Les subsides pour la restauration du "Maka" seront accordés

Degée Arthur (1).JPGLes subsides pour la restauration du Maka seront accordés.

Il y a suffisamment de temps que l’on en parle, déjà en 2010 mais du côté de la Maison de la Laïcité, un projet de restauration avait été émis mais sans être concrétisé.

Par la suite, ce dossier avait refait surface au sein des têtes pensantes de la Commune de Trooz puisque c’est le 28 avril 2014 que le Conseil communal avait adopté la rénovation du Maka en infrastructure touristique polyvalente. Aujourd’hui cette rénovation fait l’objet d’une fiche-projet dans le PCDR (Programme Communal de Développement Rural) et son financement est prévu à l’exercice budgétaire 2018.

Régulièrement, les autorités communales, notamment le bourgmestre Fabien Beltran et le conseiller communal cdH Arthur Degée, très proche du dossier, (mais évoluant sous le sigle MR) ont assailli le ministre de rappels à ce sujet.

Comme nous le confirme Arthur Degée qui a vraiment suivi ce dossier avec beaucoup d'attention et de motivation, « L’ancienne forge dénommée le Maka, actuellement plus qu’en ruines, vient d’obtenir du Gouvernement de Wallonie, ce 24 mai 2018, et sur proposition du Ministre cdH, René Collin, les subsides nécessaires, si pas à la restauration du site à l’identique, à tout le moins à sa transformation en une salle notamment à vocation patrimoniale et touristique. Dans les motivations avancées par le PCDR, les charpentes et les murs en moellons de pierre seront au maximum conservés. Les éléments disparus ou dont la consolidation n’est pas possible seront remplacés par des matériaux modernes tels que le verre et le métal. »

Qui plus est, la restauration de ce bâtiment ne peut qu’apporter un plus à la sauvegarde du patrimoine local, à la convivialité et l’utilisation des espaces publics. Un énorme plus également dans le développement du tourisme vert et culturel dans lequel la commune de Trooz semble s’être inscrite depuis 2013.

Mais, avant de clôturer cette annonce, qu’est-ce que le Maka ? Il s’agit d’un marteau-pilon, une machine-outil de forge mise au point en 1841, peut-être même avant. Il a contribué au développement de l'industrie métallurgique dans notre région. Ce marteau était utilisé pour la mise en forme des métaux en se servant de la force hydraulique de la Vesdre voisine.

C’est sans doute pour cela que l’on a appelé ce bâtiment le "Maka" alors qu’en fait il n’en aurait probablement jamais abrité entre ses murs mais nous n’allons pas ergoter là-dessus. Laissons aux spécialistes de notre histoire industrielle le soin de corriger si besoin en est. Selon Jean-Marie Bastin, il y a bien eu un maka à cet endroit mais paradoxalement, c'était avant la construction du bâtiment en question. N'hésitez pas à compléter cet article au moyen de vos informations. 

Commentaires

  • Merci Arthur pour ton travail incessant en faveur de ce bâtiment aujourd'hui dans un triste état mais qui une fois restauré va donner une nouvelle dimension au site de la Fenderie. Merci aussi aux autres (ils se reconnaitront).

    Un seul regret : que l'un des plus grands défenseurs et connaisseurs de notre patrimoine n'ait pas eu l'occasion de recevoir cette excellente nouvelle. Je suis néanmoins certain qu'il s'en réjouit !

    Fin septembre 2012, un ancien élu proposait de raser le bâtiment du Maka et de le remplacer par 3 places de parking. Véridique !

    On va faire bien mieux que cela et doter la commune d'un outil de valeur, au bénéfice de notre histoire, des habitants (et en premier ceux de la Fenderie), des randonneurs et de notre avenir commun.

    C'est sûr, il reste du chemin à parcourir et nous ne sommes pas à l'abri de surprises et d'imprévus. Mais quand on sait où l'on va, on y arrive toujours.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel