Sent comantère !

2013 05 25 Le blogueur qui l'ouvre 001.jpgVais pas me faire que des amis avec ce petit article mais ceux qui me connaissent savent pertinemment bien que c'est vraiment le moindre de mes soucis.

Quelle que soit ton activité, professionnelle ou pas,  fais-la du mieux que tu peux.

Si tu es éboueur, enlève bien tous les déchets qui sont dans les poubelles que tu vides,

si tu es politique, apprends à mentir et à ne pas tenir tes engagements,

(...)

si tu es journaliste ou si tu exerces une activité scripturale, respecte au moins la langue dans laquelle tu écris ainsi que les lecteurs qui te lisent.

Une faute de frappe, ça arrive, mais là, il ne faut pas exagérer. Par charité crétine, nous ne citerons pas l'origine de ce article. Bornons-nous simplement à supposer qu'il a été écrit (j'allais dire rédigé) par un "produit" de la "génération SMS". Sans doute encore les bienfaits des choix réguliers de nos dirigeants qui, lentement mais sûrement, réduisent l'enseignement et notre culture à un niveau proche de leur compétence.



sautsd'eau.jpg


"Ils sont censés être des professionnels de la langue écrite, ils feraient honte à n’importe quel gosse ayant terminé ses primaires avant les années 60 !
(Et encore je suis gentil)", nous communique un lecteur par mail, probablement lui aussi (pas le mail hein, le lecteur) d'une autre génération.

Commentaires

  • C'est de pire en pire.
    Que dire des commentaires laissé sur le site Sudpresse en dessous de chaque article.
    Certains sont tout simplement illisibles et incompréhensibles...

    Certaines fautes passent encore, tout le monde (ou presque) en fait,
    Mais certaines fois, c'est catastrophique...

  • idem "sent comantère", pfffffffffffffffff!

  • Pfff comme vous dites

    Mais...Parce qu’ils ne savent pas écrire correctement, certaines personnes n’osent pas s’exprimer. Et c’est dommage.

    Je peux comprendre que l’on se moque quand il s’agit de « professionnels »
    et c'est catastrophique comme dit si bien Alex

Les commentaires sont fermés.