Un match de foot à la TV

télévision nb.jpgCe billet s’adresse en priorité aux jeunes de maintenant, à ceux qui sont nés avec un GSM greffé dans la main et un écran de télévision vissé dans leur chambre.

Savez-vous tout d’abord que la télévision n’a pas toujours existé ? Les GSM non plus d’ailleurs.

En ces temps dits « évolués » du XXIème siècle, la mode implique d’aller voir les matches de football, notamment ceux de la Coupe du Monde sur écran géant, que ce soit dans un café ou en un  endroit prévu pour faire la fête.

Et ce serait fort bien ainsi si ce n’est qu’il n’est plus vraiment question de fête.

Quel que soit le pays, un peu partout dans le monde, la diffusion des matches de la Coupe du Monde provoque des conflits, des bagarres, des dégradations diverses, etc.

En beaucoup d’endroits, ce n’est plus la fête du foot mais c’est l’occasion donnée d’exprimer sa haine et sa violence.

Mais, que ce soit l’Algérie, la Belgique, la Croatie, l’Italie, les Pays-bas, l’Angleterre ou … ou… qui jouent, pourquoi ne pas apprécier la beauté ou la qualité d’un match de football sans se taper sur la gueule ? Pourquoi ne pas apprécier à sa juste valeur ce qui, après tout, n’est qu’une joute sportive ? Pourquoi ne pas admirer tout simplement le vainqueur ?

Et le fait d’aller voir les matches « en communauté » n’arrange pas grand-chose et pourtant, ce n’est pas nouveau d’aller voir un match à la tv en groupe.

Je me souviens, j’avais une dizaine d’années et j’habitais La Brouck.

La télévision faisait ses premières apparitions et, dans le village, il n’y avait qu’un seul poste de tv.

Il était situé chez le regretté Jean Raskin.

L’appareil était placé dans une cave et Jean Raskin avait mis des bancs dans sa cave de façon à permettre à de nombreuses personnes d’assister à la retransmission d’un match de football.

C’était lors de la saison 1958-59. Il y a donc quelques jours de cela. Le Real Madrid allait remporter, le 3 juin 1959, la finale de la Coupe des Clubs Champions en battant le Stade de Reims par 2-0. Mais, avant cela, en quart de finale, le Stade de Reims avait éliminé le Standard de Liège. Battus 2-0 à Sclessin, les Français l’avaient emporté 3-0 au retour et c’est ce match que, le 18 février 1959, tout le village était allé voir chez Jean Raskin, dans le respect et la convivialité. 

Ce n’était pas un écran géant, c’était un écran en noir et blanc mais nous étions heureux d’avoir assisté à un match de football, même si le Standard avait été battu. Le ralenti et ses 225 caméras n'existaient pas encore donc nous n'avions pas pu reprocher cette défaite à l'arbitre de ce match. Dommage, n'est-ce pas ?

Vous voyez, vos matches sur écran géant…vous n’avez rien inventé mais vous avez perdu une bonne partie de la convivialité ! Ben oui, à cette époque, nous n'étions pas allés voir le match chez Jean Raskin munis de battes de base-ball...

Commentaires

  • Bravo Charles, nous sommes de la même époque !!!!!!

  • Pas d'insultes, hein !

  • J'ai eu la même TV quand je me suis marié occasion 1968

Les commentaires sont fermés.