Avec Nainggolan, la Belgique aurait-elle gagné la Coupe du Monde ?

nainggolan.jpgRetour sur la CAMPAGNE DE RUSSIE…

L'échec Nainggolan…

Votre album-souvenir à conserver de cette Coupe du Monde 2018.

Tous les résultats, classements, buteurs et compositions d'équipes lors de la phase de groupes ainsi que quelques lignes sur de nombreux matches.

Les 1/8e, les 1/4, les 1/2, les finales avec un peu plus de détails.

Et bien d'autres choses aussi...

En dernier lieu, bravo à la Russie pour cette organisation.

Mais avant tout, un petit coup d'œil sur notre pays

La troisième place... Le service minimum pour la Belgique

Bien sûr, c'est une performance réjouissante qu'a accomplie la sélection belge mais, avec le noyau dont elle disposait, cette troisième place ne fait-elle pas office de service minimum ? La Coupe du Monde avait bien évidemment commencé avant ces mois de juin et juillet 2018 puisqu'après la phase qualificative qui a permis à la Belgique d'émerger facilement, il y a eu la sélection définitive des 23 pour ce Mondial. Celle-ci, elle-même précédée d'une liste de 28 joueurs.

C'est le 21 mai 2018 que Roberto Martinez a dévoilé une liste de 28 joueurs dans laquelle Radja Nainggolan et Divock Origi ne figuraient pas, au contraire de Adjan Januzaj, Christian Benteke et Jordan Lukaku. Cette liste allait être ramenée à 23 après le match amical contre le Portugal.

La liste des 28

Qualitativement parlant, il semblait évident pour beaucoup que Nainggolan devait en être. Le sélectionneur en a décidé autrement, ce qui est son droit, mais sans jamais expliquer clairement pourquoi il se privait d'un tel guerrier. "C'est une raison tactique", commentait Martinez.

Gardiens: Koen Casteels (Wolfsburg/All), Thibaut Courtois (Chelsea/Ang), Simon Mignolet (Liverpool/Ang), Matz Sels (Newcastle United/Ang, prêté au RSC Anderlecht)

Défenseurs: Toby Alderweireld (Tottenham Hotspur/Ang), Dedryck Boyata (Celtic/Eco), Laurent Ciman (Los Angeles FC/USA), Leander Dendoncker (RSC Anderlecht), Christian Kabasele (Watford/Ang), Vincent Kompany (Manchester City/Ang), Jordan Lukaku (Lazio Rome/Ita), Thomas Vermaelen (FC Barcelone/Esp), Jan Vertonghen (Tottenham Hotspur/Ang)

Milieux de terrain: Yannick Carrasco (Dalian Yinfang/Chn), Nacer Chadli (West Bromwich Albion/Ang), Kevin De Bruyne (Manchester City/Ang), Mousa Dembélé (Tottenham Hotspur/Ang), Marouane Fellaini (Manchester United/Ang), Adnan Januzaj (Real Sociedad/Esp), Thomas Meunier (Paris Saint-Germain/Fra), Youri Tielemans (AS Monaco/Fra), Axel Witsel (Tianjin Quanjian/Chn)

Attaquants: Michy Batshuayi (Chelsea/Ang, prêté au Borussia Dortmund/All), Christian Benteke (Crystal Palace/Ang), Eden Hazard (Chelsea/Ang), Thorgan Hazard (Borussia Mönchengladbach/All), Romelu Lukaku (Manchester United/Ang), Dries Mertens (Napoli/Ita)  

Polémique

Et la polémique d'enfler sur les réseaux sociaux, surtout en rapport avec l'éviction de Nainggolan.

A un tel niveau qualitatif, le rôle du sélectionneur n'est pas d'apprendre aux joueurs à jouer football mais il doit s'évertuer à constituer un groupe qui sera solidaire. Il devra en tirer le meilleur en composant avec les qualités et les défauts de chacun. En se privant de Nainggolan, Martinez a quelque part déclaré qu'il ne s'avouait pas capable de composer le groupe avec ce joueur qui, ce n'est pas un secret, s'avère difficile à gérer. Et pourtant, Nainggolan est le type de joueur qui peut être nécessaire quand il faut secouer l'équipe.

Peu avant le premier match, le sélectionneur a laissé Laurent Ciman s'en aller, jugeant que les deux blessés qu'il avait sélectionnés (Vermaelen - Kompany) seraient opérationnels au moment voulu, c'est-à-dire après la phase de groupes. Sur ce point-là, il a bien vu puisque les deux blessés ont pu être alignés. 

Le tour de chauffe

La Belgique a alors franchi la phase de qualification sans problème si ce n'est celui de devoir jouer pour la gagne ou pas contre l'Angleterre le dernier match. S'il a constitué une équipe B, il les a laissés jouer et les B ont battu l'Angleterre, quitte à devoir affronter des cadors plus loin dans la compétition. C'est aussi une bonne décision et puis, rien ne dit que dans l'autre groupe, la Belgique aurait éliminé la Colombie...

Le Japon

Fort de ses certitudes de la phase de groupes, le sélectionneur n'apporte guère de changements dans son team de base si ce n'est la titularisation de Kompany à la place de Boyata, pourtant excellent. Ce match face au Japon sera quelque part le coup de chance pour Martinez. En effet, après une première mi-temps très terne, les Belges se sont retrouvés menés 0-2, 7 minutes après la pause, ce fut bien là le coup de chance de Martinez. Au pied du mur, le coach a pris le temps de la réflexion et a fait entrer deux morts-de-faim, comme aurait pu l'être Radja Nainggolan, à savoir Fellaini et Chadli. Ceux-ci allaient s'avérer déterminants par la suite, surtout contre le Brésil. Si, au lieu d'être en chasse après le score, les Belges avaient mené tranquillement à la marque, il est fort douteux que Roberto Martinez ait fait ces changements. Il n'aurait probablement pas changé grand-chose et se serait fait bouffer par le Brésil. C'est aussi grâce à un but tombé de nulle part et conclu par Vertonghen que la mécanique a été relancée avant que Fellaini ne place sa tête sur un ballon aérien pour égaliser et Chadli pour gagner le match dans les derniers instants.

Il a donc fallu que l'équipe soit au bord du gouffre pour que le coach se rende compte qu'il se passait de deux titulaires. C'est dans un match de ce type que Nainggolan aurait lui aussi pu s'avérer utile. Quand il faut secouer un groupe en perdition.

Bref, si le Japon n'avait pas mené 2-0, jamais le coach nationale n'aurait fait de changement. Il aurait peut-être gagné le match mais n'aurait guère modifié son équipe. Et cette équipe du premier tour se serait fait bouffer par le Brésil.

Contre le Brésil, ils ont été exceptionnels...

Echec face à la France

Après avoir tellement donné contre le Brésil, certains ont semblé à bout de souffle et la France a joué plus intelligemment que la Belgique. Elle a abandonné l'aire de jeu, se contentant de défendre dans ses trente mètres et les Diables n'ont pas trouvé la solution. Il n'y avait pas un joueur du type Nainggolan capable d'aller bousculer l'entrejeu français.

Le coach Martinez n'a pas non plus trouvé la solution pour remplacer Meunier qui, sur ce tournoi s'est montré incontournable mais était suspendu face aux Français.

Et que dire de l'entrée au jeu de Batshuayi à la 90+3 alors que l'équipe est menée au score. Monsieur Martinez aurait encore pu un peu attendre.

Pour moi, monsieur Martinez, oui, la troisième place avec ce noyau, c'était le service minimum…

A ce niveau, un coach ne doit pas apprendre à ces joueurs de jouer, il doit les fondre dans un moule, dans un groupe et là, force est de constater que le coach a échoué.

La question mérite d'être posée mais restera sans réponse : avec Nainggolan, la Belgique aurait-elle gagné la Coupe du Monde ? Je le pense mais vous avez bien évidemment le droit de ne pas être d'accord... 

 

Phase de groupes

Groupe A :     Russie     Arabie saoudite     Egypte     Uruguay 

14 06 2018     Russie - Arabie saoudite 5-0

Buts: 12e Gazinsky, 43e Cheryshev, 71e Dzyuba, 90e+1 Cherysev, 90e+4 Golovin.

Russie: I. Akinfeev, Fernandes, Kupetov, Ignachevich, Zhirkov, Gazinsky, Zobnin, Dzagoev (24e Cheryshev), Golovin, Samedov (64e Kuzyayev), Smolov (70e Dzyuba).

Arabie saoudite: Al-Muaiouf, Hawsawi, Hawsawi, Al-Burayk, Al-Shahrani, Al-Faraj, Al-Shehri (72e Bahbir), Otayf (64e Al Muwallad), Al-Jassam, Al-Dawsari, M. Al-Sahlawi (84e Asiri).

Cartes jaunes: Golovin, Al Jassim.

Arbitre: Nestor Pitana (Arg).

Assistance: 78.011. 

Cinq buts pour lancer cette Coupe du Monde à Moscou dans un stade plein à craquer (80.000) et en présence bien entendu de Vladimir Poutine. Sur papier ce n'était pas forcément une belle affiche mais les Russes ont non seulement gagné mais fait aussi parler le marquoir… C'est bien parti.

15 06 2018     Egypte – Uruguay 0-1  

Le but: 89e Gimenez.

Égypte: El-Shenawy, Gedo, Gabr, Hegazy, Abdel-Shafy, Warda (82e Sobhi), Hamed (50e Morsy), Said, Elneny, Hassan, Mohsen (63e Kahraba).

Uruguay: Muslera, Varela, Gimenez, Godin, Caceres, Nández (58e Sánchez), Vecino (87e Torreira), De Arrascaeta (59e Cristian Rodriguez), Bentancur, Cavani, Suárez.

Cartes jaunes: Morsy, Hegazy.

Arbitre: B. Kuipers (P-B).

Assistance: 27.015. 

Finalement privée de Salah, insuffisamment remis de sa blessure à l’épaule, l’Egypte a dû baisser pavillon dans les tout derniers instants et ce, malgré un tout grand match de son gardien.     

19 06 2018     Russie – Egypte 3-1

Les buts: 47e Fathi csc (1-0), 59e Cheryshev (2-0), 62e Dzyuba (3-0), 73e Salah sur pen. (3-1).

Russie: Akinfeev, Mario Fernandes, Kutepov, Ignashevich, Zhirkov (86e Koudriachov), Samedov, Gazinskiy, Golovin, Zobnin, Cheryshev (74e Kuzyaev), Dzyuba (79e Smolov).

Égypte: Al-Shenawi, Fathi, Gabr, Hegazy, Abdel-Shafy, Salah, Elneny (64e Warda), Said, Hamed, Hassan(68e Sobhi), Mohsen (82e Kahraba).

Cartes jaunes: Hassan, Smolov.

Arbitre: E. Caceres (PAR).

Assistance: 64.468 

Un grand pas pour la Russie vers les 8es de finale de son Mondial. Malgré la présence dans le camp égyptien de  Mohamed Salah qui n’avait plus joué depuis sa blessure du 26 mai, l'Egypte n'a rien récolté face à une Russie qui vient de découvrir un nouveau buteur en la personne de Denis Cheryshev, auteur de son 3e but en 2 matches. Après le score blanc à la pause, c'est pourtant grâce à un but contre son camp de Fathi que les Russes ont été mis sur les bons rails.

20 06 2018     Uruguay – Arabie saoudite 1-0

Le but: 23e L.Suarez (1-0).

Uruguay: Muslera, Varela, Gimenez, Godin, Caceres, Sanchez (82e Nandez), Vecino (59e Torreira), Betancur, Rodriguez (59e Laxalt), L. Suarez, Cavani.

Arabie saoudite: Al Owais, Al Burayk, O. Hawsawi, Al Shahrani, Otayf, Babhir (76e Kanoo), Al-Faraj, Al-Jassim (44e Al Moghawi), Al-Dawsari, Al-Muwallad (79e Al-Sahlawi).

Arbitre: C.Turpin (Fra.).

Assistance: 42.678. 

Un but de Luis Suarez a suffi pour qualifier l'Uruguay. L’attaquant du Barça a profité d’un corner et d’une sortie calamiteuse d’Al Owais pour inscrire l’unique but du match. Pour son centième match avec la Celeste, «Luisi
to» a inscrit son 52e but en sélection, devenant le premier Uruguayen à marquer dans trois Coupes du monde (2010, 2014 et 2018). Grâce à la victoire des Sud-Américains, la Russie a également validé son billet pour les huitièmes. L’Arabie saoudite et l’Égypte sont éliminés.

25 06 2018     Uruguay – Russie 3-0

Les buts: 10e L. Suarez, 23e Cheryshev csc, 90e Cavani.

Uruguay: Muslera, Caceres, Coates, Godin, Laxalt, Nandez (73e C. Rodriguez), Torreira, Vecino, Betancur (63e De Arrascaeta), L. Suarez, Cavani (90e Gomez).

Russie: Akinfeev, Smolnikov, Kutepov, Ignashevich, Kudryashov, Gazinski, Zobnin, Samedov, Miranchuk (60e Smolov), Cheryshev (38e Fernandes), Dzyuba.

Cartes jaunes: Gazinski, Betancur.

Carte rouge: 36e Smolnikov (2e jaune).

Arbitre: M. Diedhiou (Sén.).  

Sans produire un jeu de qualité exceptionnelle, l'Uruguay semble assez solide.

25 06 2018     Arabie saoudite – Egypte 2-1 

Les buts: 22e Salah (0-1), 45e+4 Al-Faraj (1-1), 90e Al-Dawsari (2-1).

Arabie saoudite: Al Mosailem, Al Buryak, O. Hawsawi, M. Hawsawi, Al Shahrani, Babhir (65e Asiri), Al Moghawi, Otayf, AlFaraj, Al-Dawsawi, Al-Muwallad (79e AlShehri).

Egypte: El Hadary, Fathi, Gabr, Hegazy, Abdel-Shafy, Elneny, Hamed, Salah, El Said (45e Warda), Hassan (81e Kahraba), Mohsen (64e Sobhi).

Cartes jaunes: Gabr, Fathi.

Arbitre: W. Roldan (Col.) 

Uruguay

3

3

0

0

5

0

9

Russie

3

2

1

0

8

4

6

Arabie saoudite

3

1

2

0

2

7

3

Egypte

3

0

3

0

2

6

0

Groupe B     Portugal     Espagne     Maroc     Iran 

15 06 2018     Maroc – Iran 0-1

Le but: 90e+5 Bouhaddouz csc.

Maroc: Mohard, N. Amrabat (76e S. Amrabat), Benatia, Saïss, Hakimi, El Ahmadi, Boussoufa, Ziyech, Belhanda, Harit (82e Da Costa), El Kaabi (77e Bouhaddouz).

Iran: Beiranvand, Rezaian, Cheshmi, Pouraliganji, Hajsafi, Shojaei (68e Taremi), Ebrahimi (79e Hosseini), Jahanbakhsh (85e Ghoddos), Amiri, Ansarifard, Azmoun.

Cartes jaunes: Shojaei, El Ahmadi, Jahanbakhsh, Ansarifard.

Arbitre: C. Cakir (Tur.).

Assistance: 62.548.

Ce ne fut pas un match très académique et c'est le Maroc qui s’est créé les principales occasions avant la pause mais sans réussir à débloquer son compteur. Alors que le point semblait promis aux deux formations, une faute inutile provoquée par S. Amrabat dans les arrêts de jeu offrait à l’Iran un coup franc qui paraissait anodin. Hélas, jouant de malchance, Bouhaddouz déviait le ballon dans son but.

15 06 2018     Portugal – Espagne 3-3

Les buts: 4e C.Ronaldo sur pen. (1-0), 25e Costa (1-1), 44e C.Ronaldo (2-1), 55e Costa (2-2), 58e Nacho (2-3), 88e C.Ronaldo (3-3).

Portugal: Rui Patricio, Cédric Soares, Pepe, José Fonte, Guerreiro, Fernandes (68e Joao Mario), B. Silva (69e Quaresma), Moutinho, Carvalho, Guedes (80e André Silva), Cristiano Ronaldo.

Espagne: De Gea, Nacho Fernández, Piqué, Ramos, Alba, Koke, D. Silva (86e Lucas Vázquez), Busquets, Iniesta (70e Thiago Alcantara), Costa (77e Aspas), Isco.

Cartes jaunes: Fernandes, Busquets.

Arbitre:G. Rocchi (Ita.).

Assistance: 43.866. 

Ce choc entre voisins du sud a tenu toutes ses promesses et s'est achevé sur un score de parité entre les deux favoris du groupe. Ronaldo, auteur d’un triplé, s'est rappelé au bon souvenir de ceux qui l'avaient oublié. Ah il n'y en n'a pas. Alors OK. En face, Diego Costa a inscrit deux buts et Nacho un... bijou de concrétisation.

20 06 2018     Portugal – Maroc 1-0

Le but: 4e Ronaldo (1-0).

Portugal: Rui Patricio, Soares, Pepe, José Fonte, Guerreiro, B. Silva (59e Martins), Carvalho, Moutinho (89e Ad. Silva, J. Mario (70e B. Fernandes), Guedes, Ronaldo.

Maroc: El Kajoui, Dirar, Benatia, Da Costa, Hakimi, Amrabat, El Ahmadi (86eFajr), Belhanda (75eCarcela), Boussoufa, Ziyech, Boutaib (69e El Kaabi).

Cartes jaunes: Benatia, Ad. Silva.

Arbitre: Mark Geiger (USA)

Assistance:78.011. 

En inscrivant ce but, Cristiano Ronaldo, aujourd'hui âgé de 33 ans, est devenu, au passage, le meilleur buteur européen en sélection nationale (85 contre 84 pour le Hongrois Ferenc Puskas). Paradoxalement, le Portugal est qualifié mais c'est le Maroc qui a joué tandis que le Portugal s'est défendu...

20 06 2018     Iran – Espagne 0-1

Le but: 54e D. Costa (0-1).

Iran: Beiranvand, Rezaian, Hosseini, Pouraliganji, Hajsafi (69e Mohammadi), Ebrahimi, Ezzatollahi, Ansarifard (75e Jahanbakhsh), Taremi, Amiri (86e Ghoddos), Azmoun.

Espagne: De Gea, Carvajal, Piqué, Ramos, Alba, Busquets, Iniesta (71e Koke), D. Silva, Isco, Vazquez (79e Asensio), D. Costa (88e Rodrigo).

Cartes jaunes: Amiri, Ebrahimi.

Arbitre: A. Cunha (Uru.)

Assistance: 42.718.

Alors que l'on pourrait résumer le match à un attaque-défense, l'Espagne affichant à la pause une possession de balle de 82% (!), l’Iran est passé tout près d’un énorme hold-up en début de deuxième acte, mais Hajsafi n’a pas trouvé le cadre sur une magnifique frappe. Sur l’action suivante, l’Ostendais Rezaian voyait son dégagement rebondir sur Diego Costa qui marquait de la sorte son troisième but du tournoi. L’Iran croyait ensuite à l'égalisation mais le VAR annulait le but.

25 06 2018     Espagne – Maroc 2-2

Les buts: 14e Boutaïb (0-1), 19e Isco (1-1), 81e En-Nesyri (1-2), 90e+1 Aspas (2-2).

Espagne: De Gea, Carvajal, Piqué, S. Ramos, Alba, Thiago (74e Asensio), Busquets, Iniesta, D. Silva (84e Rodrigo), Costa (74e Aspas), Isco.

Maroc: Mohand, Dirar, Saiss, Da Costa, Hakimi, N. Amrabat, El-Ahmadi, Belhanda (63e Fajr), Boussoufa, Ziyech (85e Bouhaddouz), Boutaïb (72e En-Nesyri).

Cartons jaunes: El Ahmadi, N. Amrabat, Da Costa, Boussoufa, Mohand, Hakimi.

Arbitre: M. Irmatov (Ouz).

25 06 2018     Iran – Portugal 1-1 

Les buts : 45e Quaresma (0-1), 90e+3 Fard (1-1).

Iran: Beiranvand, Rezaian, Majid Hosseini, Pouraliganji, Haji Safi (56e Mohammadi), Jahanbakhsh (70e Ghoddos), Ebrahimi, Ezatolahi (76e Ansari Fard), Amiri, Taremi, Azmoun.

Portugal: Rui Patricio, Cédric Soares, Pepe, José Fonte, Guerreiro, Quaresma (70e B. Silva), Adrien Silva, Carvalho, Joao Mario (84e Moutinho), André Silva (90e+6 Guedes), Cristiano Ronaldo.

Cartes jaunes : Guerreiro, Haji Safi, Azmoun, Quaresma, Cristiano Ronaldo.

Arbitre : M. Caceres (Par.). 

Espagne

3

1

0

2

6

5

5

Portugal

3

1

0

2

5

4

5

Iran

3

1

1

1

2

2

4

Maroc

3

0

2

1

2

4

1

Groupe C     France     Danemark     Pérou     Australie 

16 06 2018     France – Australie 2-1

Les buts: 56e Griezmann s/p (1-0), 61e Jedinak s/p (1-1), 81e Pogba (2-1).

France: Lloris, Pavard, Varane, Umtiti, Hernandez, Kanté, Tolisso (78e Matuidi), Pogba, Dembélé (70e Fekir), Griezmann (70e Giroud), Mbappé.

Australie: Ryan, Risdon, Sainsbury, Milligan, Behich, Mooy, Jedinak, Rogic (72e Irvine), Leckie, Kruse (84e Arzani), Nabbout (64e Nabbout).

Cartes jaunes:Leckie, Risdon, Tolisso, Behich.

Arbitre: A. Cunha.

La France a souffert d'entrée contre l’Australie qui leur a longtemps tenu tête. Les Socceroos (il paraît que ce sont les Australiens) ont même cru au partage, mais la vidéo et Pogba ont précipité la victoire pour les Bleus.  Antoine Griezmann avait d’abord débloqué le match sur penalty (58e). Un but historique parce que c'est la première fois que l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) était utilisée en Coupe du monde. Lancé par Paul Pogba, Griezmann était accroché par Josh Risdon  mais ce n'est que quatre minutes plus tard que l’arbitre uruguayen Andres Cunha accordait le penalty après avoir visionné l’action sur le bord du terrain. Dans la foulée, une faute de main de Samuel Umtiti offrait un penalty aux Australiens que le capitaine Mile Jedinak transformait à la 61e. Ponctuant une action anodine et chanceuse, Pogba offrait les trois points aux hommes de Didier Deschamps à dix minutes de la fin grâce à une pichenette prolongée dans sa cage par Aziz Behich (81e). Le ballon frappait la barre mais atterrissait derrière la ligne. La France était rassurée car le but était confirmé par la technologie sur la ligne de but (GLT). 

16 06 2018     Pérou – Danemark 0-1

Le but: 60e Poulsen (0-1).

Pérou: Gallese, Advincula, Rodriguez, Ramos, Trauco, Tapia (87e Aquino), Yotun, Carillo, Cueva, Flores (62e Guerrero), Farfan (85e Ruidiaz).

Danemark: Schmeichel, Dalsgaard, Kjaer, Christensen (81e Zanka), Larsen, Kvist (36e Schöne), Delaney, Eriksen, Sisto (67e Braithwaite), Poulsen, Jörgensen. Cartes jaunes: Tapia, Delaney, Poulsen.

Arbitre: B. Gassama.

Le Pérou s’est créé les occasions les plus franches occasions de la partie mais le réalisme danois a parlé après que le Pérou ait loupé un penalty. 

21 06 2018     Danemark – Australie 1-1

Les buts: 7e Eriksen (1-0), 39e Jedinak sur pen. (1-1).

Danemark: Schmeichel, Dalsgaard, Kjaer, Christensen, Larsen, Schöne, Eriksen, Delaney, Poulsen (59e Braithwaite), Jorgensen (68e Cornelius), Sisto.

Australie: Ryan, Risdon, Sainsbury, Milligan, Behich, Jedinak, Mooy, Leckie, Rogic (82eIrvine), Kruse (68eArzani), Nabbout (75e Juric).

Cartes jaunes: Poulsen, Sisto.

Arbitre: A. M.Lahoz (Esp.)

Assistance: 40.727.

21 06 2018     France – Pérou 1-0

Le but: 34e Mbappé (1-0).

France: Lloris, Pavard, Varane, Umtiti, Hernandez, Pogba (89e Nzonzi), Kante, Mbappé (75e Dembélé), Griezmann (80e Fekir), Matuidi, Giroud.

Pérou: Gallese, Advincula, Ramos, Rodriguez (46e Santamaria), Trauco, Aquino, Yotun (46e Farfan), Carrilo, Cueva (82e Ruidiaz), Flores, Guerrero.

Cartes jaunes: Matuidi, Guerrero, Pogba, Aquino.

Arbitre: M. A.Mohammed (EAU).

Assistance: 32.789.

26 06 2018     Danemark – France 0-0

Danemark: Schmeichel, Larsen, Christensen, Kjaer, Dalsgaard, Delaney (90e Lerager), Eriksen, Jorgensen, Sisto (60e Fischer), Braithwaite, Cornelius (75e Dolberg).

France: Mandanda, Sidibé, Varane, Kimpembe, Hernandez (50e Mendy), Kante, N’Zonzi, Dembele (78e Mbappé), Griezmann (68e Fekir), Lemar, Giroud.

Carte jaune:Jorgensen.

Arbitre:M. Ricci (Bré). 

26 06 2018     Australie – Pérou 0-2 

Les buts:18e Carrillo, 50e Guerrero.

Australie: Ryan, Risdon, Sainsbury, Milligan, Behich, Mooy, Jedinak, Kruse (58e Arzani), Rogic (72e Irvine), Leckie, Juric (53e Cahill).

Pérou: Gallese, Advincula, Ramos, Santamaria, Trauco, Tapia (63e Hurtado), Yotun (46e Aquino), Flores, Cueva, Carrilo (79e Cartagena), Gerrero.

Cartes jaunes: Jedinak, Yotun, Arzani, Rogic, Hurtado, Milligan.

Arbitre:M. Karasev (Rus). 

France

3

2

0

1

3

1

7

Danemark

3

1

0

2

2

1

5

Pérou

3

1

2

0

2

2

3

Australie

3

0

1

1

2

5

1

Groupe D     Argentine     Nigeria     Islande     Croatie

16 06 2018     Argentine – Islande 1-1

Les buts: 19e Agüero (1-0), 23e Finnbogason (1-1).

Argentine: Caballero, Salvio, Otamendi, Rojo, Tagliafico, Mascherano, Biglia (54e Banega), Meza (84e Higuaín), Di María (75e Di María), Messi, Agüero.

Islande: Halldorsson, Saevarsson, Arnason, R. Sigurdsson, Magnusson, Gudmundsson (63e Gislason), Gunnarsson (76e Skulason), Hallfredsson, Bjarnason, G. Sigurdsson, Finnbogason (89e Sigurdason).

Arbitre: M. Marciniak.

16 06 2018     Croatie – Nigeria 2-0

Les buts: 32e Etebo csc (1-0), 71e Modric s/pen. (2-0).

Croatie: Subasic, Vrsaljko, Lovren, Vida, Strinic, Modric, Rakitic, Rebic (78e Kovacic), Perisic, Kramaric (60e Brozovic), Mandzukic (86e Pjaca).

Nigeria: Uzoho, Shehu, Troost-Ekong, Balogun, Idowu, Ndidi, Etebo, Mikel (88e Simy), Iwobi (62e Musa), Moses, Ighalo (73e Iheanacho).

Cartes jaunes: Rakitic, Ekong, Brozovic.

Arbitre: M. Dalic.

21 06 2018     Argentine – Croatie 0-3

Les buts: 54e Rebic (0-1), 80e Modric (0-2), 90e Rakitic (0-3).

Argentine: Caballero, Mercado, Otamendi, Tagliafico, Salvio (56e Peron), Mascherano, Perez (68e Perez), Acuna, Messi, Meza, Agüero (54e Higuain).

Croatie: Subasic, Vrsaljko, Lovren, Vide, Strinic, Rakitic, Brozovic, Rebic (57e Kramaric), Modric, Perisic (82e Kovacic), Mandzukic (90e Corluka).

Cartes jaunes: Rebic, Mercado, Mandzukic, Vrsajlko, Otamendi, Acuna.

Arbitre: R. Imatov (Ouz.)

Assistance: 43.319.

22 06 2018     Nigéria – Islande 2-0

Les buts: 49e et 75e Musa.

Nigeria: Uzoho, Omeruo, Ekong, Balogun, Moses, Etebo (90e Iwobi), Mikel, Ndidi, Idowu (46e Ebuehi), Musa, Ihaenacho (85e Ighalo).

Islande: Halldorsson, Saevarsson, Arnason, R. Sigurdsson (65e Ingason), Magnusson, Gislason, Gunnarsson (87e Skulason), G. Sigurdsson, Bjarnason, Bodvarsson (71e Sigurdarson), Finnbogason.

Carte jaune: Idowu.

Arbitre:Matthew Conger (N-Z).

26 06 2018     Islande – Croatie 1-2

Les buts: 53e Badelj (0-1), 76e G.Sigurdsson s/pen. (1-1), 90e Perisic (1-2).

Islande: Halldorsson, Saevarsson, Ingason, R. Sigurdsson (70e Sigurdarson), Magnusson, J. Gudmundsson, Bjarnason (90e Traustason), G. Sigurdsson, Gunnarsson, Hallfredsson, Finnbogason (85e A. Gudmundsson). Croatie: Kalinic, Corluka, Jedvaj, Caleta-Car, Pivaric, Kovacic (81e Rakitic), Modric (65e Bradaric), Badelj, Perisic, Kramaric, Pjaca (70e Lovren).

Cartes jaunes: Pjaca, Hallfredsson, Finnbogasson, Jedvaj, Saevarsson.

Arbitre:M. Lahoz (Esp). 

26 06 2018     Nigéria – Argentine 1-2 

Les buts: 14e Messi (0-1), 54e Moses s/pen. (1-1), 87e Rojo (1-2).

Nigeria: Uzoho, Idowu, Ekong, Balogun, Omeruo (90e Iwobi), Ndidi, Etebo, Mikel, Musa (90e Simy), Moses, Iheanacho (46e Ighalo).

Argentine: Armani, Mercado, Tagliafico (80eAgüero), Mascherano, Rojo, Otamendi, Banega, Di Maria (72e Meza), Perez (61e Pavon), Higuain, Messi.

Cartes jaunes: Balogun, Mascherano, Banega, Mikel, Messi.

Arbitre:M. Cakir (Tur). 

Croatie

3

3

0

0

7

1

9

Argentine

3

1

1

1

3

5

4

Nigeria

3

1

2

0

3

4

3

Islande

3

0

2

1

2

5

1

Groupe E     Brésil     Suisse     Costa Rica     Serbie

17 06 2018     Costa Rica – Serbie 0-1

Le but: 56e Kolarov.

Costa Rica: Navas, Duarte, Acosta, Gonzalez, Gamboa, Borges, Guzman (73eColindres), Calvo, Ruiz, Urena (66e Campbell), Venegas (60e Bolanos).

Serbie: Stojkovic, Ivanovic, Milenkovic, Tosic, Kolarov, Milivojevic, Matic, Tadic (82eKuravina), Ljajic (70eKostic), Milinkovic-Savic, Mitrovic (89e Prijovic).

Cartes jaunes: Calvo, Guzman, Ivanovic, Prijovic.

Arbitre: M. Diedhiou (Sen).

Après avoir manqué les rendez-vous brésilien (2014) et français (2016), les Serbes ont réussi leur retour à la compétition ce dimanche en s’offrant un précieux succès face au Costa Rica grâce à un but splendide de Kolarov sur coup franc.

17 06 2018     Brésil – Suisse 1-1

Les buts: 20e Coutinho (1-0), 50e Zuber (1-1).

Brésil: Alisson, Danilo, Thiago Silva, Miranda, Marcelo, Paulinho (67e Renato Augusto), Casemiro (60e Fernandinho), Coutinho, Willian, Gabriel Jesus (79e Roberto Firmino), Neymar.

Suisse: Sommer, Lichtsteiner (87e Lang), Schär, Akanji, Rodriguez, Shaqiri, Behrami (71eZakaria), Dzemaili, Xhaka, Zuber, Seferovic (80e Embolo). Cartes jaunes:Lichtsteiner, Casemiro, Schär, Behrami.

Arbitre: C.Ramos (MEX).

Assistance: 43.109.

C'est une séduisante Nati qui a réussi son entrée en matière face à un des favoris de la compétition. Le Brésil avait pourtant ouvert le score par Coutinho mais la Seleçao a eu le tort de penser que le plus difficile était fait et la Suisse a égalisé par Zuber pourtant auteur d’une poussée fautive non sanctionnée mais laissant le VAR muet. (On n'est pourtant pas en Belgique…)

22 06 2018     Brésil – Costa Rica 2-0

Les buts: 90e+1 Coutinho (1-0), 90e+7 Neymar (2-0).

Brésil: Allison, Fagner, Th. Silva, Miranda, Marcelo, Casemiro, Paulinho (68e Firmino), Willian (46e Douglas Costa), Coutinho, Neymar, Gabriel Jesus (90e Fernadinho).

Costa Rica: Navas, Acosta, Gonzalez, Duarte, Gamboa (75e Calvo), Guzman (83e Tejeda), Borges, Oviedo, Venegas, Ruiz, Urena (54e Bolanos). Cartes jaunes: Neymar, Coutinho, Acosta.

Arbitre: B.Kuipers (Ned.).

Assistance: 64.468.

22 06 2018     Serbie – Suisse 1-2

Les buts: 5e Mitrovic (1-0), 52e Xhaka (1-1), 90eShaqiri (1-2).

Serbie: V. Stojkovic, Ivanovic, Milenkovic, Tosic, Kolarov, Tadic, Milivojevic (81e Radonjic), Milinkovic-Savic, Matic, Kostic (64e Ljajic), Mitrovic.

Suisse: Sommer, Lichtsteiner, Schär, Akanji, R. Rodriguez, Shaqiri, Behrami, Dzemaili (73e Embolo), Xhaka, Zuber (90e+4Drmic), Seferovic (46e Gavranovic).

Cartes jaunes: Milinkovic-Savic, Milivojevic, Matic, Mitrovic, Shaqiri.

Arbitre: F.Brych (GER).

27 06 2018     Serbie – Brésil 0-2

Les buts: 36e Paulinho, 68e Th. Silva.

Serbie: Stojkovic, Kolarov, Veljkovic, Milenkovic, Rukavina, Matic,Milinkovic-Savic, Tadic, Ljajic (75e Zivkovic), Kostic (82e Radonjic), Mitrovic (89e Jovic).

Brésil: Allison, Fagner, Th. SIlva, Miranda, Marcelo (10e Luis), Paulinho (66e Fernandinho), Casemiro, Willian, Coutinho (80e Augusto), Neymar, Gabriel Jesus.

Cartes jaunes: Ljajic, Matic, Mitrovic.

Arbitre: A. Faghani (Ira).

Assistance: 44.190.

27 06 2018     Suisse – Costa Rica 2-2

Les buts: 31e Dzemaili (1-0), 56e Waston (1-1), 88e Drmic (2-1), 90e Sommer csc. (2-2).

Suisse: Sommer, Rodriguez, Akanji, Schar, Lichtsteiner, Xhaka, Behrami, (60e Zakaria), Embolo, Dzemaili, Shaqiri (81e Lang), Gavranovic (69e Drmic).

Costa Rica: Navas, Gamboa (90e Smith), Acosta, Gonzalez, Waston, Oviedo, Ruiz, Borges, Guzman (90e Azofeifa), Solera (81e Wallace), Campbell.

Cartes jaunes: Gamboa, Campbell, Lichtsteiner, Zakaria, Schar, Waston.

Arbitre: C. Turpin (Fra).

Assistance: 43.319 

Brésil

3

2

0

1

5

1

7

Suisse

3

1

0

2

5

4

5

Serbie

3

1

2

0

2

4

3

Costa Rica

3

0

2

1

2

5

1

Groupe F     Allemagne     Mexique     Suède     Corée du Sud

17 06 2018     Allemagne – Mexique 0-1

Le but: 35e Lozano.

Allemagne: Neuer, Kimmich, Boateng, Hummels, Plattenhardt (79e Gomez); Khedira (60e Reus), Kroos; Müller, Özil, Draxler; Werner (86e Brandt).

Mexique: Ochoa, Salcedo, Ayala, Moreno, Gallardo; Herrera, Guardado (74e Marquez); Layun, Vela (58e Alvarez), Lozano (66e Jimenez); Chicharito.

Cartes jaunes: Müller, Hummels; Moreno, Herrera.

Arbitre: Alireza Faghani (Iran).

Assistance: 78.011 

La malédiction du premier match pour les anciens champions du monde se poursuit. Sale temps pour l'Allemagne. En effet, après la France en 2002 (0-1 devant le Sénégal) et l’Espagne en 2014 (1-5 face aux Pays-Bas), le tenant du titre a perdu son premier match. Chronique d'une mort annoncée ? Peut-être. Et pourtant, la Mannschaft alignait d’emblée 8 champions du monde puisque seuls Kimmich, Plattenhardt et Werner n’étaient pas au Brésil en 2014. Sans doute ont-ils mal vieillis… mais le Mexique, bien que dominé en possession de balle a poursuivi sur sa brillante lancée des éliminatoires de la Concacaf dont il avait survolé la poule finale. Face au gardien du Standard en grande forme (Ochoa) les Allemands se sont cassés les dents tandis que les Mexicains pratiquant le contre rapide ont trouvé l'ouverture par Lozano à la 35e. Peut-être Joachim Löw va-t-il regretter d'avoir laissé Leroy Sané, l’artiste de Manchester City à la maison. Mannschaft… attention danger !

18 06 2018     Suède – Corée du Sud 1-0

Le but: 65e Granqvist sur pen.

Suède: Olsen, Lustig, Granqvist, P. Jansson, Augustinsson, Claesson, Larsson (81e Svensson), Ekdal (71e Hiljemark), Forsberg, Berg, Toivonen (77e Thelin).

Corée du Sud: Cho Hyun-woo, Yong Lee, Park Joo-ho (28eKim Min-woo), Kim Young-gwon, Jang Hyun-soo, Koo Ja-cheol (73e Lee Seung-woo), Ki Sung-yueng, Lee Jae-sung, Son Heung-min, Kim Shin-wook (66e Jung woo-young), Hwang Hee-chan.

Cartes jaunes: Kim Shin-wook, Hwang, Claesson.

Arbitre: J.Aguilar (Sal).

Spectateurs: 42.300. 

Sans génie apparent, c'est une solide équipe de Suède qui, après avoir éliminé les Pays-Bas puis l'Italie dans les qualifications a écarté la Corée du Sud. Les Scandinaves ont d’ailleurs assez tranquillement maîtrisé la Corée du Sud, qui de son côté a semblé très faible alors que le week-end, le sélectionneur avait tenté de brouiller les cartes en intervertissant les numéros de ses joueurs à l’entraînement… Le comique… Et pour ce qui est du but, c'est encore le VAR qui s'es chargé des opérations puisque le seul but du match a été inscrit sur penalty, le septième sifflé et le cinquième transformé, déjà, de cette Coupe du monde. M. Aguilar a sifflé la faute de Kim Min-woo après avoir vu la vidéo. Granqvist a transformé sans trembler (65e). 

23 06 2018     Corée du Sud – Mexique 1-2

Les buts: 26e Vela sur pen. (0-1), 66e Hernandez (0-2), 90e Son (1-2).

Corée du Sud: Cho, Y. Lee, Jang, Y. Kim, M.-W. Kim (84e Hong), Moon (77e Jung), Joo (64e S.-W. Lee), Ki, Hwang, J.-S. Lee, Son.

Mexique: Ochoa, Alvarez, Salcedo, Moreno, Gallardo, Layun, Herrera, Guardado (68e Marquez), Vela (77e Dos Santos), Lozano (71e Corona), Hernandez.

Cartes jaunes: Kim Young-gwon, Lee Yong, Lee Seung-Woo, Jung.

Arbitre: M. Mazic (Ser)

Assistance: 43.472 (à Rostov-sur-le-Don).

23 06 2018     Allemagne – Suède 2-1

Les buts: 32e Toivonen (0-1), 48e Reus (1-1), 95e Kroos (2-1).

Allemagne: Neuer, Kimmich, Boateng, Rüdiger, Hector (87e Brandt), Rudy (31e Gündogan), Kroos, Müller, Draxler (46e Gomez), Reus, Werner.

Suède: Olsen, Lustig, Lindelöf, Granqvist, Augustinsson, Claesson (74e Durmaz), Larsson, Ekdal, Forsberg, Berg (90e Kiese Thelin), Toivonen (78e Guidetti).

Cartes jaunes: Ekdal, Larsson.

Carte rouge: 81e Boateng (2CJ)

Arbitre: M. Marciniak (Pol).

Assistance: 44.287 (à Sotchi).

27 06 2018     Mexique – Suède 0-3

Les buts: 50e Augustinsson, 62e Granqvist sur pen., 74e Alvarez csc.

Mexique: Ochoa, Gallardo (65e Fabian), Moreno, Salcedo, Alvarez, - Herrera, Guardado (75e Corona), Layun (89e Peralta), Vela, Lozano, Hernandez.

Suède: Olsen, Augustinsson, Granqvist, Lindelöf, Lustig, Forsberg, Ekdal (80e Hiljemark), Larsson (57e Svensson), Claesson, Toivonen, Berg (68e Thelin).

Cartes jaunes: Gallardo, Moreno, Layun, Larsson, Lustig.

Arbitre: N. Pitana (Arg).

Assistance: 33.061.

27 06 2018     Corée du Sud – Allemagne 2-0

Les buts: 90e+3 Kim, 90e+6 Son.

Corée du Sud: Cho H.-W., Hong C., Kim Y.-G., Yun Y.-S., Lee Yong, Moon S.-M. (69e Ju S.-J.), Jang H.-S., Jung W.-Y., Lee J.-S., Son H.-M., Koo J.-C. (56e Hwang H.-C.).

Allemagne: Neuer, Kimmich, Hummels, Süle, Hector (78e Brandt), Khedira (58e Gomez), Kroos, Goretzka (63e Müller), Özil, Reus, Werner.

Cartes jaunes: Jung, Lee J.-S., Moon, Son.

Arbitre: M. Geiger (USA).

Assistance: 41.835. 

Suède

3

2

1

0

5

2

6

Mexique

3

2

1

0

3

4

6

Corée du Sud

3

1

2

0

3

3

3

Allemagne

3

1

2

0

2

4

3

Groupe G     Belgique     Panama     Tunisie     Angleterre

18 06 2018     Belgique – Panama 3-0

Les buts: 47e Mertens (1-0), 69e Lukaku (2-0), 75e Lukaku (3-0).

Belgique :Courtois, Alderweireld, Vertonghen, Boyata, Meunier, Carrasco, Witsel, Mertens, De Bruyne, Lukaku, Hazard. Remplacements : 75e Dembélé pour Carrasco, 83e T.Hazard pour Mertens, 90e Chadli pour Witsel.

Panama : Penedo, R.Torres, Escobar, Murillo, Davis, Cooper, Godoy, Gomez, Barcenas, J.L. Rodriguez, Perez

Remplacements :63e G.Torres pour Barcenas, 63e Diaz pour Rodriguez, 73e Tejada pour Perez

Les polémiques Laurent Ciman et Radja Nainggolan rangées dans les tiroirs (peut-être pas définitivement si l'on en croit les réseaux sociaux), les Diables rouges ont entamé leur parcours par une victoire attendue même si le score vierge à la pause suscitait quelques interrogations. C'est à Sotchi, en bord de Mer Noire que les Belges ont attendu 47 minutes pour être libérés par un but audacieux de Mertens. La défense poussive du Panama (deux lignes de 5) avait vécu. Après ce but d’ouverture de l’attaquant du Napoli, c'est Romelu Lukaku qui s'offrait un double pour porter la marque à 3-0. Mieux valait assurer et rassurer avant de rencontrer la Tunisie, prochain adversaire, probablement plus délicat à manœuvrer. Un point noir quand même, trois cartes jaunes attribuées à Meunier, Vertonghen et De Bruyne.

18 06 2018     Tunisie – Angleterre 1-2

Les buts : 11e Kane (0-1), 35e Sassi sur pen. (1-1), 90e +1Kane (1-2).

Tunisie : Hassen (15e Ben Mustapha), Meriah, S. Ben Youssef, Bronn, Maâloul; Skhiri, Badri; Sassi, F. Ben Youssef, Sliti (74e Ben Amor); Khazri (85e Khalifa). Hassen, Bronn, Ben Youssef, Meriah, Maâloul, Sassi, Skhiri, Badri, Ben Youssef, Khazri, Sliti.

Angleterre : Pickford, Walker, Stones, Maguire; Trippier, Alli (80e Loftus-Cheek), Henderson, Lingard (90e +3 Dier), Young; Sterling (68e Rashford), Kane.

Carte jaune: Walker. Arbitre: M. Roldan (Col).

Assistance: 41.060

C'est un but de Kane dans les arrêts de jeu qui a offert la victoire aux Anglais. A noter aussi que la Tunisie a dû aligner son troisième gardien en cours de match, les deux autres étant blessés.

23 06 2018     Belgique – Tunisie 5-2

Les buts: 7e E. Hazard (1-0), 16e Lukaku (2-0), 18e Bronn (2-1), 45e+3 Lukaku (3-1), 51e E. Hazard (4-1), 90e Batshuayi (5-1), 90e+3 Khazri (5-2).

Belgique: Courtois, Alderweireld, Vertonghen, Boyata, Meunier, Carrasco, Witsel, De Bruyne, E.Hazard, Mertens,  Lukaku. Remplaçants: 59e Fellaini pour Lukaku, 68e Batshuayi pour E.Hazard, 86e Tielemans pour Mertens.

Tunisie: Ben Mustapha, S.ben Youssef, Meriah, Bronn, Maaloul, Sassi, Khaoui, Skhiri, Badri, F.ben Youssef,  Khazri. Remplaçants: 24e Nagguez pour Bronn, 41e Benalouane pour S. Ben Youssef, 59e Sliti pour Sassi.
Carte jaune: Sassi.  

Arbitre : M. Marruto (USA)

C’est un véritable festival que les joueurs de Roberto Martinez ont offert à leurs supporters. Auteurs de deux buts chacun pour alimenter ce 5-2 spectaculaire, Eden Hazard et Romelu Lukaku ont propulsé la Belgique en direction des 1/8 de finale. Pour le moment, ces deux compères marchent non pas sur les nuages mais encore un rien au-dessus. Romelu Lukaku, pour sa part, auteur d’un nouveau doublé après celui réalisé contre le Panama se retrouve avec 4 buts au compteur ce seul tournoi russe. Au plan large, l’attaquant de Manchester United a du même coup rejoint Marc Wilmots au rang des meilleurs réalisateurs belges en phase finale d’une Coupe du monde avec 5 buts et ce n'est pas fini. Les Belges ont avalé cette équipe équipe tunisienne prudente et statique. Le 2-0 est survenu très rapidement, aux 7e et 16e. Nous avons bien relevé un peu de flottement après le 2-1 mais il n'y avait pas photo, la Belgique survolant l'obstacle et ce n'est pas le but atténuant un brin la sévérité du score qui temérera l'optimisme ambiant après ce début de tournoi tonitruant.

24 06 2018     Angleterre – Panama 6-1

Les buts: 8e Stones, 22e Kane sur pen., 36e Lingard, 40e Stones, 45e+1 et 62e Kane (6-0), 78e Baloy (6-1). Angleterre: Pickford, Trippier (70e Rose), Walker, Stones, Maguire, Young, Lingard (63e Delph), Henderson, LoftusCheek, Kane (63e Vardy), Sterling.

Panama: Penedo, M. Murillo, R. Torres, Escobar, Davis, Cooper, Gab. Gomez (69e Baloy), Godoy (62eAvila), Bárcenas (69e Arroyo), B.Pérez, J.L.Rodriguez.

Cartes jaunes: Loftus-Cheek, Cooper, Escobar, M. Murillo.

Arbitre: M.Grisha (Egy).

Assistance: 43.319 (à Nijni-Novgorod).

28 06 2018     Angleterre – Belgique 0-1

Le but: 51e Januzaj.

Angleterre : Pickford, Jones, Cahill, Stones, A.-Arnold, Rose, Dier, Loftus-Cheek, Delph, Rashford, Vardy.   Remplacements: 46e Maguire pour Stones, 79e Welbeck pour Alexander-Arnold.

Belgique : Courtois, Dendoncker, Vermaelen, Boyata, Chadli, T.Hazard, Dembélé, Fellaini, Tielemans,
Januzaj, Batshuayi. Remplacements : 74e Kompany pour Vermaelen, 86e Mertens pour Januzaj.

Assistance: 33.973.

Arbitre : M. Skomina (Sln).

Dès avant la rencontre, les deux équipes sont qualifiées et les réflexions portent sur les éventuels adversaires qui attendent ces deux formations dans un futur proche ou moyen. En clair, il n'est pas certain que terminer en première position du groupe soit le meilleur moyen d'éviter les grosses cylindrées en quart de finale. Qui plus est, trois Belges ont reçu un avertissement et sont donc susceptibles d'être suspendus s'ils en récoltent un second. Fort de toutes ces considérations, Roberto Martinez décidera de faire jouer pratiquement tous les réservistes, au risque d'éventuellement perdre mais, ce sera tout l'inverse qui se produira. En effet, les réservistes au statu de morts-de-faim feront tout ce qui est en leur pouvoir pour briller et revendiquer un poste de titulaire, en particulier Chadli et surtout Fellaini. Oui, certains remplaçants ont saisi l’opportunité de pouvoir émettre leurs revendications les Three Lions, dans un match qui n'a pas particulièrement brillé même si parfois éclairé de fulgurances. Le sort des Anglais a été réglé par un but exceptionnel d'Adnan Januzaj qui a fait, pour ce coup-là, parler toute sa technique. Januzaj, Batshuayi, de précieux jokers, voire plus pour le futur de notre équipe nationale. 

A l'issue de cette phase préliminaire, la Belgique reste invaincue en phases de groupes depuis 1994. Elle vient ainsi d'enchaîner un 11e match de phase de groupes sans défaite. Le dernier revers dans cet exercice remonte au célèbre slalom du Saoudien Al Oweiran dans la défense belge à la World Cup 1994. Seul le Brésil (13 matches depuis 1998) a fait mieux.


28 06 2018     Panama – Tunisie 1-2

Les buts: 33e Meriah c.s.c. (1-0), 51e Ben Youssef (1-1), 66e Khazri (1-2).

Panama: Penedo, Escobar, R. Torres (56e Tejada), Machado, Ovalle, Gomez (46e Cummings), Barcenas, Avila (81e Arroyo), Godoy, Rodriguez, G. Torres.

Tunisie: Mathlouthi, Meriah, Haddadi, Bedoui, Naguez, Sassi (46e Badri), Skhiri, Ben Youssef, Khazri (88e Srarfi), Chaaleli, Sliti (77e Khalil).

Cartes jaunes: Sassi, Badri, Avila, G. Gomez, Chaalali, Tejada.

Arbitre: M. Shukralla (Bah). 

Belgique

3

3

0

0

9

2

9

Angleterre

3

2

1

0

8

3

6

Tunisie

3

1

2

0

5

8

3

Panama

3

0

3

0

2

11

0

Groupe H     Pologne     Sénégal     Colombie     Japon

19 06 2018     Colombie – Japon 1-2

Les buts : 6e Kagawa sur pen. (0-1), 39e Quintero (1-1), 73e Osako (1-2).

Colombie : Ospina, Arias, D. Sanchez, O. Murillo, Mojica, J. G. Cuadrado (31e Barrios), C. Sanchez, Quintero (59e J. Rodriguez), Lerma, Izquierdo (70e Bacca), Falcao.

Japon : Kawashima, H. Sakai, Yoshida, Shoji, Nagatomo, Shibasaki (80e Yamaguchi), Hasebe, Kagawa (70e K. Honda), Haraguchi, Inui, Osako (85e Okazaki). 2Cartes jaunes : Barrios, J. Rodriguez, Kawashima. 2Carte rouge : 3e C. Sanchez (directe).

Arbitre : Damir Skomina (SLO).

19 06 2018     Pologne – Sénégal 1-2

Les buts: 37e Cionek csc (0-1), 60e Niang (0-2), 86e Krychowiak (1-2).

Pologne: Szczesny, Piszczek (83e Bereszynski), Cionek, Pazdan, Rybus, Blaszczykowski (46e Bednarek), Zielinski, Krychowiak, Grosicki, Milik (73e Kownacki), Lewandowski.

Sénégal: N’Diaye, Wague, Koulibaly, S. Sané, Sabaly, Sarr, Gueye, A. Ndiaye (87e Kouyate), Mané, Niang (75e Konate), Diouf (62e Ndoye). 2Cartes jaunes: Krychowiak, S. Sané, Gueye.

Arbitre: N. Shukralla (BHR).

24 06 2018     Japon – Sénégal 2-2

Les buts: 11e Mané (0-1),34e Inui (1-1), 71e Wagué (1-2),78e K. Honda (2-2).

Japon: Kawashima, H. Sakai, Yoshida, Shoji, Nagatomo, Haraguchi (75e Okazaki), Hasebe, Kagawa (72e K. Honda), Shibasaki, Inui (87e Usami), Osako.

Sénégal: N’Diaye, Wagué, S. Sané, Koulibaly, Sabaly, Ndiaye (81e Ndoye), A. Ndiaye (65e Kouyate), Gueye, Sarr, Mané, Niang (86e Biram Diouf).

Cartes jaunes: Niang,Inui, Sabaly, Ndoye, Hasebe.

Arbitre: M. Rocchi (Ita).

Assistance: 32.572. 

24 06 2018     Pologne – Colombie 0-3

Les buts: 40e Y. Mina, 69e Falcao, 75e J.G. Cuadrado.

Pologne: Szczesny, Piszczek, Bednarek, Pazdan (80e Glik), Bereszynski (72e Teodorczyk), Krychowiak, Goralski, Rybus, Zielinski, Kownacki (57e Grosicki), Lewandowski.

Colombie: Ospina, Arias, D. Sanchez, Y. Mina, J. Mojica, J.G. Cuadrado, T. Aguilar (32e Uribe), J. Rodriguez, Barrios, J. Quintero (73e Lerma), Falcao (78e Bacca).

Cartes jaunes: Bednarek, Goralski.

Arbitre: M. Ramos (Mex).

Assistance: 42.873.

28 06 2018     Sénégal – Colombie 0-1

Le but: 74e Mina.

Sénégal: N’Diaye, Gassama, Sane, Koulibaly, Sabaly (74e Wagué), Sarr, Kouyate, Gueye, Mané, Keita (80e Konaté), Niang (86e Sakho).

Colombie: Ospina, Arias, D. Sanchez, Mina, Mojica, Uribe (83e Lerma), C. Sanchez, Quintero, Rodriguez (31e Muriel), Cuadrado, Falcao (89e Borja).

Cartes jaunes: Mojica, Niang.

Arbitre: M. Mazic (Ser).

28 06 2018     Japon – Pologne 0-1      

Le but: 59e Bednarek.

Japon: Kawashima, H. Sakai, Yoshida, Makino, Nagatomo, Yamaguchi, Shibasaki, G. Sakai, Okazaki (47e Osako), Usami (65e Inui), Muto (82e Hasebe).

Pologne: Fabianski, Glik, Bednarek, Bereszynski, Kurzawa (79e Peszko), Krychowiak, Goralski, Jedrzejczyk, Zielinski (79e Teodorczyk), Lewandowski, Grosicki.

Carte jaune: Makino.

Arbitre: M. Sikazwe (Zam).    

Colombie

3

2

1

0

5

2

6

Japon

3

1

1

1

4

4

4

Sénégal

3

1

1

1

4

4

4

Pologne

3

1

2

0

2

5

3

1/8 de finale

Samedi 30 juin 

France – Argentine     4-3

Les buts: 13e Griezmann sur pen. (1-0), 41e Di Maria (1-1), 48e Mercao (1-2), 57e Pavard (2-2), 64e et 68e Mbappé (4-2), 90e+3 Agüero (4-3).

France: Lloris, Pavard, Varane, Umtiti, Hernández, Mbappé (89e Thauvin), Pogba, Kanté, Griezmann (83e Fekir), Matuidi (75e Tolisso), Giroud.

Argentine: Armani, Mercado, Otamendi, Rojo (46e Fazio), Tagliafico, E. Pérez (66e Agüero), Mascherano, Banega, Pavon (75e Meza), Messi, Di María.

Cartes jaunes: Rojo, Tagliafico, Mascherano, Banega, Matuidi, Pavard, Otamendi, Giroud.

Arbitre: A. Faghani (Ira.).

Assistance: 42.873.

Lionel Messi et Cristiano Ronaldo prennent la porte en même temps puisque le Portugal est lui aussi éliminé.

Ce fut un match riche en buts et en émotions. Malgré ses deux assists hier à Kazan, Messi n’a toujours marqué aucun but en 8 rencontres à élimination directe en 4 Coupes du monde et comme c'est probablement sa dernière occasion, probablement en restera-t-il là. Le doublé de Mbappé après l'égalisation du défenseur latéral droit, Pavard a lancé la France sur la voie des quarts. Mbappé à moins de vingt ans et quand on sait que le dernier joueur de moins de 20 ans à avoir inscrit un doublé en Coupe du monde était un certain Pelé, dans la finale de 1958, cela peut donner quelques idées à Mbappé sur son devenir surtout si on ajoute que le dernier joueur de son âge à avoir réussi deux buts au moins en phase finale, c’était Michael Owen en 1998 dans deux matches différents. Et comme la France passe, il reste encore de la place pour cet ado... 

Uruguay – Portugal     2-1

Les buts: 7e Cavani (1-0), 55e Pepe (1-1), 62e Cavani (2-1).

Uruguay: Muslera, Gimenez, Godin, Caceres, Laxalt, Nandez (81e C. Sanchez), Torreira, Vecino, Bentancur (63e C. Rodriguez), Suarez, Cavani (74e Stuani).

Portugal: Rui Patricio, Ricardo Pereira, Pepe, José Fonte, Guerreiro, B. Silva, Carvalho, Ad. Silva (65e Quaresma), Joao Mario (85e M. Fernandes), Guedes (74e An. Silva), Cristiano Ronaldo.

Carte jaune: Cristiano Ronaldo.

Arbitre: C. Ramos (Mex.).

Assistance: 44.873.

C'est Cavani, auteur d'un double, qui s'est chargé de renvoyer le Portugal et Ronaldo à la maison. Mais en plus, la bonne nouvelle pour la France, c'est que le même Cavani s'est blessé dans les derniers instants et a dû quitter le terrain. Il ne jouera pas le quart contre les Français qui s'en réjouissent déjà.

Dimanche 1 juillet

Espagne Russie     1-1 (pen. 3-4)

Les buts: 12e Ignashevich csc (1-0), 41e Dzyuba s/pen. (1-1).

Les tirs au but: Iniesta (1-0), Smolov (1-1), Pique (2-1), Ignashevich (2-2), Koke (2-2), Golovin (2-3), Ramos (3-3), Cheryshev (3-4), Aspas (3-4).

Espagne: De Gea, Nacho Fernández (70e Carvajal), Piqué, S. Ramos, Alba, Marco Asensio (104e Rodrigo), Koke, Busquets, Isco, D. Silva (67e Iniesta), Costa (80e Aspas).

Russie: Akinfeev, Mario Fernandes, Kutepov, Ignashevich, Koudriachov, Zhirkov (46e Granat), Samedov (61e Cheryshev), Kuzyaev (97e Erokhin), Zobnin, Golovin, Dzyuba (65e Smolov).

Cartes jaunes: Pique, Kutepov, Zobnin.

Arbitre: M. Kuipers (P-B).

Assistance: 78.011.

Il ne suffit pas de dominer et d'avoir la possession de balle pour gagner un match. Des Russes, très organisés (souvent deux lignes de 5) ont résisté avec leurs armes avant de l'emporter aux tirs au but.

Croatie – Danemark     1-1 (pen. 3-2)

Les buts: 1re M. Jorgensen (0-1), 4e Mandzukic (1-1).

Les tirs au but: Eriksen (0-0), Badelj (0-0), Kjaer (0-1), Kramaric (1-1), Krihn-Dehli (1-2), Modric (2-2), Schöne (2-2), Pivaric (2-2), N. Jorgensen (2-2), Rakitic (3-2).

Croatie: Subasic, Vrsaljko, Lovren, Vida, Strinic (81e Pivaric), Brozovic (71e Kovacic), Rakitic, Rebic, Modric, Perisic (97e Kramaric), Mandzukic (108e Badelj).

Danemark: Schmeichel, Dalsgaard, Kjaer, Christensen (46e Schöne), M. Jorgensen, Knudsen, Poulsen, Eriksen, Delaney (98e Krohn-Dehli), Braithwaite (106e Sisto), Cornelius (66e N. Jorgensen).

Carte jaune: M. Jorgensen

Arbitre: N. Pitana (Arg.).

C'est finalement au bout du bout des prolongations et donc de la séance des tirs au buts que les Croates auront émergé. Les gardiens ont brillé au cours de cet exercice avec notamment cinq arrêts des gardiens dont 3 de Subasic. Et dira que Modric avait loupé un penalty à la 116e minute. Pour préserver le suspense ?

C'est Rakitic qui s'est chargé du tir décisif. Pour ce qui est du match en lui-même, il avait démarré sur les chapeaux de roue puisque le score était fixé (1-1) après 4' à peine, Mandzukic répondant au but d'ouverture de M. Jorgensen. Début de folie qui laissait envisager une pluie de buts mais ce ne fut pas le cas.

Lundi 2 juillet

Brésil – Mexique     2-0

Les buts: 51e Neymar (1-0), 88e Firmino (2-0).

Brésil: Alisson, Fagner, Silva, Miranda, Filipe Luis, Paulinho (80e Fernandinho), Casemiro, Willian (90e+1 Marquinos), Neymar, Coutinho (86e Firmino), Gabriel Jesus.

Mexique: Ochoa, Alvarez (55e Dos Santos), Ayala, Salcedo, Gallardo, Herrera, Marquez (46e Layun), Guardado, Vela, Lozano, J. Hernandez (60e Jimenez).

Cartes jaunes: Filipe Luis, Casemiro, Alvarez, Herrera, Salcedo, Guardado.

Arbitre: Rocchi (Ita).

C'est Naymar, un but et un assist qui a scellé le sort des Mexicains qui ont été dominés dans l'ensemble. Malgré un bon match d'Ochoa, le gardien du Standard, le Mexique quitte le sol russe, laissant les Brésiliens aux affaires face aux Diables rouges.

Belgique – Japon     3-2

Les buts: 48e Haraguchi (0-1), 52e Inui (0-2), 69e Vertonghen (1-2), 74e Fellaini (2-2), 90e+4 Chadli (3-2).

Belgique: Courtois, Alderweireld, Vertonghen, Kompany, Meunier, Carrasco, Witsel, Mertens, De Bruyne, Lukaku, E.Hazard. Remplacements: 65e Fellaini pour Mertens, 65e Chadli pour Carrasco.

Japon: Kawashima, Yoshida, Shoji, H. Sakai, Nagatomo, Hasebe, Shibasaki, Kagawa, Haraguchi, Inui, Osako. Remplacements: 81e Yamaguchi pour Shibasaki, 81e Honda pour Haraguchi.

Arbitre : M. Diedhiou (Sen).

Assistance: 43.000

Les Belges entament la rencontre en jouant vraiment bas, parfois trop bas. Est-ce dû à la rentrée de Kompany dont on se demandait si parfois il n'allait pas jouer en dehors du terrain. Peut-être... Menés 0-2 d'entrée de jeu  après la pause, les Diables rouges ont complètement renversé la situation grâce notamment à l'introduction de deux morts-de-faim, Chadli et Fellaini, alors que tout semblait perdu. Une erreur de Vertonghen et une autre de Kompany avaient mené les Nippons sur la voie du Brésil mais un but tombé de nulle part et conclu par Vertonghen a relancé la mécanique avant que Fellaini ne place sa tête sur un ballon aérien qui allait finir sa course dans les filets de Kawashima (2-2). Dans les arrêts de jeu, alors que les Japonais affichaient plus que des lacunes physiques, Courtois captait un corner et relançait à la main vers De Bruyne qui perforait littéralement tout l'axe du terrain pour aller servir Thomas Meunier (grâce au travail de position de Lukaku et à son appel qui a ouvert la porte). Celui-ci débordait et centrait pour Chadli qui profitait d'une nouvelle aide de Lukaku qui feintait et laissait le ballon glisser vers Nacer qui mettait fin au match.

Brésil, nous voici !  

Mardi 3 juillet

Suède – Suisse     1-0

Le but: 66e Forsberg.

Suède: Olsen, Lustig (82e Krafth), Lindelöf, Granqvist, Augustinsson, Claesson, Svensson, Ekdal, Forsberg (82e M. Olsson), Berg (90e+1 Thelin), Toivonen.

Suisse: Sommer, Lang, Djourou, Akanji, R. Rodriguez — Shaqiri, Behrami, Dzemaili (73e Seferovic), Xhaka, Zuber (73e Embolo), Drmic.

Cartes jaunes: Lustig, Behrami, Xhaka.

Carte rouge: 90e+4 Lang.

Arbitre: M. Skomina (Slo).

Elle ne l'avait plus réussi depuis 1994. La Suède, sans Zlatan Ibrahimovic, s’est qualifiée pour un quart de finale de Coupe du monde grâce à un but d'Emil Forsberg peu après l'heure de jeu. Le fait marquant, en dehors de ce but, se situa dans les dernières secondes lorsque l'arbitre accorda un penalty aux Nordistes dans les arrêts de jeu, avant de l’annuler pour le transformer en coup franc (raté) après visionnage des images grâce au VAR. La  Suisse n’a jamais remporté un match à élimination directe en Coupe du monde. 

Colombie – Angleterre     1-1  (pen. 3-4)    

Les buts: 57e Kane s/pen. (0-1), 90e+3 Mina (1-1).

Tirs au but: Falcao (1-0), Kane (1-1), Cuadrado (2-1), Rashford (2-2), Muriel (3-2), Henderson (3-2), Uribe (3-2), Trippier (3-3), Bacca (3-3), Dier (3-4).

Colombie: Ospina, Arias (116eZapata), Mina, D. Sanchez, Mojica, Lerma (61e Bacca), C. Sanchez (79e Uribe), Quintero (88e Muriel), Barrios, J. G. Cuadrado, Falcao.

Angleterre: Pickford, Trippier, Walker (113e Rashford), Stones, Maguire, Young (102e Rose), Lingard, Henderson, Alli (81e Dier), Sterling (88e Vardy), Kane.

Cartes jaunes: Barrios, Arias, C/ Sanchez, Henderson, Falcao, Bacca, Lingard, Cuadrado.

Arbitre: M. Geiger (USA).

Assistance: 44.190.

Ce ne fut pas un match d'un haut niveau qui se termina par la qualification aux penalties de l'Angleterre. Clin d'œil inquiétant avant la séance, en demies de l’Euro 1996, c’est Gareth Southgate, l’actuel sélectionneur, qui avait irrémédiablement manqué la conversion du sien. Alors que les Anglais menaient au score, dans le temps additionnel, Yerry Mina, de la tête, ouvrait le bal des prolongations. C'est Kane qui, peu avant l'heure de jeu, avait ouvert le score en convertissant un penalty commis sur lui-même, amenant de la sorte son compteur but à 6. Pauvre match à oublier, surtout pour Bacca qui loupa le dernier tir de la séance finale avant que Dier ne scelle les tirs au but à 3-4.

1/4 de finale

Vendredi 6 juillet

France – Uruguay  2-0

Les buts: 40e Varane, 61e Griezmann.

Uruguay: Muslera, Caceres, Gimenez, Godin, Laxalt, Nandez (73e Urreta), Torreira, Bentancur (59e C. Rodriguez), Vecino, Stuani (59e M. Gomez), Suarez.

France: Lloris, Pavard, Varane, Umtiti, Hernandez, Kanté, Pogba, Mbappé (88e Dembélé), Tolisso (80e N’Zonzi), Griezmann (90e+3Fekir), Giroud.

Cartes jaunes: L. Hernandez, Bentancur, C. Rodriguez, Mbappé.

Arbitre: N. Pittana (Arg).

Assistance:43.319 (à Nijni-Novgorod).

2018 07 06 (12).JPGLe match est relativement fermé, surtout du côté de la Céleste qui joue assez bas.Les occasions ne sont pas nombreuses. C'est la France qui ouvrira le score sur phase arrêtée par Varane qui déviera de la tête le service de Griezmann à la 40e (1-0). Peu avant le repos, l'Uruguay hérite d'un coup franc du même type mais Hugo Lloris sort le ballon avec brio. C'est à l'heure de jeu que le même Antoine Griezmann doublera la mise sur un envoi décoché d’une bonne vingtaine de mètres (2-0). Ce but favorisé par la main vraiment peu ferme du portier uruguayen Muslera. A la 66è, Mbappe s’autorise une petite fantaisie devant un adversaire. Celui-ci, vexé, le pousse vraiment un petit peu, presqu’une caresse. Et Mbappe de jouer son petit Naymar en s’effondrant comme s’il avait été agressé. Regrettable attitude. La victoire française est globalement méritée même si l'absence de Cavani n'a pas été digérée par l'Uruguay. 

Brésil – Belgique 1-2

Quelques lignes avant LE match

laune.jpg

La Belgique face au Brésil, c’est incontestablement LE match pour cette génération que l’on ne cesse de qualifier de « dorée » mais qui n’a encore rien remporté. Et comme malheureusement, dans notre système référentiel, il n’y a que les titres qui comptent, ce sera ce 6 juillet 2018 ou peut-être jamais. Si l’on s’en réfère à la qualité intrinsèque de tous les participants et des vedettes en particulier, cette rencontre entre deux formations disposant d’atouts offensifs indéniables devrait réjouir tout amateur du beau football, celui porté vers le but adverse. Si Hazard et ses potes veulent franchir un palier, c’est aujourd’hui. Il n’y aura pas de séance de rattrapage. Bon, je me lance… 3-3 sera mon pronostic car je vois un match offensif de part et d'autre.  

Le cas Naymair... Depuis le début de cette Coupe du Monde, Neymar a passé près de 14 minutes à se rouler par terre. C'est la RTS (Radio Télévision Suisse) qui s'est amusée à chronométrer le temps passé par le Brésilien au sol. Va-t-il améliorer son score ce vendredi ?

2018 07 06 une bresil.jpg

Les buts: 13e Fernandinho c.s.c. (0-1), 31e De Bruyne (0-2), 76e Renato Augusto (1-2).

Brésil : 1 Alisson, 2 Thiago Silva, 3 Miranda, 22 Fagner, 12 Marcelo, 15 Paulinho, 17 Fernandhino, 11 Coutinho, 19 Willian, 10 Neymar, 9 Gabriel Jesus. Remplacements: 46e Firmino pour Willian, 58e D. Costa pour Gabriel Jesus, 73e Renato Augusto pour Paulinho.

Belgique : 1 Courtois, 2 Alderweireld, 4 Kompany, 15 Meunier, 5 Vertonghen, 6 Witsel, 22 Chadli, 8 Fellaini, 9 Lukaku, 10 E.Hazard, 7 De Bruyne. Remplacements: 83e Vermaelen pour Chadli, 87e Tielemans pour Lukaku. 

Cartes jaunes : Alderweireld, Meunier, Fernandhino, Fagner.

Assistance: 42.873.

Arbitre : M. Mazic (Ser)

Roberto Martinez a logiquement reconduit Fellaini et Chadli qui avait plus que gagné leurs galons face au Brésil dans un match qui, vu son résultat et cette belle victoire restera dans les mémoires des footeux de notre petit pays pour au moins cent ans. Dame, éliminer le super-favori, le Brésil en quart de finale, c'est un exploit qui s'est déroulé devant plus de 500 millions de téléspectateurs (c'est une estimation).

Revisitons ce match

Les Brésiliens mettent la balle en jeu et comme la Belgique face au Japon, ils la conservent dans leur camp et la perdent d'emblée. C'est De Bruyne qui tentera le premier sa chance au but après 1'30". Les Belges semblent décidés et bien dans leur tête. Dans les premières minutes, Courtois se rassure en captant un centre de Naymar tandis que 1 à 8 (1).JPGFellaini commet deux fautes coup sur coup pour montrer à ses adversaires ce à quoi ils doivent s'attendre. Naymar se retrouve une première fois au sol. A la 7e, Marcelo force Meunier à mettre la balle en corner. 1 à 8 (20).JPGNaymar le botte et la balle est expédiée par Thiago Silva sur le poteau avant d'être captée par Courtois. Le match est lancé et promet d'être grandiose car les deux formations jouent selon leurs ambitions, sans vraiment calculer. A la 9e, les Belges en ont plein les pieds et c'est Alderweireld qui écarte en corner. Willian le tire et la Belgique se dégage avec peine après que Miranda, esseulé au point de penalty, ait raté sa reprise. La Belgique repart et De Bruyne trouve Fellaini dans l'axe, aux abords du rectangle mais le tir de Marouane est dévié en corner par Miranda. 8 à 13 (31).JPG8 à 13 (35).JPG8 à 13 (37).JPGCelui-ci sera tiré par 8 à 13 (42).JPGChadli, Kompany se présente en première zone et frôle (ou pas ?) un ballon que Fernandinho dévie dans ses filets (0-1) à la 13e. Les Belges contiennent le Brésil sans trop de difficultés jusqu'à la 20', moment où Courtois se couche sur un envoi de Coutinho. Nos Diables restent dangereux en contres et sur les corners forcés, tous les Brésiliens se replient. Signe de crainte ? de respect ? Les deux peut-être. A la 25', une frappe de Marcelo est repoussée par Courtois, sur le contre, Hasard est proche de trouver Fellaini idéalement placé. Vertonghen commet une faute aux approches du point de corner et c'est Willian qui se charge du botté. Après une nouvelle mêlée dans le rectangle, la balle échoue à nouveau en corner en faveur du Brésil. Naymar le tire mais le ballon est repoussé par Fellaini puis récupéré par Lukaku loin dans son camp.DSC_0033.JPG Romelu perfore alors l'axe central brésilien et sert De Bruyne qui a Marcelo devant lui. Celui-ci recule et à l'approche du rectangle, Kevin décoche un missile qui termine sa course dans le petit filet. La Belgique mène 0-2, on joue depuis 30'47''. Habités par la confiance, les Diables réalisent le match parfait. Un heading de Jesus n'inquiète pas Courtois qui dévie en corner un essai de Marcelo. Un long raid initié par De Bruyne, Hazard et Lukaku échoue de peu. Peu avant la pause, les Diables héritent d'un coup franc idéalement placé mais Alisson Becker dévie l'envoi de De Bruyne en corner. Chadli le botte, comme le premier qui avait amené le but et Kompany plonge à nouveau au premier poteau. Il dévie le cuir du talon mais le gardien capte la tentative. La première mi-temps se termine sur une dernière tentative brésilienne annihilée pour hors-jeu (0-2).

Le match reprend avec un Brésil bien décidé à remettre les choses dans le bon sens pour eux. A la 46e Alderweireld arrête fautivement Paulinho et prend la carte. Kompany arrête Naymar qui s'avançait dangereusement et lance à De Bruyne qui isole Lukaku mais celui-ci se fait contrer. La pression commence à monter dans la moitié de terrain belge. Firminho, entré à la pause, manque de peu la reprie du centre de Marcelo. Naymar, à la lutte avec Meunier, s'étale dans le rectangle mais l'arbitre reste de marbre. Le ballon ne quitte plus le camp belge. Jesus s'infiltre et Kompany tacle la balle à la 56e. L'arbitre sollicite le VAR mais il n'y a pas faute. Peu avant l'heure de jeu, Douglas Costa entre pour Jesus. Le temps passe lentement, très lentement et les Belges sont héroïques mais ne parviennent plus ni à garder le ballon ni à porter le danger dans le camp adverse si ce n'est, en deux passes, la balle arrive à De Bruyne qui sert Hazard mais la balle frôle le montant et sur le contre, c'est Courtois qui réalise un nouvel arrête cinq étoiles. Il n'y a plus aucun temps mort… Les Diables se battent sur tous les ballons avec une détermination de tous les instants. A la 70e, Lukaku part de son camp et pique un sprint jusqu'au but adverse mais son dernier contrôle est mauvais et la balle sort. Sur la relance, Meunier accroche Naymar et l'arbitre lui montre le bristol jaune. Thomas manquera la demi-finale contre la France. Hazard se fait descendre par le rugueux Fagner. Les fautes se multiplient et si le jeu perd un peu en précision, il gagne en intensité. Visiblement la Belgique tient son match référence. Douglas Costa fixe Courtois mais celui-ci se détend et repousse la frappe. Nous entrons dans le dernier quart d'heure et Coutinho sert Renato Augusto qui vient d'entrer et reprend de la tête. Courtois ne peut rien faire. Le Brésil revient à 1-2. Dans le petit rectangle, servi par Naymar, Furminho canonne au-dessus. La pression s'intensifie encore comme si cela était possible. Un contre de Hazard échoue sur la défense brésilienne. Isolé dans l'axe suite à une perte de balle de Kompany, l'envoi de Renato Augusto passe de peu à côté. Le Brésil a fait ses trois changements et Martinez fait monter Vermaelen pour Chadli littéralement épuisé. Le chrono n'avance pas… Naymar déborde et centre pour Coutinho isolé devant Courtois mais le Brésilien envoie dans les nuages. Hazard se fait plaquer par Fernandinho qui se fait lui aussi peindre en jaune. Il reste 4 minutes et Lukaku sort pour Tielemans… Cinq minutes de temps additionnel sont affichées. Naymar déborde et, en lutte avec son équipier du PSG, tente à nouveau le penalty, en vain. Courtois sort un dernier essai sur un tri de Naymar qui prenait la direction de la lucarne. Le gardien brésilien monte pour ce dernier corner mais c'est fini. La Belgique vient d'écrire l'Histoire.

Ce soir le Brésil, c'était les Rouges…

La meilleure attaque a marqué deux fois contre la meilleure défense.

La Belgique s'offre la demi-finale face à la France mais quand tu sors le Brésil, il ne te reste qu'une seule chose à ambitionner… le titre. Le match se déroulera cependant sans Meunier suspendu.

Samedi 7 juillet

Suède – Angleterre   0-2

Les buts: 30e Maguire, 59e Alli.

Suède: Olsen, Krafth (85e Jansson), Lindelöf, Granqvist, Augustinsson, Claesson, Larsson, Ekdal, Forsberg (65e Olsson), Berg, Toivonen (65e Guidetti).

Angleterre: Pickford, Walker, Stones, Maguire, Trippier, Lingard, Henderson (85e Dier), Alli (77e Delph), Young, Sterling (90e Rashford), Kane.

Cartes jaunes: Maguire, Guidetti, Larsson.

Arbitre: M. Kuipers (P-B).

Assistance: 39.991.

C'est à Samara que les Anglais ont éjecté la Suède du tournoi grâce à deux coups de tête de Maguire avant la pause et de Alli, à l'heure de jeu sans bien évidemment passer sous silence les arrêts décisifs de Pickford qui ont éclipsé la prestation plus terne du capitaine Kane. Les hommes de Southgate sont en demi-finale et revendiqueront une place en finale face aux Croates.

Russie – Croatie 1 - 1 (après prolongation 2-2) (penalties 3-4 )

Les buts: 31e Cheryshev (1-0), 40e Kramaric (1-1), 101e Vida (1-2), 115e Fernandes (2-2).

Les tirs au but: Smolov (0-0), Brozovic (0-1), Dzagoev (1-1), Kovacic (1-1), Fernandes (1-1), Modric (1-2), Ignashevich (2-2), Vilda (2-3), Kuzayev (3-3), Rakitic (3-4).

Russie: Akinfeev, Fernandes, Kutepov, Ignashevich, Kudryashov, Zobnin, Kuzyayev, Samedov (54e Erokhin), Golovin (102e Dzagoev), Cheryshev (67e Smolov), Dzyuba (80e Gazinskiy).

Croatie: Subasic, Vrsaljko, Lovren, Vida, Strinic (74e Pivaric), Rakitic, Modric, Rebic, Kramaric (88eKovacic), Perisic (63e Brozovic), Mandzukic.

Cartes jaunes: Gazinskiy; Lovren, Strinic, Vida, Pivaric.

Arbitre: M. Ricci. 

Bonne nouvelle quand même pour le Brésil. Suite à leur élimination, c'est un arbitre brésilien qui dirige ce match. Il le fera à la perfection d'ailleurs. Pour rappel, Chadli et Fellaini étaient rentrés comme des morts de faim lors du match contre le Japon alors que la Belgique était menée 0-2. C'est un peu ce qu'ont fait les Russes face aux Croates qui ont pourtant pris la possession de balle à leur compte (70%) en première mi-temps. Force est de constater que la Russie joue relativement bas avec une ligne de 4 ou 5 défenseurs pratiquement sur la ligne de son rectangle et une autre quelques mètres plus haut. Un double rideau de fer quoi ! A la 32e, Cheryshev servi par Dzyuba, très actif, ouvre la marque d'un envoi (1-0) dans la lucarne et ce juste après une longue domination croate. Emportés par l'euphorie, les Russes tentent d'en mettre un deuxième mais sur un contre, les Croates égalisent sur une reprise de la tête de Kramaric servi par Mandzukic (1-1). Ce nul à la pause laisse augurer d'une suite à tout le moins intense et elle le sera, notamment suite à un envoi de Perisic qui heurte l'intérieur du poteau avant de longer la ligne sans la franchir. Inquiétude pour les Croates peu avant la fin du temps réglementaire, le gardien Subasic semble se claquer mais les trois changements ayant déjà été effectués, il termine les 90' puis décide, à l'entame de la prolongation (qui autorise un quatrième changement), de poursuivre.

 La Croatie joue alors la deuxième partie de la prolongation avec un gardien diminué. Peu avant la fin de la première prolongation, à la 102', Vida, de la tête donne l'avance à la Croatie (1-2) mais à la 115e, Fernandes égalise de la tête en prolongeant un coup franc (2-2). La séance de tirs au but brisera le rêve russe d'accéder à la finale.

1/2 finale

2018 07 10 une france belgique.jpg

Mardi 10 juillet 2018

France – Belgique 1 - 0

Quelques lignes avant le match :

La tension monte un peu partout et en particulier dans les rédactions sportives qui rivalisent en imagination pour trouver La Une qui fera La Une des Unes. Jeux de mots aidant, le titre "La Guerre des Goals" s'avère particulièrement savoureux. Pour ce qui est du match, ce sont les incertitudes qui dominent. En effet, sur le papier, les deux équipes sont très proches l'une de l'autre, se respectent et se craignent. C'est pourquoi, mon pronostic, en dehors de toute tendance émotionnelle et préférentielle sera à nouveau de 3-3. Auquel cas, c'est le football qui aurait assurément été gagnant.  

La grosse question côté belge est de savoir qui remplacera Thomas Meunier, malheureusement suspendu au moment où il montait dans les tours. 

La France affronte (reçoit, sur papier) son voisin d'outre-Quiévrain en demi-finale à moins que ce ne soit le contraire puisque c’est la meilleure attaque actuelle du tournoi qui va se dresser sur la route des Bleus sur la pelouse de Saint-Pétersbourg. Des Bleus à la conquête d’une deuxième étoile sur le maillot. Des Diables rouges à la recherche désespérée de leur première.
Cela valait-il la peine de courir en Russie pour en arriver là ? On aurait pu jouer deux matches aller-retour ; l’un à Lille, l’autre à Bruges et le tour était joué. Ben oui, entre voisins de palier on aurait pu s’arranger.
Quoi qu’il arrive, cette soixante-quatorzième (ou septante-quatrième) confrontation de l'histoire entre nos deux pays passionne.
Les Belges connaissent les Français par cœur et réciproquement puisque de nombreux joueurs des deux formations fréquentent mêmes championnats et parfois mêmes clubs et ils vont se retrouver sur la pelouse du stade Krestovski de Saint-Pétersbourg (Russie) pour se départager.
A Chelsea, N'Golo Kanté, Michy Batshuayi, Thibaut Courtois, Eden Hazard et Olivier Giroud se côtoient.
A Tottenham, Hugo Lloris, Jan Vertonghen, Toby Alderweireld et Moussa Dembélé.
A Manchester United, Paul Pogba, Romelu Lukaku et Marouane Fellaini et trois aussi à Manchester City, soit Benjamin Mendy, Kevin De Bruyne et Vincent Kompany.
Au FC Barcelone, il y a deux Bleus et un Diable rouge : Samuel Umtiti, Ousmane Dembélé et Thomas Vermaelen.
Et en France, ils sont quatre à avoir porté le maillot du PSG cette saison : Alphonse Areola, Presnel Kimpembe, Kylian Mbappé et Thomas Meunier et trois, celui de l'AS Monaco Thomas Lemar, Djibril Sidibé et Youri Tielemans.
Est-ce un bon signe, tous ces rapprochements ? Pourquoi pas ? Thomas Meunier a bien maîtrisé Naymar, la star brésilienne.
On peut ajouter également qu’ils se croisent souvent en championnat même s’ils n’évoluent pas dans le même club comme par exemple Nacer Chadli à West Bromwich qui joue en Premier League.
Et si on ajoute le « nouveau Belge », Thierry Henry, un ex-champion du monde infiltré, oui, la réunion familiale est bien lancée… une véritable fête des voisins.
On peut aussi rappeler que la dernière défaite des Diables remonte au 1er septembre 2016 contre l’Espagne (0-2), oui, la France a toutes les raisons de se méfier de la Belgique.
Laissons-leur croire qu’ils sont les plus forts… Ce sera notre meilleur atout.

France – Belgique 1 – 0 

Le but : 51e Umtiti (1-0)

France : 1 Lloris, 4 Varane, 5 Umtiti, 2 Pavard, 21 Hernandez, 6 Pogba, 13 Kante, 14 Matuidi (86e Tolisso), 10 Mbappé, 7 Griezmann, 9 Giroud (85e Nzonzi).

Belgique : 1 Courtois, 2 Alderweireld, 4 Kompany, 22 Chadli (90e+1 Batshuayi), 5 Vertonghen, 6 Witsel, 19 Dembélé (60e Mertens), 8 Fellaini (80e Carrasco), 7 De Bruyne, 10 E. Hazard, 9 Lukaku.

Cartes jaunes : Alderweireld, Vertonghen, Hazard, Mbappé, Kante.

Assistance: 64.286

Arbitre : M.Cunha (Uru)

C’est la France qui met la balle en jeu et contrairement à la Belgique en ce cas-là, Mbappé se rue immédiatement vers l’avant pour d’emblée créer un danger qui est écarté. Après quelques moments d’observation, Hazard s’offre sa première percée qui aboutit à un corner que Chadli négocie très mal. L’image du but d’ouverture face au Brésil s’estompe ainsi d'entrée de match. En perte de balle, les Français jouent vraiment très bas, laissant une possession de balle stérile aux Diables. Dès qu’ils le peuvent, les Bleus partent en contre sinon ils sont tous régulièrement dans les quarante derniers mètres. Une sortie de Pogba isole Mbappé qui prend l’axe central belge de vitesse mais Courtois sort dans les pieds de l’attaquant. A la 13e, Lukaku, pas du tout à l’aise entre Varane et Umtiti, touche sa première balle mais il est hors jeu. Au quart d’heure, Dembélé sert De Bruyne qui isole Hazard mais l’envoi d’Eden frôle le montant. La Belgique a la possession mais la France s’avère dangereuse lors de chaque jaillissement. A la 18e, un tir cadré de Matuidi est capté par Courtois. Un envoi bien placé de Hazard prend la bonne direction mais Varane sauve en corner. Une ouverture de De Bruyne vers Fellaini est annihilée par un Lloris impérial. A la 20e, un troisième coup de coin pour les Belges aboutit dans les pieds d’Alderweireld qui tire à la retourne mais Lloris se détend. Un centre de De Bruyne est écarté par Umtiti alors que Lukaku et Fellaini étaient à l’affût. A la demi-heure, Vertonghen étale Mbappé mais le coup franc reste sans suite, le heading de Giroud passant à côté.

Griezmann sert Mbappé qui sollicite Giroud mais celui-ci manque sa reprise devant Courtois. Les pertes de balle se multiplient dans le camp belge. Une faute de Dembélé sur Pogba aux abords du rectangle offre une opportunité à Griezmann qui tire dans le mur peu avant la pause qui survient sur un pauvre 0-0.

Les 58% de possession de balle en faveur de la Belgique n’ont rien apporté. Lukaku, Giroud et Griezmann sont relativement bien maîtrisés de part et d'autre.

A la reprise, un centre de Witsel aboutit sur la tête de Lukaku qui place hors cadre.

Les Belges cherchent l’ouverture, la France est repliée, à dix dans leurs trente mètres. Sur un contre, Giroud tire mais Kompany dévie en corner. Un corner qui s’avèrera mortel pour la Belgique, Griezmann trouvant la tête de Umtiti 1-0.

Le match est terminé mais on ne le sait pas encore. Notre génération dorée a eu une chance inespérée de gagner un titre mais ce ne sera pas encore pour cette fois. La France prend tout doucement la main sur nos Diables. C’est Dembélé qui sauve Courtois sur une tentative de Giroud. A l’heure de jeu, Martinez fait entrer Mertens qui, s’il apportera un peu de fraîcheur ne trouvera pas non plus la solution. Les Français jouent avec 5 ou 6 en ligne devant Lloris, ne pratiquant plus que le contre. Le chrono tourne, les occasions se font rares. Lukaku est parfaitement contrôlé par Umtiti et Varane. Mbappé enflamme régulièrement le stade dès qu’il touche le ballon. Les gains de temps se multiplient dans le camp des Bleus mais la Belgique a perdu sa flamboyance. Et, quand, à dix minutes de la fin, Hazard, fauché par Giroud, aurait pu bénéficier d’un bon coup franc aux abords du rectangle, l’arbitre ne le siffle pas. Il reste 10 minutes, Martinez remplace Fellaini par Carrasco. Mais c’est fini. La France appliquera alors toutes les mauvaises ficelles du football pour atteindre son but au point que l’arbitre accordera 6 minutes de temps additionnel. Martinez fera un dernier changement, Batshuayi pour Chadli à la 90+1. Peut-être, non assurément, trop tard et incompréhensible de ne pas avoir jouer son va-tout plus tôt monsieur Roberto Martinez.

Immense frustration dans le clan belge.

Mercredi 11 juillet

Croatie  - Angleterre 1-1  (après prolongation 2-1)

Les buts 5e Trippier (0-1);68 e Perisic(1-1); 109e Mandzukic (2-1).  

Croatie : Subasic, Lovren, Vida, Vrsaljko, Strinic, Brozovic, Rakitic, Modric, Rebic, Perisic, Mandzukic. Remplacements 95e Pivaric pour Strinic; 101e Kramaric pour Rebic; 115e Corluka pour Mandzukic; 119e Badelj pour Modric.

Angleterre : Pickford, Walker, Maguire, Stones, Trippier, Young, Henderson, Dele, Lingard, Sterling, Kane. Remplacements 74e Rashford pour Sterling; 91e Rose pour Young; 97e Dier pour Henderson. 112e Vardy pour Walker.

Arbitre : M. Cakir (Tur)

Cartes jaunes : Mandzukic, Rebic et Walker.

Assistance: 78.011

Troisième prolongation pour Modric et ses potes. Une nouvelle fois, ils sont allés au bout après avoir pourtant été menés 0-1 assez rapidement.

Ils s'étaient arrêtés en 98 en demi-finale face à la France qui l'avait emporté par 2 à 1. Les Croates vont donc avoir l'occasion de prendre leur revanche, vingt ans plus tard. Au total, en Russie, en comptabilisant leurs séances de prolongation, ils auront joué un match en plus que leur opposant français. Ce sera difficile mais ils peuvent y croire...  

Petite finale

Samedi 14 juillet

Belgique – Angleterre   2-0

Saint Petersbourg

Les buts : 4e Meunier 1-0, 82e Hazard (2-0)

Belgique : Courtois, Alderweireld, Kompany, Vertonghen, Meunier, Chadli (38e Vermaelen), Tielemans (77e Dembélé), Witsel, De Bruyne, Hazard, Lukaku (60e Mertens).

Angleterre : Pickford, P.Jones, Stones, Maguire, Trippier, Loftus-Cheek (73e Alli), Dier, Delph, Rose (46e Rashford), Kane, Sterling (46e Lingard).

Arbitre : Faghani

Cartes jaunes : Stones (52e), Maguire (77e), Witsel (91+3)

Après quelques secondes d’observation, Courtois lève bien la tête et sert Lukaku qui sollicite Chadli sur le flanc gauche. Nacer centre pour Meunier qui dépasse Rose, son opposant et ouvre la marque en propulsant le ballon au fond des filets de Pickford moitié du genou, moitié du tibia. On joue depuis 3’39’’ et c'est 1-0. Ce qui est tout aussi remarquable avec ce but, c'est que Meunier devient le 10e buteur différent lors de ce mondial.

Sur chaque attaque, les Belges se montrent dangereux tandis que les Anglais ne créent aucun danger réel. A la 11e, De Bruyne, servi par Lukaku, tente sa chance mais Pickford repousse. Au quart d’heure, une ouverture lumineuse de De Bruyne isole Lukaku qui arrive un rien trop tard, après avoir manqué son contrôle.

Pendant les vingt premières minutes, les Diables maîtrisent bien leur sujet et affichent une attitude dominante. L’introduction de Tielemans s’avère positive jusqu’à présent. Le match est agréable à suivre. Les deux équipes se lancent vers le but adverse dès qu’elles le peuvent et le match est d’une correction exemplaire… Un vrai match amical. A la limite, pas besoin d’arbitre. L’apport de Meunier à droite s’avère très important et laisse quelques regrets quant à son absence face à la France. Un corner tiré par De Bruyne vers Tielemans aboutit à Alderweireld qui, à la retourne, place au-dessus.

A la 35e, après un centre, Chadli se blesse. Il est remplacé par Vermaelen quelques instants plus tard.

La Belgique séduit en cette première période.

A la reprise, les Anglais semblent motivés à revenir au score et forcent un corner au cours duquel Maguire met son doigt dans l’œil de Kompany. A la 55e, De Bruyne isole encore Lukaku qui manque une deuxième fois son contrôle, arrivant encore un rien trop court devant Pickford. Mertens le remplace peu après et offre par la même occasion le titre (probable ?) de meilleur buteur à Kane avec six buts puisque Romelu restera bloqué à quatre. Les Anglais restent dangereux essentiellement sur les phases arrêtées.

Martinez a la bonne idée de rendre un peu de temps de jeu à Dembélé qui avait manqué son match contre la France. Celui-ci a pu fêter sa 80e cap. D'un autre côté, Martinez n'en donnera pas à Batshuayi qui était rentré à la 90+1 contre la France alors qu'il fallait au moins égaliser pour rester dans le coup. Seuls les fans inconditionnels de Martinez auront compris ce changement dans les arrêts de jeu contre la France. Pourquoi pas plus tôt ? 

Si Courtois peut encore se parer d'une troisième clean sheet lors de ce tournoi, c'est aussi à Alderweireld qu'il le doit quand celui-ci lui a sauvé la mise à la 70e quand Dier a surpris Courtois d'une petite louche qui prenait la direction des filets mais le retour d'Alderweireld sur la ligne a permis de transformer cette occasion en corner.  

A la 80e, les Belges pratiquent en contre et sur l’un d’eux, une volée de Meunier, servi par Mertens échoue à cause d’une détente de Pickford qui empêche Thomas d'inscrire un but d'anthologie. Une action collective géniale.

Il reste 8 minutes quand une contre-attaque géniale offre le deuxième but à Hazard via une ouverture (parmi tant d'autres) de De Bruyne (2-0) qui a sorti ce samedi quelques passes de génie...

Voilà, les Belges terminent sur la troisième marche du podium à la satisfaction d'une grande majorité mais n'est-ce pas là le service minimum, vu la qualité du noyau ? A chacun son opinion. 

Finale

Dimanche 15 juillet 2018

France - Croatie 4-2

Les buts: 18e Mandzukic contre son camp (1-0), 28e Perisic (1-1), 38e Griezmann s.p. (2-1), 58e Pogba (3-1), 65e Mbappé (4-1), 68e Manzukic (4-2).

Assistance : 78.011

Arbitre : Nestor Pintana (Arg.)

Cartes jaunes : Kante, Hernandez, Vrsaljko.

France : Lloris, Varane, Umtiti, Pavard, Hernandez, Pogba, Kante (53e Nzonzi), Matuidi, Mbappé, Griezmann, Giroud (80e Fekir).

Croatie : Subasic, Lovren, Vida, Vrsaljko, Strinic, Brozovic, Rakitic, Modric, Rebic (70e Kramaric), Perisic, Mandzukic.  

La France mène 2-1 à la pause en ayant utilisé à la perfection deux phases arrêtées. Un coup franc forcé puis tiré par Griezmann qui plonge aussi bien que Naymar aboutit sur la tête de Mandzukic qui dévie dans ses filets (1-0). Dix minutes plus tard, Perisic égalise d'un tir tendu (1-1) mais, encore dix minutes plus tard, il touche la balle de la main sur un centre dévié par Matuidi sur son bras. Le VAR intervient, l'arbitre consulte et montre le point de penalty. Griezmann convertit (2-1). La France, un seul tir cadré, sur penalty, avant la pause mène...2-1.  

A la 58e, Pogba, du pied gauche trompe Subasic. Le match semble joué. Après leurs trois matches de prolongation, il était permis de penser que les Croates commenceraient à éprouver des difficultés à partir de l'heure de jeu et ce fut le cas puisque c'est à la 65e que Mbappé, servi par Hernandez portait le score à 4-1. Trois minutes plus tard, à la 68e, une erreur de Lloris permettait à Mandzukic de ramener à 4-2. Finale 8 dirait-on au casino pour les buts inscrits aux minutes 8, 28, 38, 58, 68. Que va-t-il arriver aux 78e et 88e ? Pas grand-chose si ce n'est que le bloc français s'est reformé à 4 ou 5 devant le rectangle et les autres un rien devant.

Le champion du monde joue replié dans ses 35 mètres et même un peu plus bas.

Sur l'ensemble des matches, la finale, c'était celui opposant la Belgique au Brésil. Là on a vu du football.

La Coupe du Monde en chiffres

Tous les matches

Phase de groupes

14 06 2018     Russie - Arabie saoudite 5-0 

15 06 2018     Egypte – Uruguay 0-1     

15 06 2018     Maroc – Iran 0-1

15 06 2018     Portugal – Espagne 3-3

16 06 2018     Argentine – Islande 1-1

16 06 2018     Croatie – Nigeria 2-0

16 06 2018     France – Australie 2-1

16 06 2018     Pérou – Danemark 0-1

17 06 2018     Allemagne – Mexique 0-1

17 06 2018     Costa Rica – Serbie 0-1

17 06 2018     Brésil – Suisse 1-1

18 06 2018     Belgique – Panama 3-0

18 06 2018     Tunisie – Angleterre 1-2

18 06 2018     Suède – Corée du Sud 1-0

19 06 2018     Colombie – Japon 1-2

19 06 2018     Pologne – Sénégal 1-2

19 06 2018     Russie – Egypte 3-1 

20 06 2018     Uruguay – Arabie saoudite 1-0

20 06 2018     Portugal –Maroc 1-0

20 06 2018     Iran – Espagne 0-1

21 06 2018     Danemark – Australie 1-1

21 06 2018     France – Pérou 1-0

21 06 2018     Argentine – Croatie 0-3

22 06 2018     Brésil – Costa Rica 2-0

22 06 2018     Serbie – Suisse 1-2

22 06 2018     Nigéria – Islande 2-0

23 06 2018     Corée du Sud – Mexique 1-2

23 06 2018     Allemagne – Suède 2-1

23 06 2018     Belgique – Tunisie 5-2

24 06 2018     Angleterre – Panama 6-1

24 06 2018     Japon – Sénégal 2-2

24 06 2018     Pologne – Colombie 0-3

25 06 2018     Uruguay – Russie 3-0

25 06 2018     Arabie saoudite – Egypte 2-1 

25 06 2018     Iran – Portugal 1-1 

25 06 2018     Espagne – Maroc 2-2

26 06 2018     Danemark – France 0-0

26 06 2018     Australie – Pérou 0-2 

26 06 2018     Islande – Croatie 1-2

26 06 2018     Nigéria – Argentine 1-2 

27 06 2018     Serbie – Brésil 0-2

27 06 2018     Suisse – Costa Rica 2-2

27 06 2018     Mexique – Suède 0-3

27 06 2018     Corée du Sud – Allemagne 2-0

28 06 2018     Angleterre – Belgique 0-1

28 06 2018     Panama – Tunisie 1-2

28 06 2018     Sénégal – Colombie 0-1

28 06 2018     Japon – Pologne 0-1

1/8 de finale (élimination directe)         

30 06 2018     France - Argentine 4-3

30 06 2018     Uruguay - Portugal  2-1

01 07 2018     Espagne - Russie 1-1 (pen. 3-4)

01 07 2018     Croatie - Danemark 1-1 (pen. 3-2)

02 07 2018     Brésil - Mexique 2-0

02 07 2018     Belgique - Japon 3-2

03 07 2018     Suède - Suisse 1-0

03 07 2018     Colombie - Angleterre  1-1 (pen. 3-4)

1/4 de finale (élimination directe)  

06 07 2018     France - Uruguay  2-0

06 07 2018     Brésil - Belgique   1-2

07 07 2018     Suède - Angleterre  0-2

07 07 2018     Russie - Croatie   1-1 (après prolongation 2-2) (penalties 3-4)

1/2 finale (élimination directe)

10 07 2018     France - Belgique  1-0

11 07 2018     Croatie - Angleterre  1-1 (après prolongation 2-1)

Petite finale

14 07 2018   Belgique - Angleterre   2-0

Finale

15 07 2018 France - Croatie   4-2

Les buteurs belges (16 buts) 

Lukaku 4; E.Hazard 3; Mertens, Batshuayi, Januzaj, Vertonghen, Fellaini, Chadli, Kompany (via Fernandinho), De Bruyne et Meunier 1.

 

 

Les commentaires sont fermés.