Pouvoirs publics - Page 3

  • Les PV du Conseil communal (ère Beltran)

    Beltran Bourgmestre.jpgLa nouvelle équipe dirigée par Fabien Beltran est en place depuis le 3 décembre 2012.

    Retrouvez ci-dessous les PV du Conseil communal publiés depuis cette date.

     

    03 décembre 2012

    17 décembre 2012

    21 janvier 2013

     25 février 2013

     25 mars 2013

    29 avril 2013

     

    Vous pouvez aussi relire

    ou revoir en vidéo l'intégralité de la Déclaration de politique générale de la majorité (PS-MR-EcoVa), l'opposition étant représentée par un seul candidat, Jean-Pierre Larose qui siège à titre d'indépendant.

  • Les abeilles...c'est la lutte finale...

    abeille2.jpg

    ATTENTION !

    La pseudo-interdiction des néonicotinoides annoncée par la Commission Européenne est en fait un leurre échafaudé par les firmes agrochimiques pour faire accepter définitivement leurs pesticides tueurs d'abeilles!

    Si nous n'agissons pas immédiatement, ce plan entrera en vigueur dans les jours qui viennent.

    Signez vite la pétition pour les stopper ! 

    Signez la pétition

      

    Madame, Monsieur,

    Une gigantesque escroquerie est en train de se mettre en place à Bruxelles, aux dépens des abeilles, de la biodiversité... et de tous les citoyens qui se battent depuis des années pour faire interdire les pesticides « tueurs d'abeilles » en Europe et dans le monde !

    Nous devons la stopper net, avant qu'elle n'ait des conséquences dramatiques sur nos cultures et notre alimentation à l'avenir. Je vous demande de signer de toute urgence la pétition européenne ci-jointe et de la faire circuler autour de vous autant que vous le pourrez.

    Il n'y a pas un instant à perdre.

    Après des années de lutte acharnée des citoyens et des apiculteurs, la Commission européenne s'est officiellement décidé à interdire 3 pesticides néonicotinoïdes extrêmement dangereux pour les abeilles (1).

    Les associations ont crié victoire et baissé la garde. Pourtant...

    Le compromis que devrait adopter Bruxelles est en réalité un plan désastreux imposé par les multinationales agrochimiques comme Bayer, Syngenta et compagnie, qui mènent depuis des mois un lobbying effrené et extrêmement agressif pour arriver à ce résultat (2).

    Objectif : Contrer la volonté des citoyens européens et empêcher l'interdiction REELLE des pesticides tueurs-d'abeilles – malgré les recommandations expresses des autorités sanitaires françaises et européennes (3)... Pour sécuriser les centaines de millions d'euros de profit annuel que ces produits rapportent aux grosses firmes qui les produisent !

    Officiellement, les 3 pesticides les plus dangereux seront interdits pour une durée-test de deux ans à l'issue de laquelle les autorités sanitaires contrôleront si l'interdiction a mis un terme au massacre des abeilles, et s'il faut ou non interdire définitivement les néonicotinoides.

    Or, cette soi-disant interdiction n'aura aucun effet sur la santé des abeilles !

    En fait, les 3 pesticides tueurs-d'abeilles seront interdits seulement quelques mois par an... et largement utilisés tout le reste de l'année – sur près de 85% des céréales, et sur une grande partie des cultures de fruits, légumes et herbes aromatiques – empoisonnant largement les sols et l'eau absorbés ensuite par les cultures soi-disant « non-traitées ».

    De nombreuses études ont montré que ces substances ultra-toxiques peuvent rester présentes dans le sol jusqu'à trois ans après le traitement (4), et que les cultures non-traitées replantées sur le même terrain révèlent des traces de néonicotinoïdes jusque dans leur pollen... que viennent ensuite butiner les abeilles ! (5)

    A la fin de la période-test de deux ans, les multinationales pourront prouver que les abeilles continuent d'être décimées malgré la soi-disant interdiction de leurs produits, et qu'ils n'y sont pour rien. Ils auront réussi à blanchir leurs pesticides et à maintenir leurs profits – et pour longtemps !

    C'est un plan diabolique, qui nous promet un désastre environnemental sans précédent.

    Nous pouvons encore empêcher ça. MAIS IL FAUT AGIR VITE : d'ici quelques jours, la Commission européenne se prononcera sur sa version définitive du règlement européen concernant ces 3 pesticides tueurs d'abeilles.

    Nous devons agir avant, pour exiger l'interdiction REELLE de ces pesticides ! Signez dès maintenant la pétition européenne pour contrer les lobbys en cliquant ici !

    Si nous ne faisons rien, voici ce qui va se passer dans les 2 prochaines années :

    - les pesticides néonicotinoïdes continueront à être utilisés pour les cultures d'hiver, imprégnant ainsi durablement les sols et l'eau...

    - les cultures de printemps et d'été "non traitées" seront infectées par les résidus de ces pesticides, et empoisonneront les abeilles...

    - la mortalité massive des abeilles ne déclinera pas, malgré la soi-disant "interdiction" des néonicotinoïdes

    - Syngenta, Monsanto, Bayer et tous les laboratoires agrochimiques pourront à loisir clamer que leurs produits n'ont rien à voir avec la mortalité des abeilles, et obtenir leur réhabilitation totale sur le marché.

    Et là, il ne nous restera plus que nos yeux pour pleurer…

    Il faut tuer dans l'œuf ce plan démoniaque, et exiger de la Commission européenne qu'elle interdise purement et simplement ces pesticides tueurs d'abeilles, comme elle prétend le faire d'ailleurs !

    Pas de compromissions, pas de petits arrangements... Si l'on doit faire un test de 2 ans pour évaluer réellement l'impact de ces pesticides sur les pollinisateurs, alors allons-y franchement !

    Les agriculteurs eux-mêmes n'auraient pas à y perdre :

    d'après l'INRA, on pourrait réduire rapidement la consommation de pesticides en France de 30 à 40 % – sans aucune perte de revenus pour les agriculteurs – en revenant simplement à un système de rotation des cultures qui permettrait de combattre efficacement les parasites en réduisant durablement l'usage des traitements chimiques (6).

    Ca représente tout de même, pour la France uniquement, plus de 20 000 tonnes de substances ultra-toxiques déversés chaque année en pure perte dans nos campagnes !

    En fait, les seuls qui seraient ébranlés, ce seraient les chiffres d'affaires des géants de l'agrochimie... Mais la Nature n'a que faire de leurs profits !

    Alors s'il vous plaît, aidez Pollinis à créer une véritable onde de choc à travers le pays et l'Europe toute entière, pour que notre pression sur la Commission européenne soit plus forte que celle des lobbys agrochimistes qui sacrifieraient sans vergogne votre santé, votre alimentation et l'avenir même de la Nature pour satisfaire à leurs profits immédiats.

    Signez la pétition, et transmettez cet email à un maximum de personnes autour de vous.

    D'avance, merci !

     

    Nicolas Laarman
    Délégué général Pollinis
    Conservatoire des Fermes et de la Nature

     

    Pour en savoir plus :

    1- Le texte de la Commission européenne interdisant 3 néonicotinoïdes :

    http://www.pollinis.org/IMG/doc/regulation_commission_europeenne_interdiction_3_neonicotinoides.doc

    2- L'excellent rapport de Corporate Union Observatory sur le sujet (en anglais) :

    http://corporateeurope.org/publications/pesticides-against-pollinators

    Ou ici en français, le bon petit résumé publié en ligne dans le Journal de l'environnement :

    http://www.journaldelenvironnement.net/article/comment-le-lobby-des-pesticides-se-bat-pour-les-neonicotinoides,34147

    3- Début 2013, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié un rapport confirmant que les néonicotinoides présentent un risque important pour les abeilles et les pollinisateurs :

    http://www.efsa.europa.eu/en/press/news/130116.htm?utm_source=homepage&utm_medium=infocus&utm_campai gn=beehealth

    4 -Les néonicotinoides persistent dans l'environnement, la demi-vie de la clothianidine dans le sol a été mesurée à 148 à 6900 jours par l'Agence de protection de la santé américaine :

    http://www.epa.gov/pesticides/chem_search/cleared_reviews/csr_PC-044309_2-Nov-10_b.pdf

    Voir aussi l'étude de J. DeCant et M. Barrett publiée en 2010 dans la revue Environmental Protection (pp. 1-99) : Environmental Fate and Ecological Risk Assessment for the Registration of CLOTHIANIDIN for Use as a Seed Treatment on Mustard Seed (Oilseed and Condiment) and Cotton.

    5- La persistance des néonicotinoïdes contamine l'environnement au sens large, notamment le pollen.

    L'imidaclopride par exemple peut être absorbée par des cultures non-traitées, jusqu'à deux ans après la première utilisation, et peut se retrouver dans le pollen et le nectar des fleurs non traitées à des niveaux toxiques pour les abeilles :

    Bonmatin, J. M., et al . (2003) A sensitive LC/APCI/MS/MS method for analysis of imidacloprid in soils, in plants and in pollens. Anal. Chem. 75 (9), 2027-2033.

    En 2002 et 2003, 69,1% du pollen récolté par les abeilles de 25 ruchers dans cinq départements français, sur des plantes traitées et non traitées étaient contaminés par de l’imidacloprid, bien que cette neurotoxine ait été interdite à l'utilisation sur le tournesol en janvier 1999 :

    Chauzat M.P. et al (2006). A survey pesticides residues in pollen loads collected by honey bees in France. Journal of Economic Entomology, 99:253-262

    6- Rapport Ecophyto R&D de l'INRA : « Réduire l'usage des pesticides » :

    http://institut.inra.fr/Missions/Eclairer-decisions/Etudes/Toutes-les-actualites/Ecophyto-R-D

      

    Pollinis – Réseau des Conservatoires Abeilles et Pollinisateurs
    Association Loi 1901 Conservatoire des Fermes et de la Nature
    143 avenue Parmentier – 75010 Paris www.pollinis.org

      

    Soutenez le réseau Pollinis !
    Aidez-nous à sauver les abeilles et la biodiversité. Nous sommes entièrement financés par les dons et nous ne recevons aucune subvention de la part du gouvernement. Notre équipe fait en sorte que le plus petit don soit le plus efficace possible.    


     

  • Personne ne réclame le corps ! Que fait la famille ?

    corbillard.jpgIl y a maintenant plus d'un mois qu'il gît là, à même le sol, avec quand même une fleur sauvage qui pousse à ses côtés comme pour l'honorer.

    A qui appartient le corps ?

    C'est à Chaudfontaine, sur la N61, près de l'église.

    Ce corps inerte doit-il être enlevé par les services du SPW dirigés par Dominique Verlaine, Conseiller communal cdh à Chaudfontaine Verlaine Dominique.jpg

    ou par ceux de Daniel Bacquelaine, bourgmestre MR de Chaudfontaine ?

    Ils pourraient peut-être en discuter ?

    Bacquelaine Daniel 5.jpg

     

    Quoi qu'il en soit, ce poteau, sur la chaussée depuis plus d'un mois, ça fait désordre tout en créant un danger potentiel pour les piétons. 

    7 mai 2013.JPG

    28mai2013.JPG

    Encore un bel exemple d'une collaboration efficace et fructueuse entre les pouvoirs et/ou administrations publics.

     

  • Mais qui devrait être en prison ?

    Ci-dessous, deux articles parus dans La Meuse de ce samedi 27 avril 2013.

    N'hésitez pas à donner votre opinion de citoyen. Selon vous, qui devrait être en prison ?

    Celui qui vole pour manger ?

    pgae6.jpg

    ou, appelons les choses par leur nom, "ceux" qui utilisent l'argent public de bien étrange façon sur fond de mensonge(s).

    page15.jpg 

    Votez

  • EDITO : Lettre ouverte à madame Evelyne Huytebroeck

    huytebroek.jpg

    Trooz, le 6 avril 2013

     

    Lettre ouverte à madame Evelyne Huytebroeck

    Madame la Ministre,

     

    Avant tout, laissez-moi vous rassurer. Loin de moi l’idée d’aborder le problème des places de stationnement pour handicapés dans la commune dont vous êtes l’élue.

    Vous avez fait vous-même le nécessaire pour attirer l’attention sur ces faits désolants qui ont provoqué vos regrets. Point n’est besoin d’en rajouter.

     

    J’espère ne pas me tromper quant à vos attributions. Sur Internet, elles sont si nombreuses qu’il n’est pas évident pour le profane de s’y retrouver. Je pense néanmoins que les IPPJ en font partie intégrante.

     

    Pour ma part, c’est avec une double casquette dont j’assume l’entière double responsabilité que je me permets de vous adresser ces quelques lignes.

    Ma première casquette est celle de citoyen.

    Citoyen de Belgique inquiet des nombreuses dérives constatées à bien des niveaux gérés par le politique dans son ensemble.

    Ma seconde est celle de gestionnaire et animateur responsable exclusif du blog Sudinfo de Trooz.

     

    Je suis persuadé que votre réponse, qui sera publiée, tout comme la présente, texto sur cet espace médiatique de communication intéressera mes nombreux visiteurs.

    Pour votre gouverne, vous aviez fait le buzz sur le blog lors des événements du mois de février lorsque vous êtes venue présenter à Fraipont  (commune de Trooz) votre projet de suppression de 24 places à l’IPPJ de Fraipont.

    Plus de 3000 visites par jour, grâce à votre projet que d’aucuns n’ont pas hésité à qualifier d’aberrant, à savoir supprimer 24 postes à Fraipont dans le but…d’en créer autant à Bruxelles.

    Si la nécessité d’en doter la région où vous êtes élue ne souffre que peu de contestation vu le nombre élevé de petits délinquants qu’apparemment elle recèle, il est pour le moins étonnant, d’un point de vue citoyen, que cette démarche provoque la suppression de places à l’IPPJ de Fraipont.

    Votre projet a bien entendu fait l’objet d’une campagne de contestation qui n’a pu vous laisser insensible.

     

    Revenons-en à l’objet précis de la présente, à savoir, une nouvelle agression suivie d'un nouveau et récurrent dysfonctionnement de l'appareil étatique censé protéger le citoyen.

    Permettez-moi de porter à votre connaissance les faits qui ont généré la rédaction de cet écrit :

    Jeudi passé, le 4 avril 2013, à Ougrée, près de Liège, deux mineurs d’âge ont vaillamment agressé Josée, une octogénaire à son domicile.

    Je vous passe les détails sordides relatant la brutalité de l’agression commise par ces deux « jeunes », comme on les appelle avec une certaine pudeur maintenant.

    Sachez simplement qu’ils ont agrippé la dame par les cheveux, l’ont ceinturée, lui ont placé un tissu sur le visage pour l’empêcher d’appeler du secours et l’ont rouée de coups pour lui faire avouer où elle cachait un peu d’argent.

    Les services de police, comme c’est souvent le cas, ont effectué un remarquable travail et les ont rapidement arrêtés... et puis, la Justice, comme c’est aussi souvent le cas, a voulu les placer en IPPJ mais, par manque de place, un des deux a dû être libéré, comme c’est aussi souvent le cas.

    La Justice, vous savez, ce machin souvent représenté avec une balance qui penche rarement du côté des victimes.

    J’imagine que vous, les politiques, rarement atteints dans votre intégrité physique par les agissements de ces « jeunes », êtes bien conscients du message désastreux que vous leur adressez très régulièrement.

    Le pire qui soit : le sentiment d’impunité.

     

    J’en viens à la question relativement simple à laquelle je souhaiterais que vous répondiez par autre chose que des clichés ou des aveux d’impuissance : que pensez-vous de ces faits et de la solution apportée par l’état ?

    Et, en sous-question, êtes-vous toujours favorable, madame la Ministre, à la suppression de places à l’IPPJ de Fraipont ?

     

    Dans l’attente de vous lire, veuillez accepter l’expression de mes sentiments angoissés face au monde que vous et vos coreligionnaires du monde politique, préparez pour nos enfants.

    Ne vous inquiétez pas pour moi, j’ai franchi la ligne médiane de la vie et j’ai passé le temps d’avoir peur.

    Vous pouvez partager la présente avec vos collègues politiciens, dont madame Joëlle Milquet, si prompte à réagir dans tous les médias lorsque les hôtesses du salon de l’auto lui paraissent insuffisamment vêtues ainsi qu’à madame Annemie Turtelboom, Ministre de la Justice dont il serait intéressant de lire les projets pour protéger...les citoyens.

     

    C’est avec le plus vif intérêt que j’attends votre réponse.

     

    Charles Clessens

    Laurentpré, 4

    4870 Trooz

    04 351 61 01 * 0477 27 45 45

    charles.clessens@skynet.be

    http://trooz.blogs.sudinfo.be/

     

    Envoyé par mail à

    Evelyne Huytebroeck

    Adresse(s) de messagerie :

      info@huytebroeck.irisnet.be

    Le 6 avril 2013 à 21h25

    dossier.jpg

     

     

     

     

     

    Suivi

    8 avril : réception d'un accusé de réception par mail qui annonce une réponse sous peu de la ministre

    huytebroeck1.jpg

    La réponse reçue le 11 avril est ici

  • Evelyne Huytebroeck a répondu à la lettre ouverte

    huytebroek2.jpg

    Le 6 avril, j'ai adressé une lettre ouverte à madame Evelyne Huytebroeck concernant une nouvelle libération de deux "jeunes" délinquants ainsi que relative au devenir de l'IPPJ de Fraipont.

    Voici sa réponse, parvenue par mail, dans son intégralité.

     

    Monsieur Clessens,

    Votre courriel a retenu ma meilleure attention.

    Je tiens tout d’abord à souligner le caractère inacceptable et révoltant de l’agression perpétrée ce 4 avril à Ougrée. 

    Ce type d’acte ne peut en aucun cas rester sans réaction.  Il est important qu’une réponse adéquate soit apportée sans délai.

    Dans le cas présent, l’on peut se réjouir de l’intervention rapide et efficace des forces de police.  Les deux mineurs, comme la loi le prévoit, ont ensuite été présentés devant le juge de la jeunesse.

    En ma qualité de Ministre de l’aide à la jeunesse, il ne m’appartient pas de m’immiscer dans les questions relatives à une décision judiciaire.
    Il m’appartient toutefois de veiller à ce que l’ensemble du dispositif de prise en charge des mineurs poursuivis pour des faits qualifiés infractions soit adéquat et permette que les décisions judiciaires soient effectivement mises en œuvre.

    Ce 5 avril 2013, ce dispositif de prise en charge a parfaitement fonctionné. En effet, les deux jeunes concernés ont fait l’objet d’une décision de placement en régime fermé.  Cette mesure a été appliquée le jour-même, les deux précités ayant été admis au centre fermé de Saint-Hubert.  Je m’étonne dès lors que la presse relaie une information erronée.

    Concernant votre question sur l’IPPJ de Fraipont, je vous confirme avoir annoncé, il y a quelques semaines, ma volonté de lancer une phase d’étude et de concertation visant à examiner l’adéquation de l’actuelle capacité de prise en charge en IPPJ et en centre fermé sur l’ensemble de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Cette réflexion inclura l’objectivation du lieu de vie des jeunes qui sont placés dans ces institutions.
    Cette recherche de cohérence et d’adéquation du dispositif guide mes actions depuis le début de la législature. Depuis 2010, j’ai ainsi créé 150 prises en charge supplémentaires pour les jeunes délinquants.

    En espérant vous avoir répondu utilement, je vous adresse mes sincères salutations.


    Evelyne Huytebroeck


    (par mail 11/4/2013 9h50)

  • Pont de Prayon....attention danger ! (1)

    24 décembre 2011 (4).JPGDepuis bientôt trois ans, l'attention des responsables politiques locaux (intervention et remise d'une pétition au Conseil communal en septembre 2010) et des dirigeants du MET (SPW) a été attirée sur la dangerosité provoquée par une décision prise par Dominique Verlaine, directeur du MET et homme politique, d'autoriser le stationnement des véhicules sur le pont de Prayon (après voir consulté ses experts).

    Une pétition forte de 147 signatures de riverains et/ou de personnes bien au fait de la situation est restée lettre morte.

    De nombreuses photos attestent de cette réalité mais rien n'a bougé si ce n'est quelques suggestions d'aménagements qui n'ont jamais été réalisés (courrier Police 7 mars 2011).

    Récemment, des problèmes d'éclairage ont été relevés sur la N61 à Trooz et c'est un interlocuteur attentif qui a répondu à l'attente des citoyens. Allons-nous rencontrer la même écoute ? Nous verrons car nous allons remettre sur la table ce dossier qui n'avait pas rencontré l'aval des mandataires précédents.

    Dans l'attente, voici une vidéo relativement "parlante" quant aux difficultés de visibilité provoquées par les véhicules en satitonnement (autorisé par le MET, précisons-le) prise ce samedi 2 mars. Il est évident pour TOUT LE MONDE (enfin presque) que les véhicules en stationnement masquent dangereusement la visibilité des véhicules sortant de la rue Laurentpré pour emprunter la N61. 

    ajoutons quelques images tournées ce 8 mars

    dossier.jpg

  • L'éclairage sur la N61 à Trooz

    Bulamatari.JPGVerrait-on le bout du tunnel ? Il est permis de l'espérer.

    En effet, depuis hier (mardi 19), l'éclairage semble rétabli. Nous adressons nos remerciements à André Dombard pour son suivi incessant ainsi qu'à Fabien Beltran pour son implication. Comment ne pas saluer aussi l'intervention assez ferme de monsieur Jackson Botela Bulamatari (ci-dessus).

    D'autre part, celui-ci nous a adressé un message que nous vous répercutons texto.

     "Je voudrais vous signaler que je me suis rendu sur place ce soir (mardi 19) à 20h et l’éclairage a été rétabli.  Le dépanneur m’a informé qu’il a remplacé un contacteur brûlé et qu’il a remarqué que la serrure de l’armoire de l’alimentation a été forcée. Il a procédé au remplacement de celle-ci. Une hypothèse s’impose soit il s’agit d’un problème de vandalisme ou de boycot car rien n’explique la détérioration du contacteur à ce niveau ou bien il s’agit réellement d’un problème technique et dans ce cas de figure, observons combien de temps tiendra le fonctionnement de l’éclairage."

    Relevons en finalité la grande transparence et l'efficacité dont ont fait preuve les différents services publics concernés. Nous sommes convaincus qu'il en sera de même en cas de nouveau problème.

    Eh oui, les choses changent à Trooz et dans le bon sens...

  • L'éclairage public sur la N61

    Eclairage public.jpgVous l'aurez constaté, c'est à nouveau l'obscurité qui règne en maître incontesté sur la N61.

    Nous venons de recevoir une communication d'André Dombard, notre dynamique échevin des Ttavaux publics qui a plus que signalé et à plusieurs reprises le problème aux autorités dites compétentes.

    Ils sont AU COURANT pourrait-on dire sans jeu de mots (rien que des maux) tout en avançant qu'il s'agit probablement d'un problème de COURANT ALTERNATIF ou plus exactement en ALTERNANCE, du moins pour ce qui a trait à la fiabilité : une fois ça va, une fois ça ne va pas.

    Bref, c'est signalé !

    NB Saluons par la même occasion la communication prônée par la nouvelle gouvernance de Trooz.

    Si vous vous ennuyez, revisitez ROUTE DE NUIT et vous aurez une petite idée de la situation ce soir mais surtout, aux abords des arrêts de bus, soyez extrêmement prudents, surtout si vous portez des vêtements sombres !!!

  • Des nouvelles de l'éclairage sur la N61

    Sécurite routiere.jpg

    Lundi 11 soir, le problème est partiellement réglé. En effet, dans la portion de voirie entre le Château de Prayon et le pont de Prayon, seuls les poteaux 142 et 150 sont out. Du côté de la gare, il ne reste que le poteau juste à l'entrée du tunnel (celui qui reçoit régulièrement une visite très rapprochée de conducteurs pressés) qui ne fonctionne pas.

    Mardi 12 : poteaux out : 142, 150 et 161 en plus.

    dossier.jpg

    Jeudi 14 : la firme Yvan Paque remplace les néons sur la Grand'rue. On peut donc supposer que tout sera bientôt en ordre.

    Trooz va probablement bientôt sortir du trou noir !

  • Route de nuit à Trooz

    video2.jpgCi-après une vidéo tournée sur la N61 ce samedi 9 février dans la soirée.

    Du Château de Prayon au pont de Prayon, pas moins de douze poteaux d'éclairage sont hors-service pour treize qui fonctionnent. Presque du cinquante-cinquante. A partir du pont et jusqu'au rond-point de la gare, plusieurs endroits présentent une grande dangerosité due au noir absolu.

    Cette situation n'est pas récente et découle de la responsabilité des services du MET (SPW). Plusieurs personnes m'ont transmis leur témoignage à ce sujet. Deux points sont particulièrement cités : à la sortie du rond-point, en direction de Liège, c'est le noir le plus total et l'arrêt de bus, au pont de Prayon, c'est tout simplement Trooz noir.

    Les poteaux défectueux portent les numéros (F1471) 138, 141, 142, 145, 147, 148, 150, 151, 156, 159, 161 et 162.

    "Ils" ne pourront plus dire qu'ils ne savaient pas.

     

  • Le MET et ses génies

    Sécurite routiere.jpgQuand les pouvoirs publics (ici le MET) créent l'insécurité

    Dans le prolongement de l'article consacré à l'éclairage ou plutôt à l'absence d'éclairage sur la N61 entre le Château de Prayon et la gare de Trooz, voici quelques photos de l'endroit précis ou, selon des témoignages dignes de foi, des automobilistes ont failli accrocher des personnes qui traversaient. Ils déclarent tout simplement ne pas les avoir vues et ce, pour deux raisons : elles portaient des vêtements sombres et l'éclairage ne fonctionnait pas.

    Voici, de jour, l'endroit où les têtes pensantes du MET ont choisi d'implanter un passage pour piétons : juste devant l'aire de stationnement (pas d'arrêt, de stationnement) des bus. Quand un bus est en stationnement à cet endroit, il masque totalement la plaque censée attirer l'attention des automobilstes sur la présence d'un passage pour piétons.

    Voici le passage "masqué" mais soi-disant protégé près de la gare de Trooz

    1 voici le passage.jpg

    Le bus est en stationnement normal, autorisé, masquant le signal routier 

    2 le bus en stationnement.jpg

    oui, oui, la plaque est bien masquée par la hauteur du bus

    3 qui manifestement masque la plaque.jpg

    la même scène vue dans le sens de la circulation

    4 le bus en stationnement vu du sens de la circulation.jpg

    5 les voitures ne voient pas la plaque ni le passage.jpg

    6 bien cachée par le bus.jpg

    7 ou alors trop tard.jpg

    imaginez simplement le même site dans le noir, avec un éclairage public qui ne fonctionne pas...

     Trooz by night 003.jpg 

    Ma réflexion : des personnes, rémunérées par de l'argent public, ont dessiné ces plans, peut-être même un bureau d'études, peut-être même un architecte ou un ingénieur; d'autres personnes ont été chargées de réaliser ces travaux et, on peut l'imaginer, d'autres en ont vérifié la bonne exécution. Il est également permis d'imaginer que ces travaux ont été avalisés par de hauts responsables du MET puis, qu'ils ont été réceptionnés.

    Y en a vraiment aucun qui s'est posé des questions ? Non  ? Rhôôôô.

    1 dossier à suivre.jpg

     

     Nous suivrons bien entendu ce dossier dans le détail et ce,  jusqu'à ce que le problème soit réglé.

    Pour info, ce lundi 11 février, à 10h04, l'éclairage public fonctionnait. Soit, c'est une bonne nouvelle, c'est parce qu'on y travaille; soit... 

    Eclairage public 10h04.jpg 

    Ce lundi 11 soir, le problème est partiellement réglé. En effet, dans la portion de rue entre le Château de Prayon et le pont de Prayon, seuls les poteaux 142 et 150 sont out. Du côté de la gare, il ne reste que le poteau juste à l'entrée du tunnel (celui qui reçoit régulièrement la visite de conducteurs pressés) qui ne fonctionne pas.

  • Demain sur votre blog...

    securite2.jpg

     

    ...préféré ou détesté, c'est selon mais ça n'a aucune importance, un document vidéo sur l'éclairage public baignant la Nationale 61 entre le Château de Prayon et le rond-pont de la gare vous sera présenté.

    Absolument édifiant...

    Trooz by night 003.jpg

    La photo en-dessous a été prise le 31 janvier à 9h33. Il y avait une ou deux lampes qui ne fonctionnaient pas. Ce soir, il y en a douze qui sont hors service entre le pont de Prayon et le Château de Prayon. Elles portent les numéros (F1471) 138, 141, 142, 145, 147, 148, 150, 151, 156, 159, 161,162.

    Entre le pont de Prayon et le rond-point, c'est bien joli les grappes de raisins rouges. Dommage que plus de la moitié ne fonctionnent pas.

    Eclairage public 005.jpg

       

     

  • Enquête sur l'enquête

    Marczuk Stéphanie.jpgL’enquête publique actuellement en cours à Trooz est en passe de se terminer.

    Nous avons consulté le dossier, encore accessible au public jusqu’au 8 février, au Service de l’Urbanisme, en compagnie de Stéphanie Marczuk qui, avec compétence et gentillesse, a accepté de nous guider parmi les arcanes de cette enquête intitulée "Projet d'arrêté du Gouvernement wallon de désignation du site NATURA 2000 BE33016 BASSE VALLEE DE LA VESDRE". Ceci afin d'en comprendre un peu mieux les termes et  enjeux.

     

     

    Sur quoi porte cette enquête publique ?Natura 200.jpg

     

    L’enquête publique porte sur ce qu’on appelle les projets « d’arrêtés de désignation » (AD). Il y en a 240 au total, un par site Natura 2000 mais aussi sur le projet d'arrêté du Gouvernement wallon fixant les objectifs de conservation pour le réseau Natura 2000.

    C'est donc sur ces projets d’arrêtés de désignation que le public est invité à réagir.

    Les périmètres sont établis depuis 2002 et les espèces à protéger sont définies avec, à Trooz, notamment les prairies calaminaires. Il faut savoir que chaque zone Natura 2000 est codifiée et qu’elle possède sa liste de protections.

     

    Que mentionnent ces AD ?

     

    Chacun de ces AD reprend notamment :

    - la liste des types d’habitats naturels et des espèces pour lesquels le site est désigné ;
    - la liste des parcelles cadastrales comprises dans le périmètre du site ;
    - la cartographie du site avec le découpage en unités de gestion (UG).

     

    Que sont les unités de gestion ?

     

    A chaque (UG) correspondent des mesures de gestion et de protection que les propriétaires et gestionnaires de terrains situés en zone Natura 2000 devront respecter. Il est donc important pour eux de vérifier que la cartographie correspond bien à la réalité de leur terrain.

     

    Existe-t-il une documentation accessible ?

     

    Oui, bien sûr. Mais il est aussi important de savoir que l’enquête publique ne porte pas sur les mesures de gestion en tant que telles. Celles-ci ont été arrêtées par le Gouvernement wallon et sont expliquées dans les guides de gestion Natura 2000 qui peuvent être téléchargés sur le site en cliquant ici.

     

    2013 02 06 008.jpgTout le monde est-il concerné ?

     

    Tout le monde peut participer à l'enquête publique. Mais ce sont surtout les propriétaires et les gestionnaires de terrains situés en zone Natura 2000 qui ont intérêt à se renseigner et, le cas échéant, à se manifester.

    La première chose à faire pour eux est de vérifier si la cartographie correspond bien à la réalité de leur terrain.

    Normalement, il ne doit pas y avoir de différence. Mais malgré la minutie apportée à cette cartographie, une erreur est toujours possible. Une forêt mixte est reprise en forêt de feuillus ? Le tracé d’un bois déborde sur une prairie ? Une parcelle bâtie n’apparaît pas dans la liste des parcelles exclues figurant dans l’arrêté de désignation ? Dans ces cas, les propriétaires sont invités à le signaler à l’occasion de l’enquête publique.

     

    La cartographie est donc un élément essentiel

     

    La cartographie est l'enjeu principal de l'enquête publique. Pour pouvoir y participer en connaissance de cause, il est donc indispensable d'en prendre connaissance.

    Les propriétaires ont pu la consulter en nos bureaux mais elle est également accessible via  le lien en cliquant ici.

    La cartographie est donc vraiment un élément essentiel.
    En outre, chaque propriétaire a été averti par courrier personnel.

    Ce courrier s'accompagne d'un mot de passe leur permettant d'accéder, via le site
    http://carte.naturawal.be, directement à la cartographie de leur bien. 
     

    Les propriétaires doivent donc être et rester vigilants ?

     

    En effet, pour les propriétaires et gestionnaires de terrain situés en zone Natura 2000, il y a principalement quatre cas dans lesquels il est important de réagir lors de l’enquête publique :

    1/ s’il y a des différences entre la cartographie et leur terrain (par exemple : un bois qui déborde sur une prairie)
    2/ si une affectation leur pose un problème socio-économique majeur (par exemple : la seule prairie où ils peuvent faire pâturer leurs animaux est en UG2).
    3/ pour demander une modification du périmètre du site Natura 2000.

    4/ si une parcelle bâtie n'apparaît pas dans la liste des « parcelles exclues » (celle-ci liste les parcelles bâties qui ne sont pas reprises dans le site même si elles sont incluses dans la cartographie).

     

    Le périmètre de la zone Natura 2000 n'est pas modifiable par contre les périmètres des Ug  peuvent encore être modifiés sur base de la bonne connaissance du terrain des propriétaires visés.

    Et après, c’est tout pour les propriétaires ?

     

    Non. Si l'enquête publique est un moment important, Natura 2000 continuera d’évoluer dans les mois et les2013 02 06 009.jpg années à venir. Il est donc très important de continuer à s’informer.

     

    Comment ?

     

    Pour cela, deux solutions s'offrent à vous :

     

    1/ vous pouvez consulter régulièrement le site natura2000.wallonie.be

     

    2/ si vous préférez être averti personnellement des évolutions qui vous concernent, il est possible de s'inscrire pour recevoir la lettre d'information de Naturawal

    Votre adresse e-mail sera utilisée uniquement dans le cadre de l’information Natura 2000.

     

    Il faut aussi savoir que si vous ne faites rien sur votre terrain, rien ne changera pour vous.
    Vous n’avez rien à faire pour rendre votre terrain « conforme » à Natura 2000. Au contraire ! S’il est en zone Natura 2000, c’est justement parce qu’il a été jugé intéressant en l’état.

    En revanche, si vous prévoyez de faire quelque chose sur votre terrain, renseignez-vous toujours avant d’agir, ceci afin de savoir si ce que vous envisagez est autorisé ou non.

     

    L’enquête s’achève, quelles sont vos conclusions ?

     

    Légalement, nous ne devions disposer que quatre pancartes mais la zone étant assez étendue, nous avons essayé de couvrir l’ensemble. Par ailleurs, j’ai été surprise de voir l’intérêt que cette enquête a suscité et pas seulement chez les propriétaires car de nombreuses personnes utilisant aussi ces chemins d’un point de vue touristique (promenade….) voire biologique ou écologique se sont manifestées.

     

                                                    

    Marczuk Stéphanie 2.jpg

     

     

    Un grand merci à Stéphanie Marczuk pour son aide précieuse.