L'éclairage public à Trooz : notre enquête

Les pannes récurrentes sur la N61 interpellent la population.

Hier soir (le 18 février), à 18h20, l’éclairage fonctionnait puis, quelques minutes plus tard, une partie de Trooz était à nouveau dans le noir.

Aux environs de 19h20, la lumière réapparaissait mais pour quelques heures seulement car, une nouvelle fois, c’était le trou noir à Trooz cette nuit.

 

Nous avons voulu en savoir davantage et ce matin, toutes les lampes étant éclairées, nous avons supposé que quelqu’un y travaillait.

2013 02 19 032.jpg

 

Effectivement, la camionnette de la société Paque étant en stationnement près du service des travaux, 2013 02 19 037b.jpgnous avons voulu poser quelques questions au préposé qui, et c’est son droit, a préféré ne pas s’exprimer mais nous a communiqué le numéro de GSM de son supérieur.

Notre appel est resté sans réponse et nous avons laissé un message auquel aucune suite n’a été donnée. Soit.

 

Nous avons ensuite effectué quelques recherches sur Internet et avons contacté, par téléphone, monsieur Jackson Botela Bulamatari qui, très gentiment, a accepté de nous éclairer (héhé) sur le sujet.

bulamatari.jpg

 

 

 

Après les présentations d’usage, nous avons demandé à monsieur Bulamatari ce qu’il se passait.

 

Il nous confirme la panne d’hier soir en précisant qu’il a été appelé hier.

 

Il nous indique aussi qu’il a dépêché une équipe sur place et que l’éclairage a été rétabli, ce qui est exact.

 

« C’était un contacteur qui faisait défaut et il a été remis en service. »

 

Monsieur Bulamatari ajoute qu’il s’est aussi rendu sur place ce soir-là. Nous l’informons alors que la panne s’est à nouveau manifestée la nuit.

(…)

 

Nous lui posons alors une question, à notre sens, déterminante.

 

L’entretien téléphonique avec monsieur Bulamatari.

 

Bulamatari.JPGMais, finalement, quelle est l’origine du problème puisque la panne est récurrente ?

 

« L’origine, je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que j’ai envoyé un mail à l’entreprise chargée des travaux afin qu’ils fassent un sondage plus approfondi des câblages pour aller voir là où se trouvent les défauts parce que maintenant, on est en train de faire des petites réparations que j’appellerais même du bricolage. Le contacteur qui saute, c’est facile. On le remet en service et voilà. »

 

D’accord, mais comment se fait-il qu’il saute régulièrement ?

 

« Il saute régulièrement car il doit y avoir un défaut quelque part. Il y a un courant de court circuit qui est quelque part et, à chaque fois qu’on remet le contacteur en service, en fonction du courant qui va parcourir le circuit, quand il arrive là où il y a le défaut, ça fait sauter. »

 

Que faut-il faire alors car la situation risque de se répéter ?

 

« Justement mon mail a été adressé à la société en ce sens-là. J’ai été contacté à plusieurs reprises par monsieur Dombard et par votre bourgmestre. Hier soir, je suis venu et c’était le noir total donc il faut faire quelque chose. C’est pourquoi j’ai demandé ce matin de dépêcher un camion laboratoire sur les lieux. Ce qu’ils vont faire, c’est injecter du courant, tout le long du circuit avec le camion laboratoire. »

 

Quand ça ? Aujourd’hui ?

 

« J’ai donné l’ordre que ce soit fait avant le week-end. »

 

Fin d’entretien.

 

Conclusions : nos responsables communaux, à savoir André Dombard (Echevin des Travaux publics) et Fabien Beltran (Bourgmestre) ont fait plus que le nécessaire dans le domaine de leurs prérogatives.

Monsieur Jackson Botela Bulamatari, de la Direction générale opérationnelle des Routes et des Bâtiments a pris l’affaire en main.

 

Pour info, nous sommes le mardi 19 février, il est 12h50 et l'éclairage public est allumé. Il est donc permis de supposer qu'on y travaille.

dossier.jpg 

Les commentaires sont fermés.