L'horloge tourne

cc 045.jpgRencontre avec Coralie Cleerebaut qui vient de publier son premier roman :

 

"L'horloge tourne"

 

La foire du livre de Trooz était organisée ce dimanche 21 avril.

Parmi les nombreux stands, tenus le plus souvent par des amateurs, ceci dit sans la moindre connotation péjorative, s’était immiscée Coralie Cleerebaut, une jeune auteure habitant la région de Charleroi.

 

Passionnée par une écriture qui fait partie intégrante de sa vie, Coralie Cleerebaut est venue tout simplement présenter son premier livre, « L’horloge tourne ».

 

CC 1.jpgNous l’avons rencontrée.

 

Par quelle voie avez-vous choisi Trooz pour présenter votre livre ?

« J’ai simplement répondu à l’invitation d’une amie, Christine ».

 

C’est votre première publication ?

« Oui, je viens d’écrire mon premier roman, « L’horloge tourne ». Il est sorti début avril, le 8. »

 

Quel en est le thème ?

« C’est mon autobiographie. En fait, à l’aube de mes trente ans, j’avais envie d’écrire un vrai bouquin et je ne savais pas trop de quoi parler donc, finalement, j’en suis venue à raconter ma vie. »

 

Votre vie ? Celle que vous connaissez le mieux !

« C’est toujours plus facile de parler de soi-même, en tout cas de l’écrire car parler n’est pas toujours évident. »

 

Qu’a-t-elle de particulier votre vie, que vous ayez éprouvé le besoin d’en partager le cours avec vos lecteurs ?

« C’est un peu une thérapie pour moi parce que j’ai vécu des choses assez difficiles pendant quinze ans. De mes quinze ans jusqu’à mes trente ans. Et, à trente ans, je me suis libérée d’un poids. L’écriture m’a permis de souffler et d’accepter ce changement dans ma vie. »

 

Pourriez-vous nous en dire un peu plus à votre sujet ?

« Je suis née en 1981 à Gosselies. Je ne me suis jamais trop éloignée de ma ville natale si ce n’est pour une durée d’un an, période de ma vie pendant laquelle il m’a été donné de prendre une décision importante, celle de me délivrer d’un fardeau et de prendre enfin ma vie en main. L’année de mes 30 ans fut donc libératoire et révélatrice pour moi.  J’ai vraiment eu la sensation de renaître en août 2011 et je me suis par la même occasion rapprochée de mes racines et de ma famille.  A présent, je peux dire que je croque la vie à pleines dents. C’est dans « L’horloge tourne » que je relate mon expérience de la vie de ma naissance à mes 30 ans.  Cet ouvrage, je le dédie à mon compagnon, à ma sœur et mes parents. »

 

Vous avez d’autres passions, en dehors de l’écriture ?

« J’adore les animaux en général car je trouve qu’ils sont bien plus généreux que l’homme et certainement plus loyaux aussi.  Ma préférence va au chien, incontournable compagnon pour moi, et aux dauphins pour lesquels j’ai développé une attirance sans pareille à l’adolescence. »

 

Comment est né en vous cet amour pour l’écriture ?

« J’ai toujours écrit. Dès l’enfance, je rédigeais pour mes parents de courtes histoires relatant entre autres nos aventures de famille.  J’ai aussi tenu un petit journal de vacances chaque année durant les congés scolaires estivaux où je racontais mes journées.  Je me souviens également que, déjà en primaire, j’adorais mon cours de français, branche dans laquelle j’avais de très bonnes notes.  Ensuite, à l’adolescence, j’ai découvert la poésie grâce à mon professeur de français de première secondaire.  Ce fut le début pour moi d’une réelle passion.  A partir de cette époque, je n’ai plus cessé d’écrire.  J’ai toujours été très calme et peu éloquente et je crois que mes poèmes me permettaient en quelque sorte de soulager mon esprit de tout ce qu’il n’osait pas dire. »

 

Ce livre est donc un aboutissement pour vous

« Je suis très ordonnée, parfois même à l’excès selon mes proches, ce qui ramène fatalement à mon côté perfectionniste.  J’aime en effet aller au bout des choses et me donner à fond dans tout ce que j’entreprends (travail, loisirs, amitié).  Je ne pourrais pas regarder mon reflet dans le miroir en sachant que je ne me suis pas investie totalement. Ce roman, c’est aussi la conviction profonde que j’ai fait le bon choix pour moi et pour mon avenir. J’ai écrit à un tournant de ma vie pour parvenir à accepter l’échec en le transformant en renouveau. Ecrire ma vie m’a aidée à l’assumer aussi puisque je suis maintenant confrontée à la critique des lecteurs qui, je l’espère, seront nombreux.  Mais j’assume mon choix dans cette belle aventure et j’accepte de ne pas plaire à toutes les visions et toutes les conceptions.  Car l’important n’est pas de plaire à tous ou d’atteindre la perfection mais bien de partager ses idées en s’ouvrant aux autres et à la sincérité. »

 

Claire est le personnage central de votre ouvrage. C’est vous ?

« Le personnage de Claire, non seulement, me ressemble mais bien plus puisqu’il me représente !  Je n’ai pas souhaité parler à la première personne bien qu’il s’agisse de mon autobiographie.  J’ai plutôt eu envie de raconter une histoire et de faire en sorte que les lecteurs s’interrogent – en tout cas pour ceux qui me connaissent – et je suis allée jusqu’à inventer un nom pour chaque personnage et chaque lieu de mon roman. Claire livre donc tout ce que j’ai vécu, mes tristesses et mes joies, ma vie ! »

 

Nous n’en dirons pas plus puisque le but est que vos lecteurs découvrent votre œuvre. Comment peut-on se procurer votre livre ?

Il est en vente sur le site de mon éditeur via le lien ci-dessous :

 

http://www.edilivre.com/l-horloge-tourne-coralie-cleerebaut.html

Mail : actualites@edilivre.com

www.edilivre.com

 

En pleine séance de dédicaces :

cc 052.jpg

 

cc 050.jpg

CC 2.jpg

Autres photos ici et sur la page Facebook de ce blog Sudinfo de Trooz.

Les commentaires sont fermés.