Conseil communal

  • Conseil communal du 26 mars 2018... Une séance très intéressante...

    Une motion acceptée... Belfius

    La motion pour le maintien de la totalité du capital de la banque Belfius dans le patrimoine public a été acceptée par 14 voix pour, zéro contre et deux abstentions

    Une autre rejetée... La motion relative à la fermeture immédiate des réacteurs nucléaires de Tihange 2 et Doel 3

    Cette motion a été rejetée : 7 voix pour, 7 voix contre et deux abstentions

    Lire la suite

  • Conseil communal du 26 mars 2018

    J-202.jpgCe lundi 26 mars 2018, soit 202 jours avant la prochaine échéance électorale, aura lieu la 57ème séance du Conseil communal de Trooz. 

    L'entrée est gratuite et la séance est publique donc tout un chacun a le droit d'y assister.

    Qui plus est, vous aurez l'occasion d'y voir nos élus actuels aborder et/ou débattre de points qui très certainement pourraient vous intéresser.

    Vous pourrez notamment prendre connaissance de la situation de la caisse communale, d'un appel à projet pour l'embellissement des cimetières wallons, de deux propositions de motions proposées par Olivier Baltus, Conseiller de l'opposition et de bien d'autres choses encore.

    En voici l'ordre du jour

    2018 03 26 odj.jpg

     

  • Une motion pour la fermeture immédiate des réacteurs nucléaires de Tihange 2 et Doel 3

    Trooz 30 km de Tihange.jpg

    Trooz n'est qu'à 30km de Tihange

    Baltus 2018 03 21 (30).JPGComme annoncé récemment, la prochaine séance du Conseil communal de Trooz se déroulera ce lundi 26 mars 2018 (voir ici). En dehors de l'ordre du jour ordinaire, le Conseiller communal indépendant de Trooz, mais aussi porte-parole de la Coopérative VEGA proposera au Conseil le vote d'une motion afin que la Commune de Trooz prenne aussi position quant au réacteur nucléaire de Tihange.

    Olivier Baltus nous a transmis l'intégralité de cette motion qui sera proposée ce lundi.

    Voici ce texte

    Pour la fermeture immédiate des réacteurs nucléaires de Tihange 2 et Doel 3.

    Motion

    Considérant :    
     

    • que les centrales nucléaires belges ont été conçues pour une durée de vie de 30 ans, que Tihange 1, 2 et 3 ont respectivement été mis en service en 1975, en 1983 et en 1985 et que Doel 1 et 2 ont été mis en service en 1975, Doel 3 et 4 en 1982.
    • que la prolongation de la durée d’exploitation des réacteurs au-delà de leur durée de vie de 30 ans jusqu’en 2023 et 2025 ne saurait que faire croître le nombre d’incidents et la probabilité d’un incident ou accident grave tel que Tchernobyl ou Fukushima.
    • la multiplication des pannes et autres « arrêts non programmés » observés au cours des dernières années sur le site de Tihange.
    • que le risque que représente la centrale pèse négativement sur l’attractivité de la région liégeoise, et notamment sur sa capacité à attirer de nouveaux habitants, des entreprises voire des visiteurs.
    • les mises en garde répétées venant d’experts indépendants (comme récemment Ilse Tweer de l’Université de Vienne ou Antoine Debauche de l’UCL) notamment de techniciens électronucléaires sur les risques du prolongement de la vie des centrales ; techniciens pour lesquels la probabilité d’un accident nucléaire majeur en Europe est loin d’être négligeable.
    • le caractère incommensurable des dégâts humains et économiques, pour une longue période et au-delà des environs immédiats du site, que peut provoquer un accident nucléaire majeur, comme on peut par exemple l’observer à Fukushima, et qui toucherait dans la région liégeoise a minima 1 million de personnes.
    • les inquiétudes exprimées par différentes autorités publiques hollandaises, allemandes ou luxembourgeoises et l’importance, pour la Ville de Liège et toutes les communes limitrophes qui forment la métropole liégeoise, d’être à l’écoute de la voix de ces partenaires de premier plan.
    • que le Conseil communal de la ville d’Aix-la-Chapelle a adopté le 21 mai 2015 à l’unanimité une résolution pour l’arrêt immédiat et définitif de la centrale nucléaire de Tihange, que le ministre du land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie de l’Environnement a exhorté la Belgique le 20 décembre 2015 à fermer les centrales nucléaires de Tihange, que la ministre allemande de l’Environnement a adressé une liste de 15 questions à l’AFCN portant sur les procédures de contrôle et d’évaluation ainsi que sur les garanties de sécurité de la cuve du réacteur de Tihange 2, et a appelé la Belgique le 28 décembre 2015 à retirer la centrale nucléaire de Tihange du service suite au nombre conséquent d’incidents.
    • que le Conseil communal de la ville de Maastricht a adopté le 9 juin 2015 une résolution signée par 9 des 11 partis représentés réclamant la fermeture de la centrale nucléaire de Tihange et que le même Conseil s’est prononcé à l’unanimité le 19 janvier 2016 pour entamer des procédures judiciaires contre la centrale nucléaire de Tihange.
    • que le gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg a au plus haut niveau et à maintes reprises fait part de ses préoccupations sur les déficiences constatées dans la centrale nucléaire de Tihange et qu’un échange de vue a eu lieu entre la secrétaire d’Etat au Développement durable et le ministre de l’Intérieur belge le 18 janvier 2016 à Bruxelles à propos de la sûreté des réacteurs nucléaires de Tihange.
    • l’obstacle que la persistance du choix nucléaire fait peser sur le développement des filières de l’énergie renouvelable, compromettant la possibilité pour la Belgique et pour la Wallonie de se positionner sur ce créneau économique d’avenir.
    • la multiplication des informations alarmantes au sujet de la gestion de la filière nucléaire belge — et plus particulièrement au sujet des réacteurs de Tihange 2 et de Doel 3.
    • la décision du Conseil communal de la Ville de Liège du 21 mars 2016 demandant au Gouvernement fédéral de mettre en œuvre toutes les mesures utiles pour vérifier la sureté maximale des installations de Tihange 2 et Doel 3, y compris par des analyses des experts internationaux et fermer celles-ci immédiatement si des manquements à la sureté devaient être constatés.
    • que ces mêmes autorités communales n’ont reçu aucun accusé de réception à cette demande, et donc encore moins de garanties quant à la prise de mesures de sécurité.
    • l’incapacité dans laquelle se trouvent les autorités publiques à organiser l’évacuation ou la protection de la population de la métropole liégeoise en cas d’incident grave à Tihange.
    • que les responsables politiques locaux ont le devoir et l’obligation de protéger leur population résidente. 

    Le Conseil communal de Trooz :      

    • demande la fermeture immédiate des réacteurs nucléaires de Tihange 2 et de Doel 3 ;
    • demande le respect du calendrier prévu pour la sortie du nucléaire, à savoir 2025 ;
    • souhaite que la Commune de Trooz joigne ses efforts à ceux des nombreuses municipalités inscrites dans un large mouvement transfrontalier qui réclame la fermeture de la centrale nucléaire de Tihange.
  • Conseil communal du 26 février 2018... Communiqué du bourgmestre

    2018 02 26 cc 7.JPGCOMMUNIQUE DU BOURGMESTRE

    CONSEIL COMMUNAL DU 26 FEVRIER 2018 :

    C’est un conseil communal très chargé qui s’est déroulé hier soir.

    Nous avons dans un premier temps validé le rapport financier du plan de cohésion sociale de Trooz, lequel démontre la bonne gestion des fonds alloués par la Région wallonne pour développer une multitude d’actions de cohésion sur notre territoire.

    Dans la continuité des décisions prises récemment en termes de sécurité routière, le conseil a validé de nouvelles mesures concernant diverses voiries communales. J’ai expliqué que ces demandes étaient traitées au cas le cas par la police et la région et que de concert nous avancions pas-à-pas dans la sécurisation de nos voiries. Il reste encore du travail mais nous sommes à l’écoute.

    Le conseil a décidé également de maintenir l’octroi d’une subvention aux gardiennes d’enfants pour l’année 2018 en modifiant légèrement le règlement pour celles qui ont plusieurs implantations.

    Dans la cadre de la continuité de la modernisation de nos écoles, nous nous sommes inscrits dans un appel à projet « Ecoles numériques » auprès de la Région wallonne, …… gageons que notre dossier sera retenu !

    Le conseil a également décidé d’adhérer à la centrale provinciale d’achat pour les communes nous permettant de continuer à faire des économies de fonctionnement.

    Nous avons ensuite décidé l’achat de matériel pour le service travaux ainsi que de nouvelles poubelles qui nous permettront d’équiper mieux les quartiers.

    Le conseil a aussi décidé que la petite chapelle Saint Georges de Trooz (rue de Verviers), en accord avec l’évêché et dans le cadre de la reprise du bâtiment par la commune, pourrait dorénavant accueillir un projet lié au tourisme et au commerce … affaire à suivre donc.

     Nous avons également décidé de passer une convention avec Intradel afin de leur permettre à l’avenir de gérer la construction de site de bulles à verre enterrées, la première prévue (14000 €) devrait se situer à la place des bulles rue des Aubépines à Fraipont, juste à côté de la future plaine de jeux.

    Dans la continuité des travaux prévus en ce mois de mars sur la place du Marché, nous avons décidé de lancer une procédure nous permettant de rénover également les abords de l’église et de finaliser l’ensemble des rénovations de voirie de la place ainsi que de la rue du Moulin. 

    L’acoustique de la salle de Forêt-Village n’a pas été oubliée non plus et c’est ici +/- 9000€ qui vont être investis.

    Enfin, ces dernières années, le collège s’est attaché à vouloir améliorer la mobilité et la sécurité sur le territoire communal. C’est près de 540.000€ qui auront été dégagés cette année pour la rénovation des routes communales. C’est pourquoi, hier soir nous avons approuvé les conditions et mode de passation de marché de la réfection de diverses voiries : Route de Banneux, Rue Grihanster, Rue Haute, Basse Roty et sur les Charneux.

    Nous avons également prévu un lot comprenant une petite place et diverses sections de routes et ce en fonction des dégâts causés par l’hiver. Ces travaux sont financés sur fonds propres, via emprunt ou avec l’aide de subsides lorsque cela s’avère possible.

    Nous avançons à grands pas dans notre projet des rénovations des voiries et je ne doute pas que dans un avenir relativement proche nous pourrons budgétiser la rénovation des rues restant à réparer sur notre commune. Bien sûr il y aura des déçus, il n’est pas possible de tout faire rapidement, mais croyez bien que notre volonté est d’aboutir, dans le futur, à une rénovation complète de nos voiries.

    Pour terminer notre conseil a décidé de voter une motion, à l’instar de bon nombre de communes, s’opposant au projet de loi relatif aux visites domiciliaires en vue d'arrêter une personne en séjour illégal.

    Nous considérons que l’arsenal judiciaire déjà à disposition des forces de sécurité et des magistrats leur laisse tout le loisir d'intervenir et de contrôler toute personne susceptible de nuire à l'ordre public ; nous estimons que le domicile est inviolable sauf exceptions ordonnées par le juge d'instruction dans le cadre d’une infraction ou d’une instruction pénale et non d’une procédure administrative ; nous pensons que le projet de loi stigmatise les personnes en séjour illégal et dans ces conditions après un intéressant débat à plus d’un titre le conseil communal a décidé d'inviter le Parlement fédéral à rejeter le projet de loi en question par 16 voix pour et une abstention.

    Fabien Beltran

    * * *

    Voir également article publié relatif à cette séance du Conseil communal 

  • Conseil communal du 26 février 2018

    Conseil communal couleurs.jpgConseil communal                      

    Séance du 26 février 2018

    Quelques photos prises lors de cette séance sont à votre disposition dans l'album ci-contre (cliquez ici).

    Elections communales : J-230

    Présences

    2018 02 26 cc 7.JPGBELTRAN Fabien, le Bourgmestre, Président ;

    MARCK Christophe, JUPRELLE Isabelle, VENDY Etienne, NORI Enrico, les Echevin(e)s ;

    SOOLS Nicolas, Président du CPAS (avec voix consultative) et Conseiller ;

    DOMBARD André, DEGEE Arthur, LAROSE Jean-Pierre, DENOOZ Jean-Marie, DEGLIN Joëlle, LAINERI Ricardo, MARTIN Guy, BALTUS Olivier, GONZALEZ SANZ Ana, PIRARD Claire, SARTINI Gianpiero, LALLEMAND Grégory, JAMAGNE Marc, Conseillers(ères)

    et FOURNY Bernard, Directeur général, Secrétaire.

    Le public :  2 personnes.

    28504379_10156342652499835_106499910_o.jpg

    Pour rappel, l’Ordre du jour de cette séance vous a été présenté précédemment (cliquez ici)

    29 points à l'ordre du jour mais peu feront débat. Les Conseillers communaux auront probablement consulté les dossiers avant la séance.

    Le Conseil communal prend acte des communications reçues (point 1). Elles concernent notamment les statistiques de l’asbl Terre relatives aux textiles ménagers collectés (50 tonnes)...

    Les PV des séances du 11 décembre 2017 et du 29 janvier 2018 sont ensuite approuvés (points 2 et 3).

    Le rapport financier 2017 du Plan de cohésion sociale est ensuite approuvé (point 4), ce qui permettra l'obtention de 43.618 euros de subsides.

    Une commande de divers panneaux relatif à la sécurité routière mais aussi à diverses signalisations est ensuite approuvée (point 5).

    Une mesure de stationnement pour PMR rue Fonds-de-Forêt, 57 est abrogée (point 6) tandis qu’un emplacement pour PMR sera créé rue de la Tannerie, 520A (point 8).

    Une zone 30 « Abords d’école » est instaurée Place Vandervelde, rue du Village, rue de la Tannerie ainsi que rue Haute, le tronçon compris entre le début de la rue (intersection avec la rue Havegnée) et le second accès à l’école communale (point 7). Il s’agit en fait de la réunion de deux Zones 30 en une seule, ce qui paraît être une excellente décision pour protéger les deux écoles du quartier, l'école libre et l'école communale.

    Emile Vandervelde.jpg

    Le point 9 informe de l’interdiction de stationner rue du Docteur Heuse, à droite de la chaussée, à partir du n°342 jusqu’au carrefour avec la N61 tandis que le point 10 informe de la création d’une bande de stationnement rue Havegnée, à droite dans le sens vers Fraipont, avant d’arriver à la salle Floréal, à partir du n°484 jusqu’au 482. Il est impératif de pouvoir réduire la vitesse dans le bas de cette descente.

    Il y aura également interdiction de stationnement rue Sainry, entre le carrefour avec la rue Fica et le carrefour avec la N61 (point 11) mais quelques questions surviennent quant à l'interdiction en question. Du stationnement et/ou de l'arrêt ? Le point fera l'objet d'une discussion qui sera portée par le bourgmestre avec les autorités compétentes afin de préciser la chose. Il est vrai qu'en cet endroit, le danger est souvent présent à cause notamment de la trop grande vitesse de certains véhicules quand ils descendent Sainry mais aussi de ceux qui stationnent parfois en empiétant sur le trottoir parce qu'ils déposent ou attendent un passager du train. Quand la décision sera clairement précisée, une action de sensibilisation aura lieu.

    Le point 12 concerne la ratification des décisions prises dans l’urgence par le bourgmestre.

    C’est Isabelle Juprelle qui expose le rapport de la situation de la caisse communale (point 13) et demande aux Conseillers d'en prendre acte.

    Les chiffres d'un solde créditeur de 268.905,57 € au 31 octobre 2017 et d'un solde débiteur de 19.782,27 € au 30 novembre 2017 sont cités. 

    Une subvention en numéraire est ensuite votée pour les accueillantes d’enfants à domicile ou maisons d’enfants.

    150 € jusqu’à 4 enfants ; 300 € pour 8 enfants et 450 € pour 9 enfants et plus. Quelques conditions sont bien évidemment imposées pour l’obtention de ces subsides (point 14).

    Paradoxalement plusieurs personnes susceptibles de revendiquer ces subsides ne se sont pas manifestées.

    Le Conseil a décidé de répondre à un appel à projet relatif à l’école numérique (point 15). Ici aussi, il est permis de supposer que les Conseillers ont eu l’occasion d’étudier les documents antérieurement car aucune question n'est posée. Il est question notamment de la création d'un journal web qui pourrait faire office de relais entre les différentes écoles. 

    Il en est de même pour le point 16 qui est une convention d’adhésion à la Centrale d’achat provinciale. Tout le monde est bien évidemment d'accord d'y adhérer mais Olivier Baltus fait justement remarquer qu'à aucun endroit il n'est fait mention d'une clause environnementale à quelque niveau que ce soit.

    Le point 17 concerne la cession de la chapelle annexe de Saint-Alfred et Saint-Georges à la commune de Trooz qui devrait, avec l’acceptation de l’Evêché de Liège, être affectée à un but touristique et commercial plutôt que simplement culturel. Il ne serait pas étonnant d'y voir donc dans un futur plus ou moins proche et un point touristique et une ... micro-brasserie. 

    Un avis favorable relatif à l’approbation du compte 2017 présenté par la Fabrique d’Eglise Saint-Jean l’Evangéliste de Beaufays est émis (point 18). (1/3 - 2/3 avec la commune de Chaudfontaine).

    2018 02 26 cc 4.JPGUne convention relative aux bulles à verre enterrés sera prise avec Intradel (point 19). La première devrait être placée rue des Aubépines à Fraipont, ce qui n'a pas manqué de réjouir un des deux spectateurs qui justement habite cette rue. C'est sans doute pour cela qu'il a voulu mémoriser l'événement. Il faut aussi savoir que c'est loin d'être bon marché.

    Le point 20 concerne l’achat de matériel pour le service des travaux et de 10 poubelles.

    L’aménagement du parking du service des travaux (point 21) est divisé en trois lots (asphaltage, jardinières et appareils d’éclairage) pour un montant total de 6.465,94 €.

    La réfection de la route de Banneux ne coûtera même pas 150.000 € puisque le montant prévu et approuvé est de 149.999,34 €. (point 22)

    Des améliorations de l’acoustique de la salle de Forêt-Village (point 23) sont prévues pour un montant de 7.316,16 €.

    La réfection de la rue Grihanster est estimée à 58.140,5 € (point 24), les abords de la place du Marché (point 25) à 96.585,85 €.

    Place du Marché.jpg

    Les réfections des rues Haute, Basse Roty et Sur Les Charneux (point 26) sont estimées à 91.987,87 €.

    La réfection de diverses voiries (point 27) est estimée à 72.224,90 €.

    A noter que tous ces montants cités le sont TVA comprise.

    Le point 28 annoncé concernait une convention à passer entre les intervenants de la Maison médicale en vue de réaliser un réseau de collaboration mais le point est reporté.

    29- Projet de loi relatif aux visites domiciliaires

    -MOTION

    Considérant le fait que la Commission de l'intérieur de la Chambre a examiné le mardi 23 janvier 2018 le projet de loi qui autorise les visites domiciliaires en vue d'arrêter une personne en séjour illégal ;

    Considérant le fait que la Loi offre déjà aux forces de sécurité tout le loisir d'intervenir et de contrôler toute personne susceptible de nuire à l'ordre public ;

    Considérant que le projet de loi vise à modifier la Loi de telle sorte que les juges d'instruction soient placés dans la quasi obligation de permettre ces visites domiciliaires ;

    Considérant que le domicile est inviolable selon l'article 15 de la Constitution, que les exceptions à l'inviolabilité du domicile sont strictissimes et que le juge d'instruction n'ordonne une perquisition que dans le cadre d'une infraction ou d'une instruction pénale et non d'une procédure administrative ;

    Considérant que la Cour constitutionnelle, dans son récent arrêt 148/2017 du 21 décembre 2017 censure certaines dispositions de la Loi pot-pourri II, et annule précisément la possibilité de procéder à une perquisition via une mini instruction en ces termes : " En raison de la gravité de l'ingérence dans le droit au respect de la vie privée et dans le droit à l'inviolabilité du domicile, la Cour décide que la perquisition ne peut, en l'état actuel du droit de la procédure pénale, être autorisée que dans le cadre d'une instruction. Permettre la perquisition via la mini-instruction dans le cadre de l'information sans prévoir des garanties supplémentaires pour protéger les droits de la défense viole le droit au respect de la vie privée et le droit à l'inviolabilité du domicile." ;

    Considérant que ce raisonnement s'applique a fortiori dans le cadre d'une procédure administrative ; Considérant que le projet de loi stigmatise les personnes en situation de séjour illégal en supprimant les droits de la défense les plus fondamentaux et en assimilant une procédure administrative à une procédure pénale ; Considérant que le droit au respect de la vie privée et le droit à l'inviolabilité du domicile sont des principes fondamentaux qui remontent à la paix de FEXHE, et que Trooz a toujours été une terre de liberté, de résistance et de démocratie ;

    Le Conseil communal décide

    Article 1er : D'inviter le Parlement fédéral a rejeter le projet de loi en question.

    Article 2 : D'inviter le Gouvernement fédéral à reconsidérer sa position au regard des différents avis émis jusqu'à présent par le Conseil d'Etat, l'Ordre des avocats, l'association syndicale de la magistrature et les différentes associations citoyennes (CNCD, Ligue des droits de l'Homme, Ciré, ...).

    Article 3: De charger Monsieur le Bourgmestre de transmettre cette motion à Monsieur le Président de la Chambre, aux différents chefs de groupe parlementaires, à Monsieur le Premier Ministre, à Monsieur le Ministre de l'Intérieur et à Monsieur le Ministre de la Justice.

    Discussion : C'est le seul point qui a suscité un débat un peu plus animé avec des points de vue manifestement opposés de Jean-Pierre Larose et Nicolas Sools.

    2018 02 26 cc 20.JPGAvant le vote, Marc Jamagne a tenu à faire remarquer que tous les membres de son groupe (MR) pouvaient voter à titre individuel. La motion a ensuite été votée par 16 voix pour et une abstention (Jean-Pierre Larose).

    Après le vote, Olivier Baltus s'est risqué à dire son étonnement de constater que les2018 02 26 cc 3.JPG membres du MR avaient voté contre un projet du gouvernement auquel le MR est effectivement partie prenante.

     

  • Conseil communal du 29 janvier 2018... Vu par l'opposition (Olivier Baltus)

    Conseil communal couleurs.jpgCi-dessous, la séance du Conseil communal du 29 janvier 2018 à Trooz vue par Olivier Baltus, Conseiller indépendant.

    2018 01 29 (1) bis.jpg

    Ce qu'il faut retenir

    Durée : 1 heure

    Présences : 17 sur 19

    Assistance : 6

    Avant la réunion mensuelle du Conseil communal avait lieu une réunion commune des Conseils communal et de l’action sociale au cours de laquelle Nicolas Sools a rapporté les synergies existantes et à développer entre la Commune et le CPAS.

    Tous les détails sur le blog Sudpresse de Trooz

    Le 6ème point à l’ordre du jour du Conseil communal consacré au budget 2018 du CPAS a permis d’en apprendre davantage sur les missions de cette importante institution qui a vu le nombre de bénéficiaires du RIS (revenu d’intégration sociale) passer de 102 à 139 en une année ! Pas besoin de chercher loin l’origine de cet accroissement spectaculaire de personnes en grande difficulté sur notre territoire : la politique socio-économique fédérale qui, petit à petit, détricote les acquis sociaux sous prétexte de compétitivité de nos entreprises, et qui confie des missions toujours plus nombreuses au privé qui, comme chacun sait, coûte moins cher et est plus performant que le public. Dans un contexte de dumping social et fiscal éhonté en Europe, cette politique du plus performant et de la flexibilité à outrance a pour premier effet de saper les mécanismes de solidarité et de jeter dans le désarroi et la précarité un nombre croissant de personnes.

    « Trooz prend sa part » : il me paraît prioritaire de venir en aide aux personnes les plus vulnérables de notre communauté. Le Bourgmestre acquiesce.

    Le budget annuel du CPAS est de 2,5 millions d’euros, couvert en partie par la dotation communale de 977.000 euros. En plus d’accorder une aide financière à ces 139 personnes (dont une trentaine d’étudiants), le CPAS remplit - en collaboration avec divers organismes spécialisés - d’autres missions qu’il n’est jamais inutile de rappeler : médiation de dettes, repas à domicile pour les personnes de plus de 65 ans, stages et formations, réinsertion socio professionnelle, articles 60 (RIS remis au travail pendant 2 ans dans des conditions financières favorables pour l’employeur et permettant aux travailleurs de récupérer leurs droits à l’allocation de chômage)…

    Le point 9 consacré à la présentation par Christophe Marck du rapport d’activités 2017 de la CCATM (Commission Communale d’Aménagement du Territoire et de la Mobilité) ne nous a logiquement rien appris : accorder 13 ou 18 permis d’urbanisme ne dit rien de la politique communale en cette matière. A force de taper sur le clou…, la majorité propose d’organiser en mars une réunion de la Commission de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire, la première de cette législature ! Bien sûr, la date des élections approche et la majorité sait qu’elle aura à s’expliquer sur le sujet, mais je salue néanmoins cette décision et participerai constructivement à la réunion.

    Le point 12 mérite un petit rappel : un des derniers emprunts de la commune avait été contracté auprès de la banque Belfius malgré son coût un peu supérieur mais une plus grande compatibilité avec la comptabilité communale. La banque ING, dont l’agence de Prayon sera bientôt la dernière de la Commune, a cette fois été choisie pour ce 1er emprunt de 2018, moins chère que ses concurrentes et offrant des procédures d'intégration de cet emprunt qui sont aujourd’hui également compatibles avec les nôtres.

    Sinon, la convention « je cours pour ma forme » a été renouvelée, Intradel mènera en 2018 sa traditionnelle action de prévention des déchets et nos trois bibliothèques rentrent dans un système « partagé » mis en place par la Province qui permettra d’étoffer l’offre de livres à emprunter.

    ***

    Toujours très actif sur son blog, Le Passeur (d'idées) Olivier Baltus.

     

  • Conseil communal du 29 janvier 2018 (... suite)

    Conseil communal couleurs.jpgC'est le lundi 29 janvier 2018 que s'est tenu le premier Conseil communal de cette dernière année de la législature.

    Afin de vous informer de la façon la plus complète possible, aux deux premiers articles parus sur votre blog Sudinfo de Trooz (votre correspondant sur place *ici* et l'analyse du bourgmestre *ici*), s'ajoute ci-dessous le communiqué de presse de la Commune de Trooz.

    Je rappelle également aux Conseillers, qu'ils fassent partie de la majorité ou pas qu'il leur est loisible de faire connaître leur point de vue ou leur analyse via ces colonnes. 

    communiqué de pressde.jpg

  • Conseil communal du 29 janvier 2018... Analyse du bourgmestre

    Conseil communal couleurs.jpgL'analyse du Bourgmestre,  Fabien Beltran

    Conseil communal du 29 janvier 2018

    Commune et CPAS ensemble pour lutter contre l’exclusion sociale

    Premier conseil communal de l’année ce lundi 29 janvier à Trooz et, comme le veut la tradition, les membres du conseil du CPAS étaient invités à participer aux débats.

    Le président du CPAS, Nicolas Sools, a rappelé que commune et CPAS travaillaient depuis de longues années main dans la main pour lutter contre l’exclusion sociale : locaux partagés ou prêtés, système informatique commun, gestion des comptes confiée à la directrice financière de la commune, rôles de chacun bien définis pour éviter les doublons dans les services, etc.

    Quoi qu’il en soit, la crise économique qui sévit depuis une décennie continue à faire des victimes, et le CPAS dénombrait fin 2017 quelque 139 personnes bénéficiant du revenu d’intégration social (« RIS ») : c’est 37 de plus qu’un an plus tôt. Conséquence directe : la part communale dans le budget annuel du CPAS (2,5 millions d’euros) est en augmentation (977.000 euros, +20.000 euros sur un an).

    Beltran Fabien 2014 11  (1).JPG« Si la spirale continue, la situation ne sera pas tenable, ni pour le CPAS, ni pour la commune » ont réagi conjointement le président du CPAS et le bourgmestre Fabien Beltran. Raison pour laquelle les deux entités mettent en place des mécanismes pour favoriser l’insertion socio-professionnelle : remise à l’emploi via des articles 60, remise à niveau en cours élémentaires (français, mathématique, …), présence hebdomadaire d’une juriste grâce à une collaboration entre plusieurs CPAS de la région, …

    Une nouvelle plus réjouissante ensuite : la commune va adhérer au réseau provincial de bibliothèques, avec des avantages importants pour les lecteurs : accès à l’ensemble du catalogue (soit près de 2 millions de livres !), gestion de son compte en ligne (avec possibilité de recherche, de réservation et de livraison dans les bibliothèques trooziennes), possibilité de tester des e-book…

    Notons enfin que dans le délicat dossier « Publifin », le conseil communal a décidé de s’abstenir sur la validation des comptes 2015-2016 prévue lors de l’assemblée générale du 6 février prochain : « A la lecture des documents, il apparaît qu’à nos yeux, des pièces demeurent manquantes » justifie Fabien Beltran.

  • Conseil communal du 29 janvier 2018

    Conseil communal couleurs.jpgQuelques explications préliminaires.

    Habituellement votre blog reçoit les convocations pour les séances du Conseil communal par mail et les transmet à ses lecteurs dès réception. Ce mois-ci, n’ayant rien reçu, j’ai consulté ce lundi 29 janvier la page Facebook de la Commune de Trooz ainsi que le nouveau site communal pour vérifier si la date du 29 que j’avais notée lors de la dernière séance du Conseil en décembre 2017 était bien la bonne. De fait, tant sur la page Facebook que sur le site communal, la convocation est bien publiée indiquant que la séance a lieu à 20h30 !

    2018 01 18 odj 29.jpg

    Par contre, ce qui n’apparaît nulle part, ni sur la page Facebook, ni sur le site communal, c’est qu’une deuxième convocation pour une séance publique commune du Conseil communal et du Conseil de l’Action sociale était prévue à 20h !

    2018 01 29 convoc2.jpg

    Arrivé à 20h20, force a été de constater que la séance avait commencé. Ceci pour vous dire que je n’ai pu assister qu’à une petite partie du débat relatif au budget du CPAS.

    Je vais donc proposer à votre lecture le document (ci-dessous en italiques) que m’a remis Nicolas Sools, Président du CPAS de Trooz après la séance. Je le remercie pour sa communication.  

    Synergies CPAS/Commune 2018

    A Trooz, les mandataires politiques de la Commune et du CPAS ont bien compris qu’il valait mieux travailler ensemble que chacun dans son coin. Cela peut paraître évident aujourd’hui mais pourtant il n’en pas toujours été ainsi.

    A Trooz, il est donc question de collaboration plutôt que de concurrence.

    Chez nous, pas de services ayant les mêmes attributions, pas de doublon ! Ilo n’y a, par exemple, pas de service social à la Commune. Les missions qui seraient dévolues à un tel service sont assurées par le CPAS.

    Quelques exemples concrets de synergies :

             Les locaux du CPAS sont la propriété de la Commune. Pas de loyer, pas d’intérêt pour rembourser un éventuel prêt hypothécaire.

             Nos locaux sont entretenus par la Commune, s’il y a des travaux à réaliser, c’est la régie communale qui s’en occupe. Le CPAS prend en charge les produits et les matériaux.

             La maison Higny qui abrite la maison des jeunes à Nessonvaux appartient au CPAS. Celui-ci prend en charge l’ensemble des frais liés au bâtiment (eau, gaz, téléphone…) mais l’exploitation du lieu est assurée par le Service Jeunesse.

             Notre système informatique est commun ce qui permet des économies au niveau des licences par exemple.

             La Directrice financière de la Commune est également celle du CPAS. Par le passé notre Centre dépendait du Receveur Régional. La différence de coût est énorme mais ce qui est encore plus important c’est le gain de temps et les facilités de gestion que cela permet.

             En termes de graphisme et de communication, le CPAS bénéficie des services de la Commune (Nouveau logo du magasin « Le Chas », logo pour le projet « C Trooz Bien », site internet, journal communal…)

             Collaboration également avec le Service Travaux, le nombre d’article 60 mis à disposition par le CPAS est en constante augmentation. Il est important de souligner le travail important en matière de réinsertion par le travail réalisé sur le territoire de notre commune.

             La collaboration avec les Service Jeunesse, un exemple parmi tant d’autres, la soirée organisée au cirque le 23 décembre où nos jeunes ont été encadrés par les membres de ce service.

             Marché public commun (Ex. Assurances)

     

    Conseil communal du 29 janvier 2018

    Séance

    Les présences :

    BELTRAN Fabien, le Bourgmestre, Président ;

    MARCK Christophe, JUPRELLE Isabelle, VENDY Etienne, NORI Enrico, les Echevin(e)s ;

    SOOLS Nicolas, Président du CPAS (avec voix consultative) et Conseiller ;

    DOMBARD André, DEGEE Arthur, LAROSE Jean-Pierre, DENOOZ Jean-Marie, DEGLIN Joëlle, LAINERI Ricardo, MARTIN Guy, BALTUS Olivier, GONZALEZ SANZ Ana, PIRARD Claire, SARTINI Gianpiero, LALLEMAND Grégory, JAMAGNE Marc, Conseillers(ères)

    et FOURNY Bernard, Directeur général, Secrétaire.

    5 membres du CPAS ont assisté à la séance.

    Le public : 6 personnes.

    Pour en revenir au Conseil communal, après quelques questions/réponses entre le président du CPAS et les élus Larose et Baltus, le budget du CPAS a été voté à l’unanimité. Il a cependant été fait état d'une croissance importante du nombre de RIS.

    Les autres points à l’ordre du jour sont passés, presque dans l’anonymat et la bonne humeur de tous les mandataires. Il s'agissait essentiellement  de prises d'actes.

    Un accord intervenu avec la Province au sujet d'un logiciel de bibliothèque partagé (point 14) devra accroître l'offre de lecture dans nos bibliothèques.

    Une anecdote cependant lors de quelques échanges entre le Bourgmestre Beltran et les Conseillers de l’opposition Baltus puis Larose ont permis à ces trois élus de constater qu’ils étaient en parfait accord tous les trois à 100% sur deux points en particulier, ce qui est manifestement une première qui a été soulignée et appréciée.

    Parmi les points sans doute ajoutés en début séance, à relever quand même que la commune de Trooz votera « abstention » sur un document transmis par PUBLIFIN pour la prochaine assemblée générale car le document transmis s’avère être incomplet.

    Les prochaines séances du Conseil communal sont fixées les 26 février, 26 mars, 23 avril, 14 mai et 11 juin 2018.

    2018 01 29 (1).JPG

    2018 01 29 (2).JPG

    2018 01 29 (3).JPG

    2018 01 29 (4).JPG

    Voir l'analyse du bourgmestre ici

     

  • Le PCDR au Conseil communal : 11 décembre 2017

    PCDR.pngPCDR

    Le point 7 de la séance du Conseil communal de ce lundi 11 décembre était intitulé P C D R (Plan Commun de Développement Rural).

    Fort bien, mais qu’est-ce que c’est ?

    LE GRAND RESUME

    Souvenons-nous… En mai 2010, le Conseil communal de Trooz avait pris la décision d’entamer une Opération de Développement Rural (ODR). C’est un processus qui donne la parole aux citoyens pour améliorer le cadre et la qualité de vie dans la commune. En mars 2012, des réunions ont été organisées dans les villages afin d’identifier les atouts, les faiblesses et les besoins de la Commune. Il était demandé aux citoyens de participer à ces réunions et de donner leur avis sur la vie dans leur commune (mobilité, environnement, vie sociale et associative, logement, tourisme, etc.). Pour ceux qui n’avaient pu se déplacer, la possibilité de faire part de leurs considérations par mail était offerte.

    pcdr trooz.jpg

    A terme, un document appelé Programme Communal de Développement Rural (PCDR) devait être rédigé pour être présenté au Gouvernement wallon. Document présentant un bilan socio-économique de la commune, les résultats de la participation citoyenne, les objectifs que la commune s’est fixés et une liste de projets à réaliser dans la commune sous la forme de fiches-projets. Pour suivre les différentes étapes de ce processus, une commission composée d’habitants de la commune sur base de candidatures, mais aussi d'élus pour un quart maximum du nombre de membres, allait être mise en place, la Commission Locale de Développement Rural (CLDR).

    Le 27 janvier 2014, le Conseil Communal a désigné les 20 membres de cette CLDR, soit 10 effectifs et 10 suppléants, dont 4 élus et l’échevin du développement rural, Christophe Marck qui assume la présidence. Quatorze Trooziens candidats représentant divers intérêts et sensibilités ont été désignés.

    A l’époque, le Groupement Régional Economique Ourthe-Amblève (GREOA), depuis devenu GREOVA, a été désigné par le Ministre wallon de la Ruralité comme organisme accompagnateur c’est-à-dire que les agents de développement du GREOA devaient (pouvaient ?) apporter un soutien à la commune pour réaliser la consultation de la population en toute neutralité…

    Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts et un pont s’est même écroulé dans les eaux troubles de la Vesdre mais, après des réunions, des discussions entre gens concernés ou pas (voire si peu), des interpellations parfois virulentes sur les bancs de la Salle des Mariages lors d’une ou l’autre séance du Conseil communal, ce lundi 11 décembre 2017, le bébé était officiellement présenté aux élus et donc bien évidemment aux citoyens.

    C’est ce document important que votre blog Sudinfo de Trooz vous présente ci-dessous.

    Tout d’abord, il faut savoir que cette étude de faisabilité est partagée en différents lots numérotés.

    Le lot 0 concerne les projets en cours, le lot 1, ceux à réaliser dans les 2-3 ans, le lot 2, ceux à réaliser dans les 3-6 ans et le lot 3, ceux à réaliser dans les 7 ans ou plus jusqu’à 10 ans maximum.

    Des interventions ont occupé une bonne partie de cette séance, avec notamment Olivier Baltus au micro, lui qui suit de très près ce PCDR, ce qui est une bonne chose.

    Merci de signaler toute erreur éventuelle...

    Les fiches vous sont proposées ci-dessous : 

     

    Lire la suite

  • Conseil communal du 11 décembre 2017 vu par le Bourgmestre

    Beltran fabtete.jpgDepuis un certain temps déjà, le bourgmestre, Fabien Beltran, a pris la bonne habitude de communiquer rapidement son compte-rendu des séances du Conseil communal.

    Voici son texte.

    Conseil communal du 11 décembre

    Trooz a réalisé tout son plan d’investissement prévu

    Dernier conseil communal de l’année ce lundi à Trooz. Parmi la vingtaine de points abordés, deux intéresseront particulièrement les citoyens : le budget 2018 et les fiches-projets du PCDR (plan communal de développement rural).

    Comme c’est le cas depuis de nombreuses années, le budget communal s’annonce en équilibre (avec même un léger boni), mais l’exercice est de plus en plus tendu. En cause, des recettes en diminution (la fin de la taxe Pylône au profit des communes notamment) et des dépenses en augmentation (participation à la zone de secours, de police ou encore du C.p.a.s.).

    Nous avons par contre à nouveau réduit les dépenses de fonctionnement pour 117 000 € en 2018, et malgré un plan d’investissement ambitieux notre dette reste toujours faible à 7%.

    Mais, preuve que la gestion financière de la commune est réalisée avec beaucoup de sérieux et d’à-propos, la Wallonie vient de décerner un bon bulletin au Collège : « Effectivement, le plan d’investissement que nous avions rentré pour les années 2016-2017 a été totalement réalisé à ce jour , ce qui donne lieu à un ‘bonus’ régional de près de 90.000 euros : à l’heure où les budgets sont serrés, on ne peut que s’en réjouir ! ».

    Pour 2018 les projets que nous tenterons de mettre en place impacterons tous les quartiers, nous continuons notre politique dirigée vers la jeunesse en programmant la création d’agora space ou plaine de jeux dans les quartiers de Fraipont, Péry et Nessonvaux. Les rénovations de voiries (bien nécessaires) ne sont pas en reste, ce sont ici les Rues de Grihanster, Haute, Roty, Sur les Charneux, Route de Banneux et la finalisation du pourtour de l’Eglise de Prayon qui devraient voir le jour en 2018.

    Par ailleurs, le conseil a passé en revue les fiches « PCDR » (Plan communal de développement rural), c’est-à-dire un catalogue de projets destinés à être réalisés endéans les dix ans et classés par priorité (ceux réalisables de suite et ceux qui demandent du temps). Ces fiches, débattues et arrêtées par un panel citoyen siégeant à la Commission locale de développement rurale (CLDR), seront envoyées à la Région pour être majoritairement subsidiées (entre 60 et 80% du total). Un budget a été dédié aux études de faisabilité concernant certains de ces projets.

    Parmi les idées retenues : la voie lente jusque Chaudfontaine, le patrimoine mémoriel, l’aménagement du site de la Rochette ou encore la sécurisation des rues des villages, l’aménagement des places de Fraipont et la Brouck… Les citoyens désireux de recevoir le catalogue des fiches peuvent se signaler par mail (info@trooz.be) ou en s’adressant au secrétariat communal.

    Nous avons ensuite renouvelé la convention de partenariat avec l’ASBL Territoires de la mémoire qui nous liait depuis 5 ans et ce pour une nouvelle période de 2018-2022. La participation de notre commune s’élève à 250 € permettant ainsi à nos élèves, nos maisons de jeune … de découvrir les expositions, conférences et autres manifestations à caractère mémoriel organisées par cette association et ce à titre gratuit afin de ne jamais oublier !

    Nous avons ensuite voté la dotation de notre commune à la zone de police SECOVA qui s’élève à 850.000 € pour 2018 !

    Pour la dotation à la zone de secours ce sera 255 000 €.

    Beaucoup de travail en perspective donc pour l’année à venir comme d’ailleurs les précédentes.

    Le prochain conseil aura lieu le 29 janvier prochain.

    *** *** ***

    A noter qu'un article consacré au PCDR et à ces fiches est en gestation sur votre blog... C'est pour bientôt.

  • Conseil communal du 11 décembre 2017

    2017 12 11 odj.JPG

    Beltran Bourgmestre.jpgLes présences :

    BELTRAN Fabien, le Bourgmestre, Président ;

    MARCK Christophe, JUPRELLE Isabelle, VENDY Etienne, NORI Enrico, les Echevin(e)s ;

    SOOLS Nicolas, Président du CPAS (avec voix consultative) et Conseiller ;

    DOMBARD André, DEGEE Arthur, LAROSE Jean-Pierre, DENOOZ Jean-Marie, DEGLIN Joëlle, LAINERI Ricardo, MARTIN Guy, BALTUS Olivier, GONZALEZ SANZ Ana, PIRARD Claire, SARTINI Gianpiero, LALLEMAND Grégory, JAMAGNE Marc, Conseillers(ères)

    et FOURNY Bernard, Directeur général, Secrétaire.

    Le public : 6 personnes.

    Bien que chargée en matières et en interventions, cette séance du Conseil communal s’est déroulée dans un climat serein et positif.

    Deux points en particulier feront l’objet de deux articles différenciés relativement complets.

    Le PCDR (point 7) qui a été très longuement discuté sur base de critiques positives qui ont amené quelques aménagements.

    Le Budget communal 2018 (point 12) qui a été voté à une très large majorité, seul le Conseiller d’opposition, Olivier Baltus, ayant voté contre.

    Après les communications (Pt 1), il est annoncé que les PV des 7 et 27 novembre 2017 (Pts 2 et 3) ne peuvent encore être approuvés et le seront en janvier 2018.

    La désignation des deux fonctionnaires (Pt 4) ne suscite aucune réaction.

    Le Budget du CPAS (Pt 5) est également reporté.

    Le bourgmestre attire l’attention sur la nécessité de passer une convention avec Le Territoire de Mémoire (Pt 6) qui offre divers services et opportunités à notre jeunesse, écoles communales y compris. La participation des communes à l’affiliation à cette asbl est une soutien financier à fixer dans une fourchette qui évolue entre 125 et 2500 euros. Le bourgmestre propose de cotiser à concurrence de 250 euros par an pour les cinq prochaines années pour bénéficier des services de cette asbl. André Dombard intervient pour préciser qu’il encourage les responsables des jeunes et des écoles de se servir de cet outil.

    Le PCDR (Pt 7), nous y reviendrons (voir ici).

    La dotation (Pt 8) pour la zone de police Secova est fixée à 821.189,60 euros au service ordinaire et à 29.426,91 au service extraordinaire.

    La dotation pour la Zone de secours Vesdre-Hoëgne & Plateau (Pt 9) s’élève, au service ordinaire à 255.170,22 euros tandis qu’aucune intervention n’est sollicitée au service extraordinaire.

    Le rapport sur la situation de l’administration et des affaires de la commune (Pt 10) est longuement présenté par Isabelle Juprelle dans le détail tout comme le Tableau de bord prospectif (Pt 11) qui concerne les années 2018 à 2023. C’est en quelque sorte un guide pour voir d’où on vient (chiffres de 2014 à 2016 et où on va 2018 à 2023).

    Le Budget communal 2018 (Pt 12) vous sera détaillé dans un autre article pour les points essentiels.

    La convention relative à l’accueil de stagiaires de la Haute Ecole de la Ville de Liège (Pt 13) concernera les bacheliers en logopédie.

    Les avantages sociaux concernant les années 2016 et 2017 (Pt 14) sont alors énumérés ainsi que les écoles concernées. L’organisation de l’accueil, la garderie de midi, l’accès et le transport aux piscines situées hors commune, l’accès aux plaines de jeux, aux infrastructures communales, etc.

    (…)

    Ils étaient au poste ce soir

    ODJ10.JPGODJ9.JPGODJ8.JPGODJ7.JPGODJ6.JPGODJ5.JPGODJ4.JPGODJ3.JPGODJ2.JPG