Partenariat Local de Prévention en gestation à Basse-Fraipont (suite)

plp.pngCe 23 février 2017 vous était annoncée sur ce blog Sudinfo de Trooz la possible création d'un PLP "Basse Fraipont".

En voici quelques nouvelles...

Mais, avant tout, rappelons brièvement les contingences théoriques et légales d'un PLP (Partenariat Local de Prévention) puisque son fonctionnement est régi par une circulaire ministérielle datant du 10 décembre 2010 que vous pouvez lire en cliquant ici.

Le Partenariat Local de Prévention

Un Partenariat Local de Prévention(PLP) est un accord de collaboration entre les citoyens et la police locale au sein d’un quartier déterminé. Les acteurs du projet sont les citoyens (collaborer), le coordinateur (diriger) et la police locale (concerter).

Non seulement les indépendants, mais également les organisations professionnelles et les PME peuvent prendre l’initiative de démarrer un PLP-I. Les citoyens d’un quartier commercial peuvent également être impliqués.

L’objectif est :

  • d’accroître le sentiment de sécurité général du citoyen ;
  • de favoriser le contrôle social ;
  • de propager l’importance de la prévention.

Au sein d’un partenariat local de prévention, il y a un échange permanent d’informations :

  • entre la police locale et les citoyens ;
  • par la diffusion de conseils préventifs ;
  • avec l’accent sur la diffusion de l’information opérationnelle utile ;
  • adapté aux besoins et attentes spécifiques des citoyens concernés.

Une bonne préparation et organisation sont essentielles. En outre, une évaluation permanente est également une condition pour faire évoluer le PLP en une organisation forte. Tous les partenaires concernés veilleront à un échange d’informations, dans le cadre duquel la spécificité de chaque partenaire est respectée.

Pour en revenir à la création du PLP "Basse Fraipont", celle-ci est sur rails.

En mars dernier, une vingtaine de citoyens ont assisté à une réunion d'information orchestrée par le commissaire Serge Dewez (Secova), Conseiller en prévention Vol et le bourgmestre Fabien Beltran.

A la Basse-Fraipont, si plusieurs personnes sont à l'origine des démarches destinées à la création d'un PLP, c'est Sébastien Marcq qui en est le coordinateur reconnu. Il sera aidé dans sa tâche par un coordinateur adjoint, Thierry Jamagne.

Un charte du partenariat sera cependant rédigée avant de finaliser la création officielle de ce PLP à Fraipont mais nous y reviendrons lorsque ce PLP sera effectif. 

Commentaires

  • Bonjour,
    Un des objectifs de ce PLP me fait frémir et je voudrais en savoir plus sur ce que l'on entend par "favoriser le contrôle social " ? Ce terme est loin d'être anodin !!!
    Merci de bien vouloir m'en informer,
    Cordialement,
    Anne WUIDAR

  • Bonjour,
    En prévention vol, le contrôle social est un des éléments pris en compte pour l'évaluation du risque. Il s'agit de ce que l'utilisateur de l'espace public (bien souvent, de la voie publique) peut voir d'un bâtiment sans pour autant chercher à le surveiller.
    Exemple : La façade d'une maison située dans une rue fortement fréquentée bénéficie d'un contrôle social important. Même si les passants ne surveillent pas la maison, ils réagiront s'ils voient un individu casser un carreau pour pénétrer dans le bâtiment. L'arrière de la même maison, donnant sur des buissons entourés d'une haute haie ne présentera pas le même contrôle social.
    Le but du PLP n'est va pas d'améliorer la visibilité des immeubles, bien entendu, mais de modifier la réaction des personnes qui, sans "surveiller", pourraient être témoins d'un vol ou d'un agissement suspect.

Les commentaires sont fermés.