Juan Bernal...un des Roller Bulls

En chaise roulante mais sportifs de haut niveau

Les Roller Bulls

Si au niveau national, une dizaine de formations évoluent en Belgique, l’équipe-phare de la région, les Roller Bulls de Saint-Vith, s’entraîne tous les jeudis au hall omnisports de Trooz. 

2013 12 19 349.jpg

« Les Roller Bulls ont été créés à Liège en 1992 », nous explique Juan Bernal, la capitaine emblématique de la formation. « Nous jouions dans les locaux de l’Athénée de Jupille et nous avons été plusieurs fois sacrés champions de Belgique. Bruges et Liège voguaient alors  sur le haut du pavé et dominaient la compétition nationale. » Quand on lui demande pourquoi les Roller Bulls ont émigré à Saint-Vith, sa réponse se veut limpide. « Il y avait peu d’engouement pour ce sport à Liège, ce qui peut se comprendre vu les nombreuses activités générée par cette ville. Or, chez nous, trois joueurs provenant de la région germanophone amenaient pas mal de public. Nous avons alors décidé de tenter l’aventure à Saint-Vith. C’est ainsi qu’après avoir encore évolué dans un premier temps en Belgique, depuis 4-5 ans, les Roller Bulls ont intégré le championnat de la Bundesliga. Cette première division allemande est d’un niveau assez relevé. Il faut savoir que sur dix équipes, il y en a six qui alignent de vrais professionnels avec, notamment des Américains et des Canadiens. »

C’est sans doute pour cela que ces sportifs s’entraînent de façon relativement intense. « De fait », poursuit Juan. « Notre sport nécessite beaucoup de physique par rapport au basket valide. Les membres supérieurs utilisés pour la propulsion de la chaise sont évidemment fort sollicités et, comme dans tout sport, la compétition commence à l’entraînement, tout d’abord pour gagner sa place dans l’équipe, il est impératif de se préparer. Ensuite, il est nécessaire d’augmenter notre niveau pour faire bonne figure en Bundesliga même s’il n’est jamais évident de comparer des joueurs qui s’entraînent deux fois par semaine avec les pros qui le font deux fois par jour. » 

Ce qui n’empêche pas les Roller Bulls d’évoluer régulièrement à Saint-Vith devant 4 à 500 personnes.  « En Belgique il y a plusieurs clubs amateurs qui jouent en récréatif tandis que pour ce qui est de la compétition, ils ne sont plus que quatre, d’où notre choix », explique encore le capitaine. « Notre club se compose actuellement de quatre joueurs en provenance des environs de Gand, deux des régions de Charleroi et de Liège ainsi qu’un joueur de  Willebroek et deux germanophones. » Il s’agit là d’une vraie équipe nationale dont les Roller Bulls sont d’ailleurs fournisseurs à plus de 70%. « Les Roller Bulls ont participé en septembre à la dix-septième édition du renommé Tournoi de Saint-Ouen mais nous avons été battus en finale par le CS Meaux qui détient le challenge depuis trois années consécutives », sourit encore Juan avant de nous livrer quelques détails plus personnels relatifs notamment au recrutement. « Je suis bandagiste et je rencontre beaucoup de monde sur mon lieu de travail, les hôpitaux. J’en arrive donc à côtoyer des gens qui ont été sportifs. Quelqu’un qui l’a été le reste, même s’il a eu un accident. Les gens qui viennent voir la première fois sont un peu étonnés mais, de fil en aiguille, certains en arrivent à intégrer le groupe, ce qui est aussi une forme de victoire. »

Et, c’est dans un grand sourire que Juan Bernal ajoute quelques considérations. « Vous savez, quand nous sommes en match, nous ne nous ménageons pas. Si un joueur tombe par exemple, le jeu continue sauf si le ballon revient vers lui. En cours de partie, on a droit à deux poussées puis on doit dribbler, c’est tout à fait comme les pas chez les valides. Un adversaire peut aussi être bloqué avec la chaise et quand les chaises se frottent l’une contre l’autre, c’est un peu comme épaule contre épaule au football. » Nous vous le disions, un vrai sport de haut niveau. 

2013 12 19 253.jpg

2013 12 19 264.jpg


Commentaires

  • bonjour Juan, je suis la maman de Régis Goulehi , ila été en revalidation à Esneux et vous le connaissez surement. Régis voudrait reprendre le basket mais je ne connais pas de club en région liégeoise. Pourriez vous avoir la gentillesse de m'en indiquer. D'avance un grand merci. Bien à vous. Nicole Demeyer

Les commentaires sont fermés.