Matricule 226 *Numéro 37* 1978-79 (II)

1978 79 michel thiry tv.jpgCi-dessous, au travers de nombreuses coupures de presse, la saison1978 12 bis.jpg 1978-79 du R. Prayon FC.

Document fourni par un joueur de l'époque, Michel Thiry (à droite sur la photo).

2 septembre 1978 Royal Prayon Football Club

Pour la seconde fois au cours de ces dernières années, le Royal Prayon Football Club a échoué dans sa tentative de se maintenir en promotion. Ainsi en 1974, les « Rouge et Bleu » avaient déjà, en compagnie du FC Hannut, franchi le pas décisif mais douze mois plus tard, ils se retrouvaient parmi l’élite provinciale. Leur séjour y fut toutefois très bref puisqu’en l’espace d’une saison, ils reprenaient, avec un autre relégué, le FC Blegny, place en nationale. Cette fois pour y rester deux ans avant d’à nouveau sombrer. « Nous nous asphyxions en promotion. En fait, on peut le dire aujourd’hui, dès le mois d’octobre 1977, nous étions déjà condamnés car nos joueurs ont entamé trop tardivement leur préparation », commente William Libon.

Une équipe disparaît

Pas moins de onze éléments qui faisaient partie du noyau A il y a douze mois, ne portent plus les couleurs des « Métallurgistes ». Au rayon des départs, on note Vinko Sabic,Miguel Cuevas, Sandro Giovannini, Jacques Boué et Gaby Kusma ; les transferts de Gofflette, Magnée, Fassotte et Chefneux n’ont pas été renouvelés ; enfin le portier Mario Stipulante est suspendu jusqu’au 30 juin 1979 et Patrice Depresseux est décédé accidentellement en novembre 1977.

Pour les Prayonnais, une page est tournée car toute une génération de footballeurs qui portèrent bien haut le nom du club disparaît.

Certains ont pu penser que des difficultés financières pouvaient être à la base de cette migration car on n’ignore pas que les options hardies prises en son temps par William Libon, il est vrai, un professionnel dans le milieu bancaire, ont suscité certains remous au sein du comité. Le président nous a lui-même rassurés : « La situation financière du club n’a jamais été aussi saine. Nous avons fait face à tous nos engagements et le bilan reste positif. Bien sûr, le départ de Vinko Sabic que l’on appelait « Monsieur Prayon » ou « Monsieur 50% » a pu surprendre, mais il faut comprendre qu’après avoir été co-entraîneur pendant trois ans, le garçon avait envie de changer d’air. Miguel Cuevas, un vieux serviteur du club,se trouvait dans le même état d’esprit et Jacques Boué aura 37 ans le 1er ocotbre prochain. Quand à Sandro Giovannini, qui était sans aucun doute notre jeune le plus doué, il nous plaça devant un fait accompli en déclarant que si nous nous oppositions à son transfert, il se dirigerait vers la Ligue amateurs. »

Pour le maintien

Après avoir appliqué le principe de la cogestion, les dirigeants prayonnais reviennent aujourd’hui à une formule de direction sportive beaucoup plus classique. Par son expérience, le nouvel entraîneur, François Demarteau (40 ans) est l’homme tout désigné pour relancer une jeune équipe. Son énergie et son dynamisme ont fait sa réputation sur tous les terrains de Belgique et ces qualités sont, on le sait, des atouts majeurs parmi l’élite provinciale.

Mais tout apprentissage se paie et sans doute, avec une ligne offensive qui aura souvent une moyenne d’âge d’environ 21 ans, les forwards devront s’aguerrir pour se faire respecter.

De plus, les promotionnaires liégeois sont répartis en deux séries et comme le nombre de relégués de provinciale est automatiquement lié à celui des promotionnaires, on peut s’attendre à ce que beaucoup de formations s’alignent avec la crainte du pire. Pour toutes les équipes mais surtout pour celles qui comptent de nombreux jeunes, les premiers points revêtiront une grand importance au plan psychologique.

Une nouvelle infrastructure

Mais, après cette saison de transition, les dirigeants « Rouge et Bleu » caresseront sans aucun doute de plus hautes ambitions. Ils se montrent peu loquaces à ce sujet mais ce n’est pas pour jouer le maintien en provinciale que le terrain A, ayant acquis un statut communal est doté d’un éclairage impeccable, que le terrain B va être en vue des entraînements, pareillement équipé, qu’une nouvelle salle de réception va être inaugurée au début du mois d’octobre et que les buvettes et vestiaires ont été remis à neuf.

Une page définitivement tournée

De gauche à droite, debout : Stassart N. (soigneur), Demarteau François (entraîneur), Fil Thierry, Cafferata Henri, Renard Alain, Bastin Guy, Durieux André, Brunson Christian, Seret Victor, Grailet Richard, Remy Joseph. (vice-président), Brunson Richard (secrétaire).

Accroupis : Léonard Michel, Spodareck Robert, Thiry Michel, De Laet François, Szigetvari André, Sabic Ivan, Cuevas Miguel.

1978 2 photo.jpg

Le noyau :

Henri Cafferata (25 ans), Jean-Pierre Sougné (24 ans), Victor Seret (30 ans), Christian Brunson (21 ans), Richard Grailet (30 ans), Philippe Iovino (17 ans), André Szigetvari (25 ans), Raymond Caposecco (22 ans), André Durieux (22 ans), Ivan Sabic (30 ans), Alain Renard (22 ans), Michel Thiry (18 ans), Francesco Chacon (27 ans), Michel Léonard (25 ans), Robert Spodarek (19 ans), François De laet (17 ans), Thierry Fil (19 ans), Guy Bastin (24 ans).

Beaucoup de mouvements à Prayon qui descend en première provinciale.

Départs :Waltregny et Cancellière (Fontin), Vinko Sabic (Ferrières), Giovannini (CS Verviers), Cuevas (Remouchamps) et Bissot (Jupille).

Entrées : Michel Léonard (Neuville-en-Condroz), Henri Cafferata (Queue-du-Bois), François De Laet (Standard), Philippe Iovino (FC Liège), André Szigetvari (JS Chênée), Michel Thiry (Wandre Union), Thierry Fil (Standard) et Maurice Dumont (Fléron).

1978 3.jpg

1978 4.jpg

1978 5.jpg

1978 6.jpg

1978 7.jpg

1978 8.jpg

1978 9.jpg

1978 10.jpg

1978 11.jpg

1978 12 recoupée.jpg

 

1978 13.jpg

1978 14.jpg

1978 15.jpg

1978 16.jpg

1978 17.jpg

1978 18.jpg

1978 19.jpg

Les commentaires sont fermés.