Conférence - Page 5

  • Les phénomènes migratoires

    DSC_0009.JPG

    Une vingtaine de personnes ont assisté à la conférence-débat sur  "Les phénomènes migratoires" ce mercredi dans les locaux de la Maison de la Laïcité. C'est Emmanuel Sindayihebura, directeur du Merisiser, qui a fait le tour de façon générale des complexités de l’exil et la réalité de l’accueil des demandeurs d’asile en Belgique. Il était accompagné par quelques collègues du Centre mais aussi par des personnes concernées au premier degré qui ont témoigné de leur vécu et répondu aux questions de l’assistance dans laquelle on ne relevait aucune présence de jeune.

    Trois élus communaux ont assisté à cette conférence : Joëlle Deglin, Myriam Dumont (CPAS) et André Dombard.

    Si quelques explications globales ont été fournies au sujet des phénomènes migratoires enregistrés non seulement en Belgique mais aussi dans le monde, c’est  bien évidemment sur l‘accueil des Candidats Réfugiés en Belgique que l’accent a été mis.

    Généralités

    En 2014, un rapport détaille que plus de 43 millions de personnes déplacées de force sont recensées dans le monde ainsi que 12 millions d’apatrides.

    Les réfugiés dans le monde sont, pour 50%, issus d’Afghanistan, de Syrie et Irak tandis que les pays accueillant le plus de réfugiés sont le Pakistan, l’Iran et le Liban.

    Du fait des guerres et persécutions, il est constaté que les personnes fuient principalement dans leur propre pays ou dans les pays voisins.

    Paradoxalement, seule une minorité trouve refuge en occident, selon ce rapport du Haut-Commissariat aux Réfugiés.

    Pour ce qui est des pays d’origines des demandeurs d’asile, les principaux « fournisseurs » sont  la Syrie, de l’Afghanistan, de l’Irak, du Kosovo, de la Russie, de la Guinée, de la RD Congo, de l’Albanie, et de l’Ukraine.

    En Belgique, le flux des demandeurs d’asile varie bien évidemment selon les situations internationales.

     

    Les demandes depuis 1994

    graphique demandes asile.JPG

     

    La procédure d’asile en Belgique

     

    procédure asile.JPG

     

    Les demandeurs d’asile sont accueillis, en Belgique, dans deux types de structures : les centres ouverts de type communautaire gérés par Fedasil ou par la Croix-Rouge ou les logements individuels, gérés par les CPAS. Il y a 16.747 places disponibles (chiffres 2015).

     

    L’intervention de la Croix-Rouge

    Depuis  1989, une convention signée avec le Ministère détermine les modalités de l’accueil.

    En 2002, une Agence Fédérale pour l’Accueil a été créée pour al gestion de tout le secteur d’accueil (Fedasil).

    Une loi votée et mise en application en 2007 détermine la réglementation de la procédure d’accueil.

     

    Les centres d’accueil en Belgique

     

    centres d accueil.JPG

     

    La mission de l’accueil

    Chaque centre s’engage à fournir un certain nombre de services.

    Le logement et la nourriture

    Un colis de base pour l’hygiène

    Un accompagnement social pour la procédure d’asile

    La scolarisation obligatoire des mineurs

    Un accompagnement médical

    La Formation « Promotion Sociale »

     

    La vie dans le centre

    En plus de l’accueil, la Croix-Rouge a aussi développé des activités comme les cours de langue, d’informatique, certaines promotions sociales. Des animations culturelles et sportives sont aussi effectuées. Les résidents participent aussi à certaines initiatives de quartier comme, à Trooz, on a déjà pu le constater lors des journées consacrées au nettoyage des berges de la Vesdre.

     

    Les sept principes philosophiques de la Croix-Rouge

    La Croix-Rouge prône le respect de la personne comme acteur de la société en s’appuyant notamment sur l’humanité, l’impartialité, la neutralité, l’indépendance, le volontariat, l’unité et l’universalité.

    DSC_0036.JPG

    DSC_0010.JPGDSC_0027.JPGDSC_0029.JPGDSC_0028.JPGDSC_0032.JPGDSC_0033.JPGDSC_0034.JPGDSC_0035.JPG

     

     

    DSC_0031.JPG

     

  • Les phénomènes migratoires

    Phénomènes migratoires.jpg

     

    La Maison de la Laïcité de Trooz a le plaisir de vous inviter à la conférence-débat "Les phénomènes migratoires" d’Emmanuel Sindayihebura, directeur du Merisiser, le mercredi 11 mars à 20h.

    Le Merisier est un centre d’accueil pour demandeurs d’asile de la Croix Rouge de Fraipont. Lors de cette rencontre, nous aborderons les phénomènes migratoires dans le monde, les complexités de l’exil et la réalité de l’accueil des demandeurs d’asile en Belgique. Cette soirée sera l’occasion de mieux comprendre le phénomène de la migration et surtout d’aller à la rencontre directe des populations ayant vécu cette réalité.

     

  • La Bataille de l'Yser

    Bataille de l'Yser.jpgLa Maison de la Laïcité de Trooz a le plaisir de vous inviter le mardi 3 mars à 20h à la conférence de Thierry Marthus "Octobre 1914 : la bataille de l'Yser".

    "La retraite de l'armée belge après la bataille de Liège ne sera pas une fuite éperdue vers l'Yser comme on le croit trop souvent, mais une opération militaire remarquable, particulièrement bien dirigée par le roi Albert et son état-major. Plusieurs combats mémorables émailleront d'ailleurs le lent recul de nos troupes vers la mer, dans lesquels l'armée et son souverain se couvriront de gloire en freinant l'invasion allemande et en empêchant l'envahisseur d'appliquer à la lettre son plan de destruction des armées françaises et britanniques. Ces pages de patriotisme et d'héroïsme se doivent d'être rappelées en ces moments de commémoration du début de la Grande Guerre, car durant les trois premiers mois de conflit, l'armée belge a fait bien plus que son devoir : elle a ébloui le monde."

  • L’Éthiopie : hautes terres d'Abyssinie

    Découvrir le monde 1er trimestre 2015.jpgLa Maison de la Laïcité de Trooz a le plaisir de vous inviter au reportage de Georges Piaia "L’Éthiopie : hautes terres d'Abyssinie" le mardi 24 février à 20h.

    "L’Éthiopie est un pays doté de multiples facettes alliant l’histoire, la nature et les rencontres avec un peuple attachant. Nous allons visiter sa partie montagneuse, l’ancienne Abyssinie, située au nord de la capitale Addis-Abeba où nous allons errer dans les plus belles montagnes de toute l’Afrique en passant par le lac Tana, les chutes du Nil Bleu, la cité royale de Gondar, les hauts sommets du parc Simien, la cité royale d’Aksoum, la région du Tigré ainsi que la ville sainte de Lalibela comblée de belles églises rupestres. Par ce reportage en terre d’Afrique, nous espérons partager l’émotion ressentie tout au long de ce voyage."

  • Journée internationale des Femmes...Petit déjeuner...Conférence...

    Mères et filles des Lumières.jpg

    A l'occasion de la journée internationale des Femmes, la Maison de la Laïcité de Trooz vous invite le dimanche 8 mars à 9h30 à un petit déjeuner suivi d'une conférence de Myriam Kénens "Mères et filles des Lumières".

    "Non, le masculin ne vaut pas pour les deux genres…

     

    En dépit des déclarations officielles proclamant l’égalité totale des genres, l’Histoire des femmes reste, aujourd’hui encore, souvent absente de notre formation et des modèles qui nous construisent. Et lorsque nous étudions ‘ ceux ‘ qui ont participé à ouvrir la voie de la liberté de pensée et des droits de l’Homme, c’est au seul masculin qu’on nous donne à connaître des témoins et pionniers illustres."

     

    Myriam Kénens, professeur d’Histoire retraitée de l’Enseignement communal liégeois, nous proposera quelques focus sur nombre de celles qui ont œuvré au Progrès d’une Humanité… incluant le deuxième sexe.

     

    Inscription obligatoire au plus tard pour le 2 mars soit par téléphone 0471 59 37 48 soit par courriel ml4870trooz@gmail.com

     

  • Salle La Magne

    La Magne Salle SaDSC_0113.JPGLe 19 fév. 2015 Joël MATTHYS et Nadine JACQUES

      «Pèlerins, de Ferrières en province de Liège à Saint-Jacques de Compostelle»

    Fermer la porte, regarder une dernière fois derrière soi et voir disparaître le toit de la maison…

    Un voyage à pied, long et lointain, sans réservation, sans appui, en marge de notre société de consommation et … sans date de retour. Un choix de partir vers une rencontre au plus profond de nous-mêmes  et de notre couple, mais aussi à la rencontre des hommes, des animaux et des plantes, au travers du grand spectacle de la nature et des paysages. Avec au fil des kilomètres parcourus, ce lent travail du chemin fait de rencontres, d’entraide et de fraternité entre pèlerins, frères et sœurs dans une marche qui éduque, guide les pensées et les gestes, jusqu’au but final. Un voyage avec une certitude, celle de revenir différents des êtres que nous étions au départ…

    Les conférences organisées par PAC Magne en collaboration avec le Service Culturel de la Province de Liège sont présentées le troisième jeudi du mois à 20 heures à la salle « La Magne » Grand’rue, 1A à 4870 Trooz 

    Lemoine Paul DSC_0011.JPGRenseignements : Paul Lemoine

    04 351 71 97 (0495 59 57 48)

    Participation aux frais:

    4 € par séance  -  Abonnement: 25 €

    Membres de l’asbl « La Magne » :

    3 € par séance  -  Abonnement: 20 €

    Gratuit pour les moins de 16 ans

     

  • Julien Lahaut mercredi 11 février à Trooz

    Affiche conférence Lahaut.jpgLa Maison de la Laïcité de Trooz a le plaisir de vous inviter à la conférence-débat "Julien Lahaut vivant" de Jules Pirlot ce mercredi 11 février à 20h.

    Julien Lahaut est surtout connu par son assassinat, après le cri "vive la République" poussé par les parlementaires communistes lors de la prestation de serment du prince Baudouin en 1950. Mais sa vie est peu connue. Et pourtant, c’est un véritable roman d’aventure. Elle commence dans le Seraing de l’époque de Zola, avec les débuts difficiles du syndicalisme et les grandes grèves pour le suffrage universel. Julien Lahaut participe à l’épopée des auto-canon-mitrailleuses belges en Russie à l’époque de la Révolution. Avant de devenir communiste, Julien Lahaut est un syndicaliste de l’aile gauche du Parti Ouvrier belge (socialiste). Porte-parole du prolétariat liégeois à la Chambre depuis 1932, il est aussi le dirigeant de la grève des 100.000 menée en 1941 face aux allemands, aux patrons et aux collaborateurs. Prisonnier politique, il survit au régime des camps nazis et préside la PCB jusqu’à ce que les balles des assassins mettent fin à sa vie.

    Pour votre information, la Première RTBF recevra le mercredi 11 février à 13h30 lors de son émission "Un Jour dans l'Histoire" animée par Laurent Dehossay, Jules Pirlot qui évoquera la vie de Julien Lahaut et vous donnera un avant-goût très prometteur de cette conférence.

     

  • La bataille de Namur et d'Anvers

    Conférence Bataille de Namur et d'Anvers 03.02.2015.jpg

     

    La Maison de la Laïcité de Trooz a le plaisir de vous inviter le mardi 3 février à 20h à la conférence-débat de Thierry Marthus "Août et septembre 1914 : la bataille de Namur et d'Anvers".

    La retraite de l’armée belge après la bataille de Liège ne sera pas une fuite éperdue vers l’Yser comme on le croit trop souvent, mais une opération militaire remarquable, particulièrement bien dirigée par le roi Albert et son état-major. Plusieurs combats mémorables émailleront d’ailleurs le lent recul de nos troupes vers la mer, dans lesquels l’armée et son souverain se couvriront de gloire en freinant l’invasion allemande et en empêchant l’envahisseur d’appliquer à la lettre son plan de destruction des armées françaises et britanniques. Ces pages de patriotisme et d’héroïsme se doivent d’être rappelées en ces moments de commémoration du début de la Grande Guerre, car durant les trois premiers mois de conflit, l’armée belge a fait bien plus que son devoir : elle a ébloui le monde.

     

  • Conférence sur l'opium...du peuple

    Le Cri de la Chouette

    Conférence : « Football, passion sportive ou opium du peuple »

    On dit souvent de la religion qu’elle est l’opium des peuples. Et si le football, idolâtrant un nouveau veau d’or en la personne des stars, lui avait volé la vedette ? A l’endormissement de la conscience personnelle par des croyances, le ballon rond substituerait-il la somnolence citoyenne à la conscience sociale par l’exacerbation des passions ? Assistons-nous à de nouveaux jeux du cirque qui trouvèrent leur apogée lors du déclin de l’Empire Romain ?

    Mais la religion n’est pas la seule à être interpellée. On sait que de nombreux pays masquent leurs  difficultés économiques par de méga installations sportives, des équipes de top niveau et des stars aux salaires indécents.  Aux côtés des loges et des VIP, dans les tribunes les « socios » qui oublient leurs condition de vie le temps d’un match.  

    Nationalisme, violence, argent… Quelles autres valeurs dans le sport en général et dans le foot en particulier ? Faut-il encore croire à ses vertus de vecteur d’ouverture sur les autres, de développement personnel et de lien social ?

    Le gazon des stades n’est pas que magique, il est souvent le lieu du déchainement du chauvinisme voir des nationalismes, parfois du racisme et de la xénophobie. 

    Alors, faut-il jeter le sport à la poubelle de la bêtise humaine ou l’encadrer pour qu’il reste cet extraordinaire point de rencontre et de fraternité ? S’agit-il de rendre conscient, chacun, des mécanismes et des enjeux parfois pervers pour ne pas les subir mais en rester maître. 

    Deux conférenciers experts en la matière nous invitent à y réfléchir avec eux. 

    Monsieur Manuel COMERON est Administrateur de l'ASBL "Fan coaching" qui lutte contre la violence dans le sport. 

    Monsieur Daniel RENARD est Manager Général du RFC Tilleur et Président de son école des Jeunes " L'Académie des Métallos". Ancien Journaliste Sportif à La Wallonie et La Meuse notamment. Après un séjour au Brésil il écrit un livre « Nelson l'esclave aux pieds d'or » qui évoque la traite des jeunes footballeurs Brésiliens. Il dirige actuellement l’asbl PunchConsult. 

    La Maison de la Laïcité de Visé et Culture et Action Laïque de la Basse-Meuse sont heureux de vous inviter à cette conférence et au débat qui suivra. Rendez-vous au centre Culturel de Visé (Salle des Echecs) le mercredi 28 janvier à 20 heures.  

    Renseignements : Maison de la Laïcité, Madame Rachel Etienne coordinatrice au 04/265 96 48, ou au 0477/78 34 79 et laicite.vise@gmail.com 

    Jean-Marie KREUSCH 

    Président de la Maison de la Laïcité. 

    kreutsch.jpg

     

  • Conférence-débat ce mercredi

     

    rebetiko bis.jpg

    La Maison de la Laïcité de Trooz a le plaisir de vous inviter à la conférence-débat de René Matagne "Musique Rébètiko, le blues grec et l'histoire contemporaine de la Grèce" le mercredi 14 janvier à 20h.

    Comprendre l’autre et s’ouvrir à lui, c’est apprendre à le connaître….

    L’exposé vise à faire découvrir certains aspects peu connus du peuple grec et les difficultés qu’il a rencontrées au cours du 20e siècle. Il évoque l’histoire contemporaine de la Grèce au travers de la naissance et de l’évolution d’un genre musical particulier, le rébètiko. Musique populaire urbaine, le rébètiko est né dans les quartiers pauvres des grandes villes vers la fin du 19e siècle. Comme le blues ou le fado, c’est un chant de déracinés. Avec ses codes et son propre langage, il raconte  les difficultés de la vie, les amours déçues, l’amitié au sein du groupe. Il exprime aussi le rejet de toute entrave à la liberté. Totalement marginal à ses débuts, le rébètiko sortira de l’ombre pour accompagner les moments forts de l’histoire  de la Grèce et deviendra progressivement un de modes d’expression majeurs du peuple grec.

    Plusieurs extraits musicaux seront présentés au cours de l’exposé.

  • Soutien à la parentalité

    Flyer 14-01-2015.jpg

  • Vous avez dit "Rébètiko" ?

     

    rebetiko.jpgLa Maison de la Laïcité de Trooz a le plaisir de vous inviter à la conférence-débat de René Matagne "Musique Rébètiko, le blues grec et l'histoire contemporaine de la Grèce" le mercredi 14 janvier à 20h.

     

    Comprendre l’autre et s’ouvrir à lui, c’est apprendre à le connaître….

     

    L’exposé vise à faire découvrir certains aspects peu connus du peuple grec et les difficultés qu’il a rencontrées au cours du 20e siècle. Il évoque l’histoire contemporaine de la Grèce au travers de la naissance et de l’évolution d’un genre musical particulier, le rébètiko. Musique populaire urbaine, le rébètiko est né dans les quartiers pauvres des grandes villes vers la fin du 19e siècle. Comme le blues ou le fado, c’est un chant de déracinés. Avec ses codes et son propre langage, il raconte  les difficultés de la vie, les amours déçues, l’amitié au sein du groupe. Il exprime aussi le rejet de toute entrave à la liberté. Totalement marginal à ses débuts, le rébètiko sortira de l’ombre pour accompagner les moments forts de l’histoire  de la Grèce et deviendra progressivement un de modes d’expression majeurs du peuple grec.

     

    Plusieurs extraits musicaux seront présentés au cours de l’exposé.

     

  • Soutien à la parentalité

    Flyer 14-01-2015.jpg

  • Les jeudis d'évasion

    La Magne.JPGJEUDI 15 JANVIER

    "Le Sud-est de l’Angleterre" - Jean-Claude LAVIGNE
    Film vidéo haute définition présenté sur grand écran

    Cette fois, nous démarrons notre périple au nord du Kent et nous visiterons toute la région à l’est et au nord de Londres en poussant jusqu’au Norfolk. Les visites feront la part belle aux châteaux et aux manoirs que leur anciens propriétaires ont rendus célèbres. Nous n’oublierons évidemment pas les fantastiques jardins qui attirent de plus en plus de visiteurs étrangers

    Les conférences organisées par PAC Magne en collaboration avec le Service Culturel de la Province de Liège sont présentées le troisième jeudi du mois à 20 heures à la salle « La Magne » Grand’rue, 1A à 4870 Trooz

    Renseignements : Paul Lemoine, 04 351 71 97 (0495 59 57 48)

    Participation aux frais:
    4 € par séance - Abonnement: 25 €
    Membres de l’asbl « La Magne » :
    3 € par séance - Abonnement: 20 €
    Gratuit pour les moins de 16 ans

     
  • Ce jeudi à La Magne

    verdun 1916 th.jpgLe 18 déc. 2014  Georges PIAIA et Nany MAILLEUX

     « Verdun 1916 : la grande bataille »

    Film vidéo qualité numérique Blu-ray présenté sur grand écran

     

    Verdun 1916 : alors que la Première Guerre Mondiale fait rage depuis deux ans déjà, l’infanterie allemande monte à l’assaut de la ville de Verdun placée sur la ligne de front.

    Le 21 février à 7 h 15 du matin débute une bataille d’une intensité é indescriptible. Un déluge de feu et d’acier, d’une puissance inouïe, plonge la région entière dans un véritable enfer.

    Les forts de Verdun, le champ de bataille, les villages détruits, la voie sacrée, la ligne de chemin de fer du Meusien, monuments commémoratifs et cimetières vont nous narrer cette tragique page de l’histoire. Ce reportage est enrichi de photos et d’extraits de films d’époque.