Humour - Page 3

  • Merci d'adapter votre vitesse...

    Pas loin de Trooz mais, hélas récurrent, dans nos belles régions de Belgique.

  • Comme un oiseau sur un fil

    Chaussures sur un fil (1).JPGOui, si ce n'est que ce sont des baskets...

    Pourquoi pas ? Original, n'est-ce pas, pour souhaiter la bienvenue à Trooz.

    Comment ne pas saluer l'habileté du lanceur. A-t-il réussi du premier coup ?

    Chaussures sur un fil (3).JPG

    Chaussures sur un fil (6).JPG

    Chaussures sur un fil (7).JPG

     

  • Proximus et ses mystères

    Fernand Lemaire.JPG

    Fernand Lemaire, noyé dans ses papiers...

     

     

    Je ne sais pas si les voies du Seigneur sont impénétrables pas contre, celles de Proximus, assurément...

    Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

    Le 15 mai dernier, Fernand Lemaire, un habitant de Trooz, écrit à Proximus pour renoncer à tous ses services.

    Le 28 mai, il reçoit un courrier confirmant le transfert vers un autre opérateur. Tout va bien…

    Le 30 juin, il rentre le matériel chez EDCOM FLERON, partenaire affiché Proximus.

    Le préposé lui fait un reçu pour le matériel remis dans sa totalité. Tout va toujours bien.

    Toutes les factures dues jusqu’à fin juin sont réglées en temps et en chiffres.

    Mais…

    Le 28 juillet, Fernand reçoit une facture de 149 euros intitulée « Frais uniques » et reprenant ce montant comme le paiement dû pour le décodeur. Là il y a problème... puisque ce décodeur a été rentré le 30 juin. Donc, Fernand, l’ancien client téléphone chez Proximus le 31 juillet pour régler le problème apparemment simpliste.

    L’opérateur prend ses coordonnées, se renseigne puis le rappelle le jour même pour demander les détails du reçu du décodeur. Fernand communique les références par téléphone et, à ce moment, tout concorde. L'opérateur informe Fernand que tout est réglé. Tout va de nouveau bien.

    Quelques jours plus tard, Proximus envoie un courrier assez volumineux qui reprend, dans la même enveloppe :

    Première feuille : la confirmation de l’enregistrement de la plainte à laquelle « il sera répondu dans les dix jours ouvrables » (sic).

    Deuxième feuille : un texte indiquant « votre contestation a été soumise à une analyse approfondie… », ce qui est très bien.

    Par contre, la suite est plus amusante (façon de parler) : « Cet examen confirme que les montants facturés sont bien justifiés. » Traduction : le décodeur a bien été rentré comme demandé mais nous vous le facturons quand même.

    Et, à la lecture du même courrier, effaré mais pas effrayé, Fernand peut apprendre que : « Nous tenons cependant à effectuer un geste commercial en votre faveur sous la forme d’une note de crédit. »

    Traduction : Bien sûr, nous vous avons facturé le décodeur restitué mais parce que nous sommes une société moderne ouverte sur un service au client à la pointe du progrès (pas le client, notre société), nous vous remboursons ce que vous ne deviez pas payer mais nous vous demandons d’acter qu’il s’agit là d’un geste commercial en votre faveur. Surtout ne l’ébruitez pas, nous n’agissons pas de la sorte avec tous nos clients.

    Et c’est en pleurant, assurément de rire, que Fernand, ancien client de Proximus, est venu me montrer tous ses papiers… tout en disant que s’il avait été à leur place, jamais il n’aurait osé envoyer un courrier assurément digne des meilleurs vaudevilles des trois cents dernières années.

  • Le curé...le rabbin...le jambon et ?

    religions.pngUn curé et un rabbin voyagent par le train.

    Le curé sort un sandwich au jambon et demande au rabbin s'il en veut.

    - Ah non. Vous savez que notre religion nous interdit de manger du porc.

    - Ah ? Vous avez tort parce que c'est bon, rétorque le curé.

    Il mange son sandwich et le voyage se poursuit.

    Quand ils descendent du train, le rabbin dit au curé :

    - Vous direz bonjour à votre femme.

    - Mais on n'a pas le droit de se marier...

    - Vous avez tort parce que c'est bon !

  • La politesse, il n'y a que ça

     

    Caricature CC.JPGUne petite fille qui se promène avec sa mère lui dit :

    - Dis, maman, j'ai une merde dans le nez !

    - On ne dit pas ça, répond la mère. On ne dit pas j'ai une merde dans le nez, on dit j'ai une crotte au nez.

    - Et pourquoi n'a-t-on pas le droit de dire une merde dans le nez ?

    - Parce que c'est un gros mot ;

    - Ah bon, d'accord.

    La promenade se poursuit et la petite dit :

    - Maman, j'ai marché dans un gros mot !

    - Ah, merde !

    Pour Nicole et ses blouses blanches

  • Ah ces blouses blanches...

    DSC_0217.JPGC'est une demoiselle qui va voir le gynécologue à l'hôpital. Elle attend son tour patiemment puis arrive un mec en blouse blanche.

    - Dites-moi, docteur, il faut que je vous montre...

    Et elle prend le bas de sa jupe, la relève et dit :

    - Vous voyez, c'est bizarre, ça.

    Le mec se penche et regarde attentivement :

    - Ah oui, en effet, attendez je vais montrer à un collègue.

    Au fond du couloir passe son collègue et le premier l'appelle.

    - Viens voir la demoiselle, elle a un truc bizarre.

    La demoiselle soulève sa jupe et le mec regarde. Sur ce arrive un troisième mec en blouse blanche qui regarde aussi et dit :

    - Le mieux, ce serait que vous attendiez le médecin pour lui montrer... parce que nous, on est peintres.

  • Pourquoi pas une blague ce 28 juillet 2015 ?

    Caricature CC.JPGUn Français arrive chez le médecin et lui dit :

    -Je suis très embêté, docteur, je me suis brûlé l'oreille.

    Et le médecin de lui demander comment il a fait :

    - J'étais en train de repasser quand le téléphone a sonné et j'ai porté le fer à repasser à mon oreille...

    - Mais vous avez les deux oreilles brûlées, rétorque le médecin.

    - Oui, ça c'est quand j'ai voulu appeler l'ambulance.

  • La blague du jour

    La blague du jour, ce sont les déclarations de Charles Michel en 2013 quant au passage de la TVA sur l'électricité de 21 à 6%. Paroles 2013 éminemment contradictoires avec les actes 2015.

    michel electricite.jpg

  • La blague du jour...

    ... est envoyée par J.D

    les gesn d'armes.jpg

  • La blague du jeudi 23 juillet 2015

    En cette période d'austérité, le gouvernement vient de décider que les élus du peuple dotés d'un statut de député, de parlementaire ou de ministre diminueraient leur(s) traitement(s) et ce, mandats y compris, de la somme de 1000 euros par mois afin de contribuer, chacun au mieux de ses possibilités à l'effort de crise.

    En effet, ces gouvernants, sensibles au fait qu'ils sont les employés de la population, désirent se montrer exemplaires en cette période difficile que nous traversons.

    Ils sont aussi conscients que, quand on bénéficie non seulement d'un traitement confortable mais qu'en plus s'y ajoutent divers avantages en nature ainsi que potentiels mandats publics rémunérés, se priver de 1000 euros ne les mettra certes pas en difficultés financières et contribuera à les rapprocher de la population.

    Heu... c'est une blague.

    Elle vous a plu ? 

    Caricature CC.JPG

  • La blague de ce mercredi 22 juillet 2015

    Caricature CC.JPGUn touriste s'arrête au bord de l'autoroute en rentrant de vacances et il voit un barbecue apparemment abandonné. "Tiens, des gens ont déposé leur vieux barbecue", se dit-il en le montant dans son coffre.

    Il reprend la route et arrive à frontière (oui, c'était du temps où il y en avait encore).

    "Rien à déclarer ? " demande le douanier.

         "Non, rien. Nous revenons de vacances."

    "Vous pouvez ouvrir le coffre ?"

    Et le touriste ouvre le coffre. Le douanier lui demande

    "Et ça, qu'est-ce que c'est ?"

         "C'est un barbecue que nous avons trouvé au bord de la route".

    Le douanier téléphone alors et dit

    "Et voilà, ça y est, je les tiens, ceux qui ont piqué le radar."

          

  • La blague du jour

    Caricature CC.JPGL'instituteur pose une question à Michel :

    "Tu as cinq euros dans une poche et 3 euros dans l'autre. Quelle somme possèdes-tu ?" 

    Et Michel de répondre "Je me suis gouré de pantalon !" 

  • La blague du jour

    Caricature CC.JPGJ'ai un copain tellement radin que pour ne pas se déplacer, il regarde la messe à la télévision et pendant la quête, il va pisser...

  • La blague du jour

    Caricature CC.JPGC'est deux mecs à moitié bourrés qui sont accoudés au comptoir d'un bar.

    L'un dit à l'autre : "Tu vois la grande brune aux longs cheveux, là-bas. C'est ma femme. Et l'autre, qui est à ses côtés, c'est ma maîtresse..."

    "Ah, ça c'est marrant", répond son comparse. "Moi, c'est le contraire..." 

  • Une artiste entartée enfin presque...

     caca.JPGEntartée ou assimilé... Non ce n’est pas Noël Godin, surnommé Georges le gloupier ni même un membre de sa famille qui a réussi son coup. Il s’agit plutôt d’un membre de la famille des « columbidae », peut-être même un « columbida livia domestica », bref un PIGEON, qui a sévi. 

    Comme vous le savez très certainement, parmi ses nombreuses activités, la Maison de la Laïcité de Trooz propose le vendredi matin des ateliers notamment de peinture. 

    Plusieurs participants, heureux de se retrouver en agréable compagnie, s’adonnent régulièrement à leur passion. 

    Ce vendredi matin, 26 juin 2015, au moment d’entrer dans le bâtiment, une charmante dame de la commune, appelons-la au hasard Claudette, de raconter sa mésaventure en apportant son travail en cours : « Le tableau n’est évidemment pas fini et je l’avais repris chez moi pour le faire sécher. Il faisait bon, je l’ai donc mis dans le jardin. Quand j’ai voulu le récupérer, j’ai remarqué qu’un pigeon avait gentiment déposé au bas du tableau…», déplore Claudette en souriant quand même avant de monter à l’étage se remettre au travail. 

    N’est-il pas scandaleux de la part de ce pigeon de vouloir ainsi s’approprier l’œuvre d’autrui en y apposant sa signature ? Non, mais ! caca signature.JPG