La petite blonde de Genk

video2.jpg12 janvier 2013 003.jpgUne Flamande en Wallonie

Pourquoi la majorité des citoyens arrivent-ils à faire sans problème ce que la majorité des élites politiques qui nous dirigent ne pensent même pas essayer de réaliser ?

Oh, rien de bien grave : un brin d'ouverture, un zeste d'intelligence, une volonté d'accomplir le pas vers l'autre afin d'apprendre à la connaître...

Entretien avec Paula et Henri, un couple Flamando-Wallon (à moins que ce ne soit le contraire) que l'on peut rencontrer à Forêt-Trooz...

Que dire de plus sinon les écouter partager leurs différences. 

 Meilleur commentaire :

Les politiques  font feu de tout bois ! Tant que cela sert leur égo et leur arrivisme !
Dans ma famille chez ma marraine de Turnhout et mon oncle ( le frère de ma maman d'Ougrée ça a été un amour sans concession et durable!)
Mon grand père né à Seraing était le fils d'une famille de Campine venus en wallonie avec tout le village en 1890 et ils habitaient tous près d' Ougrée Marie Haye où les hommes et les ados avaient trouvé du boulot alors que chez eux en Campine il n'en n'avaient pas ! Nos familles wallons et flamands se sont toujours retrouvées à de nombreuses occasions pour leur plus grand plaisir..... nous nous aimions , nous partagions, nous étions très heureux d'être ensemble ! voilà pourquoi nous ne comprenons pas ce que les politiques cherchent ! Bien à vous . Amicalement Yvette Caro

Commentaires

  • les politiques font feu de tout bois ! tant que cela sert leur égo et leur arrivisme !
    dans ma famille chez ma marraine de Turnhout et mon oncle ( le frère de ma maman d'Ougrée ça a été un amour sans concession et durable!
    mon grand père né à Seraing était le fils d'une famille de Campine venus en wallonie avec tout le village en 1890 et ils habitaient tous près d' Ougrée Marie Haye où les hommes et les ados vaient trouvé du boulot alors que chez eux en Campine il n'en n'avaient pas ! . Nos familles wallons et flamands se sont toujours retrouvés à de nombreuses occasions pour leurs plus grand paisirs..... nous nous aimions , nous partagions, nous étions très heureux d'être ensemble ! voilà pourquoi nous ne comprenons pas ce que les politiques cherchent ! bien à vous . Amicalement Yvette Caro

  • "Nous nous rassemblons tous autour d'une chope et d'un sachet de frite", bien dit Henri ! :D

  • En 1992 je devais en principe remplir un contrat de travail d'un mois à la côte Belge dans un centre "Vacances vivantes" pour travailler avec des francophones, le contrat fut annulé 3 jours avant le début effectif pour cause de manque de réservations. Furieux, je suis passé par dessus la tête de celui qui m'avait "engagé", et ai fait valoir mes droits. Une solution fut trouvée, je me suis retrouvé à travailler avec des néerlandophones au fin fond des Ardennes sur la Semois. La prise de contact s'est déroulée dans les deux langues. Je voulais en profiter pour améliorer mon néerlandais en pratiquant la langue, ce ne fut pas si aisé, en effet mon responsable m'a spécifiquement demandé de parler en français afin que son fils, présent sur les lieux, qui avait un échec scolaire dans cette langue bénéficie de ma maîtrise du français. Malgré cela, j'ai plus appris de la langue de Vondel en un mois qu'en plusieurs années de cours. L'ambiance était chaleureuse et le passage d'une langue à l'autre se faisait naturellement au gré des circonstances ou des difficultés de vocabulaire. Je garde un très bon souvenir de ces quelques semaines. Nous en étions d'ailleurs parvenus aux mêmes conclusions qu'Henri et Paula.

Les commentaires sont fermés.