L'environnement et vous... Questionnaire sur la propreté de la Vesdre et de nos forêts de Trooz... Vos réponses !

2017 09 13 enlevement arbre (3).JPGNous vous avions proposé la semaine passée un questionnaire relatif à la propreté de la Vesdre et des chemins forestiers qui parcourent nos forêts de Trooz.

33 personnes y ont participé, voici l’analyse commentée des réponses reçues.

N’hésitez pas à proposer en commentaire des sujets que vous voudriez voir être traités par nos questionnaires !

Réalisé avec la très précieuse collaboration d'Audrey Clessens.

 

Le profil des participants

Plus de 50% des participants avaient entre 40 et 60 ans. A la seconde place du podium, les plus de 60 ans avec 30%, suivis par les 25 – 40 ans et enfin les 18-25 ans. Aucune personne de moins de 18 ans n’a répondu à ce questionnaire.

1.jpg

100% des répondants ont déclaré se promener dans les forêts de Trooz et/ou le long de la Vesdre. Nous avons donc affaire à des personnes concernées.

2.jpg

Afin d’établir si les témoignages refléteraient des constations ponctuelles ou occasionnelles, nous avons demandé aux participants d’indiquer la fréquence de leurs balades. 36,4% d’entre eux disent se promener seulement si la météo leur convient, 24,2% le font une fois par semaine, 21,2% le font plus de trois fois par semaine et 18,2% sortent entre une et trois fois par semaine.

3.jpg

Prenez-vous un sachet avec vous pour jeter vos petits déchets éventuels ?

4.jpg

Alors que 24,2% des répondants disent prendre un sachet sur eux en balade, les 75,8% restant répondent qu’ils n’en prennent pas mais gardent néanmoins leurs déchets sur eux.

Aucune réponse « Non, je les jette par terre » n’a été enregistrée ! Nos lecteurs sont respectueux de l’environnement !

Trouvez-vous qu’il a trop de déchets dans la Vesdre et dans nos forêts ?

5.jpg

Majorité écrasante de « oui » avec 84,8%.

Voyons à présent ce que nos participants ont écrit dans l’encadré qui leur laissait carte blanche pour exprimer leur avis à propos de la Vesdre.

«  La Vesdre est bordée de déchets, comme chacun sait. L’opération annuelle de nettoyage est utile pour sensibiliser mais aussi pour elle-même ! Que faire pour que cette situation s’améliore ? A mon avis, informer et sensibiliser ne suffiront jamais. Il faut penser beaucoup plus en amont, diminuer les emballages produits, imaginer éventuellement des systèmes de consignes, arrêter de multiplier les poubelles n’importe où (les gens doivent comprendre que les déchets leur appartiennent et qu’il n’est pas anormal de revenir avec), appliquer le régime des sanctions, restaurer le contrôle social, mettre en place un tri sélectif lors des événements publics…. »

Un des éléments intéressants à retirer de ce témoignage est qu’il faut prendre le problème à la racine et non pas en fin de chaîne. Diminuer les emballages produits et favoriser les systèmes de consignes permettrait assurément de diminuer le nombre de déchets retrouvés dans la nature.

Imaginons un scénario où les canettes seraient toutes consignées, combien pensez-vous que nous en retrouverions encore dans la Vesdre ? Il ne passe pas un jour sans que l’on puisse trouver une canette en bord de Vesdre ou enlisée dans la vase. Si elles rapportaient un peu d’argent, leurs propriétaires ne s’en débarrasseraient pas de la même façon.

Comme l’ajoute notre participant, mettre en place un tri sélectif lors des événements publics serait un atout non négligeable dans la lutte contre les déchets. Des améliorations ont déjà été vues à ce niveau mais elles sont encore à parfaire.

En revanche, concernant les poubelles publiques, en retirer ne me semble pas être une idée propice. Il n’y en a déjà pas énormément sur la commune de Trooz, alors si on en enlève encore... Si les personnes qui délaissent leurs déchets le font déjà avec les poubelles que l’on a actuellement, je ne suis pas certaine qu’ils diminueront ce comportement avec encore moins de possibilités de point de dépôts des déchets. Par contre, une idée à envisager serait de rendre les poubelles plus « attractives ». Différentes études ont déjà démontré que les poubelles peintes pour ressembler à des monstres gueules grandes ouvertes ou à des personnages pour enfants, attirent les individus et les poussent à y jeter leurs déchets. Cela pourrait-il donner une idée de concours communal ?

« J’ai déjà eu l’occasion de participer à un de ces nettoyages (à la Fenderie) et ai été franchement dégoûtée du nombre et type de déchets qu’on y a retrouvés ainsi que des égouts à ciel ouvert qui s’y déversent (eaux sanitaires et toilettes du Ry de Mosbeux). Ce n’est pas digne d’un pays civilisé (ça m’a fait penser à ce que j’ai déjà vu dans les pays émergents comme l’Inde ou la Chine). Triste comparé à la France par exemple où l’on trouve encore des cours d’eau purs. »

Comment ne pas être en accord avec ce commentaire ? Certaines rues ne sont toujours pas reliées au réseau d’égouts et les déchets des habitants se déversent encore dans la Vesdre. Nous ne pouvons qu’espérer que des travaux d’aménagement arriveront, un jour ou l’autre.

Les autres répondants ne se sont pas étendus en explications mais la plupart parlent d’un état déplorable des berges, surtout lors des périodes suivant les crues. Ils évoquent également des déchets venant de plus haut, qui descendent dans la vallée et finissent par s’accrocher à des arbres ou qui échouent sur les berges. Néanmoins, il y a des participants qui trouvent que l’état de la Vesdre et de ses alentours est en nette amélioration et qu’il y a de moins en moins de déchets.

L’un de nos participants m’a ainsi fourni la meilleure conclusion pour cette section : « La Vesdre est propre, ce sont les gens qui…. »

Concernant l’état de propreté des forêts de Trooz, nous avons recueilli les témoignages suivants :

« Egalement très sales surtout pas loin des routes. Dépôts d’immondices ou déchets industriels sauvages parfois observés (longs traz, chemin près des fours à chaux). Le dépôt de bouteille plastique ou canettes qui me semble un phénomène assez récent est insupportable. J’ai vu des jeunes gens d’une vingtaine d’année jeter délibérément une canette dans le fossé face à ma maison à Fraipont. Quand je les ai interpellés en râlant d’avoir été nettoyer leurs crasses lors de l’opération Wallonie propre, ils ont été ramasser la canette et se sont excusés mais pas sûr qu’ils changeront d’habitude. Je ne comprends pas ce manque de civisme alors qu’on nous ressasse depuis l’enfance (école) le besoin de garder propre notre environnement. Comment conscientiser et éduquer durablement ? »

« Comme pour la Vesdre, elle est propre, les bois aussi, mais les gens, surtout les jeunes, n’ont plus aucune notion du respect. »

Concernant ces deux récits, je souhaite tout d’abord émettre une réserve : non ce ne sont pas toujours les jeunes qui sont « sales » ou « irrespectueux » ! Combien de fois n’ai-je pas vu un adulte jeter ses déchets d’emballage par terre ou ses restes de cigarette ? Ne mettons pas tout le monde dans le même sac et souvenons-nous qu’il y a 50 ans tout le monde prenait son sac de course et allait chercher ses articles en vrac, les bouteilles étaient en verre, les sachets en papier, ... Cela fait une trentaine d’années que le plastique prend de plus en plus la place de matières facilement recyclables ou moins polluantes. Néanmoins, sous l’impulsion de plusieurs jeunes justement, les commerces écoresponsables refleurissent de plus en plus. Quelle génération est à blâmer ? Celle qui a rendu le plastique indispensable ou celle qui essaie de réparer les dégâts en proposant des alternatives ? Eh bien aucune des deux. A chaque génération il y a toujours des « cons » et des « moins cons », pourquoi toujours faire des généralisations ? Comme le dirait un de nos répondants il faudrait « casser tout notre mode de vie et repartir de zéro en éduquant les jeunes... Pour qu'ils éduquent leurs parents ? »

« Les promeneurs sont dégueulasses, surtout après une marche organisée, où il y a des centaines de marcheurs. Le comité qui a fait la bonne recette, devrait être obligé de passer le lendemain pour ramasser les déchets. »

« Beaucoup mieux grâce au système de sentinelle mis en place par le syndicat d’initiative de Trooz »

« Très propre, beaucoup de promeneurs ramassent les déchets laissés par des promeneurs moins méticuleux et moins respectueux. »

« Les bois en général se portent bien, ce sont les entrées qui sont souvent pleines de déchets (entre le terrain de foot et de tennis). La route qui longe le chemin de fer regorge de canettes principalement. »

« Il n’est pas normal de voir un déchet en forêt, au niveau des chemins, je trouve que ça va encore. Par contre proche des zones plus urbanisées (ou parking), c’est la cata. Et ce qui me rend malade, ce sont les dépotoirs sauvages. Je pense au bois de Tancrémont (Trou renard, Trasenster, gare de Nessonvaux, bois de Pery vers les grosses pierres et la Brouck). »

Pour la plupart des participants, la propreté dans les forêts est bien meilleure que celle de la rivière mais beaucoup pointent du doigt les déchets jonchant les bords de nos routes, qu’elles soient ou non fortement fréquentées.

Quelle(s) solution(s) pourrai(en)t être proposée(s) pour trouver moins de déchets dans la nature ?

Beaucoup évoquent la prévention, l’éducation (en plantant des panneaux rappelant le devoir de propreté des promeneurs entre autres) mais aussi le fait de produire moins de plastiques, moins de produits à usage unique et ce afin de privilégier les emballages écoresponsables ou recyclables. J’ajouterai que l’idéal serait de ne plus produire autant d’emballages. Si les magasins arrêtaient d’emballer les produit par 2, 3 ou 4, cela ferait déjà une énorme quantité de plastique en moins dans nos poubelles. Plusieurs répondants réclament également davantage de poubelles, certains précisent même que cela évitera que les déchets laissés sur le côté ou sur le haut de la poubelle par manque de place ne s’envolent.

Un participant au questionnaire propose également de « créer une asbl de récupération et rénovation d’appareils électriques (parfois un point de soudure suffit à refaire fonctionner un appareil) ».

Beaucoup évoquent également la possibilité de consigner les canettes et bouteilles en plastique, tout en favorisant un déplacement progressif vers des matières biodégradables.

« Considérer qu’une quantité « fatale » de déchets ménagers est nécessairement générée par chaque personne (et plus par les familles d’enfants en bas âge) et détaxer les poubelles ménagères en-dessous d’un certain poids/an (service public) on verrait ainsi beaucoup moins de dépôts sauvages » nous propose un lecteur.

La question de la sanction revient également régulièrement, certains affirmant même que la prévention ne suffit plus et que la répression est le dernier moyen disponible pour améliorer la condition actuelle. Certains préfèrent la sanction financière tandis que d’autres favoriseraient les heures de travaux d’intérêt général dédiées à la récolte des déchets le long des routes ou des berges.

« Une caution sur les différentes boîtes et autres bouteilles pourrait donner l'envie à certains de les ramener au recyclage. Certaines personnes, et pourquoi pas d'ailleurs, celles dans le besoin, pourraient aussi faire un ramassage plus efficace et un tantinet rémunérateur. Par exemple : aux Francofolies à Spa, un t-shirt est offert par les organisateurs lorsqu'une personne ramène 100 gobelets vides. Conclusion : aucun gobelet par terre (certains enfants vous les demandent ou les ramassent lorsqu'ils en trouvent sur le sol). »

D’autres proposent l’installation de filets ou de grilles à des points stratégiques de la Vesdre afin de récolter les déchets flottants. Hélas, il est à craindre que ce système ne permette pas un tri sélectif efficace, même s’il réduirait drastiquement la quantité de déchets trouvés dans l’eau ou sur les berges.

Certains évoquent aussi les courses (cyclistes ou à pied) où les participants jettent leurs déchets sur les bords de route. Cela fournirait selon eux un très mauvais exemple pour les jeunes qui les regardent, que ce soit à la télévision ou dans les rues.

Voici qui clôture cette enquête sur la propreté de la Vesdre et des bois de Trooz. Soulignons tout de même que plusieurs fois le projet des sentinelles des sentiers du Syndicat d’Initiative de Trooz a été évoqué et ce, avec beaucoup de retours positifs.

Audrey Clessens 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel