Les Pénitents des Mées...

Quelques images des Mées, (Lei Méos en provençal) dans les Alpes de Haute Provence.

1.jpg

Permettez-moi de partager avec vous quelques images de vacances prises lors d'un passage aux Mées. 

Ce petit village des Alpes de Haute Provence, situé entre Sisteron et Manosque, jouxte une formation géologique très particulière, nommée les Pénitents

Ce nom provient de la forme d'une masse de poudingue (roche sédimentaire détritique consolidée, constituée de débris arrondis, qui sont d'anciens galets, qui ont subi un transport sur une certaine distance dans des rivières ou sur un littoral) très découpée, à côté du village, qui évoque un groupe de moines coiffés de capuches pointues. Bien que la façade des Pénitents évoque des formes rocheuses plus ou moins coniques, il s'agit d'un ensemble de crêtes et de minuscules canyons, s'interrompant simultanément sur un plan vertical. Cette formation s'étire sur 2,5 km, et l’abrupt le plus haut atteint 114 mètres.

On les appelle les Pénitents des Mées en raison de leur silhouette ; d'après la légende, ils représentent les moines de la Montagne de Lure qui ont été pétrifiés (au sens propre) par saint Donat au temps des invasions sarrasines pour s'être épris de belles jeunes femmes mauresques qu'un seigneur avait ramenées d'une croisade.

Un seul sentier permet de traverser cette barre rocheuse. Il rejoint les crêtes en partant du village et longe par le haut cet ensemble, puis le traverse à une extrémité, et le longe par le pied. Les autres canyons sont d'accès difficile et très dangereux à cause des chutes de pierres fréquentes. La pratique de l'escalade n'y est pas possible, la roche n'ayant pas la cohésion appropriée.

On trouve, dans cette masse rocheuse sculptée deux grottes d'accès facile (la grotte des Loups et la grotte du Magicien), ainsi qu'une cavité à l'accès extrêmement difficile, dans laquelle se trouve deux poutres entrecroisées (la Croix).

L'âge de cette mystérieuse Croix a été déterminé en décembre 2014 par analyse du carbone 14 : en incluant la mesure de l'incertitude lors de l'analyse, le bois a été coupé à une période entre la fin du VIIIe et le début du Xe siècle, ce qui en fait un des très rares témoignages archéologiques de cette période troublée en Provence. Vu le petit diamètre des troncs utilisés et le faible nombre de trous causés par les insectes, c'est aussi l'âge à laquelle la Croix a été installée. Grâce au contexte historique ainsi précisé, les raisons et moyens mis en œuvre pour son installation ont fait l'objet de nouvelles hypothèses communiquées en août 2015.

En outre, il a été observé dans ce labyrinthe rocheux des marques d'installations anciennes dans un endroit stratégique (entailles dans la roche pour installer des poutres), mais ces vestiges ne sont pas datables.

Au XVIIIe siècle, une galerie de 200 m est creusée au travers de la barre rocheuse afin de s'affranchir des eaux de ruissèlement qui dévastaient le village lors des orages, sous le mandat du maire Benoît Salvator.

La chapelle Saint-Roch est construite à quelques mètres de la base de la masse rocheuse, au-dessus du village. Son origine remonte au moins au XIe siècle, elle a été largement modifiée ensuite.

Source Wikipédia.

2016 08 (402).JPG

2016 08 (419).JPG

Quelques photos sur la page Facebook...

 

Les commentaires sont fermés.