Philippe Chansay Wilmotte au Conseil communal de Trooz

Chansay Wilmotte Philippe.jpg

Philippe Chansay Wilmotte (à gauche, sur la photo, Clara Campo, responsable du VLC Huy) était présent lundi soir à Trooz.

Il est le Président du VLC (Valeurs Libérales Citoyennes), le parti représenté par le conseiller Jean-Pierre Larose même si celui-ci siège comme indépendant.

Nous lui avons demandé comment il avait vécu cette séance du Conseil communal de Trooz.  

ENTRETIEN avec Philippe Chansay Wilmotte (VLC)

POURQUOI ÊTES-VOUS VENU ASSISTER AU CONSEIL COMMUNAL DE TROOZ ?

L'affaire TECTEO n'en est qu'à ses débuts. Elle est d'une importance capitale pour les citoyens parce qu'il faut rappeler, et le VLC le fait, que les profits réalisés doivent servir, avant tout, à réduire la facture d'électricité des habitants. Au début d'un hiver que l'on nous annonce très froid, et à l'heure où les Belges sont appauvris au point de réduire leurs achats de nourriture, pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale, il est scandaleux d'acheter un organe de Presse d'opinion au lieu d'utiliser cet argent pour rendre du pouvoir d'achat aux citoyens par la diminution de leurs factures, a fortiori pour ceux qui se chauffent à l'électricité. Jean-Pierre LAROSE allait interpeller le Collège. En tant que Président de VALEURS LIBÉRALES CITOYENNES, j'ai tenu à être présent.

COMMENT INTERPRÉTEZ-VOUS LA RÉPONSE DU BOURGMESTRE ?

Il n'y a pas eu de réponse d'un bourgmestre; juste un bref one man show au profit d'une entreprise. Un bourgmestre, un vrai, est un mandataire public, le représentant d'une commune. Là, le poste était occupé par un agent de relations publiques d'un groupe industriel: Fabien BELTRAN s'est borné à réciter la leçon reçue du clan TECTEO. Je mets quiconque au défi de démontrer en quoi il aurait évoqué les intérêts des Trooziens. Nous avons assisté à la lecture de la thèse du conseil d'administration de cette société tentant d'éluder la question de l'illégalité de ses manoeuvres; un exposé servile qui s'est achevé par une confiscation du droit à la parole. Une méthode stalinienne. Vous avez pu constater que ce socialiste est passé immédiatement à l'exécution de la consigne de votes, sans même que les conseillers communaux aient été invités à s'exprimer. La majorité a aussitôt voté comme un seul homme. Une caricature de Conseil communal. Heureusement que le VLC existe car, grâce à Jean-Pierre LAROSE, une voix différente fait entendre les exigences des Trooziens.

QUE PENSEZ-VOUS DE L'ATTITUDE DES AUTRES PARTIS ?

Vous avez-vu d'autres partis ? Où ? Au moment des élections, ils avaient certes présenté des listes distinctes. Depuis lors, ils ont littéralement fusionné en constituant une majorité où ils se sont tous ligués contre le nouveau venu: Jean-Pierre LAROSE.

Et la suite a parfaitement démontré que ces partis se confondent allègrement. Auriez-vous eu écho d'une discordance fondamentale au sein de cette coalition depuis 2012 ? Entre eux, ils sont d'accord sur tout. Cette majorité fonctionne en bloc comme un parti unique. À la seule exception du VLC, il n'y a pas d'opposition politique à Trooz. En tant qu'avocat, j'ai une certaine expérience de plusieurs États africains qualifiés de dictatures en Europe; sachez que l'on y voit pourtant plus de divergences d'opinions qu'en ce parti unique mené par un apparatchik socialiste parachuté à Trooz afin de pérenniser le système PS incarné localement, vingt-quatre ans durant, par Denise LAURENT. Où est le débat politique, ici ? Et ils se targuent de démocratie ...

En particulier, l'attitude du MR de Trooz ne manque pas de sel. Les mandataires MR ont préféré s'incliner en faveur du PS, contredisant de cette façon le Président du MR, Charles MICHEL, lequel déclare à qui veut l'entendre qu'il conteste le rachat des Éditions de l'Avenir par TECTEO. La Presse d'opinion sous contrôle d'État, on est loin du libéralisme. Or, c'est de cela qu'il s'agit, à une moindre échelle, quand le journal L'AVENIR passe sous contrôle de pouvoirs politiques locaux. Indéniablement, le MR de Trooz ne voit aucun inconvénient à ce que les citoyens soient confrontés à une Presse d'opinion sous contrôle. Quelle sera la prochaine étape ? La PRAVDA ? Jean TEHEUX et ses acolytes auraient-ils l'intention d'achever leur carrière aux basques du PS ? Ça, des libéraux ? C'est une plaisanterie ?

LE VLC, C'EST ? 

Ce morceau d'anthologie de comédie politique, c-à-d. cette séance du Conseil communal, est la parfaite illustration de la principale raison d'être du VLC. Le MR est devenu l'antichambre du PS, et c'était particulièrement visible à Trooz. Le CdH ne s'y fait plus entendre. Et ECOLO a disparu en une formation locale elle-même diluée avec les autres. Le VLC est l'alternative libérale, la résistance démocratique à ce système.

Le VLC est là pour rendre ses droits au citoyen. En vraie démocratie, c'est le Peuple qui est souverain; ici, nous avons une caste de privilégiés qui vit du système PS, TECTEO y compris où MOREAU n'est pas le seul à s'enrichir, à six cent mille euros par an. Et pendant ce temps-là, les Wallons sont exploités; des Belges sont à la rue tandis que des étrangers reçoivent des logements. Les Wallons travaillent 4 jours par semaine pour l'État; même au Moyen-Âge, les gens ne travaillaient pas autant pour les féodaux. Les Wallons en sont réduits à diminuer leurs achats de nourriture. Et en plus, cette caste de privilégiés multiplie les mesures d'austérité tout en discriminant le citoyen. Le VLC veut redresser la situation. Comparons avec des pays comparables: en Europe, le système PS nous place à la traîne et l'exemple des autres démontre que taxes et impôts pourraient être allégés de 30 %. Et ça, 30 %, c'est vraiment une hausse du pouvoir d'achat.

Il y a d'autres domaines où le VLC changera les choses, mais cela nous éloignerait du sujet de l'interview. Citons l'immigration incontrôlée, l'insécurité et l'incurie des partis traditionnels à cet égard, l'enseignement, etc. À ce propos, relevons que Trooz a récemment perdu l'école de Trasenster après avoir été le jeu de leur politique irresponsable d'immigration. Maintenant, ce sont les Trooziens qui en sont victimes. Pourtant, Jean-Pierre LAROSE avait averti le Conseil communal de ce qui allait arriver; la réalité est là.

VOS CONCLUSIONS ?

Le bourgmestre a cru judicieux de nous jouer la sérénade de la mise en garde contre le populisme lorsqu'il jouait le public-relation de TECTEO au Conseil communal. C'était risible.

Tant que les partis traditionnels qualifieront de populisme les revendications citoyennes plutôt qu'y répondre effectivement, ils provoqueront ipso facto l'intensification du mépris croissant de la population envers leurs marionnettes qui encombrent les rouages de l'État. Inexorablement, ils scellent leur sort et deviennent eux-mêmes le problème à traiter. C'est un phénomène de fin de régime. Maintenant, le VLC est là, et nous, nous agirons dans l'intérêt des Wallons. À Trooz, Jean-Pierre LAROSE est le seul conseiller communal à avoir rappelé que les profits de TECTEO doivent servir à diminuer les factures d'électricité. 

*       *       *

Vous pouvez revoir en vidéo l'intégralité de l'interpellation de Jean-Pierre Larose ainsi que la réponse de Fabien Beltran en cliquant ici.

Commentaires

  • Je n'y connais pas grand chose en politique, pour moi, tous les politiciens se valent. Cet entretien est très intéressant à lire surtout que Mr Philippe Chansay Wilmotte ne pratique pas la langue de bois. Chose tellement rare, donc à souligner.

    fdlf

Les commentaires sont fermés.