Sports - Page 5

  • L'analyse très pointue des Jeux Olympiques par Louis Maraite

    Conseiller communal de Liège et notamment ancien journaliste de La Meuse mais aussi titulaire de bien d'autres activités, Louis Maraite est un homme qui vit à 300 à l'heure.

    Il a son avis, souvent pertinent et toujours sans langue de bois, sur quantité de choses qui touchent à l'actualité.

    Maniant parfois l'humour avec audace, Louis Maraite n'est jamais en retard d'une originalité 

    2892063766.jpg

    mais il sait aussi rester éminemment sérieux, voici donc son analyse en profondeur des performances des athlètes Belges aux Jeux Olympiques de Rio et comme il demande de la partager, c'est fait...

    14022151_10154502751812372_1501009975387870983_n.jpg

    Jeux Olympiques de Rio 2016 : Bravo les Belges !

    D’abord répondre à ceux qui penseront, inévitablement, « qui c’est ce type donneur de leçons ? »

    Avant d’étudier la communication, j’ai fait des humanités sportives et ai pratiqué des sports divers et variés : le handball, le volley, le foot, l’athlétisme et ses diverses disciplines (le sprint –le 4x100-, les lancers du javelot, du poids et du disque, longueur et hauteur, demi-fond et fond), la spéléo, le cyclisme, le patinage sur glace, le ski (alpin et de fond), le badminton, le ping, la natation, le kayak, le hockey, la pétanque… J’ai été journaliste sportif pendant 20 ans, multidisciplinaire (champion anecdotique du monde des journalistes en ping), suivant essentiellement le foot et le sport automobile mais aussi le sport universitaire (quand il y avait encore de la place pour cela dans les quotidiens). Je suis sportif pratiquant depuis 45 ans, multidisciplinaire, tant en sports individuels (tennis) qu’en sports collectifs (foot, hockey). J’ai été membre du Conseil supérieur des Sports de la Communauté française, j’ai été dirigeant de club pendant 15 ans. Je suis le père d’un sportif de haut niveau, hockeyeur sélectionné dans les équipes nationales jusqu’en U21 (et même deux fois en équipe A quand il y avait beaucoup d’absents…) et toujours actifs en division d’honneur au KHC Leuven. Et j’ai créé, avec des amis qui m’aident, un fonds social pour soutenir des jeunes talents sportifs que les parents n’ont pas les moyens d’encadrer. Je suis administrateur (bénévole) de l’asbl Liège-Sport et des associations communales sportives à Liège. Je suis président de l’asbl 120-125 qui célèbrera, en 2017, le 125e anniversaire du RFC Liège (foot et athlétisme).

    LA BELGIQUE ET LE COIB PEUVENT ETRE FIERS.

    Sorry d’avoir été long mais vous comprendrez que j’ai le sport dans le sang. Je vous avais promis mon analyse des Jeux de Rio sous l’angle belge, le voici après avoir redonné le bilan sportif. Deux médailles d’or (Van Avermaet et Thiam), deux médailles d’argent (Timmers et l’équipe de hockey), deux médailles de bronze (Van Tichelt et D’Hoore). Ajoutez-y 13 finalistes et vous avez un résultat dont le COIB et la Belgique peuvent être très fiers. Pourquoi ?

    1. Parce que les médailles sont dans des « gros » sports : l’heptathlon de Thiam et le cyclisme de Van Avermaet, le 100 m libre –la discipline reine- de Timmers en natation, la finale perdue de hockey sur gazon des Red Lions. Et le bronze de Dirk en judo. C’est du très lourd, de l’inimaginable pour Thiam et Timmers. Ils l’ont fait. Je ne dénigre pas les autres qui ont donné le maximum mais une médaille d’or en heptathlon a plus de valeur qu’une médaille en tir sur 50 m couché. Cela n’enlève rien à leurs mérites.
    2. Parce qu’elles sont venues de là où on ne les attendait pas. Tout le monde se disait bien que Thiam avait un immense talent mais beaucoup snobait un peu son entraîneur « vintage » Roger Lespagnard aux méthodes particulières. Tout le monde pensait bien qu’à vélo, les Belges étaient capables de tout. Tout le monde se disait qu’une place en finale, dans le top 8, était déjà une fameuse performance.
    3. Parce que pour un peu, une gastro au mauvais moment (Van Acker), trois centièmes perdus (4x 400), un tirage au sort peu favorable (Van Snick), un chouia d’expérience en plus (Pieters en golf), la Belgique revenait avec 10 médailles.
    4. Parce que c’est toute la Belgique qui est gagnante. Le sport belge est complexe, le COIB composant politiquement avec l’Adeps, Top Vlanderen et la Communauté germanophone et avec toutes les Fédérations/Ligues. Ceux qui, comme à Londres –où c’était les Francophones qui avaient été plus performants, répartissent les médailles entre Flamands et Francophones sont des mauvais coucheurs. On peut même parler d’équilibre si on estime que Greg Avermaet habite à Stoumont, que Luca Masso, médaille d’or de hockey avec l’Argentine est de Bruxelles, et que Kathrin Hendrich, médaillée d’or de football avec l’Allemagne, habite à Eupen, en Communauté germanophone et, donc, en Wallonie et en province de Liège (tant qu’à présent).

    PARENT PAUVRE DU SPORT BELGE : LE MENTAL COACHING

    Le point 2 appelle de ma part une autre réflexion : les sportifs ont beau avoir chacun leur technique de motivation, je crois fermement que l’humilité est la plus adéquate. Après trois rendez-vous internationaux manqués malgré des déclarations matamoresques (« Go for Gold, « la médaille sinon rien »,…), les hockeyeurs avaient réduit la voilure…jusqu’à la finale. Avant le match décisif, Shane Mc Leod, qui a par ailleurs fait un travail extraordinaire, s’est laissé aller à une sortie à mon sens déplacée tant elle a dû motiver les Argentins: « Nous avons la meilleure équipe » a-t-il dit. 60 minutes de match plus tard, le sentiment qui prédominait était la déception d’être passé à côté de l’or, plus que le bonheur d’un excellent parcours. (Tout le monde avait aussi, comme David Goffin face au Brésilien Bellucci, sous-estimé le fait de combattre dans un stade hostile : le CIO devrait rappeler les règles de fair-play au public aussi !). Van Acker et Van Snick, les Borlée sont un peu tombés dans le même panneau. Ce faisant, ces sportifs –ou pour les Borlée leur père- se mettent tant la pression qu’ils en deviennent des cocottes-minutes. A côté de cela, dégustant son « boulet à la liégeoise », Roger Lespagnard, vieux renard, évacuait toute pression, parlant de la blessure au coude de Nafi et jamais des ambitions. Je l’avais interrogé à Naimette, où Nafi avait fait un excellent concours en longueur –hors la prise de planche-, il m’avait dit : « Tout va dépendre de sa place au moment du javelot. Si elle est bien classée, la volonté de performer va passer au travers de la douleur ». C’est ce qui s’est passé.

    Ce mental coaching a souvent été le parent pauvre des sportifs belges, qui pensent souvent pouvoir performer sans se faire mal. « C’est tôdi bon ainsi » disent les Wallons. Quand Timmers disait qu’il plongeait dans le 100 libre pour la médaille, tout le monde le prenait pour un doux rêveur, même ses (agacés) équipiers du relais… Mais n’est pas Timmers (28 ans) qui veut. Et dire qu’on y va pour la gagne ne suffit pas pour gagner. Il faut introduire cette notion du « mental coaching » dans nos académies sportives et nos centres d’excellence. Je ne suis personnellement pas favorable à confier cette mission à d’anciens sportifs : je privilégierais la création d’un cours spécifique de « psychologie du sport » au sein de nos universités.

    Le rôle des médias est aussi un peu pervers. La volonté est claire : « booster » l’audimat. Cela marche. France Télévision a déjà communiqué sur ses gains d’audience pendant les jeux. On attend les chiffres de la RTBF. On sait cependant que le match de hockey Belgique-Argentine a attiré 1,4 million de fans, 400.000 francophones et un million de flamands. Un record pour le hockey. C’est dans ces sports inhabituels que l’on retrouve tout l’intérêt des consultants qui, sur la RTBF, ont pallié les lacunes des journalistes. En hockey, Thomas Vandenbalck a été exceptionnel. Mais c’est pervers parce que cela créé une attente démesurée des supporters et une pression accentuée sur les sportifs.

    Enfin, je ne peux me résoudre à suivre aveuglément ceux qui réclament un centre unique pour élites sportives. Il s’agit d’un alibi pour ministre des sports incompétents et intéressés sous-localement, comme le fut André Antoine. En hockey sur gazon, le centre national est implanté à Boom, près d’Anvers. Infrastructure exceptionnelle. Mon fils, au plus fort de sa période d’entraînement U18 et U21, devait se rendre trois fois par semaine à Boom et y être à 8h30 du matin. En partant de Liège et avec la traversée de Bruxelles ou les bouchons d’Anvers, il fallait partir à 5h30 du matin pour y arriver …crevé, soit en utilisant papa taxi, soit en conduisant (et accidentant) sa propre voiture… J’avais évoqué ce problème des distances dans un sport en plein développement et convaincu le ministre des Sports Michel Daerden de rencontrer le président de la Fédération de hockey et de créer un centre similaire à Bruxelles, à la Foret de Soignes où existe déjà l’infrastructure qu’il fallait moderniser. En sortant du cabinet ministériel, l’accord était conclu. Il n’a jamais vu le jour à cause du bourgmestre d’Auderghem, le FDF Didier Gosuin, qui a suivi quelques voisins récalcitrants. Si l’anciennement dénommé Front des Francophones se plaint d’une sous-représentation francophone dans l’équipe nationale, on pourra le lui ressortir. Mais il ne le fera pas.

    D’ABORD LES FORMATEURS, PUIS L’INFRASTRUCTURE

    Nous n’avons pas besoin d’un Centre wallon. Nous avons, selon les sports, besoin de divers centres de taille réduite, répartis géographiquement. Le Blanc Gravier au Sart Tilman, à Liège, accueille le badminton, le rugby, la natation,… Blegny abrite le ping, tous sans prétendre au centre unique. Ce qu’il faut d’abord, c’est un encadrement formé, compétent, professionnel. Avant l’infrastructure ? J’ose le dire : oui ! Nafi Thiam s’entraîne dans son club, le RFCL Athlétisme, à Naimette-Xhovémont, une piste de grande qualité mise à niveau par la Province de Liège. Mais elle s’entraîne aussi dans une salle « vintage » de Cointe. Cela ne l’a pas empêché d’être championne olympique.

    Quand j’ai proposé à Liège-Sports de fixer des critères précis pour l’octroi des subsides aux clubs actifs sur le territoire de Liège, j’avais, avec d’autres, proposé différents critères : la présence d’une école de jeunes, des cadres formateurs ayant suivi une formation reconnue, des équipes masculines et féminines, l’inscription du club dans une compétition officielle, la mixité sociale, la signature d’une charte éthique... Nous avions été plutôt largement suivis par le Collège, sauf quand j’ai suggéré de donner priorité aux sports olympiques et paralympiques. Mais, au vu de l’ouverture des Jeux à des nouveaux sports, on finira par y arriver…

    Félicitations à nos athlètes olympiques et bons jeux à nos athlètes paralympiques ! J’admire les seconds autant que les premiers.

    Si vous partagez mon analyse, partagez-là sans réserve. Cela aidera au changement.

    Louis MARAITE

    Août 2016.

     

  • Quizz de l'été... 15 août 2016

    Une fille en Or sur le toit du monde, ça valait bien ces photos lors de la remise des médailles, juste avant la finale du 100m.

    Quelle émotion sincère au fond de son regard...

    DSC_0020.JPG

    DSC_0019.JPG

    DSC_0021.JPG

    DSC_0022.JPG

     

  • Nafissatou Thiam Championne Olympique !

    599888125_B979438672Z_1_20160814094956_000_G7T7DJAII_3-0.jpg

    Elle l'a fait !

    Namuroise, étudiante à l'Ulg, bien soutenue et entraînée par son coach, Roger Lespagnard, Nafissatou Thiam s'offre, nous offre l'or olympique.

    14021667_10154476647097372_630200176382931709_n.jpg

    13895308_10154476647102372_8229149464370958542_n.jpg

  • Le Cyclo-club Beaufays organise la 1ère édition du « Plateau de Herve »,

    Le samedi 10 septembre, le Cyclo-club Beaufays organise la 1ère édition du « Plateau de Herve », au départ de la Place de La Bouxhe à Beaufays.

    4 distances vous sont proposées, dont 3 avec ravitaillement(s).

    Selon les habitudes du club : des petites routes de campagne, des parcours vallonnés, de magnifiques panoramas sur les vallées verdoyantes du Pays de Herve. Le C.C. Beaufays vous accueillera avec beaucoup de plaisir.

    Vous trouverez quelques informations sommaires ci-dessous et bien davantage sur le site du club http://www.cyclo-beaufays.be.

    N’hésitez surtout pas à nous contacter si vous souhaitez davantage de renseignements.

    plateau velo.jpg

     

  • Les photos de la Troozbergeoise...

    DSC_0390.JPG

    Suite à un problème technique (c'est comme ça qu'on dit quand on ne sait pas quoi), toutes les photos du passage de la Troozbergeoise dans Laurentpré n'ont pas été publiées.

    Les photos manquantes d'être ajoutées dans l'album que vous pouvez retrouver sur la page Facebook

    en cliquant ici;

    de la sorte, tous les participants ont été "flashés" et, pour rappel,

    les photos du départ sont ici

    et la vidéo est ci-dessous

     

  • La Troozbergeoise 2016

    La Troozbergeoise 2016 a connu un indéniable succès de foule. Un grand bravo aux organisateurs et bien entendu à tous les participants.

    Le départ

    DSCN0104.JPG

     

    0 video3.jpgPassage Laurentpré

    Passage de tous les coureurs dans Laurentpré (ici les leaders)

    DSC_0013.JPG

    Toutes les photos sont à présent sur la page Facebook de ce blog Sudinfo de Trooz.

    Avant le départ et départ, c'est ici

    Passage Laurentpré, c'est ici

  • Geoffrey Leyon prend le meilleur sur Johnny Delhez pour… 2 dixièmes de seconde !

    Autant le reconnaître, les cieux n’ont guère été conciliants avec les organisateurs de la Montée Historique de Forêt-Trooz cette année. Au cours de cette journée de dimanche, les 2335 mètres séparant le centre de Trooz de l’entrée du village de Forêt ont été allègrement rincés, ce qui n’a bien sûr pas facilité la tâche des pilotes.

    23cacb1d-aaad-4388-98cc-6e0ab840a4c6.jpg

    Il n’empêche, une fois de plus, le concept des Montées Historiques cher à l’Ecurie du Maquisard a fait ses preuves, et d’un bout à l’autre de la journée, ce sont des visages radieux qu’on pouvait croiser, les concurrents mettant un point d’honneur à soigner le show. Ou à titiller la curiosité de chacun. Il en est ainsi allé de la Lenkin GP 1938 que Roger Troiani s’est fait un plaisir de présenter à plusieurs reprises sur la ligne de départ, en dépit de conditions météorologiques peu adaptées à cette machine créée avant même la seconde Guerre Mondiale, et qui s’est notamment illustrée sur le circuit de Chimay. 

    Dénuée de toute prise de temps, la majeure partie de ce dimanche a donc été placée sous le signe du ‘fun’ et de la camaraderie, quelques légendes encore roulantes du sport auto côtoyant avec bonheur des ‘Youngtimers’ qui ont clairement la cote auprès des amateurs d’anciennes. Et même si une Fiat 128 et une Opel Commodore ont quelque peu ‘rectifié’ leur carrosserie en quittant le droit chemin, la journée s’est passée sans incident majeur, chaque participant ayant pu se lancer à de nombreuses reprises à l’assaut de cette côte qui fut naguère celle de Fléron.

    Très chaud devant !

    S’il est une autre tradition des organisations de l’Ecurie du Maquisard, c’est de terminer la journée par un festival de performances… chronométriques cette fois ! Cela s’appelle la Montée en Or, et même si cette année, il a hélas fallu enregistrer les forfaits de François De Spa (Porsche 911) et Tony Kevers (VW Golf II), dont les bolides n’étaient pas prêts, le show a été total et la bagarre impressionnante d’intensité !

    Dès la première montée officielle, sur le coup de 16h30, le ton était donné, les Ford Escort de Geoffrey Leyon (MK1) et Johnny Delhez (MK2) signant les deux meilleures performances, avec un avantage pour le garagiste de Louveigné face à l’agent Ford de Trooz. Regroupant les dix plus rapides, la Super Finale voyait la situation s’inverser, avec un chrono de 1’26’’475 signé par Delhez, qui reprenait le meilleur sur un Leyon à peine moins rapide en 1’26’’990.

    C’est donc lors du Final Three que tout allait se décider, les deux candidats à la victoire… y allant chacun d’une petite erreur ! Une fois le coefficient d’âge appliqué, la victoire revenait à Geoffrey Leyon pour… 2 minuscules dixièmes de seconde face à un Johnny Delhez qui a clairement tout donné ! « Une exceptionnelle journée qui se termine en apothéose, commentait le vainqueur du jour. On s’est fait plaisir, les voitures sont intactes, et la victoire a tenu à trois fois rien. Que demander de plus ? »

    De son côté, Johnny Delhez faisait contre mauvaise fortune bon cœur… « J’avoue que celle-là, j’aurais aimé l’accrocher à mon palmarès, expliquait le pilote de l’Escort ‘Rothmans’, qui se consolait avec le Prix du ‘Roi de l’Escort’. Mais bon, ce sera pour la prochaine fois, et puis, se battre au dixième de seconde contre un excellent ami, c’est avant tout un plaisir… »

    Derrière les deux Escort de pointe, la bagarre a également fait rage pour la plus petite marche du podium. Et si André Lausberg (Opel Kadett GT/E) semblait tenir le bon bout, il s’inclinait lors de la Super Finale pour… 2 dixièmes de seconde face à un Bernard Cornet dont la VW Cox reste un régal pour les spectateurs. Qualifié pour le Final Three, Cornet effectuait une nouvelle montée de toute beauté, ne pouvant néanmoins rien contre les deux Escort de pointe…

    Le top 5 final était complété par un Maxime Hebrant (Opel Ascona B) qui a encore une fois assuré le show (il a d’ailleurs remporté le Prix du Spectacle) tout en soignant les chronos. Vainqueur en Classe D, il devançait au final la VW Golf GTI première génération de Christian Terf (lauréat en Classe B), la redoutable et chantante Opel Ascona A de Francis Pesser, la très efficace VW Polo G40 de Geoffrey Gilles, la Ford Escort RS2000 MK2 d’un Jean Duchesne n’ayant plus titillé du chrono depuis de longues années, et la BMW 325i d’un Bernard Herman, qui s’est offert une petite moisson de piquets lors de la Super Finale !

    Signalons encore les performances de quelques ‘locaux’ plus motivés que jamais, à l’instar des Edouard (vainqueur en Classe A) et José Antonio Chacon (Fiat 128 Coupé), qui ont fait jeu égal avec les meilleures Golf de la deuxième génération, celles de Benoît Thiry et Paul François.

    j1.jpg

    Forêt-Trooz passé, l’Ecurie du Maquisard va désormais entamer la préparation de la Montée Historique du Maquisard, programmée le dimanche 14 août prochain entre Marteau et La Reid, aux portes de Spa. Qu’on se le dise, la liste des engagés commence déjà à bien se remplir. Les intéressés sont prévenus…

     

  • La Montée de Forêt 2016 vue par Jonathan De Cecco

    Jonathan De Cecco a la gentillesse de partager les magnifiques photographies qu'il a prises lors de la Montée de Forêt de ce 29 mai 2016.

    Avant de visiter son album en cliquant ici, un petit avant-goût vous attend ci-dessous :

    j1.jpg

    j3.jpg

    j2.jpg

    j5.jpg

    j4.jpg

    j6.jpg

    Convaincu(e) ?

    Précipitez-vous ici pour voir la suite !

     

  • Dimanche 5 juin 2016 : La Troozbergeoise

    0 (7).JPG

    Retrouvez toutes les informations pratiques en cliquant sur http://www.jogging.org/fr/calendrier/fiche/2016/42

    Pour retrouver les articles consacrés aux éditions précédentes, il vous suffit de taper "Troozbergeoise" dans la cas de fonction RECHERCHER.  

  • Tennis de table : Challenge Brisco

    0 tennis de table.jpgCe samedi 21 mai 2016 aura lieu le critérium " Challenge E. Brisco " à l'école de Prayon-centre à partir de 12 h.

    Edouard Brisco a été pendant de nombreuses années président du club de ping-pong de Trooz.

    Toutes les catégories disputeront des matchs durant l'après-midi : des plus jeunes jusqu'aux plus performants...

    Venez nombreux assister et vous intéresser à ce sport trop méconnu dans notre commune. 

    La remise des prix aura lieu vers 19h en présence des autorités communales ainsi que de Madame Denise Laurent, conseillère Provinciale.

    Entrée  gratuite et petite restauration à prix démocratiques. 


     

  • Concours de bouchon

    13241410_10209630603020941_3103126083069250188_n.jpgDimanche 5 juin 2016

    Grand concours de bouchon

    Organisé par le Ttc prayon à partir de 13h30 h à l école du centre.

    Petite restauration et bonne humeur assurée.

  • La Troozbergeoise le 5 juin

    affiche troozbergeoise 2016.jpg

  • Jogging de Beyne-Heusay

    Le jogging de RDV RUN Beyne-Heusay.

    Troisième édition.

    Le dimanche 22 mai 2016.

    CJPL

     Départ du hall omnisports - rue du Heusay, 19

    13254024_1568480003452817_8822171651933342129_n.jpg