Trooz

  • Annuaire téléphonique de Trooz et environs

    0 repertoire téléphonique.jpg INSCRIVEZ-VOUS !

    Bientôt les bottins téléphoniques disparaîtront.

    Ce listing est bien évidemment en construction mais sera complété régulièrement grâce à votre aide.

    Particuliers, commerçants, clubs sportifs, associations diverses, etc., si vous désirez figurer dans ce listing qui deviendra bientôt incontournable, n'hésitez pas à ajouter votre numéro en transmettant vos coordonnées par mail en cliquant ici. 

    Rubriques actuelles :

    Habitants (particuliers) * Administration communale * ASBL...Associations * Commerces * Docteurs en médecine, Soins médicaux, Pédicures, Infirmières (-ers) * Enseignement * Horeca, Gîtes * Médias * Pharmacies * Province * Services d'urgence * Sports et loisirs...

    Merci aussi de me signaler toute erreur ou modification éventuelle et bien entendu, toute demande d'ajout en cliquant ici. 

    Lire la suite

  • Trooz et environs...Activités, actualité, informations utiles...

    0 Demain aujourd'hui hier.png

    Mise à jour quotidienne !

    Manifestations ou initiatives diverses, activités sportives, marches, promenades encadrées ou autres, informations générales utiles...n'hésitez pas à m'envoyer vos annonces

    Elles seront publiées sur ce blog Sudinfo de Trooz : charles.clessens@skynet.be      

    Cela va se passer près de chez vous !

     

     

    Lire la suite

  • (In?)sécurité ferroviaire

    C'est un lecteur soucieux de la sécurité qui envoie ce message accompagné de quelques photos:

    "C'est à Fraipont qu'à mon sens, existe un important danger. Le long des voies, des "bûcherons" ont coupé des arbres dans la pente. Les arbres coupés ont été laissés sur place (depuis plus d'un an). Chaque jour, je me dis que, si un jour, un des arbres venait à se décrocher et glissait le long de la pente, il atterrirait sur les voies. Vu la taille de certains arbres, il pourrait y avoir déraillement. La voie, le long du pied de la colline est dans le sens Verviers-Liège. Les IC sont limités à 100 km/h. Il est permis d'imaginer aisément la catastrophe si un de ces trains venait à dérailler..."

    IMG_6882.JPG

    IMG_6885.JPG

    IMG_6887.JPG

    IMG_6895.JPG

  • La tirette

    Enfin un panneau pour expliquer que le principe de la tirette fait partie du code de la route.

    tirette 2.jpg

    Pour rappel, lorsque la circulation se réduit à une seule bande, le conducteur qui roule sur la bande qui prend fin doit s'intercaler sur la bande adjacente au moment où il atteint le rétrécissement. Les conducteurs qui circulent sur la bande libre doivent, à tour de rôle, céder la priorité à ce véhicule.

    Afin d'occuper au maximum l'espace libre sur la chaussée, le véhicule qui s'intercale doit aller jusqu'au bout et bifurquer avant le rétrécissement. L'idéal, c'est que ce changement de bande puisse s'effectuer avec fluidité, sans marquer l'arrêt.

    Bien évidemment la courtoisie et le respect mutuel des conducteurs sont des critères qui s'imposent.

     

     

  • Exposition - «Les coins insolites de Chaudfontaine»

    Samedi 27 et dimanche 28 mai 2017

    Exposition - «Les coins insolites de Chaudfontaine»

    Vernissage de l'expo le 26/05 à partir de 18h30

    Galerie de la Gare

    Esplanade 5

    4050 CHAUDFONTAINE

    Horaire:  Samedi & dimanche de 14h à 18h       Entrée libre

    Dans le cadre des Aqualines et de l'ouverture de la saison touristique, le Foyer culturel de Chaudfontaine propose aux artistes de s'inspirer des endroits originaux et peu connus de leur commune. Il est aussi possible d'envisager sous un angle tout à fait différent un paysage calidifontain bien connu! Vous aurez donc l'occasion de découvrir les plus jolis coins de votre commune à travers différentes techniques artistiques.

    Infos au 04 361 56 36.

  • Child Focus sous la loupe

    25 mai 2017 : Journée Internationale des Enfants Disparus

    CHILGEN7T015_Affiche_A4_FR2.jpg

    Une expérience sociale incroyable l’a prouvé : nous avons tous, autant que nous sommes, un lien avec chaque enfant disparu.

    L’expérience

    Child Focus a récemment organisé une expérience sociale étonnante, à laquelle ont participé plusieurs dizaines de personnes venues des quatre coins du pays.

    À la grande surprise des participants choisis au hasard, l’expérience a prouvé qu’ils étaient chacun liés, via une courte chaîne d’intermédiaires, à Gevriye, disparu depuis plus de trente ans. Les personnes invitées à participer à l’expérience n’avaient aucune idée de ce qui les attendait. Réticents à partager les avis de recherche avant cette rencontre, tous ont aujourd’hui changé d’avis et sont bien décidés à être solidaires de chaque enfant disparu. Vous trouverez le reportage consacré à cette expérience sociale sur www.childfocus.be

    Mais l’expérience ne s’arrêtait pas là. Nous avons en effet démontré que le Premier ministre Charles Michel, le gardien de but Thibaut Courtois et bien d’autres personnalités belges étaient eux aussi, via une courte chaîne d’intermédiaires, liés à Gevriye. Aucun doute ne subsiste : nous sommes tous liés les uns aux autres – une excellente raison de se serrer les coudes !

    Comment ?

    Il arrive qu’un appel à témoins doive être lancé, notamment en cas de disparition inquiétante où l’on craint que l’enfant soit en danger, ou lorsque l’enquête policière piétine ou ne livre pas de pistes suffisantes. L’avis peut être lancé via les canaux classiques (une campagne d’affichage ou un spot télé par exemple) mais aussi, surtout ces dernières années, via les médias sociaux.

    Souvent cependant, nous entendons : « Oui mais… cet enfant n’est pas de mon quartier, je ne connais pas sa famille, je ne connais rien de l’affaire, comment pourrais-je aider… ? ». Par conséquent, l’avis n’est pas suffisamment partagé et n’arrive simplement pas jusqu’aux personnes dont le témoignage pourrait s’avérer utile. Nous voulons que cela change !

    Cette semaine, Child Focus invite donc tous les utilisateurs de réseaux sociaux et de communications mobiles à relayer les appels à témoins diffusés sur Facebook, Twitter ou sur les sites internet de Child Focus ou de la Police fédérale. Partagez ces avis de recherche, car un témoin peut être plus proche de vous que vous ne le pensez.

    Le phénomène du Petit Monde

    La théorie des six degrés de séparation (aussi appelée théorie des six poignées de main) a près d’un siècle. Selon cette théorie, toute personne sur terre peut être reliée à n’importe quelle autre via six intermédiaires seulement (voire moins !). Plus concrètement : nous sommes tous reliés les uns aux autres par une chaîne d’amis… d’amis. Cette théorie a été corroborée par plusieurs études, dont celle du psychologue américain Stanley Milgram dans les années 1970.

    Avec le développement des médias sociaux, cette théorie est plus pertinente que jamais. En 2011, l’entreprise Facebook a démontré qu’il n’y avait en moyenne que 4,74 degrés de séparation entre chacun de ses 721 millions d’utilisateurs de l’époque. En 2016, avec cette fois 1,6 milliard d’utilisateurs Facebook (soit 22 % de la population mondiale), le degré de séparation s’est réduit à 3,57 ! Le monde est donc de plus en plus petit… (https://fr.wikipedia.org/wiki/Six_degrés_de_séparation)

    Campagne

    L’agence de communication These Days a orchestré pro bono toute une campagne autour de cette expérience sociale, avec des spots diffusés à la radio et à la télévision, ainsi que des annonces publiées dans des journaux et des magazines. Tous ces médias ont mis gratuitement leur espace à notre disposition. Sur les réseaux sociaux, plusieurs milliers de personnes apportent aussi leur pierre à l’édifice – dont plusieurs personnalités belges qui, toutes, se sont avérées liées à Gevriye.

    Les 800 volontaires de Child Focus s’investissent également sans compter, en diffusant les affiches de la campagne dans tous les commerces, même les plus petits, et en distribuant des badges et des autocollants illustrant le traditionnel myosotis (surnommé « ne m’oubliez pas »). La campagne bénéfice du soutien d’une trentaine d’organisations et entreprises, partenaires structurels des affichages de Child Focus.

    Gevriye Cavas

    Nous remercions chaleureusement Havi et Zeki Cavas, sœur et frère de Gevriye, d’avoir collaboré à cette expérience sociale. Gevriye Cavas avait 5 ans quand il a quitté, le 6 février 1985, son domicile rue Ransfort à Molenbeek pour aller retrouver son frère et jouer au foot sur un terrain non loin de là. Personne ne l’a revu depuis. Sa sœur Havi et son frère Zeki n’ont pas hésité une seconde à participer à l’expérience. À l’heure actuelle, ils sont toujours sans nouvelles de leur frère. Mais ils gardent l’espoir. « Nous avons perdu une part de nous-mêmes », expliquent-ils. « Il nous manque une pièce du puzzle. Nous continuons à le chercher. Nous savons qu’il est là, quelque part, mais nous ne l’avons pas encore trouvé ».

    25 mai 2017 : 34e Journée internationale des enfants disparus

    Nous sommes le 25 mai 1979. Le petit Etan Kalil Patz, 6 ans, disparaît à New York. Il n’existe aujourd’hui encore aucune certitude absolue sur son sort. Son corps n’a jamais été retrouvé, même si le meurtrier présumé a été déclaré coupable en 2016. Pour commémorer le jour de sa disparition, les États-Unis ont instauré en 1983 la Journée nationale des enfants disparus. Le 25 mai est entre-temps devenu une journée de sensibilisation internationale, à laquelle adhère la Belgique depuis 2001.

    Merci à These Days (agence de communication), Static Films et Jan Boon (maison de production et réalisateur), Ellien Spillebeen en Bram Dams (recherches préparatoires), InSites (mesure d’impact), la Loterie Nationale, Facebook, Ricoh et toutes les personnes qui ont participé à l’expérience…

    Vous pouvez consulter l’avis de recherche (2016) de Gevriye sur

    http://www.childfocus.be/fr/gevriye-vous-recherche.

    Vous trouverez également une vidéo de reconstitution des faits (2009) sur

    http://www.police.be/fed/fr/avis-de-recherche/disparus/mineurs/10112-gevriye-cavas.

    LOGOS de tous les partenaires affichage

    www.facebook.com/ChildFocusBelgium

    https://twitter.com/childfocusfr

     

  • Entretien avec Jean-Paul Fajgenblat, Directeur financier de Child Focus

    2017 05 24 marche blanche (131).JPGHier, le 24 mai 2017, la Marche blanche annuelle était organisée dans l’entité de Trooz (voir ici). Elle coïncidait pratiquement avec la Journée internationale des Enfants disparus (chaque année, le 25 mai). Cette Marche a lieu à Trooz depuis vingt ans déjà. Child Focus avait délégué Jean-Paul Fajgenblat, son nouveau Directeur financier pour y assister.  

    Avec monsieur Bruyère, le bourgmestre Fabien Beltran, et en plus des messages délivrés par les enfants des écoles, Jean-Paul Fajgenblat a également pris la parole pour s'adresser à la centaine de personnes présentes.

    Après la cérémonie, Jean-Paul Fajgenblat a accepté de répondre à quelques questions de façon à mieux nous permettre de cerner son rôle au sein de Child Focus mais surtout aussi afin d’approfondir nos connaissances par rapport à cette institution qu'est Child Focus.

    Monsieur Fajgenblat, pourriez-vous nous parler de votre rôle au sein de Child Focus ?

    « Je suis chez Child Focus depuis un an et demi, en remplacement de Nathalie Fallon qui était directeur financier depuis le tout début de Child Focus, depuis 1998. J’ai passé trois mois avec elle avant qu’elle prenne sa pension définitive. »

    Quels ont été vos premiers ressentis dans cette fonction ?

    « Travailler chez Child Focus me donne beaucoup de motivation et d’envie d’aider les enfants. C’est avec grand plaisir que je me rends au travail tous les matins pour Child Focus. J’aide l’organisation à avoir une comptabilité plus transparente. Elle l’était auparavant mais je pense qu’il y a encore du travail à faire pour supporter, pour donner un support plus important aux différents de l’organisation. »

    Et avant Child Focus ?

    « Avant Child Focus, j’ai travaillé pendant deux ans pour la commune d’Ixelles où j’étais responsable de propriétés communales et avant cela, pendant vingt ans, j’ai été responsable financier d’une filiale d’une société américaine qui s’appelait Aramark. »

    Donc, la finance c’est votre métier...

    « Oui, c’est mon métier, tout ce qui est comptabilité, reporting, processus, procédures, c’est quelque chose que j’aime bien faire. J’ai cinquante-huit ans et je mets mon expérience à profit pour l’organisation. »

    Combien de personnes sont occupées par Child Focus ?

    « Nous sommes cinquante personnes équivalents temps plein et en tout nous sommes cinquante-sept têtes si on veut chez Child Focus. C’est une organisation qui grandit progressivement, régulièrement parce qu’on s’intéresse à de plus en plus de choses. »

    Lesquelles par exemple ?

    « Les disparitions des enfants bien entendu mais aussi l’exploitation sexuelle des enfants et les nouveaux phénomènes qui sont sur Internet avec les risques liés à cela et s’il y a bien un département qui va grandir dans les années à venir, c’est celui qui est lié aux formations, à la prévention, même s’il y a déjà beaucoup de choses qui sont faites aujourd’hui au niveau du site web notamment pour la prévention. Mais il y a encore beaucoup de choses à faire pour atteindre davantage d’enfants.»

    Vous avez aussi des bénévoles qui travaillent pour Child Focus

    « Oui, nous avons huit-cents bénévoles qui sont en permanence disponibles pour nous aider en cas de distribution d’affiches mais aussi pour nous représenter à un stand ou sur les brocantes par exemple.»

    Child Focus est une organisation indépendante mais comment est-elle financée ?

    « 27% de nos sources de financement sont assurés par la Loterie nationale donc l’Etat. Ce pourcentage varie en fonction des années mais il a tendance à diminuer. »

    Pourquoi diminuer ?

    « Parce que nous faisons beaucoup d’efforts pour augmenter nos subsides privés, que ce soit au niveau du grand public ou des entreprises. A ce sujet, nous continuons à rechercher des donateurs pour avoir une base la plus large possible. A l’heure actuelle, nous avons dix-huit-mille donateurs qui versent tous les mois un montant sur notre compte. »

    Et de qui dépendez-vous ?

    « Nous ne dépendons de personne, nous sommes une entité fédérale, on a un Conseil d’administration qui est au-dessus du Conseil de direction. »

    Qui est désigné comment ?

    « Je pense que dans les statuts il est indiqué qu’il faut des représentants de la société civile. Il y a notamment deux parents d’enfants disparus, un représentant du Ministère de l’Intérieur, le Directeur général de l’Office national de l’Enfance, des représentants de la Justice, de la Police fédérale et quelques représentants d’entreprises (…). »

    Et parmi vos activités actuelles, Child Focus a lancé une opération de growfunding, quel sont ses objectifs ?

    « Vous pouvez retrouver cette opération en cliquant sur  www.growfunding.be/12500kids

    Pourquoi 12.500 ? Tout simplement parce que nos enfants sont exposés à certains risques sur internet et nous souhaitons en sensibiliser 12.500 en 2017-2018. Le coût revient à 1 euro par enfant. Nous avons dès lors besoin de 12.500 euros et c’est là que les gens peuvent nous aider. »

     

  • La journée internationale des Enfants disparus... Marche blanche à Trooz

    Chaque année, les associations de parents d'enfants victimes et l'ensemble des personnes concernées par la cause des enfants disparus célèbrent le 25 mai, Journée internationale des enfants disparus.

    Pourquoi cette date ?

    2017 05 25 patz.pngC’est un 25 mai, en 1979, qu’Etan Patz, âgé de six ans, a été enlevé à New York. Cette disparition a alors fortement marqué l’opinion publique. C’est à cette occasion que les photos d’un enfant disparu ont pour la première fois été imprimées sur les bouteilles de lait aux Etats-Unis.

    Des associations ont commencé à célébrer cette date au cours des années suivantes,  mais ce n'est qu’en 1983 que Ronald Reagan, Président des États-Unis a déclaré le 25 mai "Jour des enfants disparus". Ce jour, commémoré au Canada depuis 1986, a depuis lors pris une dimension internationale.

    Lors de l'Assemblée Générale de Missing Children Europe (la fédération européenne pour les enfants disparus et sexuellement exploités qui représente 29 organisations actives dans 24 États membres de l'Union européenne et en Suisse), du 26 avril 2002, il a été décidé que cette journée serait promue par les associations membres et commémorée chaque année dans le plus grand nombre possible de pays européens.

    A quoi sert cette journée ?

    Se souvenir

    Le but principal de la Journée internationale des enfants disparus est de se remémorer les noms et les visages des enfants qui ont été portés disparus et de diffuser un message de solidarité à l'échelle internationale pour les parents qui ne savent pas où leur enfant est ou ce qu'il ou elle est devenu(e). 

    Prévenir

    Le but de la Journée internationale des enfants disparus est également de promouvoir une réflexion sur les stratégies de prévention ou de recherche des enfants à mettre en œuvre en étroite collaboration avec les autorités en charge de l'éducation et de la politique sociale, de la justice et de la police.

    Mobiliser

    Chaque 25 mai permet aux personnes sensibles à la cause des enfants disparus et de leurs familles de se mobiliser pour mieux faire connaître l’action des associations et leur apporter les moyens de leur action. Ainsi la période du 25 mai est-elle consacrée de façon récurrente à la communication autour du n° d’appel 116 000, numéro européen gratuit et disponible 24h/24 pour recevoir les appels de personnes concernées par une disparition d’enfant.

    Pourquoi le myosotis ?

    myosotis.jpgDistribuer des myosotis, c'est bien mais, encore fait-il expliquer pourquoi le myosotis a été choisi comme symbole pour la Journée internationale des enfants disparus en Europe. Ce symbole s’inspire d’une action menée au Canada pour le Sommet de Halifax, le 17 Juin 1995 **. L'affiche biodégradable produite à cette occasion visait à attirer l'attention sur la cause de l'environnement. Une fois l’affiche froissée en boule et enterrée dans le sol, les graines de myosotis des marais qu’elle contenait pouvait se mettre à pousser. Le nom anglais du myosotis « forget me not » signifiant ne m’oublie pas ou souviens-toi explique également son choix pour une journée de souvenir.

    A Trooz, cette année, la maintenant traditionnelle et annuelle "Marche blanche" a eu lieu ce mercredi 24 mai 2017.

    Organisée à l'appel du Service Jeunesse de l'Administration communale en partenariat avec Child Focus, elle est partie du site communal et a pris la direction de La Brouck où est érigée la stèle à la mémoire de Julie et Mélissa. Une bonne centaine de personnes dont de nombreux enfants avaient fait acte de présence. La sécurisation du déplacement le long de la nationale était une nouvelle fois remarquablement assurée par la police de la zone Secova.

    Le temps était idéal pour marcher. Une douce chaleur tempérée par un vent léger et rafraîchissant. Les nuages menaçants qui s'étaient pointés dans l'après-midi s'étaient retirés pour ne pas perturber la cérémonie qui a commencé par les dépôts de fleurs.

    2017 05 24 marche blanche (99).JPG

    Le bourgmestre Fabien Beltran, pour l'Administration communale de Trooz...

    2017 05 24 marche blanche (101).JPG

    Les écoles communales...

    2017 05 24 marche blanche (105).JPG  

    ... et libre

     2017 05 24 marche blanche (118b).JPGAprès les dépôts de fleurs, c'est monsieur Bruyère qui a pris la parole pour tout d'abord demander quelques instants de recueillement "afin que nous puissions davantage prendre conscience de ce que nous vivons ensemble ici même pour la vingtième année déjà dans ce coin paisible consacré aux enfants."

    Mais, avant de poursuivre, monsieur Bruyère a tenu à insérer une pensée pour le drame de Manchester "par lequel nous avons appris que parmi les victimes, de nombreux enfants viennent de perdre la vie en raison de crimes insupportable...

    Ces enfants, morts ou encore vivants, ils sont encore dans notre cœur. Et leur disparition et leurs souffrances ont fait jaillir en nous tous l'angoisse de l'attente mais aussi la force de tout faire pour les retrouver et les sauver. Chers enfants, vous nous avez insufflé la décision inébranlable de faire changer la société dans ce qu'elle a d'inacceptable; le manque total de respect pour l'intégrité de votre personne que nous ne cessons d'aimer et de chérir. Nous ne vous oublions pas. Chacune et chacun d'entre vous nous encouragez à construire là où nous vivons, contre vents et marées qui déferlent de mille façons, construire en votre nom un monde meilleur pour les jeunes d'aujourd'hui et de demain."

    2017 05 24 marche blanche (115).JPGC'est ensuite Fabien Beltran le bourgmestre qui s'est adressé à l'assistance. Il a d'emblée insisté sur l'angoisse qui domine du fait de la disparition d'un enfant, qu'elle qu'en soit la cause. " Cette absence de l'enfant, cette absence d'information, c'est une torture quotidienne dont peu de parents parviennent à se remettre. J'invite chacun aujourd'hui à avoir une pensée pour tous ces parents qui, comme monsieur Bruyère, partout dans le monde, attendent une réponse suite à la disparition de leur enfant..."

    Monsieur Bruyère a alors repris la parole. "Un petit mot simplement pour vous dire merci. Merci à tous d'être ici. J'aurai une pensée cordiale pour ceux qui ont été empêchés de venir. Empêchés pour des raisons de santé; en particulier envers madame Wittstok, l'initiatrice de cette Marche blanche dont la première eut lieu ici même, il y a vingt ans." 

    Effectivement, c'était le 16 mars 1997 que madame Wittstok (ci-contre) avait organisé cette première Marche blanche à La Brouck.Wittstok.jpg 

    "Merci à vous monsieur le bourgmestre, vous avez repris le flambeau, depuis déjà quatre ans je crois, que madame Denise Laurent a tenu fidèlement avant vous durant tant d'années avec les services Jeunesse de l'administration communale qui organisent avec tant de ferveur cet événement. Je voudrais remercier maintenant Jean-Paul Fajgenblat, directeur financier de Child Focus que j'ai le plaisir de vous présenter. Il connaît tout l'attachement que la commune de Trooz éprouve pour Child Focus(...) mais avant de vous donner la parole, je vais vous remettre une enveloppe. Une enveloppe que madame Denise Laurent m'a donnée la semaine passée pour Child Focus au nom de l'asbl Solidarité Trooz (...)."

    2017 05 24 marche blanche (129).JPGMonsieur Fajgenblat (ci-contre à gauche) et Child Focus feront l'objet d'un article différencié.

    A épingler également les textes-messages écrits et lus par les élèves des écoles, tous réseaux confondus.   

    D'autres photos vous seront proposées bientôt sur la page Facebook de ce blog Sudinfo de Trooz.

    2017 05 24 marche blanche (136).JPG

    ** Du 15 au 17 juin 1995 s'est tenu le sommet du G7 à Halifax (Canada). Etats-Unis, Canada, Japon, Allemagne, Grande-Bretagne, Italie et France y ont été représentés par leurs chefs d'Etat ou de gouvernement respectifs, MM Clinton, Chrétien, Murayama, Kohl, Major, Dini et Chirac, qui se sont réunis. Au plan large, les conversations d'Halifax n'ont abouti à rien de concret et n'ont pas permis d'apaiser les litiges qu'entretiennent Américains et Européens.

  • Journée Internationale des Enfants disparus

    DSC_0630.JPGLe Service Jeunesse nous informe que le mercredi 24 mai, l’Administration communale de Trooz, en partenariat avec Child focus, organisera une manifestation  à l’occasion de la Journée internationale des enfants disparus (25 mai).

    Celle-ci prendra la forme suivante :

    • 17h15 : Rendez-vous à l’Administration communale pour la distribution des myosotis du souvenir
    • 17h30 : Départ de la Marche à destination de la Stèle du souvenir dans le square Julie et Mélissa de La Brouck
    • 18h00 : Dépôts de fleurs et discours, ceux-ci seront suivis d’un Verre de l’amitié.

    Nous invitons toutes les personnes qui le souhaitent à porter un vêtement blanc.

    DSC_0631.JPG

  • La rue Sainry est-elle "enjoliveurophage" ?

    DSC_0001.JPGSi vous avez perdu un voire plusieurs enjoliveur(s), il est possible qu'il(s) vous attende(nt) accroché(s) à un poteau rue Sainry.

  • Quai des Ardennes... Attention danger !

    2017 05 23 (2).JPGPour ceux qui prennent le quai des Ardennes en direction de Chênée la trémie est à présent accessible, notamment en quittant Belle-Île par le pont MAIS... si la route est ouverte, ce qui est bien, une fois arrivé au bout de la trémie, il y a une différence de niveau entre le nouveau et l'ancien tronçon ce qui présente un risque évident pour votre véhicule voire vos pneus.

    Il n'y a bien évidemment aucune plaque de signalisation qui vous indique le piège !

    Faut-il encore s'en étonner ?