EDITO : Lettre ouverte à madame Evelyne Huytebroeck

huytebroek.jpg

Trooz, le 6 avril 2013

 

Lettre ouverte à madame Evelyne Huytebroeck

Madame la Ministre,

 

Avant tout, laissez-moi vous rassurer. Loin de moi l’idée d’aborder le problème des places de stationnement pour handicapés dans la commune dont vous êtes l’élue.

Vous avez fait vous-même le nécessaire pour attirer l’attention sur ces faits désolants qui ont provoqué vos regrets. Point n’est besoin d’en rajouter.

 

J’espère ne pas me tromper quant à vos attributions. Sur Internet, elles sont si nombreuses qu’il n’est pas évident pour le profane de s’y retrouver. Je pense néanmoins que les IPPJ en font partie intégrante.

 

Pour ma part, c’est avec une double casquette dont j’assume l’entière double responsabilité que je me permets de vous adresser ces quelques lignes.

Ma première casquette est celle de citoyen.

Citoyen de Belgique inquiet des nombreuses dérives constatées à bien des niveaux gérés par le politique dans son ensemble.

Ma seconde est celle de gestionnaire et animateur responsable exclusif du blog Sudinfo de Trooz.

 

Je suis persuadé que votre réponse, qui sera publiée, tout comme la présente, texto sur cet espace médiatique de communication intéressera mes nombreux visiteurs.

Pour votre gouverne, vous aviez fait le buzz sur le blog lors des événements du mois de février lorsque vous êtes venue présenter à Fraipont  (commune de Trooz) votre projet de suppression de 24 places à l’IPPJ de Fraipont.

Plus de 3000 visites par jour, grâce à votre projet que d’aucuns n’ont pas hésité à qualifier d’aberrant, à savoir supprimer 24 postes à Fraipont dans le but…d’en créer autant à Bruxelles.

Si la nécessité d’en doter la région où vous êtes élue ne souffre que peu de contestation vu le nombre élevé de petits délinquants qu’apparemment elle recèle, il est pour le moins étonnant, d’un point de vue citoyen, que cette démarche provoque la suppression de places à l’IPPJ de Fraipont.

Votre projet a bien entendu fait l’objet d’une campagne de contestation qui n’a pu vous laisser insensible.

 

Revenons-en à l’objet précis de la présente, à savoir, une nouvelle agression suivie d'un nouveau et récurrent dysfonctionnement de l'appareil étatique censé protéger le citoyen.

Permettez-moi de porter à votre connaissance les faits qui ont généré la rédaction de cet écrit :

Jeudi passé, le 4 avril 2013, à Ougrée, près de Liège, deux mineurs d’âge ont vaillamment agressé Josée, une octogénaire à son domicile.

Je vous passe les détails sordides relatant la brutalité de l’agression commise par ces deux « jeunes », comme on les appelle avec une certaine pudeur maintenant.

Sachez simplement qu’ils ont agrippé la dame par les cheveux, l’ont ceinturée, lui ont placé un tissu sur le visage pour l’empêcher d’appeler du secours et l’ont rouée de coups pour lui faire avouer où elle cachait un peu d’argent.

Les services de police, comme c’est souvent le cas, ont effectué un remarquable travail et les ont rapidement arrêtés... et puis, la Justice, comme c’est aussi souvent le cas, a voulu les placer en IPPJ mais, par manque de place, un des deux a dû être libéré, comme c’est aussi souvent le cas.

La Justice, vous savez, ce machin souvent représenté avec une balance qui penche rarement du côté des victimes.

J’imagine que vous, les politiques, rarement atteints dans votre intégrité physique par les agissements de ces « jeunes », êtes bien conscients du message désastreux que vous leur adressez très régulièrement.

Le pire qui soit : le sentiment d’impunité.

 

J’en viens à la question relativement simple à laquelle je souhaiterais que vous répondiez par autre chose que des clichés ou des aveux d’impuissance : que pensez-vous de ces faits et de la solution apportée par l’état ?

Et, en sous-question, êtes-vous toujours favorable, madame la Ministre, à la suppression de places à l’IPPJ de Fraipont ?

 

Dans l’attente de vous lire, veuillez accepter l’expression de mes sentiments angoissés face au monde que vous et vos coreligionnaires du monde politique, préparez pour nos enfants.

Ne vous inquiétez pas pour moi, j’ai franchi la ligne médiane de la vie et j’ai passé le temps d’avoir peur.

Vous pouvez partager la présente avec vos collègues politiciens, dont madame Joëlle Milquet, si prompte à réagir dans tous les médias lorsque les hôtesses du salon de l’auto lui paraissent insuffisamment vêtues ainsi qu’à madame Annemie Turtelboom, Ministre de la Justice dont il serait intéressant de lire les projets pour protéger...les citoyens.

 

C’est avec le plus vif intérêt que j’attends votre réponse.

 

Charles Clessens

Laurentpré, 4

4870 Trooz

04 351 61 01 * 0477 27 45 45

charles.clessens@skynet.be

http://trooz.blogs.sudinfo.be/

 

Envoyé par mail à

Evelyne Huytebroeck

Adresse(s) de messagerie :

  info@huytebroeck.irisnet.be

Le 6 avril 2013 à 21h25

dossier.jpg

 

 

 

 

 

Suivi

8 avril : réception d'un accusé de réception par mail qui annonce une réponse sous peu de la ministre

huytebroeck1.jpg

La réponse reçue le 11 avril est ici

Commentaires

  • Votre lettre est d'une extrême justesse et sans démagogie , bravo .
    J'espère que la ministre répondra à votre demande .
    Bonne soirée .

    Jean fonzé

  • il faudrait sérieusement prendre en compte les citoyens !
    Yvette Caro-SimonsFraipont- Trooz 4870

  • Bravo Monsieur Clessens ! Sans être défaitiste, mais en étant pragmatique, nous n'avons, depuis longtemps, plus rien à attendre de nos politiques, ils n'ont d'ailleurs plus rien de sérieux à nous dire !

  • n 2014, votez LA DROITE, qui s'engage à exercer ce rôle si négligé par les parlementaires.
    Et pour préparer efficacement 2014, n'hésitez pas à vous investir, toute bonne volonté est bienvenue!
    www.ladroite.be

    La Droite
    Afin d'étudier le fonctionnement de notre démocratie, le service d'études de LA DROITE a commencé à examiner les questions parlementaires posées en commissions. Et le constat est accablant : pas de questions sur le déroulement du budget, pas de questions sur le fonctionnement des administrations, pas de questions sur les marchés publics... Est-ce que les parlementaires savent encore qu'ils ont un rôle de contrôle de l'action du gouvernement, jusque dans les détails ?
    Merci de mettre à votre agenda notre invitation pour le dimanche 14 avril à 16h à LA PERGOLA (Av des pagodes à Laeken-Bruxelles)

    http://www.facebook.com/events/352550221533081/?ref=22
    En 2014, votez LA DROITE, qui s'engage à exercer ce rôle si négligé par les parlementaires.

  • Je partage votre interpellation. Comme wallon ardennais desormais devenu bruxellois depuis 30 ans. Sur un plus politique, je constate que Mme la Ministre Huytebroeck n a jamais siege au gouvernement de la Federation Wallonie-Bruxelles.Il semblerait que Mme Onkelinks,comme presidente de la federation PS de Bruxelles,est voulu mettre bon ordre dans cette situation deplorable a un an des elections. Mais selon leVif, Mme Huytebroeck ne devrait plus se representer aux elections, enfin un acte cense. Comme Wallo-Bruxellois, je regrette ce manque de responsabilites assumees au niveau dela FWB, ce pourquoi je me bats avec beaucoup d autres bruxelloisau sein des FDF.

  • Bravo Monsieur Clessens , vos propos sont lucides malheureusement. Il ne faut cependant pas oublier que ces "chers petits" qui sont placés en IPPJ, s'ils ne sont pas en section fermée, comme c'est généralement le cas, sortent comme ils veulent....

  • Votre lettre exprime très exactement mon sentiment par rapport à l'information entendue ces jours derniers: deux "jeunes" sont arrêtés et l'un est relâché faute de place.
    C'est tout simplement dramatique. A la fois pour la "leçon" (non)donnée au jeune mais aussi pour le moral des forces de l'ordre qui voient leur action tournée en ridicule. Sans oublier bien sûr les victimes.
    J'attends avec intérêt la réponse de la ministre.
    Bonne soirée.

  • Il est un fait que ces procédures de remise en liberté pour faute de place se reproduisent plus souvent qu'elles ne le devraient. Merci pour ce courrier qui, je le crois, résume assez bien les pensées de milliers de citoyens. Ce problème dure depuis des années. C'est avec grand intérêt que j'étudierai la réponse de la ministre même si j'ai un gros doute quant à l'espoir d'une solution car pour cela il en faut du courage politique.

Les commentaires sont fermés.