1914-18

  • Commémoration 11 Novembre à Trooz

    Comme chaque année, le 11 Novembre est dédié à la Commémoration de l'armistice de 1918, signé le 11 novembre 1918 à 5h15. Cet armistice marquait la fin des combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918), une guerre qui a fait plus de 18,6 millions de morts, d'invalides et de mutilés dont 8 millions de civil.

    Réunion au monument de Forêt, passage aux plaques commémoratives de Nessonvaux et Fraipont, messe commémorative en l’église Saint-Laurent, place du Marché à Trooz, dépôt de fleurs à la Stèle dans le parc communal puis la cérémonie se clôturait par un rassemblement des drapeaux et un dépôt de fleurs au Monument aux Morts place du 11 Novembre (gare) à Trooz, tel était le programme.

    Face au Monument de la gare, Paul Lemoine et Fabien Beltran, le bourgmestre ont prononcé les discours de circonstance.

    Commémoration Forêt Nessonvaux Fraipont 1 (88bis).JPGAprès avoir brièvement rappelé le contexte de cette manifestation et énuméré les pertes et dégâts en vies humaines que cette guerre avait causés, Paul Lemoine (ci-contre) s'est autorisé une petite parenthèse historique.

    "Notre commune, en cet été 1914, a connu sa première tragédie. En effet, alors que la Belgique, neutre au départ, est attaquée le 4 août, le 5 août, le village de Forêt est envahi par l'armée allemande. Nos braves soldats, arrivés la veille, ne peuvent résister à cette invasion et doivent se replier. Le fantassin Joseph Imschoot, en sentinelle à l'entrée duCommémoration Forêt Nessonvaux Fraipont 1 (46).JPG village, défendant sa patrie est retrouvé dans un chemin du village, le corps criblé de balles. Plus tard, les occupants s'en prennent à la population, s'ensuit un massacre. Une dizaine de civils sont sauvagement abattus, dont six reposent au cimetière de Forêt, non loin de la tombe du soldat Imschoot. Notre souvenir devrait aussi rappeler les noms de deux hommes, Jean Lejeune et Henri Noirfalize, tous deux natifs de Trooz et actifs au niveau de la Résistance. Ils sont morts héroïquement, fusillés à la Charteuse pour des fautes légères mais pas de l'avis de l'occupant..."

    Et après une courte respiration, Paul Lemoine a également évoqué la seconde guerre mondiale, encore plus meurtrière, soixante millions de victimes...  "Comme beaucoup d'entre nous, je fais partie de ces générations qui ont eu la chance d'arriver à l'âge que j'ai sans connaître ni subir de tels moments tragiques." Evoquant ensuite les nombreux affrontements de par le monde, il a indiqué que les pires atrocités se perpétuent encore actuellement et que notre arme à nous est la mémoire et le respect de nos aïeux et de leur valeur. "Les anciens de 14-18 nous ont tous quittés mais il reste quelques témoins de 40-45 qui peuvent encore nous expliquer ce que furent ces périodes de guerres. (...) Ceux-là, qui étaient à l'aube de leur vie avec leur 20 ans, et qui ont côtoyé l'angoisse, la souffrance et pire, la mort, méritent que l'on pense à eux aujourd'hui."

    2017 11 11 Commémoration Gare (32).JPGLe bourgmestre Fabien Beltran quant à lui s'est d'entrée adressé aux enfants qui seront comme nous le sommes la mémoire de leur génération.

    Après avoir resitué le contexte, il s'est tourné vers l'avenir. "... Et heureusement, cent ans plus tard, les petits-fils des combattants vivent en harmonie dans une union européenne dont on oublie trop souvent qu'elle est synonyme de paix durable pour notre continent."

    Il a ensuite insisté sur l'impérieuse nécessité de commémorer l'anniversaire de l'Armistice et de l'assimiler à un devoir de mémoire essentiel avant de lancer un message pour la paix. "Nous avons la chance au sein de l'Union européenne de ne plus avoir vécu de guerre depuis plus de 65 ans.(...) Notre réussite ne s'étend pas, malheureusement, à toutes les régions du monde. Des conflits sont en cours un peu partout dans le monde et certains même renaissent en Europe dans des pays que l'on croyait apaisés." Et d'inciter tous les peuples en guerre de s'inspirer de l'exemple européen. Fabien Beltran a ensuite redit son inquiétude face à la montée du nationalisme et du repli identitaire dans le nord du pays.

    "La paix commence par le respect mutuel. L'Histoire n'est utile que si on s'en sert pour mieux appréhender le présent. Les anciens combattants vers lesquels se tournent nos pensées aujourd'hui ne seront donc pas morts pour rien si nous continuons à profiter de leurs enseignements. Je voudrais que l'enthousiasme de nos soldats morts pour la paix soit un exemple pour les hommes de 2017 : partir à la conquête d'une société qui demande plus de justice et de solidarité."  

    Ci-dessous, entourant le bourgmestre Fabien Beltran, messieurs Dresse et Patureau dont les noms de leurs papas respectifs, Albert Dresse et Jacques Patureau, figurent sur une des plaques commémoratives à Fraipont.

    Commémoration Forêt Nessonvaux Fraipont 1 (4).JPG

    Commémoration Forêt Nessonvaux Fraipont 1 (11).JPG

     Les photos de la Cérémonie à Forêt, Nessonvaux et Fraipont sont à votre disposition dans l'album ci-contre (cliquez ici).

    Celles de la cérémonie à la Gare sont ici.

    Elles figureront également bientôt sur la page Facebook de votre Blog Sudinfo de Trooz. 

  • Commémoration du 11 novembre

    armistice_2.jpgCommémoration du 11 novembre (voir ici)

    Horaire des cérémonies et dépôts de gerbes

    • 9 h 00 - Réunion au monument de Forêt, passage aux plaques commémoratives de Nessonvaux et Fraipont ;

    • 10 h 00 - Messe commémorative en l’église Saint-Laurent, place du Marché à Trooz ;

    • 10 h 45 - Dépôt de fleurs à la Stèle dans le parc communal, rue de l’Église, 22 à Trooz ;

    • 11 h 00 - Cérémonie, rassemblement des drapeaux et dépôt de fleurs au Monument aux Morts place du 11 Novembre (gare) à Trooz.

  • Onze Novembre... Cérémonie du souvenir...

    2017 11 11.jpg

    A R M I S T I C E

    Il peut être utile de rappeler ce que représente la date du 11 novembre. 

    L’armistice, signé le 11 novembre 1918, à 5h15, marque la fin des combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918).

    Cette guerre a quand même fait plus de 18 millions de morts et des millions d’invalides ou de mutilés.

    armistice_2.jpgLes généraux allemands et alliés se sont réunis dans un wagon-restaurant aménagé provenant du train d’état-Major du Maréchal Foch dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne.

     « La guerre est le massacre de pauvres gens qui ne se connaissent pas au profit des gens qui se connaissent mais qui, eux, ne se massacrent pas. » - Paul Valéry -   

    Ferdinand Foch est le deuxième à partir de la droite.

      

     première page ny.jpg

     

     

    La première page du New York Times le 11 novembre 1918.

     

     

     

     

     

    Ci-dessous, un tableau représentant la signature de l’Armistice de 1918 dans le wagon-salon du maréchal Foch. Derrière la table, de droite à gauche, le général Weygand, le maréchal Foch (debout) et les amiraux britanniques Rosslyn Wemyss et G. Hope. Devant, le ministre d’État allemand Matthias Erzberger, le général major Detlof von Winterfeldt (avec le casque) de l’Armée impériale, le comte Alfred von Oberndorff des Affaires étrangères et le capitaine de vaisseau Ernst Vanselow de la Marine impériale. 

    tableau.jpg

  • Qui étiez-vous, Joseph Grosjean ?

    C'est ce dimanche 10 mai 2015 à 10h30 qu'une plaque commémorative en son honneur a été dévoilée à la Gare de Trooz (voir article précédent ici) et qu'un espace lui a été dédié.

    Il est 10h30, voici cette plaque :

    plaque commémorative.jpg

     Un reportage plus conséquent (vidéos, photos) consacré à cette journée est en préparation...à très bientôt sur cet espace de communication, d'échanges et d'information.

  • Inauguration à la Gare de Trooz

    Dimanche 10 mai

    Inauguration des travaux d'aménagement des nouveaux locaux de la gare de Trooz et de l'espace "Joseph Grosjean", à 10 h 30 devant la gare de Trooz.

     

    invitation-recto.jpg

    invitation-verso.jpg

    Comme vous le constatez à la lecture ci-dessous, il est question de l'inauguration de l'Espace Joseph Grosjean. 

    joseph Grosjean.jpgMais qui était Joseph Grosjean  ? 

    Joseph Grosjean qui est né en 1873 et décédé en 1924 était un Grand résistant de la Guerre 14-18. C'est donc là une excellente initiative que de mettre Joseph Grosjean à l'honneur.

     

    DEVOIR DE MEMOIRE

    C'est aussi un petit pas accompli dans ce qu'il convient d'appeler le Devoir de Mémoire.

    Se souvenir pour que cela n'arrive plus tout en rendant hommage à celles et ceux qui se sont engagés d'une façon ou d'une autre pour le pays.

    Joseph Grosjean se signala par ses actes durant la guerre et, en se mettant sous les ordres d'un officier français, il devint un espion au service des Alliés.

    Travaillant à la gare de Trooz, il lui arrivait de retarder la marche d'un train ou de communiquer des informations quant au nombre et à la nature des convois qui passaient par Trooz.

    La guerre finie, il fut décoré de la Croix de Guerre française et de la Reconnaissance Nationale.

    Une plaque commémorative sera dévoilée dimanche à 10h30 et une photo de cette plaque vous sera proposée à 10h30 très précises.

    Il était aussi charretier-hôtelier à Trooz.

  • J'avais 20 ans en 14

    0002.jpg

    illustration

    Mercredi 11 mars 2015

    De 14 h à 17 h, Visite de l'exposition "J'avais 20 ans en 14 "
    organisée par l'Administration communale en collaboration avec le PCS de Trooz
    Départ en car : Parking de l'Administration communale
    Inscriptions : 0476 75 35 77 (D. Voss) - PAF : 10 €

  • La Bataille de l'Yser

    Bataille de l'Yser.jpgLa Maison de la Laïcité de Trooz a le plaisir de vous inviter le mardi 3 mars à 20h à la conférence de Thierry Marthus "Octobre 1914 : la bataille de l'Yser".

    "La retraite de l'armée belge après la bataille de Liège ne sera pas une fuite éperdue vers l'Yser comme on le croit trop souvent, mais une opération militaire remarquable, particulièrement bien dirigée par le roi Albert et son état-major. Plusieurs combats mémorables émailleront d'ailleurs le lent recul de nos troupes vers la mer, dans lesquels l'armée et son souverain se couvriront de gloire en freinant l'invasion allemande et en empêchant l'envahisseur d'appliquer à la lettre son plan de destruction des armées françaises et britanniques. Ces pages de patriotisme et d'héroïsme se doivent d'être rappelées en ces moments de commémoration du début de la Grande Guerre, car durant les trois premiers mois de conflit, l'armée belge a fait bien plus que son devoir : elle a ébloui le monde."

  • La bataille de Namur et d'Anvers

    Conférence Bataille de Namur et d'Anvers 03.02.2015.jpg

     

    La Maison de la Laïcité de Trooz a le plaisir de vous inviter le mardi 3 février à 20h à la conférence-débat de Thierry Marthus "Août et septembre 1914 : la bataille de Namur et d'Anvers".

    La retraite de l’armée belge après la bataille de Liège ne sera pas une fuite éperdue vers l’Yser comme on le croit trop souvent, mais une opération militaire remarquable, particulièrement bien dirigée par le roi Albert et son état-major. Plusieurs combats mémorables émailleront d’ailleurs le lent recul de nos troupes vers la mer, dans lesquels l’armée et son souverain se couvriront de gloire en freinant l’invasion allemande et en empêchant l’envahisseur d’appliquer à la lettre son plan de destruction des armées françaises et britanniques. Ces pages de patriotisme et d’héroïsme se doivent d’être rappelées en ces moments de commémoration du début de la Grande Guerre, car durant les trois premiers mois de conflit, l’armée belge a fait bien plus que son devoir : elle a ébloui le monde.

     

  • 1914-18 Caricatures

    Caricature 0001.jpg

    Caricature 0002.jpg

    Caricature 0003.jpg

  • 1914-18 Caricatures

    Les caricatures, ça existe depuis longtemps.

    Par exemple, en août 1914, en voici quatre de George-Edward, publiée par "Le Pays de France" (Editions Le Matin - Paris) sous le titre évocateur

    Les Kaboches

    Kaboche 0004.jpg

    Kaboche 0001.jpg

    Kaboche 0002.jpg

    Kaboche 0003.jpg

     

  • Le drame de Forêt

     

     

    cover-massacre-trooz-1914.jpg

    Amis de Trooz et d’ailleurs. En cette année 2014, centenaire du début de la première guerre mondiale, je vous propose la réédition d’un fascicule réputé introuvable : Le drame de Forêt, de Henri Fassotte. 

    En 28 pages et une foule de photos anciennes et modernes, retrouvez, conté minute par minute, le massacre de la population de Forêt-Village par les troupes allemandes qui envahissaient la Belgique en août 1914. 

    100 ans déjà ou 100 ans à peine, c’est le récit de gens proches de nous, dont certains descendants vivent d’ailleurs toujours dans la commune. Avec le récit du massacre de Forêt, vous touchez l’Histoire du bout des doigts (rien à voir avec le tristement célèbre massacre de Forêt de septembre 1944 trente ans plus tard). 

    La brochure que je vous présente est au format A4, 21 cm sur 29 cm et est vendue 6,99 euros.  

    Comment l’acquérir ?  

    Soit en direct, vous m’envoyez un petit message avec votre adresse via mon mail jauneatemps@outlook.com (je vous livre gratuitement sur Trooz sous réserve que les routes soient praticables suite aux chutes de neige prévues), soit en passant à la fameuse Librairie Lejeune, chez qui je déposerais quelques exemplaires dès ce samedi 27 décembre au matin. 

    Le prix de vente est de 6,99 euros. 

    Ne traînez pas, il n’y a qu’une trentaine d’exemplaires disponibles.

    Jean-Louis LEJAXHE

  • Ce jeudi à La Magne

    verdun 1916 th.jpgLe 18 déc. 2014  Georges PIAIA et Nany MAILLEUX

     « Verdun 1916 : la grande bataille »

    Film vidéo qualité numérique Blu-ray présenté sur grand écran

     

    Verdun 1916 : alors que la Première Guerre Mondiale fait rage depuis deux ans déjà, l’infanterie allemande monte à l’assaut de la ville de Verdun placée sur la ligne de front.

    Le 21 février à 7 h 15 du matin débute une bataille d’une intensité é indescriptible. Un déluge de feu et d’acier, d’une puissance inouïe, plonge la région entière dans un véritable enfer.

    Les forts de Verdun, le champ de bataille, les villages détruits, la voie sacrée, la ligne de chemin de fer du Meusien, monuments commémoratifs et cimetières vont nous narrer cette tragique page de l’histoire. Ce reportage est enrichi de photos et d’extraits de films d’époque.

  • Mais qui est-ce ? ... la suite

    Le moment sera bientôt venu de vous dévoiler l’identité de notre inconnu aux mains d’or. Vous vous souvenez certainement de la publication, il y a quelques jours, d'un article intitulé "Mais qui est-ce ?"

    Lançons-nous donc à la poursuite de notre inconnu qui tarde un peu à se présenter mais, pour mieux le connaître, rendons-lui discrètement une petite visite. 

    DSC_0046bis.JPG

    " Cher monsieur, vous qui sillonnez la commune et ses environs à la recherche du croquis fugace, vous qui êtes assis à votre table sans répondre, pourquoi ce curieux montage dans votre séjour  ?"

    DSC_0004.JPG

    DSC_0003.JPG 

    "Ne serait-ce pas plutôt la place d'un sapin et de ses guirlandes ? Un casque de soldat est exposé avec d'autres objets, quelle est leur histoire ?"

    "Ce casque était dans les rangs du Roi-Chevalier pendant la première guerre mondiale. Il appartient à mon grand-père Lucien. En 1914, en passant par les Pays-Bas, il s'était engagé volontaire dans l'armée belge en trichant sur son âge. Le casque est cabossé et porte les traces des engagements violents des combats.

     Après l'armistice, pour faits de bravoure, mon grand-père avait été autorisé à conserver son casque et sa baïonnette. Presque religieusement, le casque a été conservé dans la famille alors que son uniforme de fantassin au 23ème de ligne et ses carnets de guerre ont été confiés au Musée Royal de l'Armée à Bruxelles. 

     En cette période de commémoration du centenaire de la Grande Guerre, je trouvais émouvant de remettre ces objets lui ayant appartenu dans mon environnement quotidien. C'est un peu comme sa présence virtuelle dans le séjour … il y a son écharpe tricotée avec patience par sa marraine de guerre, sa bouffarde, son canif. Ce sont des objets qui devaient lui être proches quand il était dans les tranchées." 

    DSC_0001.JPG

    DSC_0005.JPG

    DSC_0007.JPG

    Oui, c'est une attitude louable que d'honorer sa mémoire, mais quand allons-nous arriver à vous identifier de façon plus précise et à parler de votre passion vos croquis de notre région ?

    Les visiteurs de ce blog Sudinfo de Trooz attendent avec impatience. que vous vous dévoiliez...et surtout, que vous nous montriez d'autres croquis de notre belle région...

  • Le fil de la mort

     de dodendraad Molenbeersel-Kinrooi.jpgSamedi, à l'occasion de la visite du bus Albert Ier 14-18 à Trooz, Frank Craemers avait promis une surprise et il vient de l’envoyer. Il s’agit de quelques photos récentes prises lors d'une visite à  Molenbeersel-Kinrooi où « De doodendraad », « Le fil de la mort » a été partiellement reconstruit.

    De quoi s’agit-il ? 

    Pendant la Première Guerre Mondiale, de nombreux Belges tentaient de se rendre aux Pays-Bas. Pourquoi ? Parce que, tout simplement, le pays était neutre et ne participait pas directement à la Grande Guerre. 

    Malgré le fait que des soldats allemands contrôlaient la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas après l’invasion allemande, de nombreux volontaires de guerre, essayaient d’atteindre le front de l’Yser en pénétrant par les Pays-Bas. 

    Qui plus est, les services interalliés d’espionnage, sous la direction des Britanniques, étaient installés aux Pays-Bas, donc il était primordial qu’un maximum d’informations sur le front occidental et les territoires occupés puissent atteindre la Hollande, éventuellement via cette Frontière. 

    de dodendraad Molenbeersel-Kinroo 3.jpgDes Belges dont le père, le mari, le frère ou l’enfant se battaient au front, ainsi que les soldats au front essayaient comme ils le pouvaient  de rester en contact par le biais d’un échange clandestin de lettres qui transitaient aussi par cette frontière. 

    De nombreux Belges, plus particulièrement ceux ayant des parents ou des amis aux Pays-Bas, mais également ceux pour qui la situation était devenue trop dangereuse en Belgique, prenaient aussi la fuite vers la Hollande.de ddoden 3.jpg

     L’état de guerre ayant inévitablement causé une pénurie de nombreux produits, la pauvreté, la faim et la misère s’installaient et, dans les zones frontalières, une contrebande bien organisée s’installait également.

    Cette frontière, passage vers les Pays-Bas, perturbait évidemment l'envahisseur. 

     

    Bref, à partir du printemps de 1915, les Allemands ont construit une clôture électrique du nord au sud, depuis Cadzand (près de Knokke) jusqu’au point où la Belgique, la Hollande et l’Allemagne se touchent. Or, il ne s’agissait point d’une simple clôture, au contraire, c’était une barrière électrifiée avec un voltage impressionnant de 2000 volts !  Le fil de la mort… 

     

    Et c’est cette clôture qui a été partiellement reconstruite à  Molenbeersel-Kinrooi pour un devoir de Mémoire.

     Il faut savoir que ce fil de la mort était rien de moins que 350 km de clôture électrifiée. 

     

    Quelques images de cette clôture ci-dessous. 

    cloture1.jpg

    Un soldat allemand près de la haie électrifiée.

    Un panneau "Danger de mort"

    cloture 2Sans titre.jpg

    Le schéma de la clôture

    Les photos sont du Prof. Dr. A.Vanneste

    cloture3.jpg

    cloture 4.png

    cloture 5 Sans titre.jpg

    cloture 6.jpg

    cloture 7 Sans titre.jpg

  • Message de Frank Craemers aux habitants de Trooz

    DSC_0084bis (20).JPGFrank Craemers, c'est ce monsieur qui est venu avec le bus Albert Ier 1914 à Trooz, pour nous commenter les documents disposés dans le bus.

    Il vient de m'envoyer un message par mail pour vous remercier de l'accueil qui lui fut réservé.

    Dans ce texte, il dit notamment qu'à peine rentré, il s'est assis devant son ordinateur et explique qu'il a trouvé l'accueil extraordinaire, ainsi que l'organisation, la promotion, la communication et le service. Il informe qu'il part lundi à Maaseik pour une tournée Jan Van Eyck, Livina, etc. Il faut aussi savoir que Frank Craemers est journaliste et que sa passion de recherche de l'histoire, notamment des événements de 14-18, le conduit à faire ce qu'il a fait à Trooz ce samedi, une sorte de métier de "guide-touristique". 

    Il informe également que lundi il fera le suivi de ce qu'il a promis (ça, c'est une surprise).

    Il nous dit également qu'il a comptabilisé 51 visiteurs et que l'important est le suivi à réaliser et conseille aussi d'entamer des recherches sur "Poppys flow row on row" et l'histoire qui en découle. 

    Ik kom zopas thuis en zit aan de computerdesk.
    In Trooz was de ontvangst buitengewoon :  organisatie, promotie, communicatie, dienstbaarheid... cadrage.
    Trouwens jij ook bedankt voor de "raivilallering in vredestijd"!
    Morgen vertrek ik naar Maaseik voor rondleiding inzake Jan Van Eyck, Livina..etc.
    Maandag doe ik de verder follow up van hetgeen ik je heb beloofd...
    Afgeklopt op 51 bezoekers. 
    Belangrijk is de follow up... intake, research te lande, rectification, de netwerkrelaties...
    Op die manier wordt gebouwd aan de dynamiek en het functionele  op een toekomstgerichte wijze : slagveldtoerisme, peace keeping..etc.
    Zoek ook naar "Poppys flow row on row"... en de geschiedenis daarachter.
    hartelijke groeten,
    Frank Craemers

    Frank Craemers est passionné par l'histoire de la Belgique mais plus précisément celle de la guerre 1914-18 pour laquelle, comme il me l'a gentiment expliqué, il est toujours en train "d'étudier". Il voulait dire par là que c'est devenu sa passion et qu'il est toujours en train de faire des recherches qui peuvent également lui apporter des éléments à partager dans sa fonction de guide-touristique. Il m'a aussi raconté la symbolique du coquelicot en Flandre. Et vous, la connaissez-vous ?