Art, musique, culture et tourisme - Page 3

  • Georges Degryse et Tony Cavaleri... L'interview... Vidéo

    Georges Degryse (Justice froide... Témoins protégés) et Tony Cavaleri (Le Gorille) ont tous deux écrit un roman qu'ils vous invitent à découvrir. Ces deux livres sont aussi proposés chacun à la réalisation d'un film.

    2017 12 15 (1)nb.JPG

    Georges Degryse

    2017 12 15 (5)nb.JPG

    Tony Cavaleri

    Un article précédent a été consacré au Gorille(voir ici), un prochain reviendra plus dans le détail sur Justice froide... Témoins protégés.

     

     

  • Tony Cavaleri... Le Gorille ou le Rital des rings ?

    2017 12 10 (33)nb.JPGMais qu'était venu faire un gorille au Marché de Nessonvaux organisé par la Mante Belge ce 10 décembre 2017 à Nessonvaux ?

    Le plus simple était de le lui demander au gré d’un entretien qui est parti dans tous les sens, tant il est difficile de définir notre interlocuteur tellement sa palette d’activités est vaste et variée.

    Tony Cavaleri, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a aujourd’hui plus qu’atteint l’âge de la retraite puisqu’il affiche avec bonheur ses 67 ans, ce qui ne l’empêche pas d’être toujours actif dans bien des domaines.

    « Si je suis venu à Nessonvaux, c’est tout simplement par sympathie, pour saluer mon ami José Magnée mais je serai également présent au Marché de Noël de Péry », répond-il avant de se montrer disponible pour un entretien qui nous permettra de mieux cerner le personnage. Mais par où commencer ? Allons-y, remontons le temps…

    2017 12 10 (20).JPGComment avez-vous connu José Magnée ?

    « José est un maître d’arts martiaux importants que je connais depuis plus d’un quart de siècle.  C’est une amitié virile, d’homme à homme qui est née, une amitié sportive. En 1992, le 23 mai, la dernière fois où on a fait du catch au Palais des Sports de Coronmeuse, José Magnée et ses élèves de la Mante Belge étaient venus faire une démonstration sur le ring. Ce fut notre première rencontre. Il faut savoir que dans les sports de combat en particulier, il y a un socle solide et fertile pour l’amitié. Dans les arts martiaux en général, le respect de l’adversaire existe, le respect du lieu où on combat existe et le respect des règles aussi. Des bandits, sur un tatami ou sur un ring, il n’y en n’a pas. »

    catch1.jpgLes arts martiaux font donc partie intégrante de votre vie aussi.   

    « Ah que oui. Ma jeunesse a été baignée dans la lutte gréco-romaine. Je m’entraînais à la Sauvenière à cette époque. Et puis, j’ai décidé d’arrêter de boire et de fumer en 86 et 87 pour poursuivre dans ce sport. J’ai alors basculé dans le catch parce que, en Allemagne, ils avaient besoin de catcheurs sur les foires. J’ai commencé à Dusseldorf. Il fallait une image très colorée d’un Italien et j’ai accepté et là, à partir de 1990, le catch professionnel a été une de mes passions. On m’appelait le Rital des rings. »

    Parfois gorille aussi, pourquoi ?

    « Le gorille, il y a un clin d’œil Lino Ventura bien entendu et puis il y a une gueule à la Lino mais, en réalité, c’est une anecdote que peu de gens connaissent et que je dévoile dans mon roman « Le Gorille ».  En 1984 ou 85, je ne me rappelle plus, j’avais été arrêté dans une bagarre dans un café et j’ai été enfermé. J’ai dû passer la nuit derrière les barreaux. Les gendarmes, c’étaient encore les gendarmes à cette époque-là, se moquaient de moi en me disant que j’avais l’air d’un gorille et c’est resté. C’était au café Le Milan à Grâce-Berleur, un jour de Noël. »

    Et, après une courte respiration, Tony d’encore se projeter dans le passé pour relater ses origines. « Je suis né en Belgique. Je suis fils d’immigrés siciliens et fier de l’être. Ceux-ci sont venus en 1947, à l’époque où les mineurs italiens étaient échangés contre du charbon. Mes parents proviennent de Favara. »

    Et, dans la foulée, Tony de revisiter son enfance qu’il définit clairement en deux périodes.

    « J’ai été élevé chez les sœurs », avance-t-il. « Je proviens d’une famille de sept enfants. C’était moi le plus difficile et j’ai été placé à Theux dans un institut pendant 5 ans et demi. Là, j’ai reçu une éducation catholique, stricte et laborieuse, dans le sens du mot travail. Education axée également sur l’apprentissage du respect. Quand je suis revenu de Theux, c’était en 1958, j’ai connu mon premier ami, Guy Gallo. J‘avais 8 ans, lui 10 et ça a été une enfance merveilleuse. » Et les yeux de Tony s’allument de mille feux quand il revient sur cette partie de son existence. « J’ai appris avec lui la maraude, l’école buissonnière, tous les coups fourrés des gamins de notre belle époque des années 50 à 60. Donc, en résumé, tout d’abord j'ai profité d'une enfance stricte puis, ce fut la belle enfance avec en quelque sorte… échappée libre. Il fallait un peu équilibrer », ajoute-t-il en souriant avant d’entamer sa vraie vie de travailleur qu’il poursuit encore à l’heure actuelle.

    « L'adolescence m'a alors fait rentrer dans l'apprentissage du métier. J’ai commencé à travailler très tôt, à l’âge de 14 ans et demi comme coursier chez Cockerill. Ensuite je suis passé comme apprenti menuisier puis coffreur de 1968 jusque 78 avant de devenir entrepreneur dans la construction pendant 40 ans. J'étais indépendant, j'avais des ouvriers. Pendant les 25 dernières années de mon métier d'entrepreneur, j'ai commencé à développer des inventions. »

    C'est ainsi que pendant de nombreuses années, et encore maintenant, Tony Cavaleri se signale dans le domaine de la créativité et de l’invention. Il a d’ailleurs, à ce jour, remporté 22 médailles d’or dans des salons internationaux. La majeure partie de ses trouvailles comportent la mention CAVA… plus quelque chose. « La raison en est simple », justifie-t-il, « quand j’étais gamin, on m’appelait Cava donc voilà. »

    C’est ainsi qu’on peut notamment citer le Tank-Cava, un système permettant la récupération des eaux des bains, des eaux usées pour alimenter les chasses d’eau. « C’est à la fois économique et écologique », précise-t-il en ajoutant que le Tank-Cava, susceptible de réduire aussi le prix de l’eau sera réalisé en Chine parce qu’ici, en Région wallonne où il s’estime snobé, il déplore ne pas avoir eu un soutien. Mais ce n’est pas là sa seule invention puisqu’il a mis au point et en chantier une cinquantaine de projets les plus divers.

    passage pietons.jpgOn peut également mentionner son passage pour piétons lumineux, sa raquette de tennis à manche ergonomique, des espaces hygiéniques canins…

    Tantôt catcheur et tantôt inventeur, Tony Cavaleri ce véritable Géo Trouvetout de Grâce-Hollogne est aussi romancier et 2017 12 10 (3).JPGproducteur. Dans le monde d’édition, il a créé un livre accessible aux voyants et non-voyants. Un même livre que l’on peut partager en famille puisqu’écrit aussi en braille ----->

    Tony Cavaleri ne se situe pas comme un scientifique mais plutôt comme un inventeur domestique. « Une invention nait de la rencontre d’un problème non-résolu et d’une astuce pour le résoudre », dit-il en toute simplicité avant de rebondir sur son produit récent, un petit dispositif anti-ronflement qui a été conçu partiellement ici mais intéresse tout particulièrement les Américains. « Je pars aux Etats-Unis, à Cincinnati, au mois de janvier pour entamer le déploiement industriel. C’est d’ailleurs là-bas qu’on a effectué les tests cliniques. »

    Et pour en terminer, quelques mots au sujet du projet de film inspiré par « Le Gorille » ? (interview en préparation)

    « Le dossier du film est en cours. Le Gorille est sur les rails. Il est en train d’être monté pour être présenté à Cannes au marché du film. »

    Des grands noms tels notamment Sharon Stone, Vincent Castel et Jean-Pierre Mocky sont cités.

    Ajoutons enfin que Tony Cavaleri est aussi Ambassadeur de la Province de Liège ce qui devrait lui permet d’accroître encore davantage son rayonnement.

    En préparation sur votre blog, l'interview commune de Tony Cavaleri (Le Gorille) et de Georges Degryse (Justice froide... témoins protégés) qui vous expliqueront pourquoi ils se sont lancés dans l'écriture en publiant chacun leur roman qui pourraient par ailleurs très bientôt passer sur grand écran de cinéma...   

    Par ailleurs, vous pouvez vous procurer ces deux ouvrages au Marché de Péry. Précipitez-vous y ces samedi 16 et dimanche 17 décembre 2017.

  • Christiane Delmal vous (nous ?) invite !

    Delmal Christiane Walou.JPGPermettez-moi de vous convier à me rejoindre ce samedi 16 décembre 2017 au coeur du hameau de Péry à Trooz. C'est le Marché de Noël au  centre de ce petit village et je me propose de vous entraîner dans un dédale de "venelles" empruntées tant et tant de fois par les anciens du lieu.

    Je vous donne rendez-vous à 10h à l'école de Péry à Trooz, je vous entraînerai sans prétention dans ce joli  labyrinthe.  Nous profiterons  de l'environnement pour observer la nature et évoquer la vie passée à cet endroit.

    A 12h, un verre vous sera offert, ce sera l'occasion de se réchauffer s'il y a lieu!!!

    A très bientôt dans les venelles...

  • Auditorium Bovy... Concert le 27 janvier 2018

    SAMSON SCHMITT, JOHAN DUPONT & JOACHIM IANNELLO PRESENTE LEUR ALBUM "RIRE AVEC CHARLIE".

    2018 01 28 bovy.png

    Charlie Chaplin bien sûr ! C’est une fête, une symphonie instantanée, puissante et belle, une convocation de talents rares qui va mettre tout le monde d’accord et pour longtemps. C’est la rencontre de Samson Schmitt avec deux musiciens liégeois exceptionnels : Johan Dupont et Joachim Iannello.

    Dans la galaxie Schmitt, Samson Schmitt signe avec insolence la nouvelle histoire de la guitare manouche.

    Lyrisme, charme, puissance, inventivité, souplesse, générosité : tout y est, avec le son profond, le bending précis et la rythmique imparable.

    Ajoutez la virtuosité râpeuse et cuivrée du violon de Joachim Iannello, le génie swing et créatif de Johan Dupont et vous obtenez un cocktail de grande musique. On frôle même la nouvelle rhapsodie, la bossa, le nu-jazz, l’Andalousie. Servi par des compositions qui sonnent comme des standards, on se dit en aparté que l’on est verni par cette grâce offerte, sans chichi. Sorti sur le label homerecords.be, ils reviennent pour une date à Trooz à ne surtout pas manquer !

    Prix : 13€

    Réservations souhaitées ! 

    - par mail à bovypiano@gmail.com 

    - par téléphone au 0477 77 59 55
     

     

     

  • Un coup d'oeil chez nos voisins de Chaudfontaine

    Chaudfontaine d'antan.jpg

    Histoire de Chaudfontaine
    Beaufays... Chaudfontaine-Sources... Mehagne... Ninane... Vaux-sous-Chèvremont... Embourg...

    Anciennement, tous les villages de la commune voisine de Chaudfontaine ainsi que Chênée, faisaient partie du domaine carolingien dont le centre était Jupille.  

    La paroisse primitive de Jupille s'étend sur un vaste territoire dont notamment Beaufays, Chaudfontaine, Embourg et Chênée.

    Mieux connaître ses voisins, n'est-ce pas un critère indispensable pour davantage les apprécier ?

    Ci-dessous, un lien utile pour en apprendre un peu plus sur les villages de la commune voisine de Chaudfontaine

    (cliquez ici)

  • Du début à la faim... Par Laëtitia Reynders

    2017 12 13 du début à la faim couv.jpg"Du début à la faim" est un ouvrage écrit par Laëtitia Reynders et sorti fin novembre 2017.

    Il traite de l'anorexie et de la boulimie, deux phénomènes souvent liés et régulièrement considérés comme des caprices plus que comme une maladie. Rien qu'à ce titre il est déjà important d'en parler.

    Ce livre est décliné comme un journal intime puisque la jeune femme y livre un témoignage, le sien...

    Rédigé de façon ludique dans un style direct, cet écrit est touchant et attachant. C'est un livre court, ce qui évite de s’enfoncer dans un récit oppressant...Tout au contraire. 

    " Je pense qu'il est utile de faire connaître cette histoire pour aider bien des jeunes gens se trouvant dans la même souffrance", avance l'auteure qui, en plus, y renseigne aussi des centres d'aides, conseille les proches sur l'attitude à adopter (ou plutôt celle à éviter), rassure les malades et délivre un véritable message d'espoir, puisqu'elle a réussi à surmonter ces souffrances pour sa lancer avec brio dans une carrière artistique.2017 12 13 uchro 2017 laeti par Francis Rouchet.jpg

     

  • L'Ardèche, sauvage et secrète

    2017 12 13 ardèche.jpgLa Maison de la Laïcité de Trooz est heureuse de vous inviter au reportage Découvrir le Monde - "L'Ardèche, sauvage et secrète" - le mercredi 13 décembre à 20h.

    Par Georges Piaia Conférencier de la Province de Liège

    Épanouie sur le rebord oriental du Massif Central, le beau pays d’Ardèche sublime le Sud-Ouest de la France. Terre sauvage, verdoyante et peu peuplée, elle exhibe un milieu naturel d’une beauté intense. Gorges, vallées étriquées, plateaux élevés et montagnes escarpées couvertes de pinèdes et de châtaigneraies magnifient cette terre de contrastes et d’évasion. A travers son histoire, sa géographie et sa nature généreuse, nous allons découvrir ses villes séduisantes, ses imposants châteaux, ses avens et grottes naturelles ainsi que ses ravissants villages de caractère de pierres dorées, patinées par le soleil généreux de la terre ardéchoise.

  • Marché de Noël à la Mante Belge

    Marché Mante17.JPG

    Quelques images du Marché de Noël ce dimanche dans les locaux de la Mante Belge.

    Cliquez ici.

    Splendide organisation, belle ambiance...

    Mais aussi, rencontre très intéressante avec un personnage issu du monde de mafieux Siciliens et de politiciens ripoux comme il le dit lui-même et qui fera bien évidemment l'objet d'un prochain article sur votre blog Sudinfo de Trooz, à savoir, Tony Cavaleri, le Gorille et sa gueule d'acteur italien de l'âge d'or du cinéma français.

    Marché Mante10.JPG

    Patience...

     

     

  • Tony Cavaleri à Trooz

    2017 12 10 cavaleri.jpgTony Cavaleri sera présent au village de Noel à Trooz ce dimanche 10 décembre, de 11 h à 20 h, pour y proposer et dédicacer ses livres LE GORILLE, LE SECRET DES 3 SINGES et les merveilleuses FABLES CHOISIES de FREDERIC ROUVEROY.
    Bienvenue pour papoter un peu autour d'une belle et sympathique ambiance liégeoise :-)
     
    PS: croquettes pour chiens bienvenues pour aider l'association d'aide aux animaux.

    Ex-catcheur, et bien connu comme inventeur, Tony Cavaleri, de Grâce-Hollogne, vient aussi de se lancer dans le polar. Il publie, aux Presse du Midi, à Toulon, « Le gorille », un roman policier où Liège se taille la part belle... (Janvier 2017)

    Jusqu’à présent, on a davantage connu Tony Cavaleri comme inventeur que comme romancier. Il est peut-être temps de réviser ce jugement. En effet, l’ex-catcheur vient de publier la version définitive d’un roman policier bien ancré à Liège. Intitulé « Le gorille » et publié aux Presses du Midi, il raconte l’histoire de Tony (tiens, tiens…), surnommé le Gorille. Au début du roman, on le retrouve dans une brasserie de Grâce-Hollogne. Mais l’histoire ne se limite pas aux horizons liégeois...

    A découvrir...

     

  • L'expo Madeleine Colinet... Dernier jour ce dimanche 10 décembre 2017

    2017 12 09 expo Madeleine Colinet (30).JPGCe samedi 9 décembre 2017, c’était l’avant-dernier jour de l’exposition consacrée à Madeleine Colinet dans les locaux de la Gare de Trooz. Cette exposition sera encore accessible ce dimanche 10 décembre, de 13 à 17 heures.

    L’occasion donc pour recueillir les impressions de l’artiste.

    Madame Colinet, comment vous définiriez-vous en tant qu’artiste ?

    « D’abord, c’est une passion. Depuis toute petite, je dessine beaucoup. L’aquarelle, je l’ai découverte à l’âge de vingt-cinq ans. J’avais fait un stage chez madame Frankinet à Alle-sur-Semois et depuis, l’aquarelle m’a jamais quittée. J’adore faire des aquarelles où il y a beaucoup de contrastes. »

    2017 12 09 expo Madeleine Colinet (5).JPGVous choisissez souvent les mêmes thèmes.

    « Oui, la nature principalement et aussi des bâtiments désaffectés et des choses comme cela. Des intérieurs de champignonnières par exemple. Mais ici, puisque le thème c’était la nature, j’ai mis la nature… »

    Nous sommes pratiquement à la fin de votre exposition, pourriez-vous en dresser un petit bilan, au plan large ?

    « Tout s’est très bien passé. Le centre culturel a extrêmement bien organisé les choses. Par ailleurs, comme je suis disponible, j’ai pu venir à chaque fois que l’exposition était ouverte. J’ai eu beaucoup de monde. Environ cent-cinquante personnes. C’est magnifique. Des classes des écoles dePagnyl 17.JPG la commune sont également venues voir les aquarelles et j’ai fait avec eux une petite expérience et j’ai aidé chaque enfant à retourner avec une petite expérience dans le domaine de l’aquarelle. Ils ont travaillé un peu, ici, avec ma palette. Ils étaient très contents et les institutrices aussi et on m’a même demandé, à l’occasion, de venir faire une animation dans les classes. Je crois que j’ai eu huit ou neuf classes qui sont venues, en provenance des écoles communales et de l’école libre. »

    Pagnyl 16.JPG

    Un petit mot sur le site dans lequel vous avez exposé ?

    « C’est super. C’est une très belle rénovation. On a la place, on a l’espace. Les aquarelles ne sont pas confinées, elles sont bien mises en valeur. »

    2017 12 09 expo Madeleine Colinet (12).JPG

    Comment travaillez-vous ? Sur modèle, sur photo ?

    « Sur modèle, sur photo toujours pendant l’hiver. L’été c’est sur le motif si le temps le permet. Je travaille aussi d’après nature mais ça dépend vraiment de la saison. Quand je pars en vacances, des aquarelles, c’est quelques feuilles et deux pinceaux dans la valise, ça ne prend pas de place…  »

    Pourquoi l’aquarelle ?

    « Ce que j’aime beaucoup dans l’aquarelle, c’est que c’est un art aléatoire. On joue en fait. On calcule peu, on doit jouer avec la peinture et l’eau. Très peu de matériel, très peu et avec ça on doit faire des choses. »

    Vous pouvez donc ne pas être fidèle au modèle…

    «  Ah ça, on n’est jamais fidèle au modèle, à part peut-être dans les herbiers. C’est presque toujours une interprétation. J’aime aussi beaucoup, dans les aquarelles, quand le modèle me pousse vers une certaine abstraction, quand je me détache vraiment du modèle. Ce que j’aime aussi dans l’aquarelle, c’est de traiter le même sujet mais à des époques différentes, aux quatre saisons. »

    Un mot pour clôturer puisque c’est l’avant-dernier jour. Vous êtes partante pour renouveler l’expérience ?

    « Tout à fait mais il faut un peu de temps. Et puis, il va y avoir le parcours d’artistes aussi. Etre aussi à la gare de Chaudfontaine qui est aussi un beau bâtiment, ça m’intéresserait aussi. Donc, oui, je suis partante mais pas trop souvent non plus. Comme je le disais le jour de l’inauguration, une exposition, c’est un peu le concert de l’artiste, c’est là qu’on rentre en contact avec le public. Je ne me donne aucune obligation de rythme dans mon travail. C’est quand j’ai envie et quand j’ai l’inspiration mais l’inspiration, je l’ai toujours, toujours, toujours… »

    2017 12 09 expo Madeleine Colinet (25).JPG

    En résumé, Madeleine Colinet est tout à fait ravie d’avoir pu exposer ses œuvres à la gare de Trooz, ancienne gare superbement rénovée, qui abrite notamment le Syndicat d’Initiative, la Bibliothèque et le futur Musée de la Radio…

    Pagnyl 15.JPG

    Quelques photos ici

  • Florent Pagny au Country Hall 2017

    0 (287).jpgQuelques-unes des photos notamment prises par Luc Deglin sont ici, dans l'album consacré à cette soirée du 2 décembre 2017.

    Si vous aussi vous avez des photos de cet événement à partager avec nos lecteurs, n'hésitez pas à les envoyer par mail (charles.clessens@skynet.be) elles seront insérées dans un album en création continue mais déjà à votre disposition.

    Cet album collectif est sur la page Facebook de votre blog Sudinfo de Trooz : voir ici.

    0 (304).jpg

  • Concert André Borbé le dimanche 17 décembre 2017

    Centre protestant.jpg

    2017 12 17 zinzin-correction-a6.jpg

    Le Centre Protestant de Nessonvaux, en collaboration avec l'Administration communale de Trooz et le Syndicat d'Initiative de Trooz, a le plaisir de vous inviter au concert d'André Borbé, le dimanche 17 décembre 2017 à 15h30 au Centre Protestant de Nessonvaux.

    Après le spectacle "les tympans pimpants", en décembre dernier, nous vous invitons à venir découvrir le nouveau spectacle "Zinzin" d'André Borbé.

    Ainsi cette histoire chantée, racontée et dessinée en direct, nous fait entrer dans la vie de Léopold et de son chien Zinzin. Zinzin fait beaucoup de bêtises et souvent Léopold se fait gronder. "Mais à vrai dire, son chien, personne ne l'a jamais vu !". Et dans ce nouveau projet, ses comparses musiciens, Hervé Borbé et Patrick Schouters non seulement l'accompagnent aux guitares, claviers et percussions mais mettent aussi en avant leurs talents de vidéastes ou de dessinateurs tandis qu'André raconte et chante. De quoi en devenir zinzin !

    Infos pratiques :

    Où ?  Centre Protestant de Nessonvaux, Rue Gomélevay, 62 4870 Trooz.

    Quand ? Le dimanche 17 décembre 2017 à 15h30.

    Pour qui ? Ouvert à tous et destiné aux enfants à partir de 4 ans.

    Organisé par ? Le Centre Protestant de Nessonvaux, en collaboration avec l'Administration communale de Trooz et le Syndicat d'Initiative de Trooz.

    Contact : cpnessonvaux@gmail.com ou 087/26.83.83

    Entrée : 5 euros (en prévente ou 7 euros sur place)

    Réservations (obligatoires) : Centre Protestant de Nessonvaux (087/26.83.83) ou  www.cpnessonvaux.be

    Accès : A proximité de la gare SNCB et de la ligne de bus (31)

     

  • Les Balades de la Cité à Vaux-sous-Chèvremont

    Vendredi 22 décembre 2017

    Les Balades de la Cité 

    Dès 17h

    Cité de Vaux-sous-Chèvremont

     Rue Constant Colard

     4051 - Vaux-Sous-Chèvremont

    2017 12 22.png

     Pour la troisième année consécutive, les acteurs de terrain de la Commune de Chaudfontaine s’associent à la Compagnie de théâtre urbain “Les Voisins” pour mettre sur pied une balade d’un genre nouveau.

    Entre projections vidéo et découverte du patrimoine, les habitants investissent la cité sociale de Vaux-sous-Chèvremont pour s’approprier l’espace public, tisser des liens, (ré)enchanter le quotidien et faire parler de la cité pour son talent et sa créativité.  

    Accompagnés d’un habitant-conteur, vous partirez à la recherche de la chèvre mythique de Chèvremont, dont le Diable voudrait bien faire son dîner - désir de vengeance pour les si nombreux tours que les Valcaprimontois lui ont joués au cours des siècles. Au fil de la balade, vous ferez halte dans cinq endroits. Cinq lieux, particulièrement chargés d’histoire, où vous réveillerez - à vos risques et périls - les fantômes de la vallée et des légendes hivernales pour, peut-être, trouver de l’aide dans votre quête...

    Découvrir ou redécouvrir, sous le manteau de la nuit, l’histoire de nos contrées est un moment enchanteur et propice à la rencontre.

    Le travail vidéo et les projections monumentales donnent à notre balade son caractère spectaculaire et innovant, la transformant en une expérience unique en Belgique.  

    Nous vous donnons rendez-vous au “Village de la Cité” point de ralliement et de rencontre où vous pourrez boire un vin chaud, manger, écouter des contes, vous relaxer dans notre salon, et faire bien d’autres choses encore…  

    Gratuit. Tout public et accessible aux personnes à mobilité réduite.

    Départ pour les balades toutes les 30 minutes.

    Plus d’informations : www.baladesdelacite.be  

    En partenariat avec : la Compagnie Les Voisins, le Foyer culturel de Chaudfontaine, le Plan de Cohésion Sociale, la Nova MJ, la Régie de Quartier, le CPAS, le FSE. Avec le soutien du Service Jeunesse la Fédération Wallonie-Bruxelles et Service Jeunesse de la Province.

  • La Mante Belge a brillé en Russie...

    ... avant les Diables rouges ? Qui sait ?

    24232493_10155239760333727_7092827385790515143_n.jpg

    Mais c'est dans un autre registre que les jeunes athlètes de la Mante Belge se sont signalés, comme en témoignent les résultats ci-dessous :

    BLANDAUX Amaury: 1 médaille or en Tang Lang Quan
    BERGES Téo : 1 médaille or en Shaolin
    GEORGES Mattéo: 1 médaille Bronze Shaolin
    BOUCHAT Nandita: 1 médaille Bronze Shaolin
    BOUCHAT Sathya : 1 médaille Bronze Shaolin
    STEYFKENS Gaetan : 1 médaille Argent Shaolin

    En sus des résultats, cette expérience internationale restera ancrée pour longtemps encore dans les esprits de ces jeunes, surtout qu'après les championnats, c'est une visite du pays qui les attend.

    Quelques photos dans l'album ci-contre (cliquez ici).

    Lire la suite