Commémoration 11 Novembre à Trooz

Comme chaque année, le 11 Novembre est dédié à la Commémoration de l'armistice de 1918, signé le 11 novembre 1918 à 5h15. Cet armistice marquait la fin des combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918), une guerre qui a fait plus de 18,6 millions de morts, d'invalides et de mutilés dont 8 millions de civil.

Réunion au monument de Forêt, passage aux plaques commémoratives de Nessonvaux et Fraipont, messe commémorative en l’église Saint-Laurent, place du Marché à Trooz, dépôt de fleurs à la Stèle dans le parc communal puis la cérémonie se clôturait par un rassemblement des drapeaux et un dépôt de fleurs au Monument aux Morts place du 11 Novembre (gare) à Trooz, tel était le programme.

Face au Monument de la gare, Paul Lemoine et Fabien Beltran, le bourgmestre ont prononcé les discours de circonstance.

Commémoration Forêt Nessonvaux Fraipont 1 (88bis).JPGAprès avoir brièvement rappelé le contexte de cette manifestation et énuméré les pertes et dégâts en vies humaines que cette guerre avait causés, Paul Lemoine (ci-contre) s'est autorisé une petite parenthèse historique.

"Notre commune, en cet été 1914, a connu sa première tragédie. En effet, alors que la Belgique, neutre au départ, est attaquée le 4 août, le 5 août, le village de Forêt est envahi par l'armée allemande. Nos braves soldats, arrivés la veille, ne peuvent résister à cette invasion et doivent se replier. Le fantassin Joseph Imschoot, en sentinelle à l'entrée duCommémoration Forêt Nessonvaux Fraipont 1 (46).JPG village, défendant sa patrie est retrouvé dans un chemin du village, le corps criblé de balles. Plus tard, les occupants s'en prennent à la population, s'ensuit un massacre. Une dizaine de civils sont sauvagement abattus, dont six reposent au cimetière de Forêt, non loin de la tombe du soldat Imschoot. Notre souvenir devrait aussi rappeler les noms de deux hommes, Jean Lejeune et Henri Noirfalize, tous deux natifs de Trooz et actifs au niveau de la Résistance. Ils sont morts héroïquement, fusillés à la Charteuse pour des fautes légères mais pas de l'avis de l'occupant..."

Et après une courte respiration, Paul Lemoine a également évoqué la seconde guerre mondiale, encore plus meurtrière, soixante millions de victimes...  "Comme beaucoup d'entre nous, je fais partie de ces générations qui ont eu la chance d'arriver à l'âge que j'ai sans connaître ni subir de tels moments tragiques." Evoquant ensuite les nombreux affrontements de par le monde, il a indiqué que les pires atrocités se perpétuent encore actuellement et que notre arme à nous est la mémoire et le respect de nos aïeux et de leur valeur. "Les anciens de 14-18 nous ont tous quittés mais il reste quelques témoins de 40-45 qui peuvent encore nous expliquer ce que furent ces périodes de guerres. (...) Ceux-là, qui étaient à l'aube de leur vie avec leur 20 ans, et qui ont côtoyé l'angoisse, la souffrance et pire, la mort, méritent que l'on pense à eux aujourd'hui."

2017 11 11 Commémoration Gare (32).JPGLe bourgmestre Fabien Beltran quant à lui s'est d'entrée adressé aux enfants qui seront comme nous le sommes la mémoire de leur génération.

Après avoir resitué le contexte, il s'est tourné vers l'avenir. "... Et heureusement, cent ans plus tard, les petits-fils des combattants vivent en harmonie dans une union européenne dont on oublie trop souvent qu'elle est synonyme de paix durable pour notre continent."

Il a ensuite insisté sur l'impérieuse nécessité de commémorer l'anniversaire de l'Armistice et de l'assimiler à un devoir de mémoire essentiel avant de lancer un message pour la paix. "Nous avons la chance au sein de l'Union européenne de ne plus avoir vécu de guerre depuis plus de 65 ans.(...) Notre réussite ne s'étend pas, malheureusement, à toutes les régions du monde. Des conflits sont en cours un peu partout dans le monde et certains même renaissent en Europe dans des pays que l'on croyait apaisés." Et d'inciter tous les peuples en guerre de s'inspirer de l'exemple européen. Fabien Beltran a ensuite redit son inquiétude face à la montée du nationalisme et du repli identitaire dans le nord du pays.

"La paix commence par le respect mutuel. L'Histoire n'est utile que si on s'en sert pour mieux appréhender le présent. Les anciens combattants vers lesquels se tournent nos pensées aujourd'hui ne seront donc pas morts pour rien si nous continuons à profiter de leurs enseignements. Je voudrais que l'enthousiasme de nos soldats morts pour la paix soit un exemple pour les hommes de 2017 : partir à la conquête d'une société qui demande plus de justice et de solidarité."  

Ci-dessous, entourant le bourgmestre Fabien Beltran, messieurs Dresse et Patureau dont les noms de leurs papas respectifs, Albert Dresse et Jacques Patureau, figurent sur une des plaques commémoratives à Fraipont.

Commémoration Forêt Nessonvaux Fraipont 1 (4).JPG

Commémoration Forêt Nessonvaux Fraipont 1 (11).JPG

 Les photos de la Cérémonie à Forêt, Nessonvaux et Fraipont sont à votre disposition dans l'album ci-contre (cliquez ici).

Celles de la cérémonie à la Gare sont ici.

Elles figureront également bientôt sur la page Facebook de votre Blog Sudinfo de Trooz. 

Les commentaires sont fermés.