Elections 2018

  • La fête est finie explique le Conseiller communal Olivier Baltus

    J-165.jpgLa fête est finie ; que les choses sérieuses commencent

    Hier mardi 1er mai, c’était la fête. A Charleroi, Court-Saint-Etienne, Liège… On y a parlé de valeurs, d’engagements, de solidarités… et des élections à venir, les communales d’octobre 2018.

    A Trooz également on a fait la fête, et on y a parlé des prochaines élections. Elire librement ses représentants est ce qui caractérise notre démocratie, un droit acquis au fil du temps. Pour que ce choix porte au pouvoir des élus pleinement légitimes, il doit être posé en connaissance de cause.

    Pour gérer la Commune de 2018 à 2024, 19 élus seront désignés puis, au terme de négociations entre les divers partis et groupes représentés, un Collège dirigé par un Bourgmestre sera mis en place.

    Il s’agit de choisir « les bonnes personnes ». Il s’agit aussi pour tous les votants de se poser la question de ce que doivent être de bons élus. Les enjeux ne sont pas minces : à l’échelle locale, là où « tout le monde se connaît », les grands défis auxquels la société est confrontée se posent également ! Entre autres : la précarisation d’une partie de la population, les nouveaux modes de consommation et le danger qu’ils font peser sur le commerce local, la qualité de nos espaces publics, l’attrait de la Grand’Rue, l’urbanisme et la préservation du caractère rural de nos villages, nos relations humaines réinventées sur les réseaux sociaux, le stress d’une vie où tout doit aller vite, une mobilité durable, un environnement sain, un avenir pour les prochaines générations…

    Dans sa configuration actuelle, 17 des 19 élus du Conseil communal appartiennent à la majorité PS-MR-EcoVa. En 2012, à la même période de l’année, une opposition structurée était déjà en campagne, exposait sa vision du bilan de la majorité PS-MR de l’époque et proposait son propre programme électoral. Aujourd’hui, PS, MR et EcoVa s’apprêtent à convaincre les élus que le travail n’est qu’entamé et qu’il doit être poursuivi au cours des 6 prochaines années. Chacun, sans vraiment questionner le résultat d’une législature à laquelle il aura participé, rappellera ce qui fait son ADN afin si possible d’au moins conserver un électorat sensé lui être acquis (le social et la proximité pour l’un, l’entrepreneuriat et le développement économique pour l’autre et l’environnement et la bonne gouvernance pour le troisième). Et l’élargir pour décrocher la timbale.

    De quoi parle-t-on ?

    Même avec l’entrée en lice de nouvelles listes, Il est très probable que les débats se résument à peu de choses en termes d’analyse et de critique du bilan de la législature et de confrontation des idées. Ce qui serait contraire aux intérêts de la démocratie. Un homme ou une femme politique a vocation à débattre de ses idées et à exposer une perspective pour la communauté qu’il se propose de représenter.

    Les citoyens qui se rendront dans les isoloirs le 14 octobre 2018 ne remettront pas une procuration à des candidats mais un mandat. Et pour cela, il leur faudra aussi cocher « pour de bonnes raisons ». A ce niveau, les candidats (nouveaux ou sortants) et les votants ont chacun un rôle à jouer. Les premiers doivent présenter et débattre de leur programme. Les seconds doivent s’informer et se questionner. La liberté d’expression et d’interpellation est une autre caractéristique de notre démocratie ; un droit mais aussi un devoir. Parmi les élus, savez-vous qui a fait quoi depuis 2012 ? Vous questionnez-vous quant aux enjeux liés à la construction de lotissements 3 ou 4 façades le long des routes de campagne ? La piètre qualité de certaines places à Fraipont et Nessonvaux vous intéresse-t-elle ? La place de la voiture et les modes alternatifs de déplacement, l’engagement citoyen, l’intégration du parc d’activités de Prayon dans son environnement, l’accueil et la prise en charge au commissariat de police de Prayon, les infractions urbanistiques, les « aménagements raisonnables » permettant aux enfants souffrant d’un handicap de poursuivre une scolarité normale dans nos écoles communales, l’entretien des chemins, la valorisation du patrimoine, les dépenses du CPAS, la mise en ligne des derniers PV approuvés des Conseils communaux…, ça vous intéresse ? La communication communale et les cours de récréation de nos écoles, elles vous satisfont ? En tout cas, cela devrait intéresser les élus et candidats ; sinon, les Trooziens doivent leur en parler.

    Quel bilan ?

    Faire son bilan et celui de sa formation politique est un exercice utile et salutaire qui demande humilité et clairvoyance. Au terme de leur mandat, chaque élu doit faire son bilan, moi y compris. Le travail de l’opposition, critique mais constructif comme j’ai décidé de la mener dès novembre 2013, s’est entre autres traduit par près de 500 articles / articulets publiés sur mon blog www.infotrooz.be. Cela me paraît être une bonne manière, parmi d’autres, de revisiter mon engagement et d’apprécier mon respect du « contrat » passé avec (tous) les électeurs.

    Ce qui nous attend…

    Le PS est la composante politique la plus importante à Trooz avec 9 élus dont 4 membres du Collège (dont le Bourgmestre) sur 6. Lors de son assemblée générale du 27 février 2015, l'Union Socialiste Communale (USC) de Trooz présentait « la gestion communale : le bilan et les perspectives par les mandataires socialistes ». Dans l'éditorial de "Libre & Rouge" sorti le même mois, elle y annonçait ceci : " notre équipe a déjà mis en œuvre près de 70% de notre programme ". Avant même la mi-législature, il fallait oser ! Manque d’ambition ou aveuglement ?  

    La politique se pratique en équipe et ce qui importe, c’est la Déclaration de Politique Générale, document de base qui fédère la majorité (EcoVa – MR – PS) et présentée en public par le Bourgmestre lors du 1er conseil communal le 3 décembre 2012. Ce « programme de gestion » qui définit le cap de travail pour toute la législature n’est plus disponible sur le site internet de la commune. Cette situation, absurde, est une porte ouverte aux tenants du « les politiciens sont tous des menteurs ».  

    "Des faits et non des paroles" : cet engagement, c'est celui de notre Bourgmestre Fabien Beltran fin 2012, lorsqu'il a ceint l'écharpe mayorale. Depuis le communiqué de presse de l’USC le 9 avril, on sait qui (les mêmes échevins et quelques autres personnes) mais on ne sait toujours pas pourquoi (quel bilan, quelles propositions, quel programme). A une interpellation de ma part, le Bourgmestre me répondait aujourd’hui même en révélant quelque peu le modus operandi et en précisant que ledit programme devrait me plaire puisqu’il sera « de gauche et vert » ; oui, cela me plairait beaucoup.

    Ce sera bientôt à vous de décider

    Le 14 octobre 2018, à l’heure du choix parmi toutes les listes et tous les candidats, il sera plus que jamais utile de tenir compte du bilan de chaque élu sortant et de chaque parti et se rappeler que l’intérêt général doit primer sur toute autre chose.  

    Soyez sûr d’une chose : à Trooz, votre voix va compter. Car si le PS a fait monter 2 partenaires dans la majorité en 2012, c’est parce qu’il n’a pas eu le choix : on ne partage en effet pas le pouvoir par plaisir mais par obligation, en l’occurrence la nécessité de mieux assoir le nouveau Bourgmestre après le départ à la Province de Denise Laurent (et son fameux « voter Laurent, c’est voter Beltran ») et la perte d’un siège. Si ce n’est pas vous qui déciderez qui du PS, du MR et d’EcoVa montera dans la majorité, c’est vous qui déciderez lequel des trois en sera exclu.

    Olivier Baltus
    Conseiller communal indépendant ayant rejoint VEGA

  • Eric de Han candidat sur la liste Ensemble avec le Bourgmestre

    DSC_0134.JPGj-166.jpgC'est rencontré par hasard au foot ce mardi 1er mai, qu'Eric de Han, une des chevilles ouvrières du FC Trooz, me l'a confirmé, oui, il sera bien candidat sur la liste "Ensemble avec le Bourgmestre". 

    "Je suis un garçon qui a beaucoup d'activités et qui fait beaucoup de choses dans la vie. Le projet communal pour améliorer les choses à Trooz me plaît et j'ai proposé mes services au bourgmestre Fabien Beltran qui a accepté."

    Es-tu membre du PS ?

    "Non, pas encore mais je vais m'inscrire. Au plan large, j'ai l'intention de beaucoup m'investir pour améliorer ce qui peut l'être dans notre commune."

    Voilà à coup sûr un renfort de qualité pour la liste du bourgmestre qui devrait s'annoncer, disons...intéressante. 

    Nous sommes à 166 jours de l'échéance électorale, les choses commencent à se dessiner et ce n'est pas un "anonyme" qui rejoint cette liste.

  • J-185...Vous voulez vous présenter aux élections communales ?

    185.jpgpoint interrogation 2.jpgVous êtes citoyen ou vous êtes membre d'un parti et vous souhaitez présenter votre candidature aux prochaines élections communales voire créer votre propre liste...

    Vous vous posez quelques questions quant aux procédures...

    Vous avez quelques formalités à accomplir et quelques règles à respecter.

    En voici l'essentiel :

    Lire la suite

  • Elections 2018... Leurs premiers pas...

    j-286.jpgNous sommes ce 11 avril 2018 à 186 jours de l'échéance électorale.

    Ce blog est à la disposition des candidat(e)s ou des différentes formations politiques qui se présenteront au prochain scrutin (quelle que soit leur couleur) s'ils veulent communiquer leur liste, programme ou autre aux lecteurs de ce blog Sudinfo de Trooz. 

    Rencontrés, lors de la présentation du nom de la liste d'obédience PS intitulée "ensemble avec le Bourgmestre", deux candidats potentiels et néophytes ont livré leurs premières impressions :

    2018 04 09 (21).JPG

    Sans bien entendu entrer dans des détails, Sébastien Marcq se dit en partie poussé par ses proches et ses amis. C'est pourquoi il s'est finalement dit  "pourquoi pas ?" et, après avoir réfléchi, il a décidé de franchir le pas tout en précisant qu'il n'est pas un politicien dans l'âme mais qu'il est déjà impliqué dans la vie associative et c'est ainsi que fort de son expérience, il souhaite représenter les citoyens au mieux de ses possibilités.

    De son côté, le coiffeur Mike, depuis 35 ans dans la commune, est très inquiet par la disparition récurrente du commerce dans la localité sur la grand'rue en particulier. Il pense notamment pouvoir participer à la relance de l'attractivité de la commune, trouvant que Trooz est "triste" le soir quand on y passe.

    Bien sûr, ce ne sont là que leurs premiers pas mais leur bonne volonté est évidente...

  • Ensemble avec le Bourgmestre... le communiqué

    Ensemble avec le bourgmestre.jpg

    Le PS dévoile ses cartes aux communales à Trooz et propose une liste de large ouverture qui, d'ailleurs n'est ni clôturée ni bien sûr définitive.

    Appel aux candidats est clairement fait.

    Ci-dessous, le communiqué lu ce lundi 9 avril 2018 en conférence de presse soit à 188 jours du... grand jour.

    Lire la suite

  • Démocratie participative : le citoyen précède le politique par Olivier Baltus

    Nous sommes le 1 avril 2018 soit à 196 jours des élections communales et provinciales.

    j-196.jpgCe blog Sudinfo de Trooz est à la disposition des candidats qui veulent s'exprimer (et de tous les citoyens aussi d'ailleurs).

    Ci-dessous, un texte transmis par Olivier Baltus, Conseiller indépendant de l'Opposition et qui s'identifie en tant que VEGA actuellement.

    "J'ai écrit un petit article sur la participation des habitants à la gestion de la commune telle qu'on pourrait l'envisager pour de petits projets locaux dans les années qui viennent", explique Olivier Baltus

    Voici ce texte

     

    Lire la suite

  • Le hêtre pourpre... ne sera pas abattu tout de suite

    Vous avez été nombreux à vous sentir concernés par le sort du hêtre pourpre sur la place devant la gare de Nessonvaux (revoir toutes les photos publiées sur votre blog en cliquant ici).

    A ce jour, il a déjà été bien déshabillé par les ouvriers communaux qui ont... abattu un travail remarquable. En effet, en ce 1er avril 2018, il est complètement dépouillé de ses branches.

    2018 03 28  (9).JPG

    Par ailleurs, en ce premier avril 2018, nous sommes à 196 jours des élections communales et provinciales. C'est pourquoi la C.E.T. (Commission Electorale de Trooz) vient de nous faire parvenir un courrier expliquant que dans un but de réaliser des économies, l'arbre ne sera abattu complètement qu'après le 14 octobre 2018 car, d'ici là, son tronc servira de support aux différentes listes électorales présentes sur la commune.

    Différentes parties seront soigneusement délimitées sur le tronc, dans le sens vertical et réservées après tirage au sort aux partis ayant annoncé leur candidature. Il est recommandé à ceux qui hériteront du sommet de l'arbre de se munir d'une échelle pour venir coller leurs affiches et de respecter les consignes de sécurité qui leur seront transmises par la C.E.T.

    Ci-dessous, la meilleure position qui sera réservée à la liste numéro 1...

    2018 03 28  (11).JPG

  • Stop ou encore pour VEGA ? Appel à la mobilisation...

    C'est lors d'une conférence de presse que les responsables  de la Coopérative VEGA avaient convié les médias ce mercredi 21 mars 2018 à 207 jours des prochaines élections pour leur faire part de leurs interrogations mais également pour lancer un appel à... militants.

    Quatre orateurs ont, à tour de rôle, pris la parole dans les locaux de la Maison de la Presse.

    2018 03 21 (30).JPG

    François Schreuer - Salvador Alonso Merino - Valérie Fourré - Olivier Baltus 

    Baltus 2018 03 21 (30).JPGC'est Olivier Baltus, le porte-parole de VEGA qui a ouvert la conférence en retraçant brièvement les origines de cette Coopérative politique. "Vega (Verts et à gauche) est née en 2012 dans la perspective des élections communales à Liège et VEGA, à la surprise générale a décroché un élu, François Schreuer. Moi-même, je suis élu à Trooz, dans un cadre tout à fait différent et j'ai rejoint la coopérative il y a un peu plus d'un an." Et, après une courte respiration, Olivier Baltus de poursuivre. "Cela fait maintenant plus de cinq ans et demi que VEGA travaille sur différentes thématiques et nous avons souhaité, à environ sept mois des prochaines élections, vous faire part de notre positionnement qui s'adosse bien évidemment à notre bilan."

    Fourré Valérie.JPGEt de passer la parole à sa collègue, Valérie Fourré qui a rejoint VEGA il y a quelques mois. Cette-ci a ciblé quelques grandes lignes dans lesquelles VEGA avait été partie prenante et qui l'avaient séduites. "Je suis issue du monde associatif et j'ai décidé de rejoindre VEGA il y a quelques mois." Et dans la foulée, d'énumérer notamment "la demande de fermeture de la centrale nucléaire de Tihange II qui a fait de Liège la première commune belge a réagir dans ce sens, un deuxième point-clef, le bio et le local dans les cantines scolaires pour favoriser les circuits courts et pour permettre de répondre à des besoins de santé pour nos enfants." Elle a ensuite passé en revue quelques autres titres dont VEGA s'était fait mobilisateur comme le combat pour la préservation du site du  Ry-Ponnet, l'opposition à la fermeture du Centre pour Enfants Infirmes Moteurs Cérébraux, la piétonisation partielle de la place Xavier Neujean, le dossier de la création d'un parc sur le site Palmolive dans le Longdoz (...).

    Salvador Alonso Merino.JPGC'est ensuite Salvador Alonso Merino qui a pris le relais, soulignant que VEGA a souvent apporté la réflexion et pesé sur la politique communale de façon constructive, parvenant souvent à rassembler majorité et opposition sur un même dossier. "Oui VEGA a été un vote utile en 2012 au Conseil communal."   

    Après avoir rappelé ou informé que VEGA avait, suite à un appel de ses membres, récemment recensé une liste de 70 personnes "désireuses de voir la Coopérative VEGA poursuivre son travail," car ces personnes considéraient que VEGA avait été utile dans le débat communal voire supracommunal, ce qui constituait, aux yeux des membres de VEGA, une espèce de gage moral pour qu'ils poursuivent leur action. L'orateur s'est alors attaché à introduire le véritable sujet de la journée qui, résumé en trois mots peut s'intituler, dans le chef de VEGA : "STOP OU ENCORE".

    "On ne va pas se présenter aux élections communales de 2018 sauf si nous arrivons à mobiliser 250 personnes, 250 citoyens de Liège-Ville ou de Liège périphérique qui constitue finalement le socle de notre projet qui est Liège-Métropole. Des personnes qui s'investiront dans la campagne pour porter notre projet, pour convaincre. En résumé, ce que nous faisons aujourd'hui, nous mettons entre les mains des citoyens de Liège-Ville et de Liège-périphérie, le sort de la candidature de VEGA aux élections et cela parce qu'on ne veut pas continuer à peser dans une perspective uniquement locale mais bien dans les enjeux que doit relever aujourd'hui Liège et sa périphérie. Donc, si on arrive à convaincre un nombre massif de citoyens, seulement à cette condition on se présentera aux élections de 2018."

    Schreuer.JPGEt François Schreuer d'emboîter le pas : "Nous entendons rassembler, nous sommes conscients aujourd'hui d'être une petite force politique et nous voulons continuer à exister. Clairement, notre objectif, c'est d'obtenir plusieurs élus au conseil communal et nous estimons que nous ne nous lancerons que si nous sommes sur les bases pour faire trois sièges au moins au conseil communal de Liège. Et pour ce faire, nous devons convaincre 250 militants d'adhérer concrètement à notre projet de façon active, s'engageant à mettre la main à la pâte pendant la campagne. On est, vous le savez dans un grand état de déprime démocratique, les affaires Publifin et compagnie ont eu un effet plutôt démobilisateur que mobilisateur sur le potentiel militant politique. Donc c'est un défi que nous nous lançons, nous plaçons la barre haut. C'est pas gagné, on n'est pas du tout sûr d'y arriver mais nous voulons de la sorte répondre à ceux qui disent que VEGA est trop petit. Nous voulons rassembler mais pas de façon creuse et sans principes de base. Nous avons une orientation politique assumée et nous la défendons. Cette orientation politique, elle se trouve au confluent du socialisme et de l'écologie avec une perspective extrêmement forte en termes de démocratie. Les gens que nous nous proposons de rassembler sont des gens qui partagent cette orientation qui a été définie dans notre manifeste en 2012, qui a été petit à petit remise à jour et figurera dans le programme électoral qui sera un programme élargi à l'échelle de l'agglomération et non pas à l'échelle de la seule ville de Liège. Nous avons aussi décidé d'annoncer déjà trois priorités ainsi les gens qui nous rejoindront sauront vers quoi nous irons."

    Et après un léger temps mort, l'orateur de poursuivre :" Nos trois priorités sont d'abord le logement. Il semble qu'aujourd'hui ce soit probablement l'enjeu le plus important pour la population liégeoise. On a de multiples raisons de s'inquiéter, la production de logements publics stagne depuis de nombreuses années, est face à une démission de la Région wallonne qui est le premier acteur concerné mais il y a des leviers au niveau local qui ne sont pas activés. (...).

    Et dans la foulée, d'enchaîner avec quelques propositions que vous pouvez retrouver sur le site.

    "La deuxième priorité, ce sera la santé", développera François Schreuer avant de citer la troisième priorité, les espaces publics et les espaces verts. (...)

    En conclusion, VEGA se trouve à un carrefour de son histoire et bien que convaincue de son utilité dans le débat local, VEGA sait qu'en politique, il faut être nombreux pour agir et souhaite mener une action à l'échelle de la métropole liégeoise et non uniquement à celle de quelques communes. C'est pourquoi, VEGA est à la recherche de membres convaincus par leurs projets et désireux d'y participer.

    Et fonction de ces retours (ou non), VEGA décidera de déposer ou non une liste lors des prochaines élections donc oui, il s'agit bien ici de

    VEGA... STOP OU ENCORE 

    Plus d'informations et de détails sur le site internet de la Coopérative politique VEGA.   

    2018 03 21 (29).JPG

     

  • Elections 2018... Les primo-votants... Résultats commentés...

    Les primovotants.jpgL'enquête relative aux primo-votant(e)s est clôturée.
    En voici les résultats commentés.

    « Tiens, il y a des élections cette année non ? Tu sais pour qui tu vas voter toi ? ». Qui n’a jamais entendu cette phrase sortir de la bouche d’un ado ?

    Les élections approchant, le Blog Sudpresse de Trooz a mis en place un questionnaire afin de sonder les opinions de nos jeunes au sujet des élections et du droit de vote en Belgique. 22 réponses ont été enregistrées, en voici le résumé.

    A ce questionnaire, ce sont principalement des Liégeois(es) qui ont répondu, mais nous avons également reçu le vote de 3 personnes venant des régions de Namur, du Luxembourg ainsi que de Bruxelles-Capitale. Concernant les tranches d’âges, les 21 ans l’emportent largement avec 47,6% de participants. Ils sont suivis par les 20 ans (19%), puis les 19 ans (14,3%). 14,4% des votants sont au-dessus des 21 ans, et les 4,8% restants concernaient la tranche d’âge 18 ans.

    reponse1.jpg

    Sais-tu de quelles élections il s’agit ?

    6 personnes ont répondu qu’elles ne savaient pas de quelles élections il s’agissait, l’une d’elle précisant qu’elle ne regardait pas beaucoup les infos. Pour les 16 personnes restantes, les réponses concernaient majoritairement les élections communales, certains précisant qu’elles se déroulent en octobre, mais nous avons également vu certaines réponses concernant des élections législatives ainsi que des élections provinciales.

    A travers ces réponses, nous avons pu observer que les participants ont répondu avec certitude pour la plupart, tandis que d’autres étaient plus hésitants.

    Et vous, connaissiez-vous la réponse à cette question ? Si non, sachez que le dimanche 14 octobre ont lieu les élections communales et provinciales belges.

    Sais-tu déjà pour qui tu vas voter ?

    C’est une question récurrente dans les discussions estudiantines. Voter est une grande première pour les participants de cette étude et 63,6% d’entre eux ne savent pas encore à qui leur vote sera destiné, contrairement aux 36,4% restants.

    Certains préciseront, dans les questions suivantes, qu’ils ne savent pas pour qui ils voteront, mais savent pour qui ils ne voteront pas.

    reponse2.jpg

    Est-ce que la politique t’intéresse en règle générale ?

    Qui n’a jamais entendu dire que les jeunes ne s’intéressaient plus à rien ? 54,5% de nos participants ont répondu qu’ils suivaient la vie politique. Quelques-uns ont même précisé qu’ils se sentent concernés, non seulement par la vie politique belge, mais aussi par la vie politique étrangère et internationale.

    Sur quoi vas-tu baser ton vote ?

    Il est intéressant d’observer que contrairement aux idées reçues, les primo-votants ne suivent pas forcément l’opinion parentale. Même si quelques participants ont répondu qu’ils suivraient l’opinion politique de leur famille ou du moins s’en inspireraient, la plupart ont répondu qu’ils baseraient leur vote sur des éléments extérieurs au cercle familial. Certains en parleront avec leurs amis, d’autres se fieront aux programmes électoraux. D’autres encore préfèrent se fier à leurs opinions et voir les partis dans lesquels ils se retrouvent le plus.

    Dans ces réponses, nous avons pu observer que les jeunes ont une réelle envie d’information. Ils veulent agir en connaissance de cause et savoir réellement à qui leur vote sera donné et justifier cela par des éléments concrets, se retrouvant soit dans une idéologie, soit dans un programme électoral, ou encore, dans une personnalité politique qui leur plaît.

    Les médias font aussi partie intégrante des modalités d’informations, E.H. (21 ans) nous dira «Je vais baser mon vote sur mes opinions et sur ce que j’entends dans les médias, je n’ai pas le temps de chercher après le programme qui correspond exactement à mes attentes ».

    S.F, 19 ans, précisera qu’il basera son vote sur « (…) les orientations politiques, mais aussi sur les coalitions mises en place. Malheureusement, la droite et la gauche vont s’allier dans ma commune (Beyne-Heusay), ce qui, pour un électeur aussi bien de droite que de gauche est « inconcevable » dans la mesure où leurs idées sont par définition opposées. ».

    Certains ont précisé certains critères qui, pour eux, sont importants tels que l’intérêt pour l’environnement ou le programme concernant l’enseignement.

    Y a-t-il des faits qui peuvent te faire voter pour un parti plutôt qu’un autre ?

    Si 4 personnes ont répondu « non », le reste des participants se dit influencé par certains événements. Publifin, les autres scandales politiques récents, la couleur du parti, le fait que le programme comprenne les citoyens et s’adapte à leur style de vie, la place donnée à l’environnement et l’enseignement, la présence d’un parent en politique, le refus de voter pour des extrémistes (quelle que soit l’extrême) et la composante du programme sont autant d’éléments qui ont été cités par nos jeunes primo-votants lors de ce micro-trottoir informatique.

    Le vote doit-il rester obligatoire selon toi ?

    Si 4 personnes sont pour l’abolition de l’obligation de vote, les jeunes primo-votants restants sont plus mitigés.

    Julien S., 21 ans : « Non, on doit pousser les gens à se prononcer mais pas les obliger. Les non-votants devraient d’ailleurs être pris en compte pour permettre d’exprimer sa non-confiance dans le corps politique. Au lieu d’obliger, on devrait expliquer pourquoi et comment le vote est important ».

    Certains d’entre eux estiment que le vote doit effectivement rester une obligation.

    A.N., 21 ans : « Pour moi c’est un devoir et ça doit rester une obligation, chacun doit s’exprimer et dire qui il veut comme dirigeant car ça concerne la population entière. De plus ça permet d’éviter d’avoir des gens qui se plaignent mais qui n’ont pas été voter ».

    F.B., 21 ans : « Malheureusement oui. Pour éviter que les votes manquants ne profitent aux extrêmes, qui en cas de fort taux d’abstention, ont tendance à gagner en pourcentage de voix ».

    Tandis que certains de nos votants sont plus hésitants face à cette question.

    1. Thirion, 23 ans : « C’est tout un débat. Je pourrais dire oui car cela incite tout le monde à aller voter et peut-être à avoir des résultats plus équilibrés. Cependant, dans un autre sens, ceux qui n’en ont rien à faire, s’ils ne vont plus voter, ça pourrait permettre d’avoir une politique plus ciblée sur les attentes de ceux qui votent vraiment pour quelque chose ».

    S.P., 20 ans : « Oui, il faut mobiliser tout le monde pour le vote, le choix de nos gouverneurs doit être un droit mais aussi une responsabilité qui doit être porté par chacun d’entre nous ».

    V.B., 18 ans : « Je ne sais pas. Je pense que l’obligation est à double tranchant : 18 ans c’est peut-être un peu jeune. En rhéto, beaucoup de personnes de ma classe n’étaient pas intéressées du tout par la politique et je pense donc que certaines personnes votent par obligation mais ne réfléchissent peut-être pas spécialement aux conséquences des votes. D’un autre côté, ça force peut-être certaines personnes à s’intéresser à la politique. A mes yeux, l’obligation de voter peut être une bonne chose pour que certaines personnes s’intéressent à la politique mais j’ai également certains doutes ».

    Voter est-il important selon toi ?

    Ecrasante majorité de « oui » pour cette question ! Selon nos primo-votants, voter est primordial non seulement car cela permet de faire entendre sa voix et de choisir qui seront nos dirigeants, mais aussi parce que nos ancêtres se sont battus pour ce droit. Le fait que ce droit n’est pas présent dans tous les pays mais bien dans le nôtre est aussi un élément qui est ressorti de cette enquête. 

    Certains nuancent cependant leur propos en évoquant la perte de confiance qu’ils vivent à l’encontre des personnalités politiques ou en expliquant que leur vote ne changera pas grand-chose.

    Que signifie l’action de voter pour toi ?

    Devoir, chance, liberté, démocratie, faire entendre sa voix, droit, s’impliquer dans la vie politique de sa région/province/ville sont autant de critères qui ont été énoncés.

    S.P., 20 ans nous dira « C’est un système important qui doit être préservé malgré les promesses non tenues des personnes élues, qui est source de déception. Voter c’est s’exprimer sur le choix de notre mode de vie, sur ce qui est important pour nous, choisir notre sécurité, qui reste selon moi la plus fondamentale des libertés avec le droit de s’exprimer à travers ce vote ».

    V.B., 18 ans : « Je trouve ça bien parce que ça nous permet de faire entendre notre voix. C’est sûr qu’en Belgique, même si on vote pour tel parti, nous ne sommes jamais sûrs avec le système de coalition mais de toute façon, ça reste, à mes yeux, important de voter. C’est plus une action symbolique. Dans le sens où si on vote, on peut donner notre avis : soit on est en accord avec la politique actuelle et on veut une continuité ou alors on préfère avoir du changement ».

    Quel est ton ressenti par rapport au fait d’aller voter pour la première fois ?

    Les ressentis sont extrêmement partagés. Ils partent de l’excitation à l’anxiété, tout en passant par du stress, de la curiosité, ou de l’ennui. Une personne a fait part de sa peur d’être appelée comme assesseur, une autre nous dira qu’elle ne se sent pas assez préparée et regrette de ne pas s’être informée plus tôt. Plusieurs répondants se sont dit perdus, certains précisant qu’ils trouvent ne pas être assez informés.

    S.F., 19 ans : « Je m’en réjouis, mais je suis dépitée de voir que mon vote ne changera pas beaucoup de choses quant à la « monarchie absolue » installée dans ma commune. Il n’y aura rien de nouveau sous le soleil après les élections »

    Veux-tu ajouter quelque chose ?

    Cette dernière question laisse ainsi carte blanche à nos primo-votants, afin qu’ils puissent s’exprimer ouvertement.

    S.P., 20 ans : « La politique est quelque chose de bien trop complexe pour n’être comprise qu’à travers les campagnes de pubs des personnes qui veulent se faire élire, et je regrette sincèrement qu’on ne trouve pas plus d’information ou de documentation sur ces mêmes personnes et leurs projets avec l’avis sur ces projets de personnes expertes sur le sujet provenant de sources extérieures à ces personnes ».

    V.B., 18 ans : « Je ne voudrais pas abolir l’obligation de vote mais peut-être plutôt réfléchir à l’âge ou alors demander aux écoles d’organiser de temps en temps des ateliers pendant lesquels des élèves pourraient être sensibilisés à la politique ».

    Julien S., 21 ans : « Le système électoral actuel n’est plus bon, il n’est plus satisfaisant dans notre système (moyennement) démocratique ».

    Alexia R., 20 ans : « Je pense que le vote qui est peut-être une « bête action » pour certain est en fait une action utile et nécessaire à la société qu’il faut faire de manière réfléchie ».

    A.C., 21 ans : « Je trouve dommage que des alliances se forment entre partis. Si je vote pour X et pas pour Y il y a bien une raison, je n’ai pas demandé à ce qu’ils s’associent pour évincer Z. Si Z a eu son quota de voix, il me semble logique qu’il ait sa place ».

    Pour retrouver l’ensemble des réponses, cliquez ici pour être redirigé vers l’article récapitulatif précédent et à bientôt pour un autre sujet d'actualité.

    Merci de noter également que dorénavant tous les articles consacrés aux élections 2018 seront insérés dans la catégorie ci-contre intitulée "Elections 2018".

  • Elections communales 2018... 16 mars 2018... J-212... Message aux élus et aux candidats...

    J-212.jpgCe message s'adresse à nos élus de la commune de Trooz mais aussi aux futurs candidats.

    Depuis fin 2012, la présente équipe est aux commandes de notre commune de Trooz :

    BELTRAN Fabien, le Bourgmestre, Président ;

    MARCK Christophe, JUPRELLE Isabelle, VENDY Etienne, NORI Enrico, les Echevin(e)s ;

    SOOLS Nicolas, Président du CPAS (avec voix consultative);

    les Conseiller(ère)s DOMBARD André, DEGEE Arthur, DENOOZ Jean-Marie, DEGLIN Joëlle, LAINERI Ricardo, MARTIN Guy, GONZALEZ SANZ Ana, PIRARD Claire, SARTINI Gianpiero, LALLEMAND Grégory, JAMAGNE Marc, Conseillers(ères) tandis que

    l'Opposition repose sur deux Conseillers qui ont quitté leur formation, soit LAROSE Jean-Pierre et BALTUS Olivier, siégeant en tant qu'indépendants.

    Bien sûr en cours de route, il y a eu quelques remaniements, quelques abandons, quelques transferts de compétences d'une personne à une autre, malheureusement aussi la maladie et le décès d'un échevin mais, toujours est-il qu'au jour d'aujourd'hui c'est l'équipe alignée ci-dessus qui siège sur les bancs du Conseil communal.

    La période électorale arrive, ce 16 mars 2018, nous sommes à J-212.

    Les listes se préparent, sous quels sigles se présenteront-elles, quels seront les candidat(e)s, y aura-t-il de nouvelles formations, tous les élus actuels se représenteront-ils, etc.

    Comme vous le savez, votre blog a suivi avec attention et régularité les séances du Conseil communal, les communiqués, les informations diverses émanant de la Commune, du Syndicat d'Initiative (...) et bien d'autres choses encore qui ont été répercutées sur cet espace d'information objective et de communication, quoiqu'en aient pensé, en novembre 2012 l'ancienne bourgmestre Denise Laurent et le secrétaire communal, Bernard Fourny qui avaient adressé à la direction de La Meuse un courrier auquel je m'étais fait un devoir de répondre (vous pouvez relire en cliquant ici). Il y était notamment question d'éthique... Ben oui, que le temps passe vite. A cette époque, l'affaire PUBLIFIN (dont vous pouvez lire, à titre d'information, le rapport de la Commission d'enquête parlementaire chargée d'examiner la transparence et le fonctionnement du Groupe PUBLIFIN en cliquant ici) et les autres affaires n'avaient pas encore éclaté à la figure des partis et des citoyens, enfin soit.

    C'est donc avec plaisir que votre blog propose de donner la parole à TOU(TE)S les élu(e)s ainsi qu'aux futur(e)s candidat(e)s aux prochaines élections.

    L'équipe en place, vous pouvez revisiter votre parcours, faire part de votre ressenti, de votre expérience, mettre votre travail au service de la collectivité en évidence, etc. Bref, tout ce que vous voulez.

    Les nouveaux candidats, il vous est loisible de vous présenter, vous et/ou votre groupe, de faire part de vos projets, de vos ambitions, etc.

    Voilà, je suppose que ce message est clair. Pour y donner suite, il vous suffit de me contacter soit par téléphone, soit par mail. Je ne vous fais pas l'injure de vous rappeler mes coordonnées. Si vous vous intéressez à l'actualité de Trooz, elles figurent sans conteste dans votre petit répertoire...

     

    EDITO Charles Clessens Responsable du blog Sud-Info de Trooz.

  • Elections 2018... Les primo-votants... Questions / réponses... Suite et fin

    J-217.jpgENQUÊTE CHEZ LES PRIMO-VOTANT(E)S... Bilan complet... Les questions et les réponses... 

    Nous sommes, ce 11 mars 2018, à 217 jours des prochaines élections communales et provinciales.

    Dix questions d'ordre purement général ont été posées via ce blog aux primo-votant(e)s qui acceptaient de répondre via un questionnaire que vous pouvez retrouver en cliquant ici.

    Ces jeunes se sentent-ils  concernés ? Sont-ils bien informés ? Sont-ils conscients de leurs futures responsabilités, de leur entrée dans le monde des adultes ? Quel est leur ressenti par rapport à ces élections ?

    Ils (elles) sont 21 à  avoir répondu et avaient la possibilité de signer de leur nom, de leurs initiales ou de ne pas signer du tout...

    Un grand merci à  M.H.  A.N.   P. Thirion   F.B.   S.P.   V.B.   E. H.   LV    Charchour Sawsan    Smal Julien   S F   D C    E.D.    EE   Céline C.    Alexia R.    AB    S. E.    A.C.    A.M.

    Les premières réponses ont déjà été publiées.
    Voici la suite et la fin de ce questionnaire...
    A bientôt pour un autre thème d'intérêt général.

     

    Lire la suite

  • Election 2018... J-218... Dix questions aux primo-votant(e)s... Les réponses (suite)

    ENQUÊTE CHEZ LES PRIMO-VOTANT(E)S (suite)

    J-218.jpgDix questions d'ordre purement général ont été posées via ce blog aux primo-votant(e)s.

    Aujourd'hui, ci-dessous, la réponse à la question 5 

    Y a-t-il des faits qui peuvent te faire voter pour un parti plutôt qu'un autre ?

    Si vous êtes concerné(e) et que vous n'avez pas encore fait part de votre opinion, il vous suffit de cliquer ici pour avoir accès au questionnaire qui peut, si vous le souhaitez être anonyme, signé de vos initiales ou de votre nom...

    A noter qu'une 21ème personne a répondu au questionnaire. Bientôt les cinq dernières questions et les réponses...

    Lire la suite

  • Election 2018... J-219... Dix questions aux primo-votant(e)s... les réponses (suite)...

    elections communales trooz 2018.jpgENQUÊTE CHEZ LES PRIMO-VOTANT(E)S (suite)

    Dix questions d'ordre purement général ont été posées via ce blog aux primo-votant(e)s.

    Hier, les premières réponses vous ont été proposées.

    Aujourd'hui, ci-dessous, la réponse à la question 4 

    (Sur quoi vas-tu baser ton vote ?).

    Si vous êtes concerné(e) et que vous n'avez pas encore fait part de votre opinion, il vous suffit de cliquer ici pour avoir accès au questionnaire qui peut, si vous le souhaitez être anonyme, signé de vos initiales ou de votre nom...

     

    Lire la suite

  • Election 2018... J-220... Dix questions aux primo-votant(e)s... les premières réponses...

    elections communales trooz 2018.jpg

    Dix questions d'ordre purement général ont été posées via ce blog aux primo-votant(e)s.

    Si vous êtes concerné(e) et que vous n'avez pas encore fait part de votre opinion, il vous suffit de cliquer ici pour avoir accès au questionnaire qui peut, si vous le souhaitez être anonyme, signé de vos initiales ou de votre nom...

    A ce jour, jeudi 8 mars 2018, soit 220 jours avant le jour de élections, les réponses de 20 primo-votant(e)s aux trois premières questions vous sont proposées ci-dessous :

    Lire la suite