Une avancée importante dans le cadre du bien-être animal

Bonne nouvelle pour les amis des animaux.

26198026_10215923078536362_6962122321055336211_o.jpg

Le Code du bien-être animal proposé par le ministre Di Antonio a été adopté ce 26 avril 2018 par le Parlement de Wallonie.

C’est une avancée incontestable car le Code du bien-être animal, vieux de trente ans a rarement fait l’objet d’adaptations.

 

La grande nouveauté, c’est qu’à présent l’animal sera considéré comme un être sensible capable de ressentir des émotions et susceptible d’être doté d’un certain niveau de conscience.

Pour parler des animaux de compagnie parmi les plus « courants » dans notre société, tous ceux qui ont eu et aimé des chiens n’en ont jamais douté.

Une profonde réforme de la loi du 14 août 1986 relative à la protection et au bien-être des animaux est donc en route.

En effet, le texte sera soumis à l’aval du Conseil d’Etat avant d’être adopté de façon définitive après une relecture et d'éventuelles adaptations.

diantonio.pngDans le communiqué du ministre Di Antonio, on peut notamment lire que

«Le Code wallon du bien-être animal comporte 12 chapitres et 125 articles. Il a pour but d’assurer la protection et le bien-être des animaux, en tenant compte de leurs besoins physiologiques et éthologiques, ainsi que de leurs rôles au sein de la société et de l’environnement. Les orientations et les avancées approuvées ce jeudi sont ambitieuses pour le bien-être des animaux en Wallonie ».

Le Code entend donc prendre en charge de nombreux aspects liés au bien-être animal.

Au plan très large, il faudra donc considérer que les animaux ont désormais des droits en regard de leur sensibilité et de leur dignité.

Concrètement, tout propriétaire d'un animal de compagnie devra désormais détenir un permis. Mais celui-ci sera automatique et sans formalité.

La maltraitance, la négligence et l'abandon d'animaux seront désormais sévèrement punis et une grille de sanction financières pouvant aller par exemple pour les abattoirs jusqu’à dix millions d'euros est établie.

L'administration wallonne peut également infliger des amendes dont les montants oscillent entre 50 et 100.000 euros.

Quelques règles sont aussi établies sur lesquelles nous reviendrons en détail lorsqu'elles seront vraiment effectives.

Vous pouvez déjà prendre note qu’il est désormais formellement interdit d'attacher perpétuellement un animal, que des abris doivent être fournis aux animaux dits de prairie, que certains animaux comme les cétacés ou les animaux à fourrure ne pourront être détenus, que les animaux domestiques ne pourront plus prendre à part à un cirque…

Pour ce qui est des abattoirs, un animal ne pourra être mis à mort qu'après anesthésie ou étourdissement. Pour vérifier, l'administration wallonne imposera l'installation de caméra de vidéo-surveillance. Ce qui évitera donc dorénavant les caméras cachées tournées par des associations de défense des animaux.

Par contre, et comme le relève GAIA, dans l’état actuel des choses, le gavage dans la production de foie gras reste autorisé.

Tout n’est certes pas parfait mais c’est là un grand pas qui a été effectué dans le cadre du bien-être animal.

Mais on est encore loin de l’arrivée, on vient d’en avoir un exemple récent avec les vœux la main sur le cœur concernant la bonne gouvernance mais ça c’est une autre histoire.

Pour en revenir à ce décret, il doit être soumis au Conseil d’Etat, puis éventuellement peaufiné et enfin voté par les députés.

Aucun calendrier n’est établi donc… c'est un peu comme les travaux sur nos routes, on sait quand ça commence moins quand ça finit !

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel