La Tragédie de Forêt (13)

Ce dimanche 7 septembre 2014, le message principal que les organisateurs et les intervenants lors de la Cérémonie d'Hommage aux Victimes de la Tragédie de Forêt ont voulu faire passer est incontestablement le devoir de mémoire, d'information, de souvenir pour ne plus jamais connaître cette barbarie. Oublier le passé ou le négliger et ne pas en tenir compte, c'est être condamné à le revivre.

De ce fait, afin de participer activement au devoir de mémoire, sur cet espace de communication Sudpresse de Trooz et de sa région, nous allons continuer à maintenir intact le souvenir des actes passés. Puisqu'il convient de mettre en garde les générations futures en les interpellant sur les événements du passé, pourquoi faudrait-il limiter le souvenir, l'information et la communication à cette seule funeste date même si elle doit être honorée début septembre ? 

Il est donc fait appel à la mémoire de tout un chacun pour partager les souvenirs. Une anecdote, des faits, tout ce que vous voulez dire à propos de cette tragédie. Si vous possédez des photos de l'époque et souhaitez les partager, n'hésitez à m'envoyer tout document par mail : charles.clessens@Skynet.be

Vos articles seront publiés à chaque fois avec le même titre, soit "La Tragédie de Forêt" suivi d'un numéro. Pour retrouver tous les articles publiés à ce sujet sur ce blog, il vous suffit de cliquer dans la liste Catégories et de choisir Tragédie de Forêt et tous les articles apparaîtront.  

C'est notre ami Jean-Claude Van Sundert (Jicé VST), Troozien expatrié à Ostende qui nous livre de précieux documents et nous relate des actes de bravoure, sous forme d'anecdote. Voici son texte :

Une anecdote mais importante !

Dans les victimes non-identifiées et donc inhumées dans la crypte, il y a Albert Letiexhe de Nessonvaux. Sa spécialité était de remplacer les hommes qui étaient réquisitionnés pour le STO. Il prenait le train à leur place aux Guillemins avec bien sûr de faux papiers et dès qu'il avait l'occasion, il sautait bas du train, les nazis ne s'apercevaient de l'histoire qu'à l'arrivée. L'AS et particulièrement Albéric Colard, officer de l'état civil à Forêt et adjoint du commandant du CT11, fournissait les faux papiers, aussi bien à Albert qu'aux réfractaires qui pour la plupart rejoignaient le refuge de Forêt ou un autre.

En annexe, une fausse carte d'identité en un faux permis de certificat de travail.

Bien à toi,

Jean-Claude

Fauuse id.jpgFaux certificat de travail.jpg

Commentaires

  • Un article historique sur Trooz peut difficilement se passer d'une anecdote de Jean-Claude. Il a toujours LA note indispensable qui donne des couleurs à l'histoire de la vie.

Les commentaires sont fermés.