0149.JPGDenise Laurent, Bourgmestre Honoraire de Trooz, devait s'exprimer ce matin devant la Commission d'enquête parlementaire. Ayant rentré un certificat médical, elle ne pourra s'y rendre. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement. 

    2017 06 22 certificat.jpg

    3 INCENDIE A FLERON

    Le Quick de Fléron a été ravagé cette nuit par un incendie. L'animalerie voisine a également été fortement touchée, tous les animaux sont morts, le sinistre est total.

    (Voir ici)

    2017 06 22 incendie fleron.png

     

  • Entretien avec Daniel Bacquelaine, Ministre des Pensions et supporter du RCV Chaudfontaine

    Présent ce dimanche 12 juin 2017 à la présentation des prochaines gouvernance et saison du Racing Club Vaux Chaudfontaine, Daniel Bacquelaine, Ministre des Pensions, a accepté dix minutes d'entretien.

    Celles-ci vous sont répercutées ci-dessous dans leur intégralité.

    Le foot bien sûr mais aussi la commune de Chaudfontaine, les travaux sur les routes, le monde politique et ses pratiques ont été brièvement revisités.

    Lire la suite

  • EcoVa vous invite à son petit déjeuner...copieux !

    logo-ecova-deg-supA3.jpgCe dimanche 11 juin 2017, le groupe EcoVa organise son traditionnel et copieux « Petit Déjeuner » en la salle de Forêt Village.

    Et ce de 9h à 11h et pour la modique somme de 5€

    Les produits sont  fournis par des fermiers locaux ou l’ASBL de réinsertion « le Pont ».

    Nous espérons vous y rencontrer.

    Une inscription nous aide à la commande des produits.

    A l’avance je vous remercie de votre présence.

    André Dombard.

    0486/26.33.58. ou andre.dombard@skynet.be

  • La Démocratie participative

    Article politique... Olivier Baltus

    La démocratie participative

    La gestion publique participative représente un important enjeu démocratique ; elle prend diverses formes selon le degré d’implication des habitants : l’information, la consultation, la concertation et la coproduction.

    Après avoir abordé ces 3 premières formes dans de récents articles parus sur le blog politique www.infotrooz.be, intéressons-nous à ce que fait la Commune de Trooz en matière de coproduction, soit le mode de participation citoyenne le plus poussé.

    Et à Trooz, que fait-on ?

    Si l’information communale est actuellement insatisfaisante, les autorités promettent pour la fin juin 2017 de doter la Commune d’un site internet digne de ce nom. Par ailleurs, le Conseil communal n’est pas le cœur de la démocratie locale et des débats d’idées tel qu’il devrait être. On constate aussi que si les possibilités de rencontre entre les élus et les citoyens sont nombreuses à l’occasion d’événements festifs, culturels, sportifs…, elles ne sont généralement pas propices aux échanges portant sur des sujets et des enjeux d’intérêt général.

    Les citoyens sont consultés à diverses reprises et notamment dans le cadre de projets environnementaux et urbanistiques ; dans certains cas comme au niveau de la CLDR et de la CCATM, on constate que les autorités ne jouent pas toujours le jeu. Quant à la concertation, qui va au-delà de la simple demande d’avis mais vise l’établissement d’un consensus entre les citoyens appelés à s'exprimer et les autorités, elle a été menée avec un certain succès dans le cadre de la présentation publique du projet de rénovation de la Place du Marché à Prayon.

    Dans tous ces domaines, j’ai formulé une série de propositions concrètes pour une démocratie plus citoyenne.

    La coproduction

    Selon ce « modèle négocié », un projet n'est pas établi a priori et ensuite soumis aux citoyens mais conçu en commun. A ma connaissance, seul deux exemples concrets ont été mis en œuvre à Trooz. Passons-les en revue rapidement.

    Un appui à un projet de citoyens…

    s’est produit lorsque la Commune a décidé de vendre l’ancienne école communale à la scrl « Trasenster 24 », constituée par un collectif de villageois désireux de rénover le bâtiment et d’y établir une sorte de maison de village gérée directement par les habitants. Même si la Commune n’offre aucun avantage particulier, elle se présente comme partenaire du projet et de ses promoteurs en prenant des parts pour un montant de 20.000 €, ce qui lui permet ainsi/aussi de s’assurer que l'objectif annoncé sera bien poursuivi.

    Le plan communal de développement rural (PCDR)

    …a été initié en 2010 lorsque la majorité en place lors de la législature précédente a décidé d'engager la Commune de Trooz dans une Opération de Développement Rural (ODR).

    Le PCDR (Plan Communal de développement Rural) est par définition un projet participatif, qui repose sur le travail d’habitants désireux de s’investir concrètement et de participer à la gestion publique dans une série de domaines de la vie communale (économie, tourisme, patrimoine, mobilité, environnement, vie sociale et associative…). Objectif : amélioration du cadre et de la qualité de vie des habitants. Pour une trentaine de citoyens (et quelques rares élus-citoyens), ce fut des années ponctuées de réunions plénières et techniques (et donc de PV), de présentations de diagnostics et de rapports, de synthèses, d’échanges, de confrontations, de textes et de palabres. Avec comme produit fini un Plan composé de… 24 fiches-projets. Ce PCDR a été finalisé le 30 mars 2017 lors d’une réunion des 3 groupes de travail composés de citoyens. http://www.infotrooz.be/archives/2017/03/10/35031088.html 

    A-t-on la démocratie que l’on mérite ?

    Avant de soumettre ce PCDR à l’approbation du Conseil communal puis des autorités de la Région et de permettre ainsi la subsidiation des actions (jusqu’à 80%), il doit être soumis à la CLDR (Commission Locale de Développement Rural, composée pour ¼ d’élus et pour ¾ de citoyens) chargée de prioriser les actions sur une période de 10 ans. Une étape fondamentale donc.

    Patatras : un mois après cette importante réunion de la CLDR du 4 mai 2017, les citoyens ayant participé des années durant au projet ne sont toujours pas informés du niveau de priorité accordé à chaque fiche ! Tous attendent le PV qui n’est ni sur le site de la commune, ni sur celui du GREOVA (organisme qui accompagne Trooz dans son ODR). Quelle est la priorité accordée à la réfection de la Place Teixeira à La Brouck ? Viendra-t-elle avant l’installation de panneaux reprenant le nom des cours d’eau ou après l'amélioration de la performance énergétique des bâtiments communaux ? La valorisation du patrimoine mémoriel est-elle pour 2018 ou 2026 ?

    La Place Teixeira à La Brouck.jpg

    Lors du Conseil communal de ce 29 mai a été présentée la 1ère Modification Budgétaire 2017 : comment savoir s’il faut accepter de payer 35.000 € au lieu des 15.000 € initialement budgétés pour refaire la route ceinturant la Place de Forêt quand on ne sait toujours pas si et quand la Place Teixeira – complètement dégradée au cœur du quartier de La Brouck – sera un jour rénovée via le PCDR ?  

    Toute une dynamique citoyenne patiemment mise en place est malmenée et risque d’être définitivement perdue en raison d’un manque d’intérêt incompréhensible de la Commune. Christophe Marck, Echevin MR responsable du Développement rural, offre le service minimum… alors que le Conseil communal du 19 juin sera appelé à voter le PCDR !

    Résultat : des citoyens actifs démotivés et désengagés, soit l’inverse de l’objectif recherché ! Finalement, le PCDR sort de la sphère citoyenne pour réintégrer le seul domaine politique. D’une logique de transversalité impliquant les destinataires des projets d’actions, on retombe dans une visée verticale et hiérarchique traditionnelle coiffée par les seuls élus. La participation citoyenne via le PCDR devait rapprocher les administrés des élus ; à Trooz, le fossé s’est encore creusé.

    La conclusion à tirer de cette triste expérience de coproduction au travers du PCDR est la même que celles tirées au niveau de l’information, de la consultation et de la concertation : la majorité PS-MR-EcoVa à Trooz n’offre pas de réelle possibilité aux citoyens de s’impliquer dans la gestion communale et conserve jalousement et sans partage ses compétences. Au mépris de la démocratie citoyenne et participative.

     

    Nicolas Sools apportera-t-il un vent nouveau ? Notre tout nouveau président socialiste du CPAS de Trooz, élu communal depuis plus de 10 ans et qualifié d’ « enthousiaste, curieux, motivé et désireux d’améliorer ce qui peut l’être », accède de facto au Collège communal. Après ses paroles et celles de son jeune camarade Thibaud Smolders (premier échevin à la commune d’Awans) très portées sur le « renouveau » et le « changement », on attend les actes.

     

    PROPOSITIONS POUR UNE DEMOCRATIE + CITOYENNE :

    -     lancement par la Commune d’un « appel à projets », clairement balisé aux niveaux de l’objectif d’intérêt général, de la participation citoyenne et des montants concernés ;

    -     consacrer chaque année 2,5% du montant du budget extraordinaire à un budget participatif, dont la destination sera définie par la population (cela correspondrait à une somme de 36.000 € pour 2017) ;

    -     améliorer la communication communale, informer les participants du PCDR, entretenir la dynamique citoyenne ;

    -     organiser chaque année dans les principaux quartiers une assemblée de la population, au cours de laquelle le collège communal présente les réalisations de l'année écoulée et les projets de l'année en cours, visant à améliorer le bien-être des habitants. La parole y serait ensuite donnée aux participants, afin de leur permettre d'exprimer leur opinion et d'interroger les mandataires, à propos de divers sujets concernant la vie de la commune.

     

     

  • En vue des élections de 2018, un nouveau candidat s'affiche : Sébastien Marcq

    Marcq Sébastien.JPGLes séances du Conseil communal à Trooz, c’est un peu, toutes proportions gardées, comme la saison du Standard cette année. Le public est peu présent et les joueurs connaissent presque tous les supporters par leur petit nom. A Trooz, les séances du Conseil sont suivies, en moyenne par moins de 5 personnes, sauf événement exceptionnel bien évidemment. C’est dire si une présence inhabituelle comme celle de Sébastien Marcq est vite repérée.

    De fait, depuis quelques mois, Sébastien Marcq, s’invite régulièrement aux séances du Conseil. Alors, autant lui demander clairement pourquoi puisque la proximité de la prochaine échéance électorale peut susciter des vocations.

    ENTRETIEN 

    Sébastien, tu assistes régulièrement aux séances du Conseil communal depuis quelques mois. Il est permis de supposer qu’il y a une bonne raison…

    « Effectivement, j’ai décidé de m’engager politiquement en tant que citoyen et j’ai choisi le Parti Socialiste parce que j’ai confiance dans le travail de notre bourgmestre et des collaborateurs. La personnalité, l’engagement et l’énorme investissement de Fabien Beltran pour notre belle commune, lui permettent d’effectuer un travail de qualité et réfléchi. »

    Donc, on peut considérer que tu es en campagne électorale dès à présent. Veux-tu te présenter aux lecteurs du blog Sudinfo de Trooz ?

    « Je m’appelle Sébastien Marcq mais les gens me connaissent aussi par mon surnom Tintin. J’ai 42 ans, Je vis dans la commune de TROOZ  depuis ma naissance à la Basse-Fraipont. Avec ma compagne, Caroline WILKIN, nous avons trois magnifiques filles âgées de deux, neuf et douze ans. »

    Peux-tu parler un peu de ta vie professionnelle ?

    « Je travaille en tant qu’éducateur dans un Service Résidentiel pour Jeunes (SRJ) présentant un handicap mental léger, modéré, sévère voire des troubles caractériels ou de l'autisme. Dans mon institution, je suis également représentant des travailleurs au « SETCA ». Je participe activement au « Conseil d’Entreprise »(CE) ainsi qu’au « Comité Pour la Prévention et la Protection au Travail »(CPPT). »

    Tu es aussi actif dans ton quartier, à Fraipont…

    « Je suis président de l’Association des Parents de l’école communale de Fraipont (El-No). Avec des parents actifs au sein de l’association et une équipe pédagogique très motivée (institutrices, instituteurs, secrétaires et directeur), nous collaborons afin de donner un meilleur accueil scolaire, d’offrir l’égalité des chances à chaque enfant, de permettre des sorties pédagogiques et culturelles, d’organiser des activités variées et ce, sans aucune discrimination. Pour cela, nous organisons de nombreuses manifestations comme Bourse aux vêtements, Marche ADEPS, Spectacle de Saint-Nicolas, Veillée de Noël, Souper Choucroute, Journée Portes Ouvertes, Barbecue de fin d’Année et Vente de Lasagnes…. »

    Rayon sportif, tu n’es pas en reste non plus…

    « Je participe depuis très longtemps aux activités sportives des différents clubs de notre commune. Football, Kung-Fu, Basket. J’ai aussi assumé les fonctions de trésorier, président et éducateur des maisons des jeunes : « La Maison HIGNY, Le TILT ». J’ai également accompagné le Comité du Carnaval de Nessonvaux.

    Actuellement, à la Basse Fraipont, je participe à la concrétisation du projet de création d’un PLP (Partenariat Local de Prévention). Il consiste à réunir les citoyens d’un même quartier ou d’une même entité avec notre Bourgmestre (Fabien BELTRAN) et la police. Et pour être complet, actuellement, Je suis membre actif dans le tout nouveau comité de Fraipont Village, « L’étincelle. ».

    Actif aussi dans ta rue…

    « Dans la rue des Aubépines où je vis nous avons déjà mis en place deux activités : le « Vin chaud » en décembre et le « Barbecue des voisins » au début du mois de juin. »

    Il n’y a pas que ta rue et que Fraipont puisque les élections sont communales. Quelle est ta vision globale de la commune de Trooz ?

    « Depuis ma plus tendre enfance, je connais « La Casbah » de TRASENSTER. Je trouve ce projet très positif. Il anime le village, renforce la proximité par une ambiance très conviviale dans toute l’entité. Je les en félicite, jeunes et moins jeunes.

    LA BROUCK est un quartier riche de ses multiples cultures où différents habitants de tous les âges sont actifs et participent aux manifestations comme « LA ROMERIA » et la fête locale. Ils se mettent en honneur !!! Bravo…

    Le syndicat d’initiative de Trooz est un atout pour notre commune. Une équipe qui aide, encourage et favorise le tourisme. Ils soutiennent toutes organisations et manifestations faites sur notre commune.

    Nous avons bien d’autres quartiers et associations qui font vivre notre commune : « FORÊT, FONDS-DE-FORÊT, LE THIER, SAINRY, NESSONVAUX, FRAIPONT, VAUX S/OLNE, PRAYON, TRASENSTER… On y rencontre des petits comités dans lesquels des personnes motivées éprouvent le besoin de se retrouver et se sentir bien avec leurs voisins.

    Les nombreux Commerçants, Indépendants et Entreprises sont dynamiques. Ils proposent des emplois et donnent ainsi vie à la commune. Ils en sont donc des représentants de première importance. Nous nous devons de les soutenir et de promouvoir les différentes qualités de travail qu’ils proposent.

    Divers clubs et associations de tous ordres coexistent également dans la commune. Je me dois de soutenir toutes ces personnes qui s’investissent pour proposer et garder leur violon d’Ingres.

    Je pense que lorsqu’on intègre un groupe, une équipe, une institution, un comité, un club … il est indispensable de s’investir au mieux pour les aider et se sentir bien dans ce que l’on entreprend et dans ce que l’on est. »

    Quelles sont tes expériences personnelles de façon un peu plus précise et approfondie ?

    « Jeune, j’ai eu l’occasion de voyager et j’ai découvert de nombreux pays (Espagne, Maroc, Italie, Pologne, Tunisie, …) avec toutes leurs différences sociales, culturelles... J’y ai toujours été accueilli comme un « roi». L’art d’accueillir devrait être également une des valeurs fondatrices de notre société.

    Il est important que la commune de TROOZ soit la commune où il y a « quelque chose en plus ». Ce « plus » est ce que chaque citoyen peut apporter, partager et communiquer autour de lui. Chacun doit être fier de lui-même, de son quartier, de sa commune et en devenir pourquoi pas, … son ambassadeur.

    Ma femme, mes enfants, mes parents, mes proches, mes amis, mon travail et mon rôle de représentant des travailleurs, l’Association des parents de l’école El No, l’étincelle, le comité de quartier, les clubs sportifs, les maisons des jeunes « Le TILT et La Maison HIGNY »… font de moi la personne que je suis. »

    Et comment te décris-tu en tant que personne ?

    « J’estime être quelqu’un de positif et juste, réfléchissant à mes devoirs et à tous les aspects de la vie et de la société, aimable et respectueux, enthousiaste et créatif ...

    Je sais prendre du recul quand cela est nécessaire. Je n’ai pas d’a priori, ni de préjugé. Je m’adapte aisément et calmement aux situations, même difficiles. Je connais aussi mes capacités, mes limites et mes défauts. »

    Je suppose que tu t’es fixé quelques objectifs disons politiques…

    « Aujourd’hui, je me sens prêt et je suis déterminé à défendre l’intérêt de tous dans notre commune. Je souhaite une meilleure démocratie, une politique plus juste encore, plus de savoir-vivre, d’hospitalité et de courtoisie, de tolérance, de transparence, de proximité, de sociabilité, de rencontres, d’informations, de communication et de collaboration. Je veux le bien-être de chaque citoyen. Pour cela, j’ai besoin de vous, de vos idées, de votre soutien, de votre aide.

    J’aime les personnes, c’est dans ma nature, j’aime partir à la rencontre des autres et je trouve cela enrichissant.

    Un de mes objectifs est de créer une coordination pour assurer complicité et entente dans la localité ce qui permettrait aux habitants de se rencontrer plus souvent et de se concerter pour améliorer leur rue, leur quartier, leur commune, leur région. Et peut-être d’étendre ce projet à d’autres entités de la commune ; pourquoi pas ? »

    Et c’est donc le PS qui, à ton sens, incarne le mieux ton ressenti ?

    « Oui, j’ai choisi le Parti Socialiste car il véhicule les valeurs dont je me sens le plus proche. Même si parfois pour certain sujet, « il ne faut pas hésiter à se remettre en question. » Aujourd’hui, nous devons voter pour quelqu’un dont on se sent proche, quelqu’un qui nous représente fondamentalement, avec un maximum d’idées et d’intérêts communs, en qui on a confiance. J’espère de tout cœur être cette personne pour les citoyens qui peuvent me contacter s’ils le désirent ou s’ils souhaitent en apprendre plus quant à cette décision de m’investir dans la vie politique de Trooz. »

    Marcq Sébastien 2.jpgVoici donc les coordonnées de Sébastien MARCQ. Il habite au 5 rue des Aubépines à 4870 TROOZ. Son GSM porte le numéro 0478/79.21.05 et il peut être joint par mail sebastien.marcq@gmail.com ou via Facebook

    https://www.facebook.com/sebastien.marcq74