Matricule 226

  • Matricule 226 *Numéro 11*

    Les années guerre

    Quelques épisodes résument cette période douloureuse.

    1939   Prayon

    En septembre 1939, l’Union belge organisa des mini-championnats. Prayon se retrouva dans une division provinciale en compagnie de onze clubs : Herstal, Mons, Slins, Vottem, Ans, Saint-Gilles, Montagnarde, US Liège, Melen, Chaudfontaine et Visé.

    Organisation et confusion : la même Union belge avait décidé que les clubs qui seraient « déchus » pendant la durée de la guerre retrouveraient leur place à l’issue du conflit. Solution équitable pour les clubs Wallons qui comptaient pas mal de prisonniers de guerre en leurs rangs, mais également que les clubs qui seraient promus resteraient promus, ce qui donna lieu à la fin de la guerre à des situations confuses et compliquées.

    La même Union belge, encore, avait décidé d'intégrer les clubs de la Ligue socialiste, interdite par les autorités d'occupation. En provinciale, Prayon retrouva ainsi Mons (très fréquent champion de Belgique de la Ligue socialiste), Montagnarde et Saint-Gilles.

    En 1941, Prayon loupa de peu la consécration

    1940-41  Nessonvaux

    Pas de compétition officielle

    1941   Prayon

    Prayon loupa de peu la consécration.

    Malheureusement, en 1941, lors d'un match décisif pour la montée en Promotion, l'Union belge désigna pour ce match un arbitre issu de la Ligue socialiste qui désavantagea Prayon tout au long des nonante minutes. Stachou Juczak, victime de l'énervement général, boxa l'arbitre et fut évidemment exclu et suspendu pour trois ans. Ci-dessous, l'équipe de cette saison 1941. Comme on le constate régulièrement, à ce sujet, rien n'a vraiment changé...

    1941 Prayon.jpg

    1940-41 équipe prayon.jpg

    1941-42  Nessonvaux

    Wallonia termine premier de sa série et après un tour final acharné avec cinq équipes, c’est la montée en deuxième provinciale pour la première fois de son histoire.

    1941 - 42 nessonvaux premièrebis.jpg

    Nessonvaux : équipe première 1941-42

    Debout : Jean Rouschop, Marcel Brisbois (délégué), Marcel Léonard, René Delbushaye, Jean Breuer (Président), Jules Beaujean, Nicolas Tesson, Charles Ouwerx, Joseph Collard (soigneur).

    Accroupis : Victor Donneau, Arnold Hinnisdaels, Frans Renson, Joseph Maquinay, Alphonse Collard, Léon Huberty.  

    1941 - 42 Nessonvaux le public en car.jpg

    Le public se déplaçait en car

    1942-43  Nessonvaux

    Quelques échos...

    De bien étranges retournements de situation…

    Theux– Wallonia : à la septantième minute, le score est toujours vierge et pourtant, à la fin, Wallonia l’emportera 1-6.

    Xhoris- Wallonia : mené 3-0 à douze minutes de la fin, Wallonia finit par émerger 3-4 au final.

    1943 Prayon Contre Herve

    1943 Prayon contre Herve.jpg

    1943 prayon contre herve equipe (2).jpg

    1943-44  Nessonvaux

    Wallonia termine avant-dernier avec seulement 13 points tout en ayant inscrit 68 buts dont 12 par J. Detise et battu le premier, Vaux par 3-2.

    1944-45  Nessonvaux

    Plusieurs joueurs de l’équipe sont déportés et les robots commencent à pleuvoir sur le pays. Dès lors, il est impossible d’aligner une équipe en championnat.

    1945   Prayon

    François Rahier était président et Maurice Servais secrétaire.

    Tenant compte que certaines équipes avaient été handicapées pendant la guerre par les absences forcées de joueurs, les clubs qui étaient redescendus regagnaient la division qu'ils occupaient avant la guerre. C'est ainsi que Prayon qui avait accédé à la première provinciale en 1939 mais qui était redescendu en deuxième provinciale pendant la guerre, retrouva sa place en première provinciale.

    Et voilà, comme chaque mardi, l'histoire du foot dans notre commune (actuellement Trooz) continue. Quelques échos des années "guerre" vous ont été proposés aujourd'hui.  

    Pour rappel, « Matricule 226 » est une série hebdomadaire publiée sur ce blog Sudinfo de Trooz tous les mardis. Elle raconte, de façon malheureusement bien incomplète et dans l’ordre chronologique, l’histoire des clubs de football existant ou ayant existé dans la commune de Trooz depuis 1906. Si vous avez loupé un ou plusieurs épisodes, il vous est possible de les lire en ouvrant la catégorie ci-contre, à droite, intitulée « Matricule 226 ».

    N’hésitez pas non plus à signaler toute faute de frappe et/ou d’orthographe ainsi qu’une erreur dans les textes.

    Vous pouvez bien évidemment également identifier l'un ou l'autre joueur dont la photo est publiée.

    Merci de votre fidélité et à la semaine prochaine pour la suite de ces palpitantes aventures. 

    Pour tout contact avec l'auteur, cliquez ici.

  • Matricule 226 *Numéro 10*

    Et voilà, ce mardi, l'histoire du foot dans notre commune (actuellement Trooz) continue.  Pour rappel, « Matricule 226 » est une série hebdomadaire publiée sur ce blog Sudinfo de Trooz tous les mardis. Elle raconte, dans l’ordre chronologique, l’histoire des clubs de football existant ou ayant existé dans la commune de Trooz depuis 1906. Si vous avez loupé un ou plusieurs épisodes, il vous est possible de les lire en ouvrant la catégorie ci-contre, à droite, intitulée « Matricule 226 ».

    N’hésitez pas non plus à signaler toute faute de frappe et/ou d’orthographe ainsi qu’une erreur dans les textes.

    Vous pouvez bien évidemment également identifier l'un ou l'autre joueur dont la photo est publiée.

    Merci de votre fidélité. 

    Lire la suite

  • Matricule 226 *Numéro 9*

    1937-38 Wallonia FC Fraipont-Nessonvaux

    Une très belle 3ème place avec 76 goals marqués.

    1937-38 Prayon Juniors Provinciaux

    Les deux premiers classés en Juniors Provinciaux avaient le droit de disputer le Tour Final National. Ils étaient souvent issus des grands clubs comme le Standard, le FC Liégeois, Tilleur, le CS Verviers, Montegnée, Seraing voire des clubs moyens comme Bressoux, Herstal, Huy ou encore Waremme…

    Or, en septembre 1937, l’équipe qui avait remporté le Championnat Régional Provincial, tel que rapporté ci-avant, le petit Prayon a osé se signaler dans la catégorie supérieure.

    Tout avait mal commencé : Prayon – Standard 2-3 puis Tilleur – Prayon 6-4 (avec des joueurs exclus, un arbitre plus que partial, des disputes désagréables entre joueurs, etc.).

    Puis, brusquement, l’équipe se mit à tourner rond et jusqu’à la 26ème journée, nous ne connûmes qu’une seule défaite et un nul.

    Prayon – Seraing 2-3 et  Prayon - FC Liège 0-0.

    Quelques résultats marquants : des victoires à domicile contre Herstal 10-0, Huy 11-0, Montegnée 6-1, Saint-Nicolas 14-1, Tilleur 10-1 (la défaite du second jour était bien vengée), CS Verviers 5-2 et contre Visé 5-0 mais aussi en déplacement, à Montegnée 0-7, au FC Liège 1-6 (oublié le 0-0 du premier tour), au CS Verviers 2-6, à Waremme 1-5 et à Wandre Union 0-12.

    Le retour contre le Standard fut remis en raison des intempéries en fin de championnat et, à ce moment, les 2 clubs étaient déjà qualifiés pour le tour final national.

    Le Standard n’avait pas très bien avalé le pénible 2-3 du match aller et fit donc donner l’artillerie lourde avec les Massay, Deleu et compagnie.

    Après une demi-heure de jeu, sur le terrain principal du Standard, les deux demis d’aile prayonnais furent évacués en raison de blessures sérieuses.

    Les remplacements n’étaient pas autorisés et Prayon termina à neuf.

    Le Standard l’emporta 5-0. Sombre dimanche !

    Le classement final s’établissait comme suit :

    1 Standard                                         26           23           2             1             148         37           47

    2 Prayon                                             26           21           4             1             133         32           43

    3 Seraing                                            26           19           6             1             118         39           39

    4 CS Verviers                                     26           15           8             3             106         60           33

    5 Tilleur                                              26           12           9             5               97         76           29

    6 Bressoux                                         26           12           11           3               91         63           27

    7 FC Liège                                           26           11           11           4               91         91          26                          

    L’équipe type : Joseph Hulsen, François Welraeds, Stachou Juczak, Joseph Reyns, Nicolas Lallemand, Louis Idzak, Joseph Lallemand, Maurice Wéry, Jean Massart, Georges Cugnon, Léon Piec.

    Réserve : Joseph Smolarek.

    1937 38 Prayon juniors 37-38.jpg

    Tour Final National : éliminé en ¼ par Anderlecht

    Les deux premières équipes étant qualifiées pour le Tour Final National, le Standard fut écrasé 5-0 par le Lierse tandis que Prayon disputa son quart de finale au terrain de Tirlemont contre Anderlecht qui l’emporta par 3 buts à 1 avant de battre en demi-finale le Beerschot par 2-1 et le Lierse en finale, par 2-1 également.

    Anderlecht alignait des noms qui allaient plus tard s’illustrer en division d’Honneur et en équipe Nationale tels Meert, Van Vaerenbergh, Van Cottem, Vernimmen, Demol et Janssen.

    Pour rappel, « Matricule 226 » est une série hebdomadaire publiée sur ce blog Sudinfo de Trooz tous les mardis. Elle raconte, dans l’ordre chronologique, l’histoire des clubs de football existant ou ayant existé dans la commune de Trooz depuis 1906. Si vous avez loupé un ou plusieurs épisodes, il vous est possible de les lire en ouvrant la catégorie ci-contre, à droite, intitulée « Matricule 226 ».

    N’hésitez pas non plus à signaler toute faute de frappe et/ou d’orthographe ainsi qu’une erreur dans les textes.

    Merci de votre fidélité.                  

    Charles Clessens

  • Matricule 226 *Numéro 8*

    1936-37 Wallonia FC Fraipont-Nessonvaux

    Cette année-là, le Wallonia FC Fraipont-Nessonvaux obtient une 6ème place avec 25 points.

    En 1937, Jean Breuer était président et Jean Delcour secrétaire. 

    1936-37  Prayon 

    François Rahier était président et Albert Mossay secrétaire.

    Cette saison s’avéra fructueuse puisque Prayon récolta deux titres de champion provincial.

    Les scolaires gagnent le championnat régional (texte de Maurice Wéry publié dans une brochure qui parut en 1987)

    Comme l'écrit mon vieux complice et copain Jean Massart, il fallut du temps pour "décider" les uns après les autres les parents à laisser leurs chers et précieux rejetons rejoindre les rangs du club.

    Deux irréductibles ne capitulèrent que cinq ans après, grâce à une guerre d'usure menée inlassablement par l'omniprésent dévoué secrétaire Albert Mossay... c'étaient les parents de Nicolas Lallemand et du soussigné.

    Le 15 novembre 1936 donc, Nicolas et Maurice purent enfin rejoindre la bande de copains qui avaient débuté leur carrière en cadets et la poursuivaient, qui en scolaires, qui en juniors et avec qui ils se mesuraient régulièrement sur la place du village de Prayon, sur la nouvelle route... l'une et l'autre non asphaltées bien sûr... voire parfois dans les prairies d'où on les expulsait régulièrement...

    Le premier match des deux néophytes eut lieu à Vottem, alors troisième du classement, Prayon étant deuxième, tandis que - comme en juniors - les Canaris de Fléron occupaient la première place.

    Nicolas s'aligna au centre-avant et moi-même au centre-half.

    Le W.M.

    A l'époque, on jouait encore le 1- 2 - 3 - 5 avant que je ne puisse convaincre l'entraîneur du Daring Club de Bruxelles, champion de Belgique cette année là, un anglais dénommé Butler, d'adopter mon système breveté W.M. (Wéry Maurice)... 1 - 3 - 2 - 2 - 3...

    Résultat des courses : Vottem – Prayon  1 - 8 !

    Le championnat se poursuivit sur cette lancée :

    Prayon -Milmort : 3–0 puis Nicolas passa dès lors centre-half car il avait besoin de grands espaces; et moi-même au centre-avant.

    Herstal –Prayon 2-4 ; Prayon – Chaudfontaine 10-1 ; Dalhem – Prayon 2-2  (le seul point perdu au second tour ; Prayon – Melen   : 8–0.

    Vint alors l'interruption d'hiver du 13 décembre 1936 au 14 février 1937.

    Le 21 février à Fléron, sur un terrain gelé et enneigé, nous l'emportions 1-2, et passions ainsi en tête pour terminer par les matches Tilff - Prayon : 0-4; Prayon - Wandre : 5-0 (forfait de Wandre) et le match aller remis Chaudfontaine – Prayon  : 0-12.

    Classement final :                     J          G         P         N          Pr         Ctr       Pts

    1. PRAYON                         18        16        0          2          80        12        34
    2. FLERON                         18        14        1          3          ?          ?          31

    Prayon Champion Provincial

    Le Championnat Provincial Liégeois comptait à l'époque trois séries et les vainqueurs de chacune de celles-ci devaient disputer un tour final. Saint-Nicolas se désista, et il n'y avait dès lors que deux clubs, Theux et Prayon à se disputer le titre.

    Les clubs se mirent d'accord pour ne jouer qu'un match et un tirage au sort eut lieu au Comité Provincial et qui désigna le terrain de Prayon pour cette ultime rencontre.

    Après un match agréable à suivre malgré la température (d'après les "Sports Illustrés"), Prayon l'emportera par 4-2 et sera  donc sacré Champion Provincial !

    L’équipe championne s’alignait comme suit : Joseph Hulsen, François Welraeds, Stanislas Juczak, Jean Faber, Nicolas Lallemand, Louis Idzak, Joseph Smolarek,  Joseph Lallemand,  Maurice Wéry,   Léon Piec,   Jean Lacroix…

    1936 Prayon.jpg

    1936-37  Prayon (juniors)

    Pendant les mois d'hiver, trop rudes pour les "jeunes" scolaires, six d'entre eux rejoignaient l'équipe "Juniors" quand ils le pouvaient : Joseph Hulsen, François Welraeds, Stachou Juczak, Nicolas Lallemand, Joseph Lallemand, Maurice Wéry et parfois Léon Piec, en l'absence de Georges Cugnon.

    Ils se joignaient alors à Jean Massart, Edouard Parzybut, Edouard Poniwiera, Jean Monseur et Stefan Zawada, qui formaient l'ossature d'une équipe qui devait parfois être complétée par des néophytes ou même des cadets, ce qui explique qu'au moment des retrouvailles, Prayon n'était que troisième derrière Fléron et Jemeppe.

    Pour gagner la série, il fallait non seulement que Prayon batte Jemeppe puis aille gagner à Fléron mais aussi que Jemeppe batte Fléron. Et puis, ces conditions remplies, que Prayon batte à nouveau Fléron en un test-match sur terrain neutre. Le miracle se réalisa et le classement final donnait :

    1. Prayon et Fléron    29 points
    2. Jemeppe               28 points

    Renforcée par les scolaires lorsque leur championnat le permettait, l'équipe première a remporté le test-match qui l'opposait à Fléron pour désigner le vainqueur du championnat. Cette rencontre eut lieu sur le terrain de Chaudfontaine. Prayon l'emporta par 4 buts à 0 (photo originale de l'équipe ci-dessous).

    1936 Prayon Fleron test match à Chaudfontaine.jpg

    4 avril 1937  Prayon Juniors Champion provincial

    Comme pour les scolaires, le titre fut décerné à l’issue d’une seule rencontre qui fut disputée  au terrain de la SRU Verviers contre le FC Eupen.

    Le journal « Le Jour » de Verviers qui, le jour précédent, avait fait d’Eupen son favori titrait alors  : « En infligeant une sévère défaite à Eupen, Prayon est Champion Provincial : FC Eupen – Prayon 1–14 » 

    « Pour une débâcle, en voilà une ! 14-1, tel est le résultat brutal que l’on dut enregistrer. (…) » 

    A vrai dire, ce résultat n’est nullement flatté pour les jeunes métallurgistes. Ce team possède des qualités extraordinaires et rarement vues chez des footballers en pleine évolution. Le contrôle de la balle fut un vrai régal pour les sportmen qui s’étaient donné rendez-vous et c’est un peu là le secret d’une aussi belle victoire.

    L’avenir de Prayon est riche de promesses et le spectacle que nous ont procuré ces onze jeunes gens fut un vrai régal pour les amateurs de beau football.

    Les buts : Massart 5, Wéry 4, Parzibut 3, Zawada et Joseph Lallemand 1.

    Eupen – Prayon 1 - 14

    1937 04 04 Prayon contre Eupen Tout final juniors.jpg

    Les vainqueurs d'Eupen

    Joseph Hulsen, Stefan Zawada, Stachou Juczak, Edouard Poniwiera, Nicolas Lallemand, Jean Monseur, Joseph Lallemand, Edouard Parzybut, Jean Massart, Maurice Wéry, Léon Piec.

    1936 - 37 Prayon juniors champion provincial .jpg

    Signalons pour l’anecdote que Georges Cugnon qui avait pratiquement disputé tout le championnat était absent pour le test-match contre Fléron et pour le match à Verviers contre Eupen, suite à un léger différend avec le comité, mais il avait bien mérité de « noss pitite patreye » comme les onze alignés.

     

    Pour rappel, « Matricule 226 » est une série hebdomadaire publiée sur ce blog Sudinfo de Trooz tous les mardis. Elle raconte, dans l’ordre chronologique, l’histoire des clubs de football existant ou ayant existé dans la commune de Trooz depuis 1906. Si vous avez loupé un ou plusieurs épisodes, il vous est possible de les lire en ouvrant la catégorie ci-contre, à droite, intitulée « Matricule 226 ».

    N’hésitez pas non plus à signaler toute faute de frappe et/ou d’orthographe ainsi qu’une erreur dans les textes.

    Merci de votre fidélité.                  

    Charles Clessens

  • Matricule 226 *Numéro 7*

    1934 Wallonia FC Fraipont-Nessonvaux     

    C’est dans un petit café proche de la gare de Nessonvaux que, le 4 novembre 1934, furent jetées les bases de la création du Wallonia. Quelques amateurs convaincus prirent la décision de se lancer et, très rapidement, ils trouvèrent non seulement un local mais aussi un terrain, à la Heid de Vesdre.

    Un comité présidé par Eugène Hamoir avait été constitué. Jean Delcour assurait le secrétariat et Joseph Denooz la trésorerie. Jean Schmitz, Jean Beuer, Jean Monville, Yvan Leclercq et François Dawans en étaient les autres membres.

    Fort d’un noyau de 18 joueurs et équipé de maillots jaune et bleu, le Wallonia entrait dans l’histoire.

    Anecdote amusante, ce fut une brave dame, Nénée Ferire, qui, à l’étonnement général, suggéra la dénomination du nouveau-né : « Poquey n’el loumrive nin Wallonia vos novay club ? »

    C’est ainsi que ce 4 novembre 1934, grâce à une poignée d’amoureux du ballon rond naquit le Wallonia Football Club Fraipont-Nessonvaux dont l’URBSFA approuva les statuts le 4 janvier 1935, après avoir reçu la demande d’affiliation manuscrite introduite par Jean Delcour, de sa plus belle plume, en date du 7 novembre 1934.

    Il est également à retenir qu’à l’origine, le nom de Fraipont précédait celui de Nessonvaux. Ce n’est que lors du passage en Société Royale que Nessonvaux a pris le pas sur Fraipont pour devenir Le Royal Wallonia FC Nessonvaux-Fraipont.

    Nous avons retrouvé le document original écrit par Jean Delcour pour solliciter la création du Wallonia ainsi que l’étrange réponse de l’Union belge à ce courrier.

    De fait, selon ce document officiel de l’Union belge, les couleurs étaient « gele trui, blauwe omslagen en zwarte broek », le terrain était situé « achter de statie van Nessonvaux-Fraipont », la « provincie Luik » et le métier du secrétaire était « nijverheidsman » tandis que le trésorier gagnait sa vie en tant que « handelaar »…

    C’est avec un plaisir évident et non sans une pointe d’émotion, voire de nostalgie, que nous vous proposons ci-après une reproduction de ces deux documents historiques et originaux.

    La demande d’adhésion manuscrite du Wallonia envoyée à l’Union belge par Jean Delcour  le 7 novembre 1934.

    1934 Nessonvaux Demande d'inscription Jean Delcourt.jpg

     

    L’acceptation du Wallonia en néerlandais par l’Union belge est datée du 4 janvier 1935 !

    1935 04 01 acceptation demande adhésion nessonvaux.jpg

    Mais l’acceptation officielle du Wallonia par l’Union belge ne parvient qu’en janvier 1935 dans un document où français et néerlandais se mélangeaient avec bonheur et, à ce moment-là, personne ne s’en formalisait !

    1934-35 Wallonia FC Fraipont-Nessonvaux (2209)

    C’est ainsi que le Wallonia FC Fraipont-Nessonvaux obtint le matricule 2209.

    En 1934, le président était Eugène Hamoir et Jean Delcour avait le secrétariat en charge tandis que Joseph Denooz s'occupait de la trésorerie.

    La première rencontre se déroula contre Olne.

    Le premier déplacement fut effectué à Pepinster et une équipe réserve était alignée en championnat.

    Ci-dessous, une liste incomplète des présidents et secrétaires du matricule 2209.

    Années

    Présidents

    Secrétaires

    1934

    1937

    1947

    1948

    1950

    1954

    1955

    1960

    1964

    1966

    1967

    1975

    1978

    1983

    1997

    2000

    2003

    2008

    Eugène Hamoir               

    Jean Breuer

     

    Jean Delcour

    Jean Delcour

    Jean Delcour

    Jean Delcour

    Jean Delcour

    Jean Delcour

    Jean Delcour

    Jean Delcour

    Alex Henrard

     

    Alex Henrard

     

    Yves Jacquemin

    Benoît Jacquemin

    Mustafa Karabal

    Jean Delcour

    Jean Delcour

    Jacques Heuse

    Jean Baiwir

    Jean Charbon

    Jean Charbon

    Albert Maquinay

    Albert Maquinay

    Eugène Degée

    Robert Moray

    Albert Maquinay

    Jean-Marie Mordant

    Roger Ruche

    Albert Boniver

    Serge Kransvelt

    Dany Bayet

    Dany Bayet

    Mustafa karabal

     

    1935-36 Wallonia FC Fraipont-Nessonvaux

    L’équipe fanion termine 2ème de sa série, échouant à un petit point du CS Verviers tout en inscrivant 108 buts.

    1935-36 Nessonvaux 1935-36 1 100ansFoot.jpg

    1935-36 Nessonvaux  bis .jpg

    Pour rappel, « Matricule 226 » est une série hebdomadaire publiée sur ce blog Sudinfo de Trooz tous les mardis.

    Elle raconte, dans l’ordre chronologique, l’histoire des clubs de football existant ou ayant existé dans la commune de Trooz depuis 1906.

    Si vous avez loupé un ou plusieurs épisodes, il vous est possible de les lire en ouvrant la catégorie ci-contre, à droite, intitulée « Matricule 226 ».

    N’hésitez pas non plus à signaler toute faute de frappe et/ou d’orthographe ainsi qu’une erreur dans les textes.

    Merci de votre fidélité.                  

    Charles Clessens

  • Matricule 226 *Numéro 6*

    Les cadets de Prayon / Saison 1932-33 / Terrain du FC Liège

    0 SERIE.pngPour rappel, « Matricule 226 » est une série hebdomadaire publiée sur ce blog Sudinfo de Trooz tous les mardis. Elle raconte, dans l’ordre chronologique, l’histoire des clubs de football existant ou ayant existé dans la commune de Trooz depuis 1906. Si vous avez loupé un ou plusieurs épisodes, il vous est possible de les lire en ouvrant la catégorie ci-contre, à droite, intitulée « Matricule 226 ».

    N’hésitez pas non plus à signaler toute faute de frappe et/ou d’orthographe ainsi qu’une erreur dans les textes.

    Merci de votre fidélité.                  

    Charles Clessens

     

    Lire la suite

  • Matricule 226 *Numéro 5*

    D.Loth – S. Juczak – J. Hulsen – J. Loth – J. Lallemand – L. Parzibut – F. Vinck – E. Gérard

    Markiewicz – J.Smolarek – G. Cugnon – E. Poniwiera – J. Massart – J. Reyns.

    1931  Comment a été créée la première équipe de cadets au FC Prayon

    Récit par son capitaine, Jean Massart (†)

    Lire la suite

  • Matricule 226 *Numéro 4*

     0 SERIE.png

    Comme chaque mardi, nous poursuivons notre voyage dans le passé du football à Trooz. Si vous avez loupé les épisodes précédents, il vous suffit d’ouvrir, ci-contre, la catégorie intitulée « Matricule 226 ».

    Après le Nessonvaux Fooball Club en 1906 et le Prayon Fooball Club qui a connu trois constitutions en tant que Société de Sports Athlétiques, c’est en 1923 que l’on trouve quelques traces du Cercle Sportif de Trooz.

    1923 

     

    En effet, un club dénommé Cercle Sportif de Trooz a été affilié le 13 avril 1923 et démissionné le 29 juin 1924.

    Sauf erreur, son seul mérite aura été de figurer dans le dictionnaire des clubs affiliés à l’URBSFA depuis 1895, en son temps, UBSSA (Union Belge des Sociétés de Sports Athlétiques).

    1926 

    Etoile Football Club Nessonvaux

    Probablement actif dès les années 1920, c’est le 2 juillet 1926 que naquit officiellement l’Etoile Football Club Nessonvaux.

    1926 Etoile .jpg

    Ce club hérita du matricule 686 et fut radié le 21 février 1931 pour raisons inconnues bien que la légende parle de faits obscurs qui se seraient passés et notamment d’un arbitre qui aurait été jeté dans la Vesdre.

    On savait traiter les contestations arbitrales d’une façon très particulière en ce temps-là.

    Rumeur…rumeur.

    Ses couleurs étaient le jaune et le mauve.

    Dès la semaine prochaine commencera le récit de la fabuleuse histoire des clubs de Nessonvaux et de Prayon

  • Matricule 226 *Numéro 3*

    0 SERIE.pngComme tous les mardis, nous poursuivons la série hebdomadaire qui retrace l’histoire du football dans notre chère commune de Trooz. Si vous avez manqué les publications précédentes, vous pouvez les retrouver en ouvrant ci-contre dans la liste des catégories celle intitulée « Matricule 226 ».

    Comme vous avez pu l’apprendre la semaine passée, c’est le Nessonvaux Football Club qui a été le premier club officiellement créé. C’était en 1906.

    Dans la foulée, c’est en 1912 que le Prayon Football Club est né…une première fois.

    Pour rappel, les clubs de football fondés avant 1926 ne bénéficiaient pas de numéro de matricule puisque c’est seulement à partir de 1926 que les matricules ont été attribués. 

    Il faut savoir que le cas du Prayon Football Club est relativement particulier. De fait, il a « subi » pas moins de 3 constitutions. Les premières traces de sa fondation remontent au 5 avril 1912. Diverses documentations et archives permettent de revisiter ce parcours du club qui, alors, jouait en noir et blanc. 

    Plongeons donc dans ce passé plus que centenaire et projetons-nous à la réunion du comité qui, à cette époque, se tenait chez monsieur Louis Couture (Café du Casino) et arrière grand-père d’Albert Deschamps. Les participants allaient créer un club de football à Prayon... Quelques textes issus de documents précieux de l’époque vous sont reproduits ci-après. C'est parti, vous participez à cette réunion qui aboutira à la 

    Première constitution… 1912  

    Extrait du procès-verbal de la séance du 5 avril 1912, tenue chez monsieur Louis Couture (Café du Casino, à Prayon-Trooz 

                    Messieurs Dernier Toussaint, Evrard Jean, Malaxhe Léon, Bacquelaine Henri, Darimont Céleste, Bachelet Joseph, et Lognoul Jean, tous présents à la séance, décident, ce jour de constituer, à Prayon, une société de sports athlétiques, sous la dénomination PRAYON FOOTBALL CLUB.

                    Ils chargent Messieurs Bachelet et Evrard d’élaborer des statuts et règlements, lesquels seront soumis à l’approbation du Comité, lors d’une séance ultérieure. 

                    Le recrutement de joueurs s’opérera, dans le plus bref délai, par les précités. 

                    D’ores et déjà, il est stipulé que tous les joueurs indistinctement devront supporter l’achat des effets d’équipement, et intervenir dans les frais de gestion de la société, sous forme de cotisation mensuelle (à déterminer), et même par contribution spéciale à établir par le comité. 

                    Monsieur Evrard est chargé de rendre visite à monsieur Walthère Fassotte à Forêt, pour obtenir de ce dernier l’autorisation de jouer les matches dans la prairie lui appartenant, et qui est située sur la route d’Olne. 

                    Le Bureau est constitué comme suit, et ce jusqu’à la première Assemblée Générale : Président (Dernier Toussaint), Secrétaire (Evrard Jean), Trésorier (Bachelet Joseph). 

                    La prochaine réunion du Comité est fixée au 19 ct. 

    Vous le constatez, on était loin du terrain synthétique actuel puisque pouvoir jouer des matches dans une prairie relevait déjà d’un certain luxe. Les joueurs devaient payer leur équipement, participer aux frais de gestion du club et même trouver un terrain (prairie) pour jouer. Qu'en pensent les mercenaires actuels du foot provincial qui vont jusqu'à "louer leur talent" contre espèces sonnantes et trébuchantes en quatrième provinciale ?

    En cette période de deux ans et demi qui précéda la première guerre mondiale, il ne reste bien évidemment que très peu de souvenirs ou d'informations comme par exemple le nom de trois joueurs, parfois aussi membres du comité : Joseph Bachelet, Eugène Malaxhe et Jean Evrard. 

    Deuxième constitution… 1914 

    La deuxième constitution du club de Prayon eut lieu le 31 décembre 1914.

    En voici quelques extraits du règlement établi alors :

    Article 1 : « Il est fondé à Prayon, le 31 décembre 1914, une Société de Sports Athlétiques, portant le nom de PRAYON FOOTBALL CLUB. » (…)

    Article 2 : « Sous aucun rapport, la Société ne peut s’occuper de politique. »

    Article 10 : « Le Comité de Sélection a pour mission la formation des équipes.

    Article 11 : « Il est placé sous le contrôle direct du Comité Général. ».

    Article 12 : « Les sélectionneurs sont choisis et nommés par les membres en Assemblée Générale. »

    Article 20 : « Tout membre en retard d’un mois dans le paiement de sa cotisation sera passible d’une amende de 25 centimes. »

    Article 22 : « Toute absence non motivée à l’Assemblée générale Mensuelle, 50 centimes. »

    Article 23 : « Toute inconvenance, soit sur le terrain ou dans une Assemblée générale ou dans les locaux des clubs visités, entraînera une amende de 10 centimes à 2 francs, suivant la gravité du cas. »

    Article 26 : « Toute arrivée tardive d’un joueur sur le terrain lors d’un match sera punie d’une amende de 50 centimes par 10 minutes de retard. »

    Article 27 : « Tout joueur fumant sur le terrain, 25 centimes. »

    Article 28 : « Tout membre n’accomplissant pas convenablement sur le terrain la corvée que le Comité lui indiquera sera puni d’une amende de 25 centimes à un franc. (…)

                    Le présent règlement a été approuvé en Assemblée Générale le 25 mars 1916 lors de l’affiliation à l’URBSFA.

    Le Comité de  l’époque était composé de :

    1. Pirard (Président), J. Olivier (Secrétaire), P. Jacoby (Trésorier), A. Bartholomé (Vice-président) et E. Ansay (Secrétaire-Trésorier adjoint).

    La fondation actée le 31 décembre 1914, l’approbation par l’URBSFA ne fut entérinée que le 25 mars 1916, soit plus d’un an après. Une trace de ce club figure aussi en date du 3 décembre 1916.   

     Troisième constitution… 1921

    Article 1 : « Il est fondé à Prayon, le 1er septembre 1921, une Société de Sports Athlétiques, portant le nom de PRAYON FOOTBALL CLUB. » (…)

    Article 27 : « Tout joueur fumant sur le terrain sera puni d’une amende de 50 centimes. » (au lieu des 25 centimes lors de la Constitution de 1914…) décembre

    Article 29 : « Le Comité a le droit d’infliger des amendes pour toute faute qu’il jugera répréhensible (…).

    Article 33 : « Pour toute infraction grave, le Comité peut prononcer la radiation immédiate d’un membre sans avertissement préalable. » (…)

    Le Comité de l’époque était composé de Joseph Crahay (Président), Henri Renette (Secrétaire), Louis Leclercq (Trésorier), Charles Droeven (Vice-président) et Ernest Léonard (Secrétaire Trésorier-adjoint).

    Le matricule 226 que j'ai repris comme titre de cette série puisqu'il est celui du dernier club survivant dans notre commune n’a été attribué qu’en 1926 et cela suite à la troisième constitution, datant du 1er septembre 1921 et dont les statuts et les règlements sont pratiquement copie conforme de ceux de 1914 avec quelques adaptations et/ou ajouts dont par exemple l'augmentation des amendes infligées aux joueurs qui fumaient sur le terrain puisque celle-ci avait doublé. 

    Les couleurs du club

    Dans un premier temps, maillot noir et chemisette blanche ; ensuite au fil du temps, le maillot bleu horizon avec col et poignets blancs, culotte noire et enfin ce fut le maillot rouge et bleu en rayures verticales et la culotte noire. 

    ECO N’FEYE PO NIN L’ROUVI : ALLONS PRAYON

    Et, comme le disait Maurice Wéry, un ancien né en 1920, le club de Prayon est un club « pas comme les autres »…car quel autre club pourrait se prévaloir de 3 constitutions ?

    1920 Maurice Wéry né en 1920.jpg

    La première liste des matricules fut publiée dans La Vie Sportive du 21 décembre 1926.

    C’est ainsi que Prayon FC reçut son matricule parce qu’en décembre 1926, il était le 226ème plus ancien club affilié à la Fédération. En fait, il était plus ou moins le 1100ème club affilié à l’Union Belge mais 900 clubs avaient disparu avant la constitution et l’attribution des matricules.

    En 1922, le président se nommait Joseph Crahay et le secrétaire Henri Renette. 

    Pour ce qui est du Nessonvaux Football Club né en 1906, il a été actif pendant la guerre 1914-1918 avant de disparaître à une date et dans des circonstances inconnues, mais avant 1926 car il n’a jamais bénéficié de numéro de matricule.

    ...à suivre mardi prochain

  • Matricule 226 *Numéro 2*

    00000 SERIE.pngPoursuivons cette série hebdomadaire qui va décrypter le foot dans notre commune depuis la création officielle du premier club, toujours dans notre commune. Pour revoir les articles précédents, il vous suffit d'ouvrir la catégorie ci-contre, intitulée "Matricule 226".

    Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent ou pensaient, ce n'est pas le Royal Prayon Football Club qui avait endossé le maillot du précurseur, puisque le club des "Métallurgistes" avait été fondé le 5 avril 1912.

    En effet, c’est le Nessonvaux Football Club, disparu peu après la Première Guerre Mondiale, mais créé en 1906, qui a été le premier club de football dans l’actuelle entité communale de Trooz. 

    Nous allons donc remonter le temps de façon chronologique à partir de 1906 pour vous relater avec un maximum de données, de chiffres, et de précisions la fantastique épopée des clubs de football existant ou ayant existé à Trooz, ceci sans compter les clubs corporatifs.

    Seront donc passés en revue :

    1906 Nessonvaux Football Club

    (25 août 1906)

    Le Nessonvaux Football Club a été actif pendant la guerre 1914-1918 avant de disparaître à une date et dans des circonstances inconnues, mais avant 1926 puisqu’aucun numéro de matricule ne lui a jamais été affecté. 

    Prayon Football Club

    (5 avril 1912 matricule 226)

    Fondé le 5 avril 1912, le club subit une courte période d’inactivité due à la guerre 14-18, pendant laquelle il fut affilié à l’Union Belge. Le club fut reconstitué le 1 septembre 1921.

    Il est ensuite devenu Royal Prayon Football Club le 5 avril 1962 puis FC Trooz  le 1 juillet 2010

    Cercle Sportif de Trooz

    (Affilié le 13 avril 1923 et démissionné le 29 juin 1924.)

    Etoile Football Club Nessonvaux

    (2 juillet 1926 matricule 686)

    Radié le 21 février 1931 pour raisons inconnues ( ?).

    Wallonia Football Club Fraipont-Nessonvaux

    (4 novembre 1934 matricule 2209)

    …devenu en 1984 le

    Royal Wallonia Football Club Nessonvaux-Fraipont

    …puis FC Trooz  le 1 juillet 2010.

    Le Royal Prayon FC fusionne avec l’ACMH le 22 mai 2008.

    FC Trooz

    (1 juillet 2010 pour l’Union belge, 10 mai 2010 pour l’ASBL, matricule 226). Nouveau-né résultant de la fusion entre le Royal Prayon Football Club et le Royal Wallonia Football Club Nessonvaux-Fraipont.

    Le FC Trooz est le survivant, toujours actif et doit encore récupérer son titre de Royal.

    *    *    *

    1906 

    Nessonvaux Football Club

    Dans notre entité communale actuelle, Trooz, c’est à Nessonvaux que revient l’honneur d’avoir créé officiellement le premier club de football.

    En effet, répertorié dans les dossiers de la Fédération à la date du 25 août 1906, le Nessonvaux Football Club a été actif pendant la guerre 1914-1918 avant de disparaître à une date et dans des circonstances inconnues, mais avant 1926 puisqu’aucun numéro de matricule ne lui a jamais été affecté puisque les matricules n’ont été distribués aux clubs qu'à partir de fin 1926 !  

    00002.jpg

    Cette photo a été prise le 24 septembre 1916, dans le jardin de la maison du docteur Heuse, chemin des Armuriers.

    Le docteur Heuse était aussi le centre-avant de l’équipe (assis au centre).

    Présents également le keeper Thomas Delcour et le délégué qui était monsieur Leurquin (debout à gauche).

    Le club évoluait sur le terrain de l’Imperia. 

    Une autre photo datant de la même époque met fièrement en avant la bannière de Nessonvaux.

    1 1916 Nessonvaux Football Club a.jpg

    à mardi pour la suite de votre série et, encore une fois,

    si vous avez des souvenirs à partager, n'hésitez pas à les envoyer par mail si possible...

     

  • Matricule 226 *Numéro 1*

    00000 SERIE.pngC’est en 2012, à l’occasion de la fête du Centenaire du Foot à Trooz, centenaire qui n’en était pas un puisque le premier club de football inscrit officiellement à la Fédération, l’a été en 1906, comme vous allez le constater au fil de ces publications hebdomadaires, qu’un livre non exhaustif retraçant l’histoire du foot à Trooz a été publié et tiré à 200 exemplaires.

    0000 cv1.jpgA l’époque, quelques exemplaires avaient été remis au pouvoir local à destination des Bibliothèques communales. En théorie, ils devraient donc, à l’heure actuelle, se trouver à la disposition des lecteurs.

    La prodigieuse histoire du football qui a bien entendu perdu quelque peu de son aura par rapport au temps passé mais pas si lointain de la seconde moitié du vingtième siècle où le football était pratiquement le seul sport de masse remontera le temps de façon chronologique, jusqu’au moment présent.

    Vous y découvrirez un maximum d’informations, de classements, de résultats, d’articles de presse et de statistiques.

    Mais, avant d’entamer le récit des  aventures du foot à Trooz, jetons un bref coup d’œil sur la FIFA (Fédération Internationale de Football Association) et sur la fédération belge.

    La FIFA a été fondée le 21 mai 1904 à Paris.

    Les membres fondateurs de cette association qui a pour but de gérer et de développer le football dans le monde sont les Pays-Bas, la Belgique, la Suède, le Danemark, la Suisse et l’Espagne. Même si les avis divergent quelque peu à ce sujet, le jeu de football tel qu'il est encore pratiqué de nos jours a été importé d’Angleterre dans notre pays.

    Le football en Belgique

    C’est dans les années 1860 que la Belgique découvre le jeu de football et ceci par l’entremise de quelques ouvriers anglais oeuvrant dans la zone du port d’Anvers mais aussi grâce aux élèves de différentes écoles anglaises localisées à Bruxelles (aux Collèges Jenkins et Harlock) et Bruges (au Collège des Frères Xaviériens), sans oublier les ingénieurs et ouvriers du bassin industriel liégeois et de Cockerill en particulier.

    En 1865, de jeunes belges pratiquaient également le football dans la région gantoise, notamment au Collège des Joséphites à Melle.

    Le football avait tout d’abord trouvé ses adeptes en Belgique dans trois zones distinctes : l’axe Anvers-Bruxelles, les régions de Bruges et Gand et Liège. Puis, l’enthousiasme pour ce jeu grandissant, le football s'est diffusé un peu partout. Chaque localité finit par posséder au moins une « société de football » comme on les appelait à l’époque.

    Au fil des années les premiers clubs belges naissent en parallèles avec quelques clubs britanniques créés en Belgique. Le Limbourg suit le mouvement, tout comme le Hainaut qui subit l’influence du Nord de la France où ce sport se développe également dans les régions de Lille, Dunkerque, Roubaix…

    En Wallonie, le Luxembourg et Namur sont à la traîne car la présence anglaise y est moins importante (peu de grands pôles industriels) mais également le fait que les moyens de transports et les moyens de communication en cette fin de XIXème siècle y sont réduits.

    Sans oublier que pour ce qui concerne ces deux régions rurales et d’obédience catholique bien ancrée, l’église ne voyait pas le football d’un très bon œil et qu’elle le jugeait décadent voire immoral. Pensez ! Des hommes en culotte courte…

    Par la suite de nombreux hommes d’église se sont impliqués davantage dans l’implantation du football.

    Du fait de la sidérurgie présente, dans l’extrême sud du pays (Arlon, Virton…), le football, s’appuyant sur la présence anglaise en Gaume et influencé par la Lorraine toute proche, s’y est aussi développé plus rapidement.

    Le premier septembre 1895, à l'initiative de M. Louis De Schrijver, futur dirigeant du FC Menen, l'Union Belge des Sociétés de Sports Athlétiques (UBSSA) fut fondée par dix clubs pratiquant le football et l'athlétisme. 

    00001.jpg

    FC Brugeois 1895

    Les dix clubs suivants étaient représentés lors de la première assemblée générale de l’UBSSA (Union Belge des Sociétés des Sports Athlétiques), le 1er septembre 1895.

    Antwerp FC

    AA La Gantoise     

    Athlétic and Rumming Club (créé en 1893 comme cercle d’athlétisme, la section football voit le jour en 1896 mais disparaît en 1909)

    FC Brugeois (fondé en 1892) mais qui en 1893-94 est absorbé par le Brughsche FC créé en 1891 mais qui conservait le nom de FC Brugeois.

    FC Liégeois

    Léopold CB

    Racing CB

    Sporting CB (fondé en 1894, disparu en 1897)

    Union FC d’Ixelles

    Verviers FC

    Cinq des dix formateurs existent encore en 2016 et portent les matricules créés et attribués dès 1926.

    1 R. Antwerp FC qui vient de remonter en première classe de jeu

    3 FC Brugeois, à présent Club Brugge KV

    4 FC Liégeois, à présent R. FC de Liège

    5 Léopold CB, à présent R. Léopold Uccle FC

    7 La Gantoise, à présent Atletieke Associatie Gent

    En janvier 2010, l’URBSFA (Union Royale Belge des Sociétés de Football-Association) comptait 412.122 affiliés répartis en 1782 clubs de football (16629 équipes) et 590 clubs de football en salle (1002 équipes).

    A l’heure actuelle, dans notre commune, il ne reste que le FC Trooz, club issu de la fusion entre le Royal Wallonia Football Club Nessonvaux-Fraipont et le Royal Prayon Football Club est affilié à l’URBSFA.

    Nous allons revisiter leur histoire.

    … A mardi prochain pour la suite.

  • Matricule 226 *Numéro 0*

    00000 SERIE.pngDès demain, mardi 14 mars 2017, votre blog Sudinfo vous proposera une série hebdomadaire qui sera consacrée à l’histoire  bien incomplète hélas, du football dans la commune de Trooz.

    Elle sera intitulée « Matricule 226 »

    Pourquoi ce titre de « Matricule 226 » ?

    Tout simplement parce que 226 est le numéro de matricule du club survivant et héritier de tous les autres, à savoir l’actuel FC Trooz.

    226 est aussi le numéro de matricule du défunt Royal Prayon Football Club.

    Puissent ces quelques publications basées sur des témoignages, des articles de presse, des photos, des documents reçus, des interviews, des entretiens, raviver en votre mémoire quelques moments, de préférence agréables, du passé tout en rendant hommage à ceux qui, portés par l’amour du football, y ont pris part, de l’une ou l’autre des façons.

    Bonne lecture dès ce mardi 14 mars 2017 et rendez-vous en 2106 pour les deux cents ans de foot au sein de la commune de Trooz. Moi, j’y serai ! Et vous ?

    Par ailleurs, si vous aussi, possédez des documents précieux de ce passé footballistique de notre commune, n’hésitez pas à m’en transmettre copie par mail si possible.

    Tous les articles publiés porteront le même titre, à savoir « Matricule 226 » suivi d’un numéro.

    Aujourd’hui, l’annonce de la création de cette série portera donc le numéro 0 et demain, le numéro 1 et ainsi de suite, chaque semaine.

    Par ailleurs, vous pourrez retrouver tous ces articles en cliquant sur la catégorie intitulée ci-contre « Matricule 226 ».

    0000 ballon.jpg