Trooz

  • Danger sur le site de Belle-Île

    18 décembre 2017

    Depuis une petite semaine, un trou est apparu dans la chaussée, devant les aires de stationnement, à l'approche du pont.

    En cette période de fort trafic aux abords de la surface commerciale, ce trou est simplement masqué par deux barrières non éclairées qui l'entourent.

    Cela ne doit pas être la meilleure solution, surtout en soirée...

    2017 12 16 (2).JPG

    2017 12 16 (3).JPG

    2017 12 17 bi.jpg

    2017 12 17 bi2.jpg

     

     

  • Trooz et environs...Activités, actualité, informations utiles... Météo du jour...

    Arbre seul 2017 12 18 (2).JPG

    Mise à jour quotidienne : ce 18 décembre, le temps perturbé ne concernera que la première partie de journée. Ciel couvert se dégageant en matinée, passages nuageux parfois denses l'après-midi. Pluies se raréfiant peu à peu le matin, possibilité de faibles averses l'après-midi. Vent faible.

    6° ce matin au sol dans le jardin.

    Cette nuit brumes et brouillards. Risque d'averses en début de nuit. Vent faible. 

    Prévention : ce matin du 18 décembre, le Lidar est à Beaufays, sur la N30. 

    1°.JPGNovembre - décembre : calendrier communal des festivités

    Décembre : calendrier de l'enlèvement des déchets

    Jeudi 21 décembre : Le Chas réouverture

    Jeudi 21 décembre : la côte croate

    Jeudi 21 décembre  : Marché de Noël à l’école de Prayon de 16 h à 20 h.

    Vendredi 22 décembre : Les Balades de la Cité à Vaux-sous-Chèvremont

    Les Jeudis d'Evasion : programme complet 2017-2018

    Agenda des Collectes de Sang 2017 et 2018

    Samedi 12 et dimanche 13 mai 2018 : Toutes les gares mènent au port

    Lire la suite

  • Photo shop express à Beaufays

    Un appareil de haute technologie qui vous prend en photo dans les deux sens est en service sur la N30, à peu près à hauteur du terrain de football de Beaufays.

    2017 12 18 photo shop.jpg

    Dans la descente, une voiture était en travers de la chaussée suite à un accident (10h00). La police règle la circulation.

    2017 12 18 accident.jpg

      

  • Justice froide... Témoins protégés... Interview de l'auteur

    couverture.jpg

    2017 12 15 (1)nb.JPGGEORGES DEGRYSE, POUVEZ-VOUS NOUS PRESENTER VOTRE ROMAN ?

    « Mon roman « Justice froide - Témoins protégés » est librement inspiré de faits réels que j’ai moi-même vécus de l’intérieur en tant que partie concernée dans un procès bien connu, celui de l’affaire « Habran et consorts » au cours de laquelle mon beau-frère, Georges Hardy, ancien champion de Belgique de boxe anglaise, a été lâchement assassiné de deux balles dans la tête.

    Je raconte donc ce qui lui est arrivé mais aussi ce que nous avons vécu à travers cet assassinat.

    Tout commence par une attaque de fourgon qui tourne mal.

    Un homme qu’il ne fallait pas abattre.

    Une histoire d’amour hors du commun.

    Une promesse qui dépasse la fiction.

    Et au final, des événements bouleversants. Des rebondissements.

    Quelque part, je raconte aussi ce que j’ai ressenti face à une justice dont le symbole est une balance censée représenter l’équilibre. Un équilibre qui n’existe pas dans la réalité. J’ai dû apprendre à vivre avec ce déséquilibre. 

    Et quelque part, si mon personnage a perdu à un moment donné sa conscience, il n’en reste pas moins qu’il a le droit lui aussi de trouver un moyen pour guérir son cœur et les blessures qui l’accompagnent. »

    POURQUOI AVOIR ÉCRIT CE ROMAN ?

    « Il s’agissait pour moi d’écrire la page pour la tourner. C’est un exutoire. Mais c’est aussi une manière de rendre hommage à mon beau-frère.

    En aucun cas il ne s’agit pour moi de refaire un procès. La vérité judiciaire est ce qu’elle est et on ne la changera pas. »

    UN PROJET DE FILM ?

    « Oui, en effet. Je suis actuellement en discussion avec une société de production en vue d’une adaptation cinématographique du roman. 

    Des acteurs bien connus ont déjà répondu favorablement à l’appel et le réalisateur Manuel Boursinhac m’a écrit pour me donner son accord en précisant que mon roman entrait parfaitement dans son univers de réalisation. Mais ça, c’est la prochaine étape. »

    Et Georges Degryse de préciser que la couverture de cet ouvrage est l'œuvre d'un ami, Pierre-Yves Sougne, qui a réalisé un montage photographique en fonction des attentes de l’auteur et de ce qu’il avait à l’esprit.

    « Je l’en remercie. Pour ce qui est de la couverture, on y voit le vengeur armé d’une kalachnikov puisque c’est au travers de cette kalachnikov qu’il va arriver quelque chose que l’on va découvrir dans le livre évidemment. Une liasse d’argent parce que l’argent frauduleux domine tout. Une explosion parce qu'il va y avoir des explosions, au niveau du fourgon, des voitures… Et un ring, en fond, où il n’y a plus personne assis dessus. Ce ring est un rappel à mon beau-frère, Georges Hardy, assassiné et qui… n’est plus là. Le tout dans un contexte mariant le noir, le sombre et les fumées… »

    1.jpg

  • Une navette de bus injuste et inefficace

    Bienvenue en absurdie semble murmurer Vega via son communiqué du 16 décembre 2017 qui vous est répercuté ci-dessous.

    vega.pngCette année encore, la Ville de Liège et le TEC proposent une navette de bus gratuite depuis un parking gratuit à Coronmeuse.

    Ce qui n'empêche pas le centre-ville d'être totalement saturé par les bagnoles, ce qui représente un vrai calvaire pour tous ses habitants.

    Et cette année encore, nous dénonçons cette mesure injuste et contre-productive.

    Il n’y a pas de sens à offrir des navettes gratuites depuis un parking tout en laissant payant le service de bus normal.

    Le message qui est donné par la Ville et le TEC, à rebours complet de toute la politique de mobilité que l’on dit par ailleurs mener, c'est que seuls les automobilistes peuvent bénéficier de cette gratuité. 

    Le résultat, c’est qu’on observe des personnes qui vont prendre leur voiture pour aller se mettre au parking de Coronmeuse et prendre la navette plutôt que de prendre directement un bus depuis chez eux.

    C'est gravement, profondément absurde, très injuste et absolument contre-productif.

    Face à la saturation du centre-ville, il serait beaucoup plus pertinent d'instaurer une journée de gratuité du bus pour tout le monde.

    F Schreuer

    Et vous, qu'en pensez-vous ?

  • Le rond-point de la Bouxhe est ouvert mais...

    ... le revêtement n'est pas achevé.

    rondpoint17.JPG

    Nous sommes le 16 décembre 2017 et le rond-point de la Bouxhe à Beaufays est opérationnel depuis quelques jours mais abordez-le quand même avec prudence et attention car le revêtement n'est pas achevé.

    Un danger supplémentaire quant à la visibilité des limites en cas de neige par exemple...

    rondpoint15.JPG

    rondpoint11.JPG

  • Georges Degryse et Tony Cavaleri... L'interview... Vidéo

    Georges Degryse (Justice froide... Témoins protégés) et Tony Cavaleri (Le Gorille) ont tous deux écrit un roman qu'ils vous invitent à découvrir. Ces deux livres sont aussi proposés chacun à la réalisation d'un film.

    2017 12 15 (1)nb.JPG

    Georges Degryse

    2017 12 15 (5)nb.JPG

    Tony Cavaleri

    Un article précédent a été consacré au Gorille(voir ici), un prochain reviendra plus dans le détail sur Justice froide... Témoins protégés.

     

     

  • Tony Cavaleri... Le Gorille ou le Rital des rings ?

    2017 12 10 (33)nb.JPGMais qu'était venu faire un gorille au Marché de Nessonvaux organisé par la Mante Belge ce 10 décembre 2017 à Nessonvaux ?

    Le plus simple était de le lui demander au gré d’un entretien qui est parti dans tous les sens, tant il est difficile de définir notre interlocuteur tellement sa palette d’activités est vaste et variée.

    Tony Cavaleri, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a aujourd’hui plus qu’atteint l’âge de la retraite puisqu’il affiche avec bonheur ses 67 ans, ce qui ne l’empêche pas d’être toujours actif dans bien des domaines.

    « Si je suis venu à Nessonvaux, c’est tout simplement par sympathie, pour saluer mon ami José Magnée mais je serai également présent au Marché de Noël de Péry », répond-il avant de se montrer disponible pour un entretien qui nous permettra de mieux cerner le personnage. Mais par où commencer ? Allons-y, remontons le temps…

    2017 12 10 (20).JPGComment avez-vous connu José Magnée ?

    « José est un maître d’arts martiaux importants que je connais depuis plus d’un quart de siècle.  C’est une amitié virile, d’homme à homme qui est née, une amitié sportive. En 1992, le 23 mai, la dernière fois où on a fait du catch au Palais des Sports de Coronmeuse, José Magnée et ses élèves de la Mante Belge étaient venus faire une démonstration sur le ring. Ce fut notre première rencontre. Il faut savoir que dans les sports de combat en particulier, il y a un socle solide et fertile pour l’amitié. Dans les arts martiaux en général, le respect de l’adversaire existe, le respect du lieu où on combat existe et le respect des règles aussi. Des bandits, sur un tatami ou sur un ring, il n’y en n’a pas. »

    catch1.jpgLes arts martiaux font donc partie intégrante de votre vie aussi.   

    « Ah que oui. Ma jeunesse a été baignée dans la lutte gréco-romaine. Je m’entraînais à la Sauvenière à cette époque. Et puis, j’ai décidé d’arrêter de boire et de fumer en 86 et 87 pour poursuivre dans ce sport. J’ai alors basculé dans le catch parce que, en Allemagne, ils avaient besoin de catcheurs sur les foires. J’ai commencé à Dusseldorf. Il fallait une image très colorée d’un Italien et j’ai accepté et là, à partir de 1990, le catch professionnel a été une de mes passions. On m’appelait le Rital des rings. »

    Parfois gorille aussi, pourquoi ?

    « Le gorille, il y a un clin d’œil Lino Ventura bien entendu et puis il y a une gueule à la Lino mais, en réalité, c’est une anecdote que peu de gens connaissent et que je dévoile dans mon roman « Le Gorille ».  En 1984 ou 85, je ne me rappelle plus, j’avais été arrêté dans une bagarre dans un café et j’ai été enfermé. J’ai dû passer la nuit derrière les barreaux. Les gendarmes, c’étaient encore les gendarmes à cette époque-là, se moquaient de moi en me disant que j’avais l’air d’un gorille et c’est resté. C’était au café Le Milan à Grâce-Berleur, un jour de Noël. »

    Et, après une courte respiration, Tony d’encore se projeter dans le passé pour relater ses origines. « Je suis né en Belgique. Je suis fils d’immigrés siciliens et fier de l’être. Ceux-ci sont venus en 1947, à l’époque où les mineurs italiens étaient échangés contre du charbon. Mes parents proviennent de Favara. »

    Et, dans la foulée, Tony de revisiter son enfance qu’il définit clairement en deux périodes.

    « J’ai été élevé chez les sœurs », avance-t-il. « Je proviens d’une famille de sept enfants. C’était moi le plus difficile et j’ai été placé à Theux dans un institut pendant 5 ans et demi. Là, j’ai reçu une éducation catholique, stricte et laborieuse, dans le sens du mot travail. Education axée également sur l’apprentissage du respect. Quand je suis revenu de Theux, c’était en 1958, j’ai connu mon premier ami, Guy Gallo. J‘avais 8 ans, lui 10 et ça a été une enfance merveilleuse. » Et les yeux de Tony s’allument de mille feux quand il revient sur cette partie de son existence. « J’ai appris avec lui la maraude, l’école buissonnière, tous les coups fourrés des gamins de notre belle époque des années 50 à 60. Donc, en résumé, tout d’abord j'ai profité d'une enfance stricte puis, ce fut la belle enfance avec en quelque sorte… échappée libre. Il fallait un peu équilibrer », ajoute-t-il en souriant avant d’entamer sa vraie vie de travailleur qu’il poursuit encore à l’heure actuelle.

    « L'adolescence m'a alors fait rentrer dans l'apprentissage du métier. J’ai commencé à travailler très tôt, à l’âge de 14 ans et demi comme coursier chez Cockerill. Ensuite je suis passé comme apprenti menuisier puis coffreur de 1968 jusque 78 avant de devenir entrepreneur dans la construction pendant 40 ans. J'étais indépendant, j'avais des ouvriers. Pendant les 25 dernières années de mon métier d'entrepreneur, j'ai commencé à développer des inventions. »

    C'est ainsi que pendant de nombreuses années, et encore maintenant, Tony Cavaleri se signale dans le domaine de la créativité et de l’invention. Il a d’ailleurs, à ce jour, remporté 22 médailles d’or dans des salons internationaux. La majeure partie de ses trouvailles comportent la mention CAVA… plus quelque chose. « La raison en est simple », justifie-t-il, « quand j’étais gamin, on m’appelait Cava donc voilà. »

    C’est ainsi qu’on peut notamment citer le Tank-Cava, un système permettant la récupération des eaux des bains, des eaux usées pour alimenter les chasses d’eau. « C’est à la fois économique et écologique », précise-t-il en ajoutant que le Tank-Cava, susceptible de réduire aussi le prix de l’eau sera réalisé en Chine parce qu’ici, en Région wallonne où il s’estime snobé, il déplore ne pas avoir eu un soutien. Mais ce n’est pas là sa seule invention puisqu’il a mis au point et en chantier une cinquantaine de projets les plus divers.

    passage pietons.jpgOn peut également mentionner son passage pour piétons lumineux, sa raquette de tennis à manche ergonomique, des espaces hygiéniques canins…

    Tantôt catcheur et tantôt inventeur, Tony Cavaleri ce véritable Géo Trouvetout de Grâce-Hollogne est aussi romancier et 2017 12 10 (3).JPGproducteur. Dans le monde d’édition, il a créé un livre accessible aux voyants et non-voyants. Un même livre que l’on peut partager en famille puisqu’écrit aussi en braille ----->

    Tony Cavaleri ne se situe pas comme un scientifique mais plutôt comme un inventeur domestique. « Une invention nait de la rencontre d’un problème non-résolu et d’une astuce pour le résoudre », dit-il en toute simplicité avant de rebondir sur son produit récent, un petit dispositif anti-ronflement qui a été conçu partiellement ici mais intéresse tout particulièrement les Américains. « Je pars aux Etats-Unis, à Cincinnati, au mois de janvier pour entamer le déploiement industriel. C’est d’ailleurs là-bas qu’on a effectué les tests cliniques. »

    Et pour en terminer, quelques mots au sujet du projet de film inspiré par « Le Gorille » ? (interview en préparation)

    « Le dossier du film est en cours. Le Gorille est sur les rails. Il est en train d’être monté pour être présenté à Cannes au marché du film. »

    Des grands noms tels notamment Sharon Stone, Vincent Castel et Jean-Pierre Mocky sont cités.

    Ajoutons enfin que Tony Cavaleri est aussi Ambassadeur de la Province de Liège ce qui devrait lui permet d’accroître encore davantage son rayonnement.

    En préparation sur votre blog, l'interview commune de Tony Cavaleri (Le Gorille) et de Georges Degryse (Justice froide... témoins protégés) qui vous expliqueront pourquoi ils se sont lancés dans l'écriture en publiant chacun leur roman qui pourraient par ailleurs très bientôt passer sur grand écran de cinéma...   

    Par ailleurs, vous pouvez vous procurer ces deux ouvrages au Marché de Péry. Précipitez-vous y ces samedi 16 et dimanche 17 décembre 2017.

  • Le rond-point de la Bouxhe est ouvert

    Le nouveau rond-point de la Bouxhe à Beaufays est à présent ouvert.

    rond point bouxhe.jpg

    Nous ne rappellerons pas que ce chantier avait connu quelques ennuis suite à une erreur de calcul du SPW. Une sortie du rond-point a dû être démontée puis remontée. Cela n'aurait pas eu d'impact sue les délais nous dit-on. Par contre, au plan des finances, probablement que oui. Pas grave, c'est de l'argent public...

    Nous ne reviendrons pas non plus sur la sortie du rond-point de la gare à Trooz vers Sainry... Les riverains connaissent. Là aussi sans doute une erreur de calcul mais qui n'a jamais été corrigée.

    Nous ne reviendrons pas non plus sur la largeur les trottoirs à Chaudfontaine près de l'église. Trottoirs qui ont eux aussi été revus et corrigés.

  • Christiane Delmal vous (nous ?) invite !

    Delmal Christiane Walou.JPGPermettez-moi de vous convier à me rejoindre ce samedi 16 décembre 2017 au coeur du hameau de Péry à Trooz. C'est le Marché de Noël au  centre de ce petit village et je me propose de vous entraîner dans un dédale de "venelles" empruntées tant et tant de fois par les anciens du lieu.

    Je vous donne rendez-vous à 10h à l'école de Péry à Trooz, je vous entraînerai sans prétention dans ce joli  labyrinthe.  Nous profiterons  de l'environnement pour observer la nature et évoquer la vie passée à cet endroit.

    A 12h, un verre vous sera offert, ce sera l'occasion de se réchauffer s'il y a lieu!!!

    A très bientôt dans les venelles...

  • Auditorium Bovy... Concert le 27 janvier 2018

    SAMSON SCHMITT, JOHAN DUPONT & JOACHIM IANNELLO PRESENTE LEUR ALBUM "RIRE AVEC CHARLIE".

    2018 01 28 bovy.png

    Charlie Chaplin bien sûr ! C’est une fête, une symphonie instantanée, puissante et belle, une convocation de talents rares qui va mettre tout le monde d’accord et pour longtemps. C’est la rencontre de Samson Schmitt avec deux musiciens liégeois exceptionnels : Johan Dupont et Joachim Iannello.

    Dans la galaxie Schmitt, Samson Schmitt signe avec insolence la nouvelle histoire de la guitare manouche.

    Lyrisme, charme, puissance, inventivité, souplesse, générosité : tout y est, avec le son profond, le bending précis et la rythmique imparable.

    Ajoutez la virtuosité râpeuse et cuivrée du violon de Joachim Iannello, le génie swing et créatif de Johan Dupont et vous obtenez un cocktail de grande musique. On frôle même la nouvelle rhapsodie, la bossa, le nu-jazz, l’Andalousie. Servi par des compositions qui sonnent comme des standards, on se dit en aparté que l’on est verni par cette grâce offerte, sans chichi. Sorti sur le label homerecords.be, ils reviennent pour une date à Trooz à ne surtout pas manquer !

    Prix : 13€

    Réservations souhaitées ! 

    - par mail à bovypiano@gmail.com 

    - par téléphone au 0477 77 59 55
     

     

     

  • Syndicat d'Initiative de Trooz... Horaires de fin d'année

    Trooz.JPG-lundi 18 décembre : fermé

    -mardi 19 décembre : 9h à 16h

    -mercredi 20 décembre : 13h à 18h

    -jeudi 21 décembre : 13h à 16h30

    -vendredi 22 décembre : 13h à 17h

    -samedi 23 décembre : 13h à 17h

    -dimanche 24 décembre : fermé

    -lundi 25 décembre : fermé

    -mardi 26 décembre : 9h à 16h

    -mercredi 27 décembre : 13h à 18h

    -jeudi 28 décembre : 13h à 17h

    -vendredi 29 décembre : 13h à 17h

    -samedi 30 décembre : 13h à 17h

    -dimanche 31 décembre : fermé

    -lundi 1 janvier : fermé

    -mardi 2 janvier : 9h à 16h

    -mercredi 3 janvier : fermé

    -jeudi 4 janvier : 13h à 16h30

    -vendredi 5 janvier : 13h à 17h

    -samedi 6 janvier : 13h à 17h

    -dimanche 7 janvier : 13h à 17h

     

  • Un coup d'oeil chez nos voisins de Chaudfontaine

    Chaudfontaine d'antan.jpg

    Histoire de Chaudfontaine
    Beaufays... Chaudfontaine-Sources... Mehagne... Ninane... Vaux-sous-Chèvremont... Embourg...

    Anciennement, tous les villages de la commune voisine de Chaudfontaine ainsi que Chênée, faisaient partie du domaine carolingien dont le centre était Jupille.  

    La paroisse primitive de Jupille s'étend sur un vaste territoire dont notamment Beaufays, Chaudfontaine, Embourg et Chênée.

    Mieux connaître ses voisins, n'est-ce pas un critère indispensable pour davantage les apprécier ?

    Ci-dessous, un lien utile pour en apprendre un peu plus sur les villages de la commune voisine de Chaudfontaine

    (cliquez ici)