Edmond Floriani (29) Le bilan final

C'est la fin, nous remercions notre artiste-peintre râleur et bougon à souhait d'avoir partagé avec nous son périple au travers de la France profonde, à la recherche de vieilles pierres à coucher sur sa toile.

A bientôt, et merci, Edmond, l'artiste-peintre rebelle.

Fais-nous encore rêver.

 

autoire chateau 003.JPG

 

 Ce voyage, entrepris pour la gloire de l'Art, fut un bide, un fiasco presque total. Au final, considérant que la réalisation de 6 dessins, de 3 ébauches sans suite et 3 croûtes de brocante m'ont coûté 1500 euros et endetté pour longtemps, je pense que j'aurais mieux fait d'aller peindre à Durbuy, la plus petite ville de nos Ardennes belges et même de Belgique...ça m'aurait coûté moins cher... et c'était moins risqué ...certes il n'y a pas le prestige de peindre en France et donc moins de gloire à espérer...qui pourrait s'intéresser aux oeuvres d'un pauvre paysagiste englué dans sa grise et morne belgitude ? D'ailleurs, j'aimerais pouvoir peindre dans les Ardennes, mais, et c'est aussi imparable qu'une loi de la  physique, à chaque fois que j'y vais, il pleut...à croire que je promène un nuage au-dessus de ma tête...on devrait m'appeler pour faire pleuvoir dans les zones arides frappées de sécheresse...je suis un sorcier faiseur de pluie... j'offre mes services contre forte  rémunération, puisque le résultat est garanti...et ça peut sauver des vies...de plus ça me fera un boulot puisque je suis au chômage ...

Conclusion:

 On va toujours chercher bien loin ce qu'on a près de chez soi...on rêve toujours d'aller brouter une herbe qu'on croit plus verte ailleurs...et on trouve du foin aussi humide et moisi que celui qu'on a délaissé.

Clap de fin pour un flop complet sous la flotte.

 

0004.jpg

 

 

Les commentaires sont fermés.