Les arbres remarquables de Sprimont

baltus ol1.JPGC'est Olivier Baltus qui, via notre rubrique dédiée au Courrier des lecteurs, vous propose cette chronique relative à l'environnement.

Elle concerne la commune voisine de Sprimont et ses arbres remarquables.

Les arbres prennent leur temps pour pousser. Mais une fois grands, comme ils sont beaux !

Sprimont compte une quarantaine d’arbres classés remarquables, souvent isolés, parfois en bouquet, dans un parc, sur une place ou en bord de route, installés là par hasard ou pour commémorer un événement. Il faut y ajouter la drève de 140 hêtres pourpres située dans une propriété privée à Andoumont. Avec le temps, plusieurs sujets ont disparu, raison pour laquelle il est utile de mettre à jour la liste. Car à côté de ces fiers végétaux égarés de la forêt, il en existe pas mal d’autres qui ne déméritent pas.

Regardons cela d’un peu plus près…

Un patrimoine vivant

27 villages et hameaux sont reconnus à Sprimont, mais aucun arbre n’est classé dans son principal village ! Il est vrai que les quelques séquoias du parc communal ne sont pas exceptionnels en soi, ni les quelques beaux hêtres d’ailleurs. Pas loin de là, le village de Lincé est bien mieux loti avec son frêne, son châtaignier et son charme qui ne manquent pas de personnalité ! Jugez-vous-même.

Lincé - frêne - 2.JPG

C’est un frêne qui se cache derrière cet abondant lierre qu’il faut lui aussi préserver...

Nul doute qu’une myriade d’oiseaux s’y abrite ! 

Lincé - châtaignier - 01.JPG

Tourmenté, ce magnifique châtaignier est encore là pour longtemps  

Lincé - charme classé - 3.JPG

Un charme à la silhouette particulière.

Et qui, lié au monument « Hazotte », est planté à l’endroit où furent fusillés 35 habitants les 6 et 7 août 1914. 

Il est d’autres arbres de Lincé qui mériteraient franchement d’être classés, d’autant plus que nous avons la grande chance que l’un d’entre eux ait été pris en photo au début des années 1900 ; à lui seul, ce beau tilleul de presque 3 m de tour rue de Xhygnez met tout le quartier en valeur ! Et que dire de ce catalpa planté lui aussi au cœur de l’habitat et qui, quelques mètres plus bas que l’église, offre un repère, son feuillage et son ombrage aux passants ?

Lincé - catalpa - 6.JPG

Catalpa de Lincé 

Lincé - charme non classé - 7.JPG

Charme non classé Rue de Namoseye 

Rue de Namoseye, à la sortie du village, notons enfin ce superbe charme lui aussi non classé dans une prairie qui offre un paysage grandiose.  

Lincé - tilleul non classé - Sur le Baty - ancienne photo 4.JPG

Tilleul non classé Sur le Baty

Photo ancienne (carte postale) et actuelle

Lincé - tilleul non classé - Sur le Baty 5.JPG

Si nous remontons sur la N30 à hauteur du Hornay, on passe à côté d’un noyer perché sur le talus et qui abrite un ancien four à pain !

Hornay - noyer - 8.JPG

Noyer perché sur le talus et qui abrite un ancien four à pain !

Facile d’imaginer un des usages des cerneaux à l’époque. Le brou est quant à lui obtenu à partir de la chair qui entoure le noyau ; ce pigment naturel sert pour la teinture du bois. Le noyer est certainement l’arbre qui débourre le plus tard au printemps. Ses très grandes feuilles composées de 7 à 9 folioles offrent un couvert léger. Le bois du noyer est lui aussi de grande valeur et utilisé pour la réalisation de crosses de fusil, la sculpture, l’ébénisterie et la coutellerie. Mais c’est la loupe, excroissance du tronc d’arbre, qui est la plus recherchée, à ne pas confondre avec la ronce taillée dans une protubérance présente à la souche de certains arbres. Les motifs de bourgeonnements serrés avec de nombreux picots pour la loupe et l'aspect tourmenté et enchevêtré de la ronce sont uniques !

A Dolembreux, au carrefour formé par la Rue Piretfontaine (N674) et le Chemin des Goffes se dresse un gros chêne pédonculé de 300 cm de circonférence. Un peu derrière, un frêne aux dimensions semblables semble vouloir le concurrencer !

Dolelmbreux - chêne - 9.JPG

Gros chêne pédonculé de 300 cm de circonférence

Une petite route champêtre et on arrive dans le hameau de Hayen, fier de son insularité et de la beauté de ses murs et de son écrin rural. Si un vieux noyer du centre du hameau a dû être abattu en 2006, s’y dresse toujours fièrement le tilleul à grandes feuilles et le calvaire de 1857 à ses pieds. Contrairement à ce que m’indique la fiche, les rameaux et la cime générale de l’arbre révèlent que sa santé n’est pas au mieux. Sans doute faudra-t-il le remplacer dans quelques années mais personne n’est évidemment pressé de se séparer d’un ami aussi fidèle.

Hayen - vieux tilleul - 10.JPG

Hayen - croix - 11.JPG

Tilleul + calvaire de Hayen

Un peu plus en retrait dans une prairie proche d’un chemin de campagne, c’est un colosse qui se dresse : de ce chêne pédonculé de plus de 4 m de tour, ma fiche renseigne un « bel arbre ». En effet !

Un saut vers le nord de la Commune nous conduit d’abord à Gomzé-Andoumont. Ces 140 hêtres rangés au cordeau formant une drève aujourd’hui assoupie offre un paysage d’une très grande beauté, évoluant au cours des saisons. Les groupes de pinsons sont nombreux en hiver à s’y nourrir des faînes au sol. Même si d’autres arbres sont classés plus dans le centre de ce hameau bien préservé, ce sont ces alignements de bouleaux âgés et recoupés à mi-hauteur qui ont toujours marqué mon attention sur le plateau, Rue Croix Henrard.

Gomzé-Andoumont - drève hêtres pourpres - 12.jpg

Drève de hêtres pourpres

Avant d’arriver à Louveigné par le bas de la côte des Forges et la N62, on passe à hauteur de la station d’épuration par lagunage où se trouve - en bord de voirie - un superbe chêne rouge d’Amérique dont les couleurs féériques en automne offrent une porte d’entrée accueillante aux visiteurs. Absent de la liste, lui aussi mériterait d’être classé ! Le parvis de l’église St-Remacle accueille l’arbre de l’indépendance ; un hêtre pourpre en fait, planté pour marquer le centenaire de notre pays et qui habille le côté gauche du clocher et son porche.

Au milieu de la Rue de la China, vous ne pourrez pas manquer le tilleul à grandes feuilles qui, comme on me le faisait remarquer, doit avoir été recépé dans son jeune âge pour présenter aujourd’hui de fortes branches aussi verticales. Il paraît qu’il embaume tout le coin de son parfum lors de la floraison, ce que l’on peut croire volontiers. À ses pieds, une croix sur un socle de pierre. 

Tiens, l’arbre le plus visible en plein cœur de Louveigné n’est pas classé ; pourtant, ce tilleul de la… Place du Tilleul est très cher aux yeux des habitants, d’autant plus qu’il abrite une croix en fer. Une lacune qui pourrait être comblée facilement. 

Louveigné - Hêtre pourpre à côté de l’église - 14.JPG

Hêtre pourpre à côté de l’église 

Louveigné - Tilleul de la rue de la China - 15.JPG

Tilleul de la rue de la China

Louveigné - Place du Tilleul - 16.JPG

Place du Tilleul au cœur de Louveigné le tilleul (non classé) + la croix en fer à ses pieds 

En direction de Banneux, j’observe un beau bouquet de 6 hêtres pourpres en retrait côté ouest de la voie rapide. Au cœur du village, mon appareil photo se pose sur le chêne rouge d’Amérique qui habille la façade latérale sud de l’Eglise Saint-Léonard. Son entre deux âges nous promet un épanouissement qui ira crescendo dans les futures années.

Banneux - chêne rouge d'Amérique - 17.JPG

Chêne rouge d’Amérique à côté de l’Eglise Saint-Léonard de Banneux  

 

Les commentaires sont fermés.