La fête est finie explique le Conseiller communal Olivier Baltus

J-165.jpgLa fête est finie ; que les choses sérieuses commencent

Hier mardi 1er mai, c’était la fête. A Charleroi, Court-Saint-Etienne, Liège… On y a parlé de valeurs, d’engagements, de solidarités… et des élections à venir, les communales d’octobre 2018.

A Trooz également on a fait la fête, et on y a parlé des prochaines élections. Elire librement ses représentants est ce qui caractérise notre démocratie, un droit acquis au fil du temps. Pour que ce choix porte au pouvoir des élus pleinement légitimes, il doit être posé en connaissance de cause.

Pour gérer la Commune de 2018 à 2024, 19 élus seront désignés puis, au terme de négociations entre les divers partis et groupes représentés, un Collège dirigé par un Bourgmestre sera mis en place.

Il s’agit de choisir « les bonnes personnes ». Il s’agit aussi pour tous les votants de se poser la question de ce que doivent être de bons élus. Les enjeux ne sont pas minces : à l’échelle locale, là où « tout le monde se connaît », les grands défis auxquels la société est confrontée se posent également ! Entre autres : la précarisation d’une partie de la population, les nouveaux modes de consommation et le danger qu’ils font peser sur le commerce local, la qualité de nos espaces publics, l’attrait de la Grand’Rue, l’urbanisme et la préservation du caractère rural de nos villages, nos relations humaines réinventées sur les réseaux sociaux, le stress d’une vie où tout doit aller vite, une mobilité durable, un environnement sain, un avenir pour les prochaines générations…

Dans sa configuration actuelle, 17 des 19 élus du Conseil communal appartiennent à la majorité PS-MR-EcoVa. En 2012, à la même période de l’année, une opposition structurée était déjà en campagne, exposait sa vision du bilan de la majorité PS-MR de l’époque et proposait son propre programme électoral. Aujourd’hui, PS, MR et EcoVa s’apprêtent à convaincre les élus que le travail n’est qu’entamé et qu’il doit être poursuivi au cours des 6 prochaines années. Chacun, sans vraiment questionner le résultat d’une législature à laquelle il aura participé, rappellera ce qui fait son ADN afin si possible d’au moins conserver un électorat sensé lui être acquis (le social et la proximité pour l’un, l’entrepreneuriat et le développement économique pour l’autre et l’environnement et la bonne gouvernance pour le troisième). Et l’élargir pour décrocher la timbale.

De quoi parle-t-on ?

Même avec l’entrée en lice de nouvelles listes, Il est très probable que les débats se résument à peu de choses en termes d’analyse et de critique du bilan de la législature et de confrontation des idées. Ce qui serait contraire aux intérêts de la démocratie. Un homme ou une femme politique a vocation à débattre de ses idées et à exposer une perspective pour la communauté qu’il se propose de représenter.

Les citoyens qui se rendront dans les isoloirs le 14 octobre 2018 ne remettront pas une procuration à des candidats mais un mandat. Et pour cela, il leur faudra aussi cocher « pour de bonnes raisons ». A ce niveau, les candidats (nouveaux ou sortants) et les votants ont chacun un rôle à jouer. Les premiers doivent présenter et débattre de leur programme. Les seconds doivent s’informer et se questionner. La liberté d’expression et d’interpellation est une autre caractéristique de notre démocratie ; un droit mais aussi un devoir. Parmi les élus, savez-vous qui a fait quoi depuis 2012 ? Vous questionnez-vous quant aux enjeux liés à la construction de lotissements 3 ou 4 façades le long des routes de campagne ? La piètre qualité de certaines places à Fraipont et Nessonvaux vous intéresse-t-elle ? La place de la voiture et les modes alternatifs de déplacement, l’engagement citoyen, l’intégration du parc d’activités de Prayon dans son environnement, l’accueil et la prise en charge au commissariat de police de Prayon, les infractions urbanistiques, les « aménagements raisonnables » permettant aux enfants souffrant d’un handicap de poursuivre une scolarité normale dans nos écoles communales, l’entretien des chemins, la valorisation du patrimoine, les dépenses du CPAS, la mise en ligne des derniers PV approuvés des Conseils communaux…, ça vous intéresse ? La communication communale et les cours de récréation de nos écoles, elles vous satisfont ? En tout cas, cela devrait intéresser les élus et candidats ; sinon, les Trooziens doivent leur en parler.

Quel bilan ?

Faire son bilan et celui de sa formation politique est un exercice utile et salutaire qui demande humilité et clairvoyance. Au terme de leur mandat, chaque élu doit faire son bilan, moi y compris. Le travail de l’opposition, critique mais constructif comme j’ai décidé de la mener dès novembre 2013, s’est entre autres traduit par près de 500 articles / articulets publiés sur mon blog www.infotrooz.be. Cela me paraît être une bonne manière, parmi d’autres, de revisiter mon engagement et d’apprécier mon respect du « contrat » passé avec (tous) les électeurs.

Ce qui nous attend…

Le PS est la composante politique la plus importante à Trooz avec 9 élus dont 4 membres du Collège (dont le Bourgmestre) sur 6. Lors de son assemblée générale du 27 février 2015, l'Union Socialiste Communale (USC) de Trooz présentait « la gestion communale : le bilan et les perspectives par les mandataires socialistes ». Dans l'éditorial de "Libre & Rouge" sorti le même mois, elle y annonçait ceci : " notre équipe a déjà mis en œuvre près de 70% de notre programme ". Avant même la mi-législature, il fallait oser ! Manque d’ambition ou aveuglement ?  

La politique se pratique en équipe et ce qui importe, c’est la Déclaration de Politique Générale, document de base qui fédère la majorité (EcoVa – MR – PS) et présentée en public par le Bourgmestre lors du 1er conseil communal le 3 décembre 2012. Ce « programme de gestion » qui définit le cap de travail pour toute la législature n’est plus disponible sur le site internet de la commune. Cette situation, absurde, est une porte ouverte aux tenants du « les politiciens sont tous des menteurs ».  

"Des faits et non des paroles" : cet engagement, c'est celui de notre Bourgmestre Fabien Beltran fin 2012, lorsqu'il a ceint l'écharpe mayorale. Depuis le communiqué de presse de l’USC le 9 avril, on sait qui (les mêmes échevins et quelques autres personnes) mais on ne sait toujours pas pourquoi (quel bilan, quelles propositions, quel programme). A une interpellation de ma part, le Bourgmestre me répondait aujourd’hui même en révélant quelque peu le modus operandi et en précisant que ledit programme devrait me plaire puisqu’il sera « de gauche et vert » ; oui, cela me plairait beaucoup.

Ce sera bientôt à vous de décider

Le 14 octobre 2018, à l’heure du choix parmi toutes les listes et tous les candidats, il sera plus que jamais utile de tenir compte du bilan de chaque élu sortant et de chaque parti et se rappeler que l’intérêt général doit primer sur toute autre chose.  

Soyez sûr d’une chose : à Trooz, votre voix va compter. Car si le PS a fait monter 2 partenaires dans la majorité en 2012, c’est parce qu’il n’a pas eu le choix : on ne partage en effet pas le pouvoir par plaisir mais par obligation, en l’occurrence la nécessité de mieux assoir le nouveau Bourgmestre après le départ à la Province de Denise Laurent (et son fameux « voter Laurent, c’est voter Beltran ») et la perte d’un siège. Si ce n’est pas vous qui déciderez qui du PS, du MR et d’EcoVa montera dans la majorité, c’est vous qui déciderez lequel des trois en sera exclu.

Olivier Baltus
Conseiller communal indépendant ayant rejoint VEGA

Commentaires

  • Il est réconfortant pour le citoyen de constater qu'il existe un élu qui s'implique autant dans la vie de sa commune. Il en a d'autant plus de mérite qu'il est esseulé dans l'opposition.

  • Cher Mr.Michel, il n'y a pas qu'un seul élu qui s'implique, la grande majorité des élus s'impliquent grandement dans la vie communale de part leurs activités d'élus, leurs activités dans des associations de la commune et bien d'autre encore. Quand à l'opposition d'Olivier, qui a d'ailleurs fait partie de la majorité et à contribué à la rédaction du programme de majorité, elle est constructive en vient régulièrement en soutien aux idées développées par le collège. Nous ne sommes pas toujours d'accord mais nous avons régulièrement intégré ses remarques et il a d'ailleurs voté plus de 90% des points avec nous. Nous ne parlerons donc pas d'opposition mais de minorité ( ça a été son choix personnel ) constructive. Bien à vous.

  • Monsieur Beltran, Je suis convaincu que d'autres élus s'impliquent également : c'est d'ailleurs là leur engagement vis-à-vis des Trooziens. Mais, pour suivre de près la vie politique de Trooz, ma commune d'origine à laquelle je suis resté très attaché, j'ai pu constater à de nombreuses reprises que Monsieur Baltus mène une opposition particulièrement volontariste. Ses nombreux rapports détaillés, si bien rédigés, ses réflexions pertinentes, ses propositions constructives et sa grande franchise envers les uns et les autres sont des preuves irréfutables qu'il est , à mes yeux, un des plus actifs.
    Je suis d'ailleurs convaincu, qu'à votre place, il aurait déjà répondu à ma lettre recommandée du 1er juin 2017 !

  • Mr Baltus , merci de vos bons conseils pour savoir comment voter au cas ou le citoyen serait trop bête de le savoir( Il s’agit de choisir « les bonnes personnes ». Il s’agit aussi pour tous les votants de se poser la question de ce que doivent être de bons élus).
    Me concernant je vous ai fait confiance aux dernières élections en me disant qu'en tant qu'habitant du quartier vous serez un excellent relais de quartier auprès des autorités communales. Mais qu'alors vous avez eu l'opportunité de faire parti de la majorité et de veiller au bien être des habitants de votre quartier vous avez préféré pour de vagues raisons personnelles (au terme de leur mandat, chaque élu doit faire son bilan, moi y compris. Le travail de l’opposition, critique mais constructif comme j’ai décidé de la mener dès novembre 2013) soit moins d’un an après les élections de quitter le groupe dont vous faisiez partie et qui vous avait permis d'être présent au sein de la majorité Votre situation en tant que conseiller indépendant de l'opposition est stérile et votre intérêt pour notre quartier laisse à désirer (sérieux problème d’égouttage, entretien du bois de la spinette et d'autres encore ) que vous n'avez pas jugé bon d'en parler au conseil.
    En tant que citoyen très intéressé à la gestion de notre belle commune je vais tenir compte de vos bons conseils afin de ne pas réitérer la même erreur qu’en 2012 et vous en remercie !
    Bien à vous
    J.P. Pauwels

    Ps : Comme vous l’avez très bien dit : La liberté d’expression et d’interpellation est une autre caractéristique de notre démocratie ; un droit mais aussi un devoir.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel