Courrier des lecteurs - Page 4

  • Carte blanche à Olivier Baltus

    baltus ol1.JPGOlivier Baltus est Conseiller communal à Trooz.

    Très attiré par notre patrimoine, la nature et l'écologie, il a transmis un texte relatif au "très petit patrimoine", comme il l'intitule, afin de le partager avec les lecteurs de ce blog Sudinfo de Trooz.

    Le voici, tel que reçu, agrémenté de quelques vues.

     

    Lire la suite

  • Que le chemin sera long...

    Ci-après, la réaction d'un lecteur et la photo qu'il a prise :

    13043198_10153456974801937_1069184738681836217_n.jpg

    Comme beaucoup j'ai vu des photos des enfants faire le grand nettoyage.
    Samedi j'ai croisé des bénévoles.
    Et début de cet aprèm voilà ce que l'on peut hélas déjà voir sur la grand rue.
    C'est honteux.

  • Les constats d'Olivier Baltus à Fonds de Forêt

    baltus ol1.JPGFonds de Forêt, ça se passe près de chez vous

    Conseiller communal indépendant (et de l'opposition), Olivier Baltus, nous fait part de ses constats après avoir visité Fonds de Forêt.

    Il en tire un bilan dirons-nous relativement mitigé et s'adresse sans ménagement aucun au Collège...

    Après avoir vu sur le blog Sudpresse cette vidéo d’un pont sur la Magne complètement délabré, j’ai décidé de parcourir à pied toute cette vallée encaissée afin de me rendre compte par moi-même de la situation générale d’un endroit que je traverse régulièrement en voiture sans pour autant bien le connaître.

    01.JPG

    Le dimanche 14 février, sous un ciel gris, j’ai entamé mon périple au niveau de l’accès à la carrière du Bay Bonnet. Initialement intéressé par la rivière, j’ai vite étendu mon attention… à tout le reste !

    Un premier bâtiment désaffecté et couvert de poussières attire mon attention. Situé au bord de l’ancienne voie ferrée de la défunte Société Anonyme des Charbonnages du Hasard qui reliait autrefois la vallée de la Vesdre au site minier de Micheroux en passant par la carrière exploitée à l’époque par Cockerill, seul son pignon montre encore distinctement les bandeaux contrastés de briques rouges et de pierres calcaires qui se succèdent horizontalement. Deux autres grosses bâtisses bordant la voie plus en aval présentent une architecture du même style, les briques encadrant les fenêtres et dessinant les dessous de toitures et les chaînages ; autrefois occupées par des cadres des charbonnages, elles accueillent aujourd’hui des familles. Sur le versant opposé, dans un écrin de verdure, une magnifique propriété près de laquelle se trouvent les grottes préhistoriques de Fonds de Forêt.

    05%20-%20pneus%20abandonnés%20dans%20un%20sous-bois.jpgUn peu plus bas, la rue Sur les Heids qui s’apparente plutôt à un chemin forestier carrossable. Dans le sous-bois, un dépotoir de pneus. Ouf, nous sommes ici sur Fléron… Un accès (privé et interdit) m’attire dans une clairière qui sert de dépôt : amas de carcasses de voitures à même le sol, vieux conteneurs, déchets de câbles, engins de chantier… Ici par contre, on est bien sur Trooz ! Cet espace devrait prochainement être vendu : il devra aussi être assaini !

    La Magne repasse sous la route nationale pour dessiner un large méandre au pied de la colline donnant accès au plateau de Forêt. Dans un paysage bucolique de fond de vallée, une quinzaine de vieux fruitiers rappellent cette époque où les petites fermes rythmaient l’activité dans nos villages. Entre la Magne et la N673, un vaste terrain accueillait autrefois un bassin de décantation aujourd’hui remblayé et dont il vaut certainement mieux ne pas exhumer les entrailles. A partir de cet endroit, le profil de la rivière a été modifié sur la totalité de son parcours, soit 1,7 km jusqu’à sa confluence avec la Vesdre ! C’est le résultat des anciennes activités industrielles et de l’aménagement de la route et du chemin de fer dans cette étroite vallée. Ah tiens, un quatrième bâtiment plus modeste en briques rouges et en pierres, dont l’avenir est manifestement menacé…

    L’entrée du village de Fonds de Forêt se fait dès le croisement avec la petite rue Magnée. Trois nouveaux ensembles modernes en briques rouges de maisons jointives que ne mentionneront jamais les livres d’architecture sont suivis de part et d’autre de la route d’une enfilade de petites maisons 4 façades d’un étage. Dans le cœur historique du village, quelques plus vieilles maisons en pierres entourent l’ancienne chapelle aujourd’hui en cours de transformation en appartements, dont l’école communale reconvertie en logements sociaux. Mentionnons aussi, avec ses briques rouges et son bardage gris, une construction neuve et en hauteur qui ajoute encore à l’incohérence urbanistique de l’endroit. Juste derrière, la Magne et un magnifique platane qui pleure sa majesté bafouée. Enfin, l’entreprise Maisier et son imposant hall de stockage et de manutention de produits longs en acier et…, de l’autre côté de la rivière, l’ancienne maison qui abritait les bureaux en attente d’un acheteur.

    Et puis il y a… les extras. L’ancien café Crucil abandonné depuis son incendie voici quelques années et l’ancien terrain de basket communal tout aussi abandonné depuis le transfert du club dans les installations de Prayon. Ce que l’on ne voit pas sur les photos, plus parlantes que les mots, ce sont les rats qui vivent dans la masure délabrée dont les propriétaires peinent à s’accorder depuis le sinistre et qui posent aujourd’hui un vrai problème de salubrité pour le voisinage immédiat. Paroles d’habitants ! Pour rappel, la salubrité publique est une compétence exclusive du bourgmestre ; j’ai donc conseillé à mes interlocuteurs de s’adresser directement à lui.

    39 - et un espace public délaissé.JPG

    32 - un chancre au centre du village.JPG

    Combien de temps une ruine aussi repoussante que celle-ci et un espace public aussi négligé que celui-là vont-ils encore ruiner le cadre de vie des villageois et continuer de convaincre des milliers d’automobilistes que Trooz est une commune en déclin ?

    Et enfin cet ancien pont dont les briques tombent les unes après les autres… Rassurez-vous, il est désaffecté. Il n’empêche : quand la voûte s’effondrera dans la Magne, l’habitat immédiat sera vite menacé et une intervention d’urgence s’imposera.

    46 - un pont désaffecté, bientôt dans la Magne.JPG

    Et si on essayait de prévenir la catastrophe en demandant au propriétaire privé d’intervenir dès aujourd’hui ?

    Et la Magne ? Derrière les maisons en amont du hameau, elle s’apparente à un canal bordé d’un haut dépôt de matériau terreux noirâtre, dont je ne connais pas l’origine, et sur lequel saules et bouleaux se sont progressivement réinstallés. Des traces nous informent de la présence du castor dans cet environnement complètement perturbé. En aval du hameau, la situation n’est guère meilleure : rectifiée, emmurée, bafouée, la rivière n’a plus rien de naturel. Quant aux eaux usées, elles y sont évidemment rejetées en attendant les égouts. La rivière souffre de tout ce qu’on lui fait subir : eaux de nettoyage des surfaces de manœuvre de la carrière, eaux usées domestiques, briques et pierres… ; et – comme on va le voir – ce n’est pas fini !

    Les ramifications du village le long des rues et Ruelles de la Pompe, des Sortais, Vieille Voie et sur les Biez accueillent la majorité des habitants de Fonds de Forêt. Signalons aussi une petite colonie… d’hirondelles rustiques, une des dernières de l’entité.

    48.JPGL’ancienne cité ouvrière rue sur les Biez et l’ancien réservoir d’eau du département chimie de l’usine de Prayon aujourd’hui reconverti en étang de pêche sont 2 témoins des activités passées de « la Métallurgie ».

    Continuons notre parcours vers l’aval… avec cette prairie de fond de vallée et les berges de la Magne complètement saccagées par des chevaux, sans parler des jus qui s’écoulent dans la rivière. Des installations bricolées finissent de dénaturer le paysage. Un concentré d’infractions que personne ne veut voir et pourtant bien visibles de la rue Noirivaux.

    54 - la Magne, une rivière malmenée..., des berges bétonnées ou saccagées.JPG

    Une situation catastrophique pour la rivière… et les chevaux. Une seule solution : clôturer le cours d’eau à 2 m de la berge, empêcher l’accès des animaux à la prairie bordant la rivière pendant tout l’hiver, déposer le foin sur le dessus plus sec de la prairie et… réduire la charge de pâturage !

    Avant le pont sur la Magne au niveau du tournant, un accès barré et pourtant souvent enfreint par les adeptes de la moto de cross qui labourent un terrain privé et la réserve naturelle de la Rochette et ses pelouses calaminaires uniques en Wallonie. Et puis… un long mur délimitant une zone industrielle de dépôts et d’entrepôts avant… un autre mur aveugle et enfin les quelques maisons au bas de la rue Noirivaux dont plusieurs façades sont rehaussées par des linteaux en fer ou en belles briques. Et enfin… le célèbre carrefour avec la nationale 61.

    L’entreprise Chêne va reprendre la partie amont de la zone industrielle ; une occasion d’améliorer l’intégration de tout le site dans son environnement, notamment au niveau du mur d’enceinte.

    86 - en cours d'évacuation.JPG

    Le dégagement en cours des ruines du défunt complexe incendié libèrera un espace propice à la reconstruction d’un bâtiment qui devra obligatoirement constituer un geste architectural fort, en un endroit aussi stratégique de la Commune. La Direction des Routes de la Région wallonne, quant à elle, avance ses pions pour un jour créer un rond point à la place des feux… et améliorer la mobilité.

    Et la Magne ? Elle se cache derrière la zone industrielle, au pied de la colline de la Rochette, où son tracé rectiligne est à nouveau très peu propice au développement de la vie sauvage. Elle pénètre ensuite dans le parc industriel où elle vit ses derniers instants de plein air avant son voûtement sur 340 m et sa libération dans la Vesdre ! On la cache cette rivière, comme une pestiférée, on l’emprisonne dans des murs, on l’enfouit dans le sol. On la nie et on la renie. Elle est pourtant source d’une vie qui ne demande qu’un peu d’espace, de lumière… et de considération.

    Et nous les élus…, dans le cas où nous serions tentés par l’euphorie… 

    Cette plongée dans une réalité bien de chez nous doit non seulement nous interpeller, mais aussi nous faire réagir. Les citoyens de Fonds de Forêt eux-mêmes ne devraient-ils pas réagir (mais existe-t-il encore un esprit communautaire dans un village aussi déstructuré et délaissé par les pouvoirs publics) ? Qui peut accepter une situation générale aussi catastrophique ? Le respect de la légalité, l’action, le bon sens et la participation doivent reconquérir ce terrain en friche de tout engagement depuis bien trop longtemps !

    Monsieur Fabien Beltran, vous êtes à la manœuvre en tant que Bourgmestre. On sait les moyens financiers très limités mais encore une fois, tout n’est pas qu’une question d’argent. Un espace public est situé en plein centre de Fonds de Forêt ; son abandon est incompréhensible. Motivez vos échevins pour qu’ils chaussent leurs bottes et descendent sur le terrain, pas seulement lors des noces d’or et des pains saucisse ! Et réglez la question de l’insalubrité du Crucil.

    Monsieur Christophe Marck, des projets urbanistiques se succèdent à Fonds de Forêt : le manque de cohérence et de qualité manifeste de certains d’entre eux sont préjudiciables pour tout le monde. Le seul espace public nous fait honte. Les infractions en tout genre, les incivilités, on va encore les tolérer combien de temps ? Et la CCATM, a-t-elle un avis sur ces questions ?

    Madame Isabelle Juprelle, vous gérez les finances et ne disposez malheureusement pas de beaucoup de latitude vu l’impécuniosité des pouvoirs publics (ça ira peut-être mieux quand les élus au Fédéral et à la Région arrêteront de subventionner les voitures de sociétés, d’enterrer les dossiers de grande fraude financière pour dépassement de délai, de financer de nouveaux tronçons autoroutiers, d’entretenir le dumping fiscal… On pourra en reparler si vous voulez). Merci néanmoins de ne pas oublier Fonds de Forêt, ne fut-ce que pour le devenir du petit espace public qui pourrait être réaménagé à peu de frais, mais des frais quand même.

    Monsieur Etienne Vendy, vous qui aimez la randonnée, délaissez un moment la biographie de Cohn Bendit, chaussez vos grolles, descendez de votre alpage et plongez-vous dans le morne cadre de vie d’un quartier quelque peu oublié de Trooz. Les habitants ont besoin de votre fougue, de votre témérité de novice et de vos initiatives culturelles pour que renaissent une dynamique et des projets à Fonds de Forêt, avec et pour ses habitants. Le panneau « patrimoine » muet depuis son premier jour attend aussi de raconter le riche passé du village, c’est maintenant votre responsabilité…

    Monsieur Enrico Nori, avant de viser plus haut, il vous faut faire vos preuves en matière d’environnement et de travaux. Le terrain est tout trouvé : La Brouck (espaces verts), Nessonvaux (venelles) et Fonds de Forêt (presque tout…). La palissade en béton autour de l’ancien terrain de basket, ce serait bien de la remplacer par une belle haie vive agrémentée de 3 ou 4 beaux arbres indigènes bien localisés (profitez-en pour replanter une haie vive autour du cimetière de Prayon par la même occasion, certains d’entre nous y reposeront peut-être). La moitié de l’espace pour le jeu et la détente, l’autre pour les voitures. Retour sur investissement garanti. Vous manquez d’argent ? Prenez les 50.000 € du très mauvais projet prévu sur le ruisseau de Péry. Et en plus, vous avez la chance de disposer d’un personnel motivé et de qualité ! Et tous ces vieux murs affreux, quel triste témoignage d’un si riche passé industriel !

    Madame Ivana Giovannini, certainement quelques bénéficiaires du Revenus d’Intégration Sociale habitent-ils (le fond de) Fonds de Forêt. Dites-leur que vos collègues vont se bouger pour améliorer leur cadre de vie et celui de leurs voisins. Ne pas avoir de travail est déjà bien difficile, il ne faudrait pas qu’en plus on les prive d’un environnement décent.

    Et vous (et moi) Mesdames et Messieurs les Conseillers

    Et toi la CCATM, sors de ta torpeur et de tes avis formatés, élargis ton champ de réflexion et apporte-nous des idées porteuses d’avenir.

    Le bilan dans un an.

    Olivier Baltus

    Conseiller communal indépendant (opposition)

  • Pas vraiment contents à Fonds de Forêt

    Entre chancre et insécurité...

    Plusieurs personnes ont envoyé des photos en les commentant afin de dénoncer une situation qui semble durer depuis déjà assez longtemps...

    Voici ces photos :

    20160212_142720.jpg

    20160212_142721.jpg

    20160212_142800.jpg

    20160212_142806.jpg

    20160212_142811.jpg

    20160212_142836.jpg

    20160212_142843.jpg

    20160212_142854.jpg

    20160212_142900.jpg

    20160212_142905.jpg

    20160212_142914.jpg

  • N61 Chaudfontaine Travaux 10 février 2016 304ème jour

    2016 01 21 route passe ou pas.JPG

    Un lecteur témoigne...

    Ci-dessous, texto le texte reçu d'un lecteur, apparemment fidèle.

    "Nous sommes le 10 février (2016) et au pied du Rys de Mosbeux, la plaque route barrée à 4 km est toujours là. Je l'ai vue en passant cet après-midi, j ai hésité à aller tout droit puis j'ai pensé que si elle était encore fermée je l'aurais assurément lu sur le blog Sudinfo de Trooz. Ai bien fait... c'est ouvert." 

     No comment !

  • Le bla bla bla

    Louis .jpgCi-dessous, un texte transmis par un fidèle lecteur, Jacky Louis.

    Le bla bla bla

    (Une idée de Jacky Louis, transcrite en «  alexandrins «  par son mon-n-onke, Emile Sullon)

     

    C’est vrai que nous parlons souvent pour ne rien dire

    Ce que nous faisons là, nos ancêtres le firent

    Et ce nous fut transmis par maman et papa

    Que deviendrions-nous, si l’on ne parlait pas !

    Même pour ne rien dire, on livre son message.

    Mais les propos qu’on tient changent selon notre âge.

    Ainsi : le bavardage entre enfants de six ans

    Est futil, puéril, anodin… soi-disant !

    Eh bien non ! Ces bambins échangent des idées.

    Ils ont une opinion pertinente et fondée

    Sur leur propre expérience et peuvent, tour à tour

    Egrener des détails sur les progrès du jour

    Concernant les patins ou bien la trottinette

    Ce que disent les grands leur semble des sornettes !

    Mais il faut aborder, bientôt, d’autres sujets.

    Avec la puberté, ce qui devient l’objet

    De la conversasion, c’est souvent…l’autre sexe.

    A son meilleur copain, on parle sans complexes

    Jusqu’au jour où l’on trouve, enfin, une âme sœur.

    Si deux cœurs peuvent se « renvoyer l’ascenseur »

    Avec les mêmes mots, c’est le bonheur suprême !

    Mais il y a la vie avec tous ses problèmes

    Chez soi, l’argent revient toujours sur le tapis

    Ailleurs, c’est du métier qu’on parle sans répit

    A tous les échelons, on discute, on papote

    Chômeur ou P.D.G. tout le monde radote

    Se borne à s’accrocher aux soucis de son rang

    Car les tracas d’autrui laissent indifférent.

    Quand des gens, par plaisir, évoquent leurs prouesses,

    Soit avec des amants, soit avec des maîtresses,

    Ces déballages-là consistent bien souvent

    A ne parler d’amour que pour faire du vent !

    Mais, comme dit Cléante : à chacun sa jactance.

    Dans notre société on se toise, on se tance

    On fait de beaux discours, quelquefois de bons mots

    Vieillard, on peut garder son âme de marmot

    Mais c'est en observant des gens à la retraite

    Qu’on nuance encore mieux les sujets qui se traitent.

    Un ancien général parle du régiment

    Et dans ce qu’il évoque, en général il ment

    Mais ne le fait pas plus que la plupart des autres.

    Lorsque, du « bon vieux temps », on se fait un apôtre

    On raisonne en berger qui n’a plus de troupeau.

    Et si l’on entre un jour en maison de repos

    Entre voisins de chambre, on se perd en palabres

    Les bavardages sont, bien sûr, des coups de sabre

    Dans l’eau du quotidien…mais qu’importe après tout!

    Parler pour ne rien dire aide à tenir le coup. 

    E.Sullon

    J.Louis

    Juin 2001

  • Un Conseiller communal de Trooz s'exprime sur la mobilité

    Vu l'importante actualité sur la mobilité à Bruxelles et à Liège, Olivier Baltus, Conseiller communal indépendant et d'opposition a écrit un texte sur ce sujet très important également pour notre commune via notamment les soubresauts qui agitent certains politiques quant au projet de réalisation de la liaison tristement célèbre de CHB (Cerexhe-Heuseux - Beaufays) qui est dans les cahiers depuis plus de quarante-cinq ans (!) et qui a déjà coûté un montant que personne à ce jour ne peut déterminer en études de faisabilité et/ou de consultances diverses.

    Ci-dessous, le texte produit par Olivier Baltus, reproduit tel que reçu.

    Lire la suite

  • Nonante ans... Bon anniversaire !

    Berthe.jpgCe 28 janvier, Madame Berthe Warnier, veuve de Marcel LALLEMAND, "li binamé" garde-champêtre en Chef de Trooz, fêtera ses 90 ans . . .

    Tous nos voeux de très heureux anniversaire à elle !

     Bien Affectueusement,

     Denise et André MICHEL

  • Communiqué de Pierre Spiroux (élu MR)

     

    Spiroux_Pierre.jpgCi-dessous, livré texto, le texte reçu de Pierre Spiroux, élu MR.

    Salut Charles,

    J'ai appris hier que tu as édité dans ton blog la liste des conseillers communaux les moins présent aux conseils communaux. Je tenais simplement à t'informer que seul mon état de santé m'empêche d'être présent.

    Et si tu te poses la question de savoir pourquoi je ne démissionne pas, deux des raisons principales sont les suivantes :

    1) J'espère que mon état de santé va s'améliorer d'ici la fin de la législature.

    2) Vu le nombre de conseillers plus que pléthorique que compte la majorité, mon absence ne met en aucun cas en position de faiblesse ladite majorité communale ! Ces propos te sont simplement envoyés à titre informatif , tenant pour ma part à compléter l'information que tu diffuse de manière très complète à l'attention de la population. Amicalement.

    Pierre Spiroux

    Précisions : 

    1 Ce n'est pas mon blog mais celui de Sudinfo dont j'assume les publications et la responsabilité.

    2 Je ne publie pas la liste des conseillers communaux les moins présents aux séances publiques du Conseil communal mais je publie la liste de TOUS LES CONSEILLERS présents ou absents (avec ou sans excuse) aux séances du Conseil communal. 

    La dernière publication à ce sujet est disponible en cliquant ici.

    Charles Clessens

  • Hommage à Olga Lallemand

    Lallemand Olga2.jpgOlga LALLEMAND, une ancienne de Trooz, s'en est allée. . .

    Il y a exactement quatre mois ce 29 décembre 2015 qu'Olga LALLEMAND, veuve d'Ernest MICHEL, s'éteignait à 81 ans pour rejoindre l'homme de sa vie. . .

    Elle fut la dernière concierge de l'Administration communale de Trooz.

    Nous ne nous attendions pas à ce qu'elle soit reconnue concierge honoraire à titre posthume mais de là à imaginer qu'elle soit spoliée de 75,00 € pour "droit d'entrée" de son corbillard sur sa terre natale par les autorités en place. . .

    Et dire qu'elle a servi bon nombre de leurs prédécesseurs successifs, et même deux d'entre eux, avec tant de conscience professionnelle et de dévouement pendant plus de trente ans. . .

    Nous remercions chaleureusement tous ceux qui lui réserveront une pensée bienveillante et respectueuse.

     

    Ses enfants,

    Denise et André MICHEL

  • Isabelle, une lectrice observatrice

    DEUX PIERRES PORTENT LE MEME NUMERO !

    Une fidèle et sans nul doute très observatrice lectrice m'a fait parvenir le texte suivant auquel elle n'a pas manqué d'ajouter une petite connotation humoristique :

    "Je trouve les travaux à la gare très bien. Ils vont assurément encore améliorer ce quartier de la gare de Trooz qui devient vraiment très beau et attirant. Afin que le mur ne risque pas de s'écrouler lorsque la firme remettra les pierres numérotées en place, puis-je faire remarquer qu'il y a deux pierres, il est vrai voisines, qui portent la même numérotation, le 4B. J'espère que le syndrome Arne Quinze ne hante pas le site de Trooz."

    De fait, après vérification sur les images vidéo (voir à 1'), il y a bien deux pierres intitulées 4B.

     

  • Courrier des lecteurs : Déprimante Trooz ?

    courrier des lecteurs.jpgUn lecteur a fait parvenir par mail ce courrier qui est publié ci-dessous tel que reçu.

    Bientôt les fêtes de fin d'année, chaque commune rivalise d'imagination pour nous offrir de magnifiques décorations de Noël. Je ne sais pas pour vous mais moi, lorsque je passe à Embourg, Beaufays ou à Fléron, (quasi chaque jour puisque la vallée est fermée), j'ai envie de m'arrêter et d'y faire mes achats.

    Chaque commune ? Non, Trooz est et reste désespérément, euh, triste, déprimante, morne, excepté chez madame Servais qui nous gratifie d'un joli sapin illuminé, de chez Mike et Chantal Strivay qui ont joliment décorés leur devanture.

    Les habitants pourraient décorer leur façade et la commune a offert un sapin aux commerçants,  me direz-vous, mais l'exemple venant d'en haut, si la commune faisait des efforts, sûrement certains habitants en feraient.

    Mieux vaut rien, qu'une guirlande avec une énorme faute d'orthographe, ça se discute, je le conçois .

    Restrictions budgétaires alors ? Bon ok, mais chaque commune a des soucis financiers et grâce aux airs de fête, les magasins se remplissent, ce qui ne peut être que bénéfique .

    Trooz serait-elle si mal gérée que nous sommes les seuls à ne pas avoir le budget ?

    Serait-ce pour ne pas froisser les personnes qui ne fêtent pas Noël et qui vivent dans notre commune ? Je ne veux pas y croire, mais c'est un pas que beaucoup de Trooziens ont franchi.

    Pour résumer, pourquoi cette année encore n'avons-nous pas une jolie commune illuminée au lieu d'une commune  qui ne donne qu'envie d'aller faire ses courses ailleurs ? Chose que je ferai, désolé pour nos commerces.

    J.C.

  • Courrier des lecteurs...la lettre de Sébastien

    courrier des lecteurs.jpgJe suis un Belge dit "moyen"

    Mes excuses Monsieur le Premier  Ministre.

    Je m'appelle Sébastien, et je suis un Belge dit "moyen", de taille moyenne, au QI dans la moyenne et à la plume incertaine. J'ai la chance (diriez-vous) d'avoir un emploi, moyen lui aussi, tant en terme d'intérêt que de rémunération. Je suis marié et père des 2 superbes enfants (en bonne santé), mon épouse travaille (elle aussi, oui...quelle chance !) un peu plus que la moyenne. Pour résumer, c'est le bonheur !!! Alors, je dois m'excuser, d'être exaspéré, de passer pour un éternel insatisfait, et surtout d'utiliser à votre encontre des noms d'oiseau que la bienséance m'interdit de publier ici... Que diable se passe-t-il ? Pourquoi et comment se fait-il qu'avec une telle situation, un Belge "moyen", souhaite informer le plus grand nombre de son désarroi... Peut-être parce que ce désarroi, cette tristesse, Monsieur le Premier Ministre, est de votre fait... Fatigué d'être la cible de toutes vos réformes fiscales, fatigué d'être la vache à lait qui doit toujours faire plus d'efforts, quand ceux qui vous le demandent n'en font pas, fatigué de voir fondre comme  neige au soleil le fruit de mon travail... En tant que simple salarié, vous devinez bien que mon revenu est bien loin d'égaler 10% du vôtre, celui de mon épouse... non plus ! Nous sommes propriétaires d'un emprunt auprès d'un établissement financier, encore pendant 2 décennies ou presque, ensuite, peut-être serons-nous propriétaire foncier, je dis peut-être car au rythme où vont les choses, je ne vois plus vraiment l'intérêt de garder ce toit qui me coûte en taxes.... nous dirons un mois de salaire, l'emprunt lui, représente environ 7 à 8 mois de salaire, les impôts sur le revenus comptaient environ pour 1 mois et demi de salaire, et, j'y reviendrai ultérieurement, vont me coûter plus de 2 mois dès l'an prochain grâce à vos réformes. Pour aller travailler, car je ne travaille pas chez moi bien entendu, j'ai besoin d'un véhicule, honte à moi, il est diesel (excusez-moi encore...) et plus tout jeune, mais de marque allemande (zut, là aussi je dois m'excuser...), donc consomme assez peu, ceci dit, sur l'année, je consomme près de 2 mois de salaire en carburant... Voilà où passe mon salaire annuel... Aïe, à ce tarif-là, je n'ai toujours pas mangé, je ne suis pas habillé, je ne fais aucuns travaux dans cette maison qui vieillit, je n'ai pas payé mes assurances, mes notes de téléphones,  l'école, la cantine, la garde des enfants, les soins divers, ni tout le reste... Vous comprendrez que je suis encore loin du compte pour avoir l'impression de "vivre"... Vous avez pour mission de gérer un pays Monsieur le Premier Ministre, commencez peut-être par écouter vraiment ceux qui le peuplent, et j'insiste sur "écouter vraiment". Peut-être avez-vous besoin d'un peu d'aide pour "entendre"... Aussi, j'invite tous les Belges "moyens", ceux-là même qui travaillent pour que Vous viviez à Nos crochets, qu'ils soient salariés, artisans, commerçants, chefs d'entreprise, fonctionnaires, blacks, blancs ou beurs, tous ceux qui ont un sens civique, tous ceux qui "gueulent" dans leur coin en souhaitant que "les autres" bougent pour faire avancer les choses, tous ceux qui sont fatigués de voir notre pays aller à  vau-l'eau...   J'invite donc tous les Belges à diffuser ce message, à se faire connaître, à donner leur point de vue, sans haine, sans parti-pris politique.

  • Travaux à Ninane...bus 28 détourné...

    travaux en cours.jpgC'est une fidèle lectrice qui communique une information dont apparemment les pouvoirs publics concernés ne font pas grande publicité :

    "Voici une petite info "sympa" qui montre une fois de plus à quel point le pouvoir communal de Chaudfontaine coordonne admirablement les travaux sur son territoire", explique-t-elle avant de détailler :

    - le Fond des Cris sera fermé à toute circulation à partir du 17 novembre et ce pour un mois (en fonction des conditions climatiques)...

    et d'argumenter le manque d'information au plan plus large.

    "Vous trouverez copie des deux lettres adressées uniquement aux habitants de Ninane sur le site communal (les deux ne sont en ligne que depuis hier en fin d'après-midi...).

    En ce qui concerne les déviations, ils conseillent de passer par Embourg et Chênée. Bonjour le détour quand, comme moi, on doit déposer tous les matins son enfant à l'école à Beaufays..."

    Ci-dessous, la missive adressée en exclusivité aux habitants de Ninane.

    2015 11 12 tvx ninane.jpg

     Commentaire : Il paraît évident que cette information doit sortir de la confidentialité puisque notamment la ligne 28 qui rejoint le Sart Tilman en passant par Fléron sera déviée par Péry. Les passagers susceptibles d'emprunter le 28,   notamment les nombreux étudiants qui rejoignent l'Unif sont évidemment intéressés. Bien évidemment, d'un autre côté on peut comprendre les autorités publiques qui ont la tâche délicate d'annoncer aux habitants du coin qu'un nouveau chantier fera (très) bientôt partie de leur quotidien.