Le fil de la mort

 de dodendraad Molenbeersel-Kinrooi.jpgSamedi, à l'occasion de la visite du bus Albert Ier 14-18 à Trooz, Frank Craemers avait promis une surprise et il vient de l’envoyer. Il s’agit de quelques photos récentes prises lors d'une visite à  Molenbeersel-Kinrooi où « De doodendraad », « Le fil de la mort » a été partiellement reconstruit.

De quoi s’agit-il ? 

Pendant la Première Guerre Mondiale, de nombreux Belges tentaient de se rendre aux Pays-Bas. Pourquoi ? Parce que, tout simplement, le pays était neutre et ne participait pas directement à la Grande Guerre. 

Malgré le fait que des soldats allemands contrôlaient la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas après l’invasion allemande, de nombreux volontaires de guerre, essayaient d’atteindre le front de l’Yser en pénétrant par les Pays-Bas. 

Qui plus est, les services interalliés d’espionnage, sous la direction des Britanniques, étaient installés aux Pays-Bas, donc il était primordial qu’un maximum d’informations sur le front occidental et les territoires occupés puissent atteindre la Hollande, éventuellement via cette Frontière. 

de dodendraad Molenbeersel-Kinroo 3.jpgDes Belges dont le père, le mari, le frère ou l’enfant se battaient au front, ainsi que les soldats au front essayaient comme ils le pouvaient  de rester en contact par le biais d’un échange clandestin de lettres qui transitaient aussi par cette frontière. 

De nombreux Belges, plus particulièrement ceux ayant des parents ou des amis aux Pays-Bas, mais également ceux pour qui la situation était devenue trop dangereuse en Belgique, prenaient aussi la fuite vers la Hollande.de ddoden 3.jpg

 L’état de guerre ayant inévitablement causé une pénurie de nombreux produits, la pauvreté, la faim et la misère s’installaient et, dans les zones frontalières, une contrebande bien organisée s’installait également.

Cette frontière, passage vers les Pays-Bas, perturbait évidemment l'envahisseur. 

 

Bref, à partir du printemps de 1915, les Allemands ont construit une clôture électrique du nord au sud, depuis Cadzand (près de Knokke) jusqu’au point où la Belgique, la Hollande et l’Allemagne se touchent. Or, il ne s’agissait point d’une simple clôture, au contraire, c’était une barrière électrifiée avec un voltage impressionnant de 2000 volts !  Le fil de la mort… 

 

Et c’est cette clôture qui a été partiellement reconstruite à  Molenbeersel-Kinrooi pour un devoir de Mémoire.

 Il faut savoir que ce fil de la mort était rien de moins que 350 km de clôture électrifiée. 

 

Quelques images de cette clôture ci-dessous. 

cloture1.jpg

Un soldat allemand près de la haie électrifiée.

Un panneau "Danger de mort"

cloture 2Sans titre.jpg

Le schéma de la clôture

Les photos sont du Prof. Dr. A.Vanneste

cloture3.jpg

cloture 4.png

cloture 5 Sans titre.jpg

cloture 6.jpg

cloture 7 Sans titre.jpg

Les commentaires sont fermés.