FOCUS POLITIQUE

  • Les PV du Conseil communal

    Conseil communal couleurs.jpg16 février 2017

    Ci-après, les PV du Conseil communal publiés à ce jour

    Lire la suite

  • FOCUS POLITIQUE (1bis) Les réponses de nos élus

    blogueurquilouvre.jpg

    Après notamment Elio Di Rupo, Sabine Laruelle, Christine Defraigne, Bart De Wever, André Antoine et quelques autres, c'est Willy Borsus qui répond

    Le décalage entre le monde politique et les citoyens semble prendre de plus en plus d'ampleur. Afin de nous faire une idée sur ce qui motive les uns à s'investir en politique et les autres à s'en désintéresser, nous avons posé à un grand nombre d'élus la question toute simple de savoir, à l'origine,

    "Pourquoi ils s'étaient engagés sur les chemins de la politique, ce qui les motivait."

    Cette "enquête" est en cours depuis le 20 mai 2013 et durera jusqu'aux élections de 2014. Plus de  1000 politiciens ont été sollicités, quelle que soit la région du pays.  

    Les réponses des uns et des autres devraient apporter des informations intéressantes pour tout le monde et qui sait, peut-être un peu rapprocher les citoyens des politiques ou vice-versa. 

    Cet article sera remis constamment à jour et complété par les réponses émanant des politiques.

    Comme vous le constatez, ils ne se bousculent pas au portillon pour répondre...

     *     *      *     *    *     *

     Ont répondu à ce jour (23 01 2014) : 

     

    Borsus.jpgWilly Borsus (MR)

    Cher Monsieur, Permettez-moi tout d’abord de vous remercier pour votre question et l’intérêt que vous portez quant à mon chemin de convictions personnelles. En ce qui me concerne, j’ai toujours été intéressé par la société, par ce qui se passait autour de moi, par un certain nombre de dossiers et de projets. Par ailleurs, je n’ai jamais eu envie de « rester au balcon de la vie ». J’ai aussi toujours eu la volonté de participer à des engagements, à des réflexions, à la rencontre d’objectifs. Depuis mon adolescence, j’ai été séduit par l’équilibre des principes de solidarité, de responsabilité, de liberté, de volontarisme qui sont au cœur du message libéral. Par ailleurs, comme j’ai toujours eu envie d’être plutôt « au service de », c’est l’ensemble de ces éléments qui m’a amené petit à petit à être pour la première fois membre des jeunes libéraux, puis du MR et enfin de figurer à l’âge de 23 ans sur une liste aux élections provinciales d’octobre 1985 dans le district de Ciney-Rochefort. Indépendamment de ce regard sur le passé, je suis aujourd’hui passionné par une série de matières qui concernent nos concitoyens, notre Pays ou le développement au sens large de notre Région. Mes matières de prédilections sont les dossiers liés au développement économique, au soutien aux entreprises, à l’aménagement du territoire, à l’énergie, à la ruralité, à l’agriculture, à la sécurité, aux soins de santé, aux services aux personnes (à domicile ou en maison de repos et institutions), etc… mais je vous avoue être curieux de tout. J’ai le grand bonheur d’aimer ce que je fais et, je pense, de le faire avec enthousiasme. Je reste à votre écoute. Bien à vous, Willy Borsus

     

    Myriam Dumont (PS Conseillère CPAS) : Dumont Myriam.jpg

     

    Voilà ce qui m’a motivée,  j’ai simplement envie d’être proche et aux services des personnes.

     J’aime être à l’écoute et pouvoir être utile.

     

     

    2013 12 17 Subsides ministre Antoine FC Trooz 118.jpgAndré Antoine (CDH)

    2013 12 17 Subsides ministre Antoine FC Trooz 088.jpgDominique Drion (CDH)

    Laineri_Riccardo.jpg

    Riccardo Laineri (PS) : J'ai simplement envie de me mettre un peu au service des gens et de participer à la vie communale.

     

    Jacques Chabot (PS)

     

    Chabot Jacques.jpgCe qui m'a motivé à entrer en politique, c'est le contact avec les gens, l’envie de rendre service, d’aller à la rencontre des soucis des personnes. Oui, c'est cela qui, au début, m'a poussé.

     

    De Wever Bart 2.JPGBart De Wever

    Le 4 septembre 2013, la question a été envoyée par mail au responsable de la communication de Bart De Wever.
    Le 5 septembre, la réponse arrivait...

    « Ik ben medeoprichter van de N-VA na het uiteenvallen van de Volksunie, omdat ik er van overtuigd was, en ben, dat Vlaanderen nood heeft aan een humanistische partij die werk wil maken van een verdraagzame en open gemeenschap. Mijn ouders waren politiek actief (als militanten voor de Volksunie), en zo ben ik mee opgegroeid met de politieke discussies aan tafel.

    Bovendien is het mijn stelligste overtuiging dat het de taak is van elke verantwoordelijke burger om zich op een zinnige manier moet inzetten voor zijn gemeenschap.

    Of dat nu in een jeugdbeweging is, of een sportclub, of een buurtvereniging, of een politieke partij, maakt verder niet uit.

    De N-VA is een partij die vertrekt vanuit de gemeenschap, en de gemeenschap niet louter bekijkt als een verzameling van individuen. Als mens moet men er steeds naar streven om zich in te zetten voor de medemens en de gemeenschap waarin men leeft. »
    Met vriendelijke groet,

    Bart De Wever

    Ma traduction (merci de signaler les corrections éventuelles)

    «Je suis co-fondateur de la N-VA après l’éclatement de la Volksunie, parce que j’étais convaincu, et je le suis, que la Flandre a besoin d'un parti humaniste qui veut travailler à une communauté tolérante et ouverte.

    Mes parents étaient politiquement actifs (comme des militants de la Volksunie), et j'ai donc grandi avec des discussions politiques autour de la table.

    En outre, ma conviction profonde est qu'il est du devoir de tout citoyen responsable de s’engager d’une manière significative pour sa communauté.

    Que ce soit dans un mouvement de jeunesse ou un club sportif ou une association de quartier, ou un parti politique, cela n'a pas vraiment d'importance.

    La N-VA est un parti qui est issue de la communauté, et que la communauté ne soit pas seulement considérée comme une collection d'individus.

    En tant qu'être humain, on doit toujours s'efforcer d'agir pour les autres et la communauté dans laquelle on vit. "

    Cordialement,

    Bart De Wever

     

    Sabine Laruelle (MR), comme promis par son secrétariat

    LaruelleSabine.jpg "Je suis arrivée en politique après un parcours professionnel déjà bien fourni. En tant que Directrice générale du principal syndicat agricole wallon (FWA), j'ai eu l'occasion de côtoyer très régulièrement le monde politique mais avec la frustration d'être dans la revendication et pas dans la décision. Pour moi, accepter un mandat politique, en l'occurrence celui de Ministre des PME, des Indépendants et de l'Agriculture, c'était surtout avoir la possibilité d'améliorer le quotidien de celles et ceux qui travaillent, qui osent, qui créent leur boulot et souvent celui d'autres. Bref, je ne suis pas "entrée" en politique par passion mais par envie d'être utile. C'est un état d'esprit que je garde aujourd'hui encore."

     

     

    Dodrimont Philippe.jpgPhilippe Dodrimont (MR) Ah c’est une question assez délicate parce que ça remonte à tellement longtemps. Je pense qu’au départ, c’était simplement avoir envie de me mettre au service des personnes qui m’étaient proches. C’est-à-dire mes voisins, mon quartier, mon village. Et j’ai toujours pensé qu’un engagement c’était quelque chose d’important dans l’existence. Voilà, c’était cette volonté de m’engager. Ce n’était pas par ambition personnelle ni par désir de faire une carrière mais simplement être à l’écoute des gens et apporter des réponses à leurs questions. Et je crois que mon tout premier engagement, si je veux être précis, c’est un engagement pour les activités sportives de ma commune. J’estimais qu’on ne faisait pas assez pour le sport dans ma commune alors je me suis dis « engage-toi ». Et voilà comment tout simplement je suis arrivé à devenir mandataire public.  

    Ancion Claude.jpg

    Claude Ancion (MR) C'est tout simple, rendre service aux autres. J'ai commencé en 1976 à 37 ans. Je travaillais jour et nuit comme vétérinaire, je n'étais pas marié. Il y avait trois ans que j'étais installé, vous comprenez bien que quand j'ai accepté d'aller sur les listes, c'était pour être en contact avec d'autres personnes que celles de ma profession et rendre service aux gens. Cela a été mon but au départ. L’art et le plaisir de rencontrer des gens, de prendre conscience de leurs problèmes et d’essayer d’apporter des solutions quand il y en a.

    Firquet Katty.jpg

    Katty Firquet (MR) : J’ai commencé ma vie professionnelle comme journaliste. Et c’est vraiment la face cachée que j’ai découverte par le métier de journaliste qui m’a incitée à m’impliquer beaucoup plus dans certaines thématiques qui m’étaient confiées avec ma casquette de journaliste...pouvoir avoir accès à ce pseudo moyen de réaction par rapport à des problèmes de société. Quand on est journaliste on est le témoin de première ligne et on se dit "je pourrais devenir acteur, passer de spectateur-témoin à acteur". Et c’est une rencontre avec un grand homme, Didier Reynders qui m’a complètement séduite, conquise et je me suis dit que si j’avais un jour la chance de me retrouver proche de ce monsieur-là, que j’en sortirais grandie.

    Sabine Laruelle (Ministre des Classes moyennes, des PME, des Indépendants et de l'Agriculture....)

    LaruelleSabine.jpgC’est Evy Vandemaele, porte-parole néerlandophone de Sabine Laruelle qui répond et s’engage à faire parvenir la question à Sabine Laruelle dès son retour de vacances. Sa réponse est donc attendue prochainement.

     « J'ai bien reçu votre email et question pour votre blog.Pour le moment la ministre Laruelle se trouve dans l'étranger en vacances mais je vous promets quand elle rentre, je vais lui demander. Merci en avance pour votre intéret. »

     Bien à vous,

    Evy VANDEMAELE
    Nederlandstalig Woordvoerder
    Kabinet van Minister Sabine LARUELLE - Minister van Middenstand, KMO'S, Zelfstandigen en Landbouw.
    Porte-parole néerlandophone
    Cabinet de la Ministre Sabine LARUELLE - Ministre des Classes moyennes, des PME, des Indépendants et de l'Agriculture.

    Al 10 jaar vertolkt minister Sabine Laruelle de stem van de zelfstandigen en de landbouwers in de federale regering. 

    Via haar kersverse Facebookpagina blijf je op de hoogte van haar voorstellen en realisaties.
    Volg haar hier: Facebook

    Elio Di Rupo (Premier Ministre)

    Réponse du Premier Ministre
    Di Rupo Elio.jpg 
    Améliorer le quotidien des citoyens est à la base de tout mon engagement. Très tôt, comme étudiant, j'ai ressenti le besoin de m'investir et de faire bouger les choses. Je voyais autour de moi trop d'injustices et trop d'inégalités. En même temps, je trouvais formidable que notre société ait pu offrir à quelqu'un comme moi, issu d'un milieu très modeste, la possibilité d'étudier, d’apprendre et de progresser. Dès ma sortie des études, je suis entré dans un cabinet ministériel et rapidement, je me suis présenté à mes premières élections. La suite est une longue aventure exaltante ! Aujourd’hui, mon engagement se poursuit au sein du Gouvernement fédéral, pour garantir la sécurité sociale, protéger le pouvoir d’achat des citoyens et soutenir l’emploi.

     

    Marck_Christophe.jpg

    Christophe Marcq (MR)

    Salut à tous,
    Ma motivation principale a été et restera l'amélioration, aussi possible soit-elle, du bien-être dans notre si belle commune.
    Bien à vous 
    Christophe "Bé" MARCK

    Defraigne.jpgChristine Defraigne (MR)

    On débattait beaucoup à la maison, mais le déclic a dû venir vers l’âge de 12 ans, rivée que j’étais devant les débats télévisés de la présidentielle française. «Vous n’avez pas le monopole du cœur»: ce pouvoir de l’argument, de la persuasion, de convaincre plus que de conquérir, m’a certainement emportée.

    Je ne suis cependant devenue militante qu’à la fin de mes études universitaires, même si l’envie de débats m’animait. Une prise de conscience que, suivant l’aphorisme consacré, «si vous ne vous occupez pas de politique, elle s’occupe de vous». La démocratie ne se défend pas en restant au balcon.

     

     Maraite Louis 2006 12 03 Louis Maraite Hockey 002.jpgLouis Maraite (MR) :  Etre conseiller communal, même d’opposition, n’est pas une fin en soi.
    C’est juste un moyen concret pour tenter de faire changer les choses.
    Je veux m’atteler à la tâche en me mobilisant pour Cointe, pour la mobilité et pour le sport. En repartant de la politique à la base, dans le contact avec le citoyen, pour porter le message libéral là où il doit être entendu.

    Hedebouw Raoul2.jpg

    Raoul Hedebouw (PTB) : C'est dans le mouvement étudiant de 1994-1996 que j'ai décidé de m'engager en politique. Nous nous battions pour un enseignement démocratique et accessible à tous. Au même moment la ministre socialiste Onckelinx décidait de supprimer 3000 emplois dans l'enseignement. C'est donc tout naturellement que je me suis dirigé vers un vrai parti de gauche, le PTB.                                                                                                          Motivations: notre société fonctionne selon le principe du profit d'abord. Les grands bénéficiaires de cette gestion sont les millionnaires, les spéculateurs et les banquiers. Nous trouvons qu'il faut inverser cette logique et construire une société des gens d'abord, et pas du profit !

     

    Martin Guy 2013 02 25 Conseil communal.jpgGuy Martin (PS)

    Pourquoi je fais de la politique ? Cela fait 35 ans que je suis actif dans la vie associative de la commune de Trooz, commune qui m’a vu naître.

    Que ce soit dans les clubs sportifs : vélo club de Forêt, basket Prayon et Nessonvaux ou dans d’autres comités : comité de parents école de La Brouck, président du comité de quartier de Forêt-Village.

    Depuis l’inauguration du hall des sports et l’installation d’une ASBL de gestion du centre sportif communal, j’ai été représentant des clubs au conseil d’administration et maintenant secrétaire. 
    Après m’être investi dans ces différents comités sportifs et culturels, j’ai voulu mettre à profit l’expérience acquise à la gestion de ma commune et au service de la population. 

    Larose_Jean-Pierre.jpgJean-Pierre Larose (VLC)

    Voici ma  réponse (tardive) à votre demande de renseignements concernant votre enquête sur les motivations qui m’ont poussé à m’investir en politique :  

    D’abord  et avant toute chose, je vous prie d’accepter mes excuses pour avoir laissé passer autant de temps avant de répondre. 

    Je dois bien avouer que juste au moment ou vous en avez fait la demande, je devais partir pour le Grand Prix de Monaco et ensuite, lorsque je suis rentré….. Je l’ai un peu oublié ! 

    Je suis issu d’une famille socialiste, où l’on votait socialiste de manière établie et répétitive parce que c’était « le parti des ouvriers », disait mon père. 

    J’ai moi-même voté socialiste pendant des années sans jamais faire trop attention et sans être vraiment concerné par le geste que je posais et surtout sans vraiment me rendre compte de l’importance de ce geste. Il y a quelques années, j’ai pris conscience que voter en permanence et de manière répétitive pour les mêmes, nous empêchait d’avancer du fait que les socialistes « installés » au pouvoir depuis trop longtemps, s’estiment intouchables et de ce fait, ne considèrent plus du tout les citoyens comme ils le devraient. 

    Une seule chose est importante aujourd’hui pour les partis en place, l’argent des contribuables à se partager entre eux, en se réservant la plus belle place possible. 

    Je ne voulais plus de cette situation où les citoyens sont constamment oubliés, floués, arnaqués par les gens qui les représentent. 

    De plus, nous sommes arrivés aujourd’hui à degré de mensonge jamais atteint, et ce dans tous les domaines. 

    J’ai décidé de rejoindre les rangs du Parti Populaire en 2009 juste après sa création, car les idées du Président me correspondaient très largement à l’époque. 

    Mais au fil du temps, je me suis rendu compte que la manière de diriger le parti ne correspondait pas à la ligne de conduite que nous défendions. 

    J’ai donc décidé de démissionner du PP et en même temps que moi, près de 60 % des membres ainsi que le Vice-président, Philippe Chansay Wilmotte. 

    Nous avons créé une nouvelle  formation politique qui se nomme Valeurs Libérales Citoyennes (VLC) Cette formation Libérale se veut à l’image de ce que représentait le PRL d’antan, visant à défendre le citoyen en le replaçant au centre de la scène. 

    Prochainement, nous vous proposerons en détail, le programme de travail élaboré pour le VLC. Aujourd’hui, je crois vraiment que les choses peuvent changer, en faveur des citoyens, mais aussi du peuple Belge. 

    Je vous souhaite bonne réception de la présente, et vous prie de croire, Monsieur Clessens, en l’expression de mes sentiments les meilleurs. 

    Jean Pierre Larose 

    Président de la section du VLC-Trooz.

     Deglin Joëlle cc 17 décembre 2012 007.jpgJoëlle Deglin  (PS)

    "Si vous me permettez l'image...je suis tombée dans la marmite dès mon plus
    jeune âge.
     A la maison, la politique s'invitait à tous les menus. Mes parents étaient
    très impliqués dans la politique communale et dans la société.

    Je me souviens des débats enflammés, des réunions à la maison, des
    manifestations...bref, la politique, c'est un peu comme ma langue
    maternelle.
    J’ai toujours eu le cœur à gauche. Mes parents, mes enseignants, mon
    entourage m'ont transmis un socle de valeurs : la tolérance, le respect, la
    solidarité, l'équité, l'écoute, l'intérêt général et c'est donc  tout
    naturellement que j'ai eu envie d'apporter ma modeste contribution au
    développement de notre commune. 

    Pour moi, s'investir en politique, c'est simplement vouloir améliorer la qualité de vie des habitants,  créer du lien
    dans les quartiers,  proposer des animations de qualité pour tous.

    C'est vouloir agir et faire progresser les choses plutôt que subir. "

    Joëlle Deglin
    Conseillère communale
    Présidente de l'Union socialiste communale de Trooz.
     

     

    Nossent Christine envoyé.jpgChristine Jamagne-Nossent  (MR)

    " Dès l'âge de 15 ans, je me suis engagée politiquement au Rassemblement Wallon, car je désirais pouvoir décider de mon avenir. Mon papa était également très impliqué. La politique et moi sommes donc de vieilles amours.
    Pourquoi le MR ?
    Parce qu'avant tout le MR, c'est la liberté. La liberté c'est se souvenir de nos anciens et penser à la nouvelle génération.
    C'est la liberté de pouvoir penser par moi-même, même si cela indispose certains.
    C'est la possibilité de défendre le droit d'être soi, c'est pouvoir être critiquée et critiquer ce qui me semble bafoué ! C'est pouvoir avancer dans la tolérance, dans la différence des autres.
    C'est, donc, avant tout penser aux concitoyens, se battre pour mes pairs.
    Quand je suis arrivée à Trooz, il y a 4 ans, la politique que j'avais mise de côté, est vite revenue vers moi grâce à Alex Sacré, qui était un grand homme dans tous les sens du terme et que j'admirais beaucoup. 
    J'ai repris ma carte au MR et à son décès, j'ai décidé de lui rendre mémoire en m'investissant dans ma nouvelle commune.
    J'essaie, au plus possible, de me battre pour tous ceux que l'on ne  veut pas écouter ou entendre; les enfants, notamment, qui sont notre avenir pour lesquels je me bats depuis 3 ans afin d'essayer d'éradiquer le harcèlement en milieu scolaire qui pousse beaucoup trop d'enfants vers leur seule porte de sortie: le suicide.
    J'ai notamment un dossier en cours, sur lequel je travaille avec Katty Firquet concernant le sujet.
    Durant les élections de 2012, je n'avais demandé qu'une seule faveur celle de pouvoir être dans le conseil du CPAS, pour encore aider au mieux les citoyens de ma commune.
    Pour ma part, le peu que je perçois sera reversé à un organisme social, que je peux citer: "La cité de l'Espoir" à Andrimont qui est un établissement qui accueille les polyhandicapés.
    Pour moi la politique communale a un sens plus grand car nous sommes plus proches des gens et de leurs problèmes.
    Pour aider, il faut savoir écouter mais aussi entendre même quand ça nous fait mal. Sans critique, on ne peut avancer !"
    Christine Jamagne-Nossent

    Teheux Jean.JPGJean Teheux (MR) 

    Je réponds à votre demande du "pourquoi" je me suis engagé en politique.

    Un oncle décédé depuis des années, mais grand militant libéral, m'a convaincu de m'inscrire au parti libéral (PL, PLP, PRL et enfin MR) car il était de tradition familiale de voter les "patrons" de nos parents.

    Tout cela a bien changé, d'autant plus qu'en 1977 j'épousais ma 1ère femme habitant Liège et puis ensemble au Rys de Mosbeux dans une propriété familiale.

    Je suis devenu Président du parti libéral de Trooz quelques mois après et élu Conseiller communal dès ma première figuration sur notre liste, si je me souviens bien.

    Suite au décès en août 2011de notre ami Alex Sacré, je lui ai succédé dans un son mandat d'Echevin, ce que je suis toujours et même 1er Echevin en charge de plusieurs compétences au service des citoyens de notre commune.

    Il ne m'est jamais venu à l'idée de "virer de bord" et je respecte tous mes collègues des autres partis malgré leurs boutades et invitations à épouser leurs convictions, ce que je ne ferai jamais contrairement à certains.

    En guise de conclusion, et pour revenir sur votre question du "pourquoi", je pense d'abord que si l'on ne s'occupe pas de politique, la politique s'occupera de nous, quels que soient les partis.

    Bien à vous

    Jean TEHEUX

     

    Dombard Andrétetereduit.JPGAndré Dombard (EcoVa)

     

    Je réponds à ta demande d’avis sur l’activité en politique.

    Je commence par réfuter le terme « politique » et le remplacer par gestion ou gestionnaire.

    Un ménage se gère, une entreprise se gère,  une commune se gère également.

    Les responsables d’une commune (conseillers, échevins, présidence du CPAS, bourgmestre) ont cette obligation.

    Il s’agit de réaliser le plus et le mieux avec les moyens à disposition.

    A titre personnel : 7 ans d’échevinat en cours et 27 ans de conseiller sur deux commune (Foret et Trooz) m’ont appris les difficultés de l’entreprise.

    J’estime que l’action menée doit être une mise au service du plus grand nombre.

    Mes amis d’EcoVa et moi n’ont jamais perçus une indemnité pour le travail effectué.

    Cette forme de désintéressement financier rend le gestionnaire plus libre de sa pensée et de son action.

    L’écoute est aussi indispensable pour sentir les intérêts « réels » des citoyens.

    Le plus difficile est de cerner les besoins de la majorité, sans rejeter des obligations plus particulières, tout en écartant les appétits égoïstes.

    La notion de courant d’idées et de sensibilités donne évidement une orientation à l’action.

    Le social, l’environnement et l’action durable sont les buts que je tente de suivre dans le cadre d’un accord avec les partenaires.

    J’espère avoir ainsi répondu à ta demande.

    André.

     

    Sools_Nicolas.jpgNicolas Sools (PS)

    Dès mon plus jeune âge, le monde politique me fascinait, et ce, alors que rien ne me prédestinait à cela. En effet, il n'y avait aucun politicien au sein de ma famille et nous ne parlions que très rarement de politique à la maison.

    Cependant, l’éducation et les valeurs de solidarité, de liberté, d’égalité, de justice et de tolérance que mes parents m’inculquèrent tout au long de mon enfance firent de moi un homme de gauche convaincu.

    Les valeurs socialistes dictent et dicteront toujours mes choix de vie !

    Je milite activement au sein du Parti Socialiste depuis plus de 12 ans, j’y ai occupé de nombreuses fonctions internes tant au niveau local que supra-communal. J’ai, entre autre, été Président national des Jeunes Socialistes pendant près de 4 ans.

    A présent, ma volonté est d’aider ma commune et ses dirigeants à améliorer le bien être au quotidien des Trooziens.

    J’espère également réussir, à mon petit niveau, à réconcilier avec le monde politique une jeunesse souvent en rupture avec celui-ci. Que l'on me cite une chose dans laquelle la politique n’intervient pas!? La politique est absolument partout ! Elle régit et conditionne notre vie à chaque instant. Il est donc crucial que les jeunes  ne se désintéressent pas de celle-ci afin de participer activement à la construction de la société de demain !

    Enfin, je reste convaincu que rien ne pourra jamais remplacer le travail de terrain. Un homme politique doit, selon moi, par définition, être à l’écoute de la population. Je m’efforcerai donc d’être un Conseiller communal disponible et accessible. 

  • Dans La Meuse le samedi

     Onkelinx.jpg

    Vous avez sans doute déjà apprécié la rubrique du samedi de La Meuse, intitulée,

    ça va se savoir !

    Cette semaine, un petit billet a été consacré à Laurette Onkelinx.

    Pour celles ou ceux qui n'ont pas eu l'occasion de le lire, le voici :

    oNKELNXSans titre.jpg

    Pour tout qui l'ignorerait encore, même si c'est fort improbable, Laurette Onkelinx, fille de Gaston Onkelinx, ancien bourgmestre a notamment été ministre de l’Intégration sociale, de la Santé publique, de l’Environnement, de la Fonction publique, de l’Enfance, de la Promotion de la santé, de l’Education, de l’Audiovisuel, de la Mobilité, de la Justice, des Affaires sociales, des Institutions culturelles... Et peut-être encore d'autres titres oubliés.

    Une des particularités de cette dame est qu'elle est très réactive sur l'actualité. De là à dire qu'elle surfe sur l'émotionnel, il y a un pas que nous ne franchirons pas. Souvenons-nous cependant des millions de vaccins commandés, des armes déclarées retirées des mains des personnes qui, de prime abord, n'avaient pas l'intention de s'en servir pour des braquages ou autres méfaits et cela suite à un attentat commis à Liège par quelqu'un que d'aucuns décrivent comme islamiste.

    Impressionné par son parcours politique, j'ai aussi posé la question à Laurette Onkelinx de savoir ce qui, à l'origine, l'avait poussée à entrer dans le monde parfois (souvent ?) politique.

    Contrairement à Elio Di Rupo, André Antoine, Dominique Drion, Bart De Wever, Christine Defraigne, Sabine Laruelle, Philippe Dodrimont, Raoul Hedebouw et bien d'autres que vous pouvez retrouver en cliquant ici,

     Laurette Onkelinx n'a ni répondu ni même accusé réception. Elle n'est bien entendu pas la seule puisque parmi les nombreuses sollicitations, Joëlle Milquet, Didier Reynders pour ne citer que les plus connus et quelques autres ténors n'ont pas non plus répondu ni accusé réception, ce qui est leur droit le plus strict car, en effet, porter le costume de ministre n'est pas forcément synonyme de bonne éducation, ne serait-ce que pour répondre à un courrier.

  • Sont-ils assidus vos élus ?

    Conseil communal 3 décembre 2012 025.jpgSi l’on s’en réfère aux PV officiels publiés à ce jour et pour la période s’étalant du 3 décembre 2012 au 21 octobre 2013 inclus, le Conseil communal a tenu  10 séances.

    Ont assisté à toutes ces séances, par ordre alphabétique :

    Beltran Fabien, Degée Arthur, Deglin Joëlle,  Dombard André, Gonzales Sanz Ana, Juprelle Isabelle, Laineri Riccardo, Martin Guy, Nori Enrico, Sools Nicolas et Teheux Jean.

    Les absences, par ordre alphabétique :

    Baltus Olivier a été absent et excusé 3 fois

    Denooz Jean-Marie a été absent une fois

    Giovannini Ivana a été absente et excusée 2 fois

    Larose Jean-Pierre a été absent et excusé 2 fois

    Marck Christophe a été absent et excusé 1 fois

    Spiroux Pierre a été absent et excusé 5 fois (dont une à partir du point 14) ; a été absent 1 fois

    Tricot Caroline a été absente et excusée 1 fois, a été absente 1 fois

    Vendy Etienne a été absent et excusé 1 fois

    Voss Denise a été absente et excusée 1 fois

  • Pourquoi veulent-ils tous "aller" à l'Europe ?

    europe33.jpgMais, pourquoi beaucoup de politiques veulent-ils "aller" à l'Europe ?

    Débuts de réponse croisés?

    Souriez, c'est vous qui payez...

  • Philippe Chansay Wilmotte au Conseil communal de Trooz

    Chansay Wilmotte Philippe.jpg

    Philippe Chansay Wilmotte (à gauche, sur la photo, Clara Campo, responsable du VLC Huy) était présent lundi soir à Trooz.

    Il est le Président du VLC (Valeurs Libérales Citoyennes), le parti représenté par le conseiller Jean-Pierre Larose même si celui-ci siège comme indépendant.

    Nous lui avons demandé comment il avait vécu cette séance du Conseil communal de Trooz.  

    ENTRETIEN avec Philippe Chansay Wilmotte (VLC)

    POURQUOI ÊTES-VOUS VENU ASSISTER AU CONSEIL COMMUNAL DE TROOZ ?

    L'affaire TECTEO n'en est qu'à ses débuts. Elle est d'une importance capitale pour les citoyens parce qu'il faut rappeler, et le VLC le fait, que les profits réalisés doivent servir, avant tout, à réduire la facture d'électricité des habitants. Au début d'un hiver que l'on nous annonce très froid, et à l'heure où les Belges sont appauvris au point de réduire leurs achats de nourriture, pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale, il est scandaleux d'acheter un organe de Presse d'opinion au lieu d'utiliser cet argent pour rendre du pouvoir d'achat aux citoyens par la diminution de leurs factures, a fortiori pour ceux qui se chauffent à l'électricité. Jean-Pierre LAROSE allait interpeller le Collège. En tant que Président de VALEURS LIBÉRALES CITOYENNES, j'ai tenu à être présent.

    COMMENT INTERPRÉTEZ-VOUS LA RÉPONSE DU BOURGMESTRE ?

    Il n'y a pas eu de réponse d'un bourgmestre; juste un bref one man show au profit d'une entreprise. Un bourgmestre, un vrai, est un mandataire public, le représentant d'une commune. Là, le poste était occupé par un agent de relations publiques d'un groupe industriel: Fabien BELTRAN s'est borné à réciter la leçon reçue du clan TECTEO. Je mets quiconque au défi de démontrer en quoi il aurait évoqué les intérêts des Trooziens. Nous avons assisté à la lecture de la thèse du conseil d'administration de cette société tentant d'éluder la question de l'illégalité de ses manoeuvres; un exposé servile qui s'est achevé par une confiscation du droit à la parole. Une méthode stalinienne. Vous avez pu constater que ce socialiste est passé immédiatement à l'exécution de la consigne de votes, sans même que les conseillers communaux aient été invités à s'exprimer. La majorité a aussitôt voté comme un seul homme. Une caricature de Conseil communal. Heureusement que le VLC existe car, grâce à Jean-Pierre LAROSE, une voix différente fait entendre les exigences des Trooziens.

    QUE PENSEZ-VOUS DE L'ATTITUDE DES AUTRES PARTIS ?

    Vous avez-vu d'autres partis ? Où ? Au moment des élections, ils avaient certes présenté des listes distinctes. Depuis lors, ils ont littéralement fusionné en constituant une majorité où ils se sont tous ligués contre le nouveau venu: Jean-Pierre LAROSE.

    Et la suite a parfaitement démontré que ces partis se confondent allègrement. Auriez-vous eu écho d'une discordance fondamentale au sein de cette coalition depuis 2012 ? Entre eux, ils sont d'accord sur tout. Cette majorité fonctionne en bloc comme un parti unique. À la seule exception du VLC, il n'y a pas d'opposition politique à Trooz. En tant qu'avocat, j'ai une certaine expérience de plusieurs États africains qualifiés de dictatures en Europe; sachez que l'on y voit pourtant plus de divergences d'opinions qu'en ce parti unique mené par un apparatchik socialiste parachuté à Trooz afin de pérenniser le système PS incarné localement, vingt-quatre ans durant, par Denise LAURENT. Où est le débat politique, ici ? Et ils se targuent de démocratie ...

    En particulier, l'attitude du MR de Trooz ne manque pas de sel. Les mandataires MR ont préféré s'incliner en faveur du PS, contredisant de cette façon le Président du MR, Charles MICHEL, lequel déclare à qui veut l'entendre qu'il conteste le rachat des Éditions de l'Avenir par TECTEO. La Presse d'opinion sous contrôle d'État, on est loin du libéralisme. Or, c'est de cela qu'il s'agit, à une moindre échelle, quand le journal L'AVENIR passe sous contrôle de pouvoirs politiques locaux. Indéniablement, le MR de Trooz ne voit aucun inconvénient à ce que les citoyens soient confrontés à une Presse d'opinion sous contrôle. Quelle sera la prochaine étape ? La PRAVDA ? Jean TEHEUX et ses acolytes auraient-ils l'intention d'achever leur carrière aux basques du PS ? Ça, des libéraux ? C'est une plaisanterie ?

    LE VLC, C'EST ? 

    Ce morceau d'anthologie de comédie politique, c-à-d. cette séance du Conseil communal, est la parfaite illustration de la principale raison d'être du VLC. Le MR est devenu l'antichambre du PS, et c'était particulièrement visible à Trooz. Le CdH ne s'y fait plus entendre. Et ECOLO a disparu en une formation locale elle-même diluée avec les autres. Le VLC est l'alternative libérale, la résistance démocratique à ce système.

    Le VLC est là pour rendre ses droits au citoyen. En vraie démocratie, c'est le Peuple qui est souverain; ici, nous avons une caste de privilégiés qui vit du système PS, TECTEO y compris où MOREAU n'est pas le seul à s'enrichir, à six cent mille euros par an. Et pendant ce temps-là, les Wallons sont exploités; des Belges sont à la rue tandis que des étrangers reçoivent des logements. Les Wallons travaillent 4 jours par semaine pour l'État; même au Moyen-Âge, les gens ne travaillaient pas autant pour les féodaux. Les Wallons en sont réduits à diminuer leurs achats de nourriture. Et en plus, cette caste de privilégiés multiplie les mesures d'austérité tout en discriminant le citoyen. Le VLC veut redresser la situation. Comparons avec des pays comparables: en Europe, le système PS nous place à la traîne et l'exemple des autres démontre que taxes et impôts pourraient être allégés de 30 %. Et ça, 30 %, c'est vraiment une hausse du pouvoir d'achat.

    Il y a d'autres domaines où le VLC changera les choses, mais cela nous éloignerait du sujet de l'interview. Citons l'immigration incontrôlée, l'insécurité et l'incurie des partis traditionnels à cet égard, l'enseignement, etc. À ce propos, relevons que Trooz a récemment perdu l'école de Trasenster après avoir été le jeu de leur politique irresponsable d'immigration. Maintenant, ce sont les Trooziens qui en sont victimes. Pourtant, Jean-Pierre LAROSE avait averti le Conseil communal de ce qui allait arriver; la réalité est là.

    VOS CONCLUSIONS ?

    Le bourgmestre a cru judicieux de nous jouer la sérénade de la mise en garde contre le populisme lorsqu'il jouait le public-relation de TECTEO au Conseil communal. C'était risible.

    Tant que les partis traditionnels qualifieront de populisme les revendications citoyennes plutôt qu'y répondre effectivement, ils provoqueront ipso facto l'intensification du mépris croissant de la population envers leurs marionnettes qui encombrent les rouages de l'État. Inexorablement, ils scellent leur sort et deviennent eux-mêmes le problème à traiter. C'est un phénomène de fin de régime. Maintenant, le VLC est là, et nous, nous agirons dans l'intérêt des Wallons. À Trooz, Jean-Pierre LAROSE est le seul conseiller communal à avoir rappelé que les profits de TECTEO doivent servir à diminuer les factures d'électricité. 

    *       *       *

    Vous pouvez revoir en vidéo l'intégralité de l'interpellation de Jean-Pierre Larose ainsi que la réponse de Fabien Beltran en cliquant ici.

  • FOCUS POLITIQUE (5) Parole aux citoyens

    blogueurquilouvre.jpg

    Vous avez la parole :

    exprimez-vous !

    Pourquoi vous désintéressez-vous de la politique ?

    Dans cet article, vous trouverez toutes les réponses émanant des citoyens par rapport aux articles précédents (Voir FOCUS POLITIQUE (4)  et (1bis).

    Vos réactions de citoyen recueillies par mail et publiées (anonymes si vous le souhaitez) en haut de page à  chaque nouvelle réception

    charles.clessens@skynet.be

     

    *     *     *

    16 06 2013 Rien qu'une petite réflexion.  

    Le gouvernement doit ENCORE trouver des millions pour 2013 et des milliards pour 2014, pourquoi ne pas les réclamer aux différentes BANQUES qui ont reçu le soutien financier du gouvernement avec NOS SOUS ? il serait temps qu’elles nous remboursent un peu !

     

    Car si c’est comme d’habitude, c’est encore le pauvre citoyen que nous sommes  qui DEVRONS ENCORE donner en taxes « détournées » pour combler les déficits !

    *     *     *

    12 06 2013 Entrer en politique ? Ouais. En sortir plutôt. S'intéresser au pourquoi de l'entrée en politique de certains de nos politicaillons,  ce n'est pas une mauvaise idée.
    Il est pourtant essentiel de s'intéresser plutôt au pourquoi, et quand , et comment, de leur SORTIE de politique !
    Evidemment, le "viré" par l'électeur est le cas facile. Mais on sait aussi que, sortis par la porte, ils rentrent par la fenêtre... (un petit exemple high level, les sénateurs cooptés, çà existe toujours !).
    Mais quand  mettront-ils un terme en limitant le nombre de mandats ? Deux fois, çà va, trois fois, bonjour les dégâts....
    Comme ce sont bel et bien des "politiques" qui devraient prendre une telle décision.... ne rêvons pas, c'est jamais.
    Et pourtant, c'est là LA solution à la vraie démocratie !!!=
     

    *     *     *

    11 06 2013 Ils sont de plus en plus à s'engager en politique. Est-ce vraiment par vocation où la politique devient-elle un métier, une espèce de garantie d'échapper à la crise, aux pertes d'emploi ? M.H.

    *     *     * 

    10 06 2013 : Petite réflexion : nos Souverains vont être taxés, c’est bien, mais qu’en est-il de nos ministres qui peuvent avoir plusieurs mandats, cumuler les avantages à gauche comme à droite, et nos chefs d’entreprises qui se donnent eux-mêmes leur salaire ?

    Ne devrait-on pas mettre tout ce monde sur un même pied d’égalité aussi ? 

    Quand à l’index, pourquoi encore en pourcent, qui augmente le fossé entre les petits salaires et les gros salaires, ne vaudrait-il pas mieux que TOUS avoir la même augmentation qui serait calculée sur la moyenne des revenus ? Car lorsque l’on va au magasin, le prix est le même pour tous !

    *     *     *

    10 06 2013 : Je ne fais pas de politique et ne veux jamais en faire car il faut suivre les idées saugrenues de ces messieurs déjà au pouvoir.

    Si la majorité de ces politiciens réfléchissaient de manière subjective et en tenant compte  du long terme et non du court terme comme c’est souvent le cas. Réalisation de travaux coûteux puis démolitions ou modifications encore coûteuses, car ce n’est pas eux qui payent la note mais bien nous, pauvres citoyens

     

      *      *     *

     

    08 06 2013 : Bonjour Monsieur,

    Je me désintéresse totalement de la politique car :

    1. lorsque ces hommes politiques arrivent au pouvoir, ils ne pensent qu’à une chose, s’en foutre plein les poches ;

    2. l’expression « tous des pourris » n’est pas un cliché mais est de plus en plus une réalité ;

    3. être homme politique est le seul métier qui ne demande pas de compétences ;

    4. quand on voit le dossier du photovoltaïque et la manière dont les politiques ont menti et arnaqué c’est une honte ! Vivement que la plainte du collectif via Maître Misson aboutisse ; 5. les hommes politiques ne gouvernent aucunement le pays avec l’objectif de bien gérer : ils ne peuvent le faire puisque que les décisions soient bonnes ou pas c’est majorité contre opposition ; et si un compétent de l’opposition fait une bonne proposition, elle sera rejetée… Mais c’est vrai, il n’y a pas besoin d’être compétent pour être politicien mais est-il vraiment interdit de l’être ?

    6. c’est toujours la même chose : paroles, paroles, paroles

    7. le jeu politique est une farce : ils font tous semblant de s’engueuler dans les débats mais ils s’arrangent très bien en fin de compte. 

     

    *      *     *

     

    08 06 2013 : Rejoignez l'asbl Touche Pas à mes Certificats Verts (TPCV voir sur le Net) : leurs avocats comptent aller en justice dès que les textes officiels paraîtront : ils plaideront notamment l'enfreinte au principe de rétroactivité des lois (cf. article n°2 du Code Civil), vu la décision de ce jour concernant la modification concernant l’octroi du nombre des certificats verts et qui touchent les propriétaires des installations commadées ou installées avant le 30 novembre 2011."  L.B.

     

    *     *     * 

  • FOCUS POLITIQUE (6) La politique, un idéal ?

    Pour d’aucuns, dont j’ai la faiblesse d’être du nombre, faire de la politique devrait s’apparenter à un idéal, une vocation, un sacerdoce.

    Pensez ! S’occuper de la gestion d’un pays, d’une région, d'une province, d’une commune avec pour souci majeur le bien-être de la collectivité et ceci, dans la plus respectable des dignités tout en étant correctement rémunéré et en bénéficiant de la reconnaissance de l'employeur (les citoyens).

    subsides.jpg 

     

     

    STOP ! Ne rêvons pas ! Nous sommes loin du compte et tout particulièrement en Belgique, à partir d'un certain niveau, la politique n’est pas un idéal, c’est un métier.

    Qui plus est, un métier lucratif qui, tout en permettant la satisfaction des passions et des besoins les plus exacerbés, autorise aussi parfois les pires dérives quand ces employés du Peuple confondent l’intérêt de la chose publique avec le leur ou ceux de leurs proches et obligés.

     

    Parmi les tâches qui leur sont dévolues, les politiciens (dont nombreux sont avocats) sont notamment chargés d'établir les lois, dont bien évidemment celles qui les concernent eux, leur mode de fonctionnement, leurs rémunérations, leurs avantages…

     

    Parmi cet arsenal législatif, le Code de la Démocratie locale et de la Décentralisation qui est effectif depuis le 1 janvier 2002.

    Un des buts avoués de ce Code est, je cite, « d’unifier et de rassembler les dispositions légales afférentes à l’organisation et le fonctionnement des pouvoirs locaux et de les rassembler dans un décret unique, dont la sécurité et la cohérence éclaireront davantage les citoyens, les mandataires locaux et les fonctionnaires sur l’étendue de leurs droits et de leurs devoirs et sur le fonctionnement des institutions »

    Pour ce qui est d’éclairer les citoyens, voici un exemple vécu à Trooz, en 2006 et qui avait autorisé la bourgmestre précédente, madame Denise Laurent (PS), à se faire voter au Conseil communal, une augmentation de 11.223,22 euros indexés par an en 2006, afin de compenser une perte de revenus (en l’occurrence ici, de pension).   

    Quoi de plus normal que ces "Employés du Peuple" soient correctement rémunérés ? Mais de là à leur permettre d'augmenter leurs revenus, sur simple demande de leur part s'ils le souhaitent, il y a de la marge.

    Extrait du PV du Conseil communal de Trooz du 21 décembre 2006

    Laurent Denise.JPG72. Traitement de Madame la Bourgmestre – Compensation d’une perte de revenu

    Madame Denise LAURENT, Bourgmestre-Présidente, intéressée à la décision, s’est retirée pendant la discussion et le vote, Monsieur le 1er Echevin Christian HOTERMANS assurant la présidence ;

     

    La séance à huis clos,

     

    Le Conseil communal,

    Vu le Code de la démocratie locale et de la décentralisation, spécialement son article L1123-15 ;

     

    Considérant que Madame Denise LAURENT a été désignée en qualité de Bourgmestre de notre Commune lors de notre séance du 4 décembre 2006 ;

     

     

    Considérant que Madame LAURENT, au vu de la rémunération qui est la sienne en

    cette qualité, perd le bénéfice des pensions dont elle est titulaire ;

     

    Vu le courrier de l’intéressée du 6 décembre 2006 par laquelle elle demande qu’il

    soit fait application de l’article L1123-15 du Code précité et que la Commune compense la

    perte de revenus occasionnée par la suspension du versement de ces pensions ;

     

    Considérant qu’au vu des documents fournis cette perte est estimée à 11.223,22 €

    sur base des versements de l’année 2005, dernière année complète pouvant servir de

    référence ;

     

    Sur la proposition du Collège communal et après en avoir délibéré ;

     

    DECIDE, par 12 voix pour, 1 voix contre (Monsieur PATUREAU) et 3 abstentions

    (Messieurs DOMBARD, VENDY & MOTTET), le nombre de votants étant de 16, de

    compenser la perte de revenus de pension de Madame Denise LAURENT, Bourgmestre, à

    hauteur de 11.223,22 € par an, montant à indexer sur base de l’indice des prix applicable en

    2005.

     

    A relever que lors de ce vote, seul Jean-Claude Patureau avait voté contre. Les trois élus EcoVa qui aussi étaient contre, s'étaient pudiquement abstenus. Les autres avaient probablement voté comme on leur avait dit.

     

    Autre bizarrerie de cette "loi", pourquoi faut-il voter au Conseil communal quelque chose qui peut être obtenu de droit via le prestigieux Code de la Démocratie locale et de la Décentralisation ? 

     

    Code qui par ailleurs, qui hante certainement les nuits de tous les nouveaux et jeunes conseillers. Il suffit d'en parler un peu avec eux pour se faire une opinion. Mais, puisque ça permet d'éclairer la lanterne du citoyen (c'est ce qui y est écrit), pourquoi pas ?

     

    Mais aussi, pour effectuer ces calculs de perte éventuelle de revenus, pourquoi n'est-il pas  tenu compte des mandats rémunérés de la personne en question ?

    Quand on sait (imagine) ce que certains mandats peuvent rapporter...

     

    Dans la législature actuelle, Jean Teheux (MR) aurait pu revendiquer de bénéficier de la même opportunité mais il ne l’a pas fait.

     

    A l’heure où nos pouvoirs publics, au plan large, cherchent par tous les moyens des sous dans les poches des citoyens, il serait peut-être un peu temps que les politiques s’attaquent à leurs propres statuts et fassent de fructueuses économies dans leurs propres rangs.

     

    Je ne rappellerai pas que nous avons notamment 6 ou 7 parlements (c'est selon) en Belgique sans compter le frétillant Parlement du Benelux qui permet de caser quelques pointures non réélues.

    Parlement du Benelux dont la dernière séance plénière a été de se demander à quoi il pouvait bien servir... Authentique !

  • FOCUS POLITIQUE (4) L'enquête

    blogueurquilouvre.jpgVous êtes politique ? Vous êtes citoyen ? Ceci vous concerne ! 

     

     

    Il est un fait que le décalage entre le monde politique et le citoyen est plus qu’une réalité. Il suffit de voir le nombre de citoyens présents lors des conseils communaux, et ce, un peu partout.  

     

    C’est pourquoi nous avons entamé, début mai 2013, une grande enquête destinée à recueillir les opinions des uns et des autres. Celle-ci durera jusqu’aux élections de 2014.

     

    Les résultats seront publiés régulièrement sur le blog d’information de Trooz du groupe Sudpresse, http://trooz.blogs.sudinfo.be/ et pourront, dans un an, faire l'objet d'une publication qui devrait fournir des informations intéressantes.

    Vous êtes politicien, dites-nous, en quelques lignes ce qui, à l’origine, vous a poussé à vous investir en politique.

    Votre réponse (ou absence de réponse) sera publiée, tout comme les nom et fonction(s) des personnes politiques sollicitées.

    Vous êtes citoyen et vous désintéressez de la politique, dites-nous pourquoi, en quelques lignes aussi et précisez si votre nom peut être ou pas publié. Vous pouvez donc vous exprimer de façon anonyme si vous le souhaitez.

    Vos réponses par mail : charles.clessens@skynet.be

    *********************************************************

    A ce jour, 5 politiques ont répondu :

    Nicolas Sools (PS Trooz), André Dombard (EcoVa Trooz), Jean Teheux (MR Trooz), Christine Jamagne-Nossent (MR Trooz), Joëlle Deglin (PS Trooz), Jean-Pierre Larose (VLC), Guy Martin (PS).

    Les 60 autres politiques ayant notamment été personnellement sollicités mais n’ayant pas (encore ?) répondu. D'autres envois sont en cours. 

     

    Elio Di Rupo (PS Premier), Carlo Di Antonio (CDH), Melchior Wathelet (CDH), Fabien Beltran (Trooz),  Denise Voss (Trooz), Isabelle Juprelle (Trooz), Ivana Giovannini (Trooz), Etienne Vendy (Trooz), Christophe Marck (Trooz), Arthur Degée (Trooz), Jean-Marie Denooz (Trooz), Enrico Nori (Trooz), Riccardo Laineri (Trooz), Caroline Tricot (Trooz), Olivier Baltus (Trooz), Pierre Spiroux (Trooz), Ana Gonzalez Sanz (Trooz), Myriam Dumont (Trooz), Elke Roex, Dominique Verlaine (CDH), Bernard Fourny (Chaudfontaine), Evelyne Huytebroek (Ecolo), Louis Maraite (MR), Philippe Chansay Wilmotte (VLC), Jean-Claude Marcourt (PS), Daniel Bacquelaine (MR), Willy Demeyer (Sénat PS), De Bethune Sabine (Sénat), Marie Arena (Sénat), Beke Wouters (Sénat), François Bellot (Sénat), Hassan Bouseta (Sénat), Jacques Brotchi (Sénat), Marcel Cheron (Sénat), Alain Courtois (Sénat), Christine Defraigne (Sénat), Armand De Decker (Sénat, Francis Delperée (Sénat), Paul Magnette (Sénat), Philippe Moureaux, Gérard Deprez (Sénat), Caroline Désir (Sénat), André de Bus de Warnaffe (Sénat), Benoît Hellings (Sénat), Jean-François Istasse (Sénat), Zakia Khattabi (Sénat), Ahmed Laaouej (Sénat), Philippe Mahoux, Bertin Mampaka (Sénat), Jacky Morael (Sénat), Fatiha Saïdi (Sénat), Louis Siquet (Sénat), Cécile Thibaut (Sénat), Tilmans Dominique (Sénat), Fabienne Winckel (Sénat), Olga Zrihen (Sénat), André Flahaut (PS Chambre) (...)

     

    dossier.jpg

  • FOCUS POLITIQUE (3) Conseiller communal, ça rapporte ?

    FOCUS POLITIQUE.jpgConseiller communal…ça rapporte ?

    Précisions d’emblée que, selon le Code de la démocratie locale et de la décentralisation, contrairement aux bourgmestres et échevins, ce qui est normal, surtout pour certains, les conseillers communaux ne perçoivent aucun traitement.

    L’investissement en temps, parfois en matériel, en frais de déplacement ou autres justifie bien entendu que les Conseillers communaux soient rémunérés pour cette fonction au service du citoyen.

    Dans l'analyse, nous ne tiendrons pas compte des éventuels mandats, rémunérés ou pas dans les intercommunales et assimilé ou des retours collatéraux que pourrait leur accorder cette fonction ni sur les éventuelles zones d'influence. Par exemple, quand ils s'y prennent bien, certains politiques arrivent à placer toute leur famille, soit dans les administrations communales, soit dans les intercommunales ou...ou... 

    Toujours selon ce Code de la démocratie locale et de la décentralisation, les conseillers communaux perçoivent un jeton de présence lorsqu’ils assistent aux réunions du conseil communal ou des commissions.

    Le montant de ce jeton est fixé librement par le conseil dans une fourchette entre un minimum de 37,18 € (indexé à 59,80 €) et un maximum de 125 € (indexé à 201,05 €).

    Nous disposons à l’heure actuelle des données des arrondissements de Liège et Huy-Waremme, c’est-à-dire 55 communes mais la liste sera complétée et étendue à tout le pays. Vous comprendrez qu'il faudra cependant un peu de temps...

    Comme vous le constaterez à la lecture des chiffres ci-après, la situation des commissions est relativement étonnante puisque, dans 26 des 55 communes, aucune somme n’est allouée aux commissions.

    Par ailleurs, il est à noter que le montant du jeton de présence du conseiller CPAS est calqué sur celui du conseiller communal.

    Conseil communal

    Liège  197,11

    Huy     194,62

    Flémalle  159,48

    Ans     158,91

    Awans     156,6

    Wanze     150

    Waremme    143,58

    Visé    140

    Donceel     128,27          

    Grâce-Hollogne        125

    Neupré      123,95

    Chaudfontaine    114,87

    Saint-Nicolas    112

    Seraing 112

    Faimes          111,5

    Oreye             103,5 

    Aywaille         101,36

    Burdinne        100

    Hannut            100

    Beyne-Heusay   99,72

    Remicourt      91,42

    Nandrin          90,2

    Oupeye          90

    Fexhe-le-Haut-Clocher   90

    Blegny            86,76

    Saint-Georges-sur-Meuse   86,76

    Herstal           86,15

    Crisnée          85

    Geer   80

    Modave          78,84

    Anthisnes       78,58

    Lincent           77,8

    Verlaine         77,05

    Soumagne     75

    Engis              75

    Esneux           75

    Ferrières        75

    Juprelle          75

    Sprimont        75

    Berloz             72,38

    Clavier           70

    Ouffet             68,82

    Héron             65

    Marchin          62

    Amay              60

    Hamoir           60

    Tinlot              60

    Dalhem          59,8

    Wasseiges    59,8

    Trooz              58 ,63

    Braives          58,62

    Villers-le-Bouillet      57,43

    Fléron             50

    Bassenge      50

    Comblain-au-Pont    37,5

     

    (Sommes en euros bruts, après indexation)

     

    Jetons de présence en commission

    Huy     194,62

    Flémalle         159,48

    Waremme     143,58

    Saint-Nicolas     112

    Liège              98,5

    Chaudfontaine          96,21

    Remicourt      91,42

    Nandrin          90,2

    Ans     79,45

    Modave          78,84

    Ouffet             78,84

    Anthisnes 78,58

    Engis  75

    Soumagne     75

    Héron             65

    Marchin          62

    Seraing          62

    Berloz             61,12

    Wasseiges    59,8

    Trooz              58,63

    Braives          58,62

    Villers-le-Bouillet      57,43

    Hannut            55

    Aywaille         50

    Fléron             50

    Wanze            50

    Oupeye          45

    Visé    40

    Amay              38

    Juprelle          0          tout comme Dalhem, Lincent, Donceel, Beyne-Heusay, Neupré, Oreye, Esneux, Blegny, Awans, Faimes, Saint-Georges-sur-Meuse, Ferrières, Fexhe-le-Haut-Clocher, Sprimont, Burdinne, Tinlot, Verlaine, Geer, Grâce-Hollogne, Hamoir, Clavier, Bassenge, Comblain-au-Pont, Herstal et Crisnée.

     

    Des recherches sont en cours pour compléter ces listes.

     

    Prochain article : le Code de la Démocratie locale et de la Décentralisation

  • FOCUS POLITIQUE (2) Faire de la politique, un idéal ?

    blogueurquilouvre.jpgFaire de la politique, un idéal ?

    Oui, bien sûr, faire de la politique devrait s’apparenter à un idéal, une vocation, un sacerdoce.

    La question mérite d’être posée.

    Pensez ! S’occuper de la gestion d’un continent, d’un pays, d’une région, d’une commune avec pour souci majeur le bien-être de la collectivité et ceci, dans la plus respectable des dignités.

    A titre personnel, j’ai vécu une expérience intéressante aux côtés des politiques. C’était en 2005, lors du passage à l’émission Controverse. Sur le plateau, ils s’étripaient sans concession, à la limite du dérapage mais, après l’émission, tout le monde était réuni dans une ambiance plus que conviviale, autour d’un bon, même très bon verre et tout le monde affichait un grand, un très grand sourire. Il m’est apparu comme évident qu’à partir d’un certain niveau, la politique est plus un métier qu’une vocation. Mais, eux, quel que soit leur niveau, comment voient-ils la chose ? C'est ce que nous avons notamment demandé à tous les élus de Trooz mais aussi, à bon nombre de nos représentants de haut vol.

    Vous trouverez leurs réponses ici.

    Le prochain article : Conseiller communal, ça rapporte ?

  • FOCUS POLITIQUE (1) C'est parti !

    2013 05 25 Le blogueur qui l'ouvre 001.jpgC’est parti !

    ça y est, nos poids lourds politiques de tous bords préparent déjà les prochaines élections qui auront lieu dans un an.

    Ne devraient-ils pas plutôt se concentrer sur leur boulot actuel, à savoir la gestion de la chose publique qui leur est confiée ?

    Ils sont pourtant en plein mandat et s’ils ont déjà rangé dans le tiroir des oublis le scandale 2010 et ses 541 jours sans gouvernement, ce n’est pas certes pas le cas de leurs employeurs, à savoir les citoyens.

    Puisqu’ « ils » sont déjà entrés de plain-pied en « période électorale », il est légitime que nous tentions de nous y retrouver un peu dans ce monde à part.

    C’est pourquoi, sera publiée sur cet espace de communication et d’information, une série d’articles tentant de quelque peu disséquer les arcanes qui président aux destinées de ce monde politique et ce, au plan large, quel que soit le niveau de pouvoir.

    Ceci, sans tabou, sans langue de bois.

    Bref, à dater de ce jour un EDITO politique vous sera régulièrement proposé et ce, sous mon entière responsabilité.

    Je vous rappelle que dorénavant tous les commentaires sont modérés et qu’ils ne sont publiés que si l’identité réelle de l’intervenant est en signature et si les lignes respectent la plus élémentaire courtoisie et politesse.

    Le titre de cette série qui devrait durer plus d’un an sera FOCUS POLITIQUE.

    Bientôt, un premier article intitulé : Faire de la politique, un idéal ?

    EDITO : Charles Clessens

    * * * *

    Pour info et, dans le cadre de la réalisation de cette enquête destinée à mieux faire connaître le monde politique aux citoyens, nous avons demandé notamment à tous les élus politiques de Trooz et à un grand nombre d'élus au Fédéral et à la Région ce qui les avait poussés ou motivés à faire de la politique..  Vous trouverez leurs réponses ici.